Valorisation de la recherche en archéologie : l’exemple de la bijouterie en or

Dans le cadre de ma thèse de doctorat, récemment soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (voir résumé de la thèse sur Les Carnets de la MAEhttp://mae.hypotheses.org/1068), je me suis intéressé à la question des transferts de compétences techniques en Méditerranée orientale au cours de l’âge du Bronze, période d’innovation dans de nombreux domaines de l’artisanat.

L’étude s’est concentrée sur du matériel archéologique en or provenant principalement de Syrie et de Grèce. Afin de comprendre la nature des compétences liées au travail de l’or, leur circulation et leur diffusion à une large échelle territoriale, j’ai mis l’accent sur l’objet, ses caractéristiques, son identité. Fondée sur l’observation macro- et microscopique des pièces, sur la pratique expérimentale en atelier et sur les données textuelles et ethnographiques, cette approche visait ainsi à reconstituer les procédés et les modes de fabrication. Si ma recherche permettait d’envisager l’ensemble des techniques du travail de l’or en Méditerranée orientale, j’ai choisi de me limiter, pour ma thèse, à l’étude de deux procédés de décoration, le filigrane (décor de fils) et la granulation (décor de granules), et de la soudure, indispensable pour l’assemblage de ces éléments ornementaux (voir album : http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157622395966159/).

Ces techniques ont suscité depuis longtemps l’intérêt des chercheurs et des orfèvres, d’une part pour leur « complexité » artisanale, qui implique, dans une succession de séquences opératoires, à la fois de l’habileté et une grande expérience de la pyrotechnologie, d’autre part pour leur « représentation » fonctionnelle, symbolique, socio-économique, au sein des sociétés anciennes. Cela posé, j’ai souhaité répondre à la question des transferts techniques et des transmissions de savoir-faire, en rendant compte de leur nature et des directions qui ont pu être empruntées.

Pour ce faire, le recours à la démarche expérimentale est indispensable. Mes expérimentations ont débuté en 2009, parallèlement à un stage de formation en bijouterie étrusque dispensé par A. Pacini. Elles ont respecté au plus près les conditions de travail des artisans de l’âge du Bronze. À long terme, la démarche entendait valoriser la recherche archéologique, en transmettant des procédés d’artisanat antique aux orfèvres actuels.

De nos jours, en effet, ces techniques sont peu connues, voire inconnues pour de nombreux artisans car elles sont rarement enseignées dans les écoles d’orfèvrerie ou de joaillerie, et demeurant, par ailleurs, très peu employées. Il est donc apparu essentiel de dépasser le seul intérêt scientifique de cette recherche et de privilégier, en parallèle, une démarche de médiation auprès d’un public large, divers et désireux de découvrir les savoirs des Anciens.

La revalorisation des ces techniques et l’essai de réinsertion des savoir-faire antiques dans la production moderne ont pu être engagés notamment grâce à la constitution et aux travaux d’une équipe pluridisciplinaire. Celle-ci comprend le Laboratoire de Tribologie et de Dynamique des Systèmes (LTDS) de l’École Centrale de Lyon (R. Vargiolu, porteur du projet), l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (H. Procopiou, coordination sciences humaines ; R. Prévalet, conception et expérimentations ; N. Thomas, mesures au laboratoire), la Bijouterie de l’Oppidum (F. Allier) et la Fonderie de l’Oppidum (A. Allier). En 2010-2011, le pôle de valorisation Lyon Science Transfert (LST) de l’Université de Lyon a retenu ce projet intitulé « Transferts des savoirs et techniques antiques à l’orfèvrerie moderne ».

Fig. 1 : Vue microscopique (x300) d’un assemblage de granules expérimentaux (Photographie : N. Thomas, 2011)

Fig. 1 : Vue microscopique (x300) d’un assemblage de granules expérimentaux (Photographie : N. Thomas, 2011)

Outre le développement du protocole expérimental mis en œuvre dans le cadre de ma thèse, le soutien du LST a permis de procéder à des observations microscopiques au microscope électronique à balayage (MEB) au sein du LTDS, très pertinentes pour la caractérisation technique des procédés, l’identification des outils et la reconstitution des gestes (fig. 1).

Dans le but de diffuser ces informations au-delà du milieu académique, plusieurs supports de valorisation ont été produits : une base de données techniques illustrée, facilement consultable ; un guide pédagogique détaillant les procédés, les outils à utiliser, les gestes à effectuer, les recettes de soudure, etc. ; enfin, une mallette regroupant l’ensemble des outils et des matériaux indispensables à la réalisation des bijoux décorés de filigrane et de granulation.

Collier en or et en argent, comme témoin de la transmission des savoir-faire. Production F. Allier, avec la collaboration de F. Guigal (Photographie : Vincent Moncorgé, 2011).

Fig. 2 : Collier en or et en argent, comme témoin de la transmission des savoir-faire. Production F. Allier, avec la collaboration de F. Guigal (Photographie : Vincent Moncorgé, 2011).

Une autre action de ce programme de valorisation déboucha sur la fabrication d’un bijou, selon les techniques anciennes reconstituées et adaptées au mode opératoire moderne (fig. 2). F. Allier a dessiné et conçu un collier ouvert, de goût tout à fait actuel. Des tiges en argent constituent la structure générale du collier : il est ornée, d’un côté, d’une frise de feuilles d’or triangulaires décorées de motifs filigranées et granulés, alternant avec des feuilles d’argent triangulaires libres de décor ; des triangles et des pyramides de granules en argent habillent l’autre côté. Les fils sont ronds, ils soulignent les bords des feuilles ou forment des triangles de tresses disposées en arête de poisson. Les granules d’or sont de calibre moyen ; les granules d’argent de calibre beaucoup plus élevé.

Alors que les granules ont été produits par son apprenti, F. Guégal, c’est le maître artisan F. Allier qui a réalisé les soudures, opérations qui requièrent une connaissance précise des matériaux et une expérience approfondie du contrôle des températures de chauffe. Les étapes de fabrication ont été menées avec un outillage moderne : par exemple, le chalumeau à bouche des Anciens (fig. 3) a été remplacé ici par le chalumeau à gaz, communément employé aujourd’hui et parfaitement maîtrisé par les artisans.

Emploi du chalumeau à bouche par R. Prévalet (Photographie : F. Allier, 2010).

Fig. 3 : Emploi du chalumeau à bouche par R. Prévalet (Photographie : F. Allier, 2010).

Ce bijou constitue une belle illustration de l’intérêt scientifique et de l’utilité socio-économique de valoriser la recherche archéologique et de transmettre les savoir-faire qu’elle permet de redécouvrir. En utilisant des moyens outillés modernes et en adaptant ses modes de fabrication, l’artisan actuel est capable d’employer les techniques antiques et de les insérer dans sa palette de travail pour produire de nouvelles créations artistiques. La revalorisation de ces procédés antiques apporte une valeur ajoutée considérable au bijou moderne : elle tranche avec les codes et les modes de la bijouterie-joaillerie en vogue aujourd’hui, elle fait référence à l’artisanat traditionnel et porte un caractère résolument historique. De plus, l’utilisation de techniques, de matériaux et d’outils antiques attestés à l’âge du Bronze permettrait d’améliorer la qualité environnementale des productions.

Grâce aux dispositifs de communication et de médiation de la culture scientifique et technique, une série d’actions de valorisation de cette recherche a été engagée. Dans le cadre de l’ouverture de la deuxième Biennale des bijoutiers-créateurs qui a eu lieu à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire en novembre 2011, j’ai présenté les résultats expérimentaux de mon étude, en collaboration avec F. Allier, devant un public large. Cette communication originale, qui mêlait les aspects scientifiques aux préoccupations de l’artisan moderne pour se réapproprier les techniques anciennes, devait aussi introduire le thème de cette manifestation qui portait sur le « Retour aux sources », sous-entendu les sources du travail des bijoutiers. Le propos a largement été illustré pendant deux jours par des démonstrations de la pratique des techniques de filigrane, de granulation et de soudure : F. Allier, dans son atelier, retraçait le parcours de notre collaboration expérimentale qui a contribué à la réinsertion de ces techniques anciennes dans son mode de production moderne ; avec la trousse à outils reconstituée, je revenais sur les origines historiques de ces techniques de bijouterie et les pratiquait avec les méthodes des Anciens. Ces interventions étaient accompagnées de diaporamas multimédias mettant en lumière le travail à l’atelier, les expérimentations, la collaboration pluridisciplinaire et la documentation archéologique.

C’est avec une approche similaire que seront organisées les prochaines Journées du Patrimoine au Département des Monnaies, Médailles et Antiques (le « Cabinet des Médailles ») de la Bibliothèque nationale de France (BnF) à Paris. En effet, dans le cadre de l’étude d’une partie de la collection de bijoux antiques que j’effectue en tant que chercheur associé à la BnF (2012-2013), je prépare avec l’équipe du Cabinet des Médailles un petit parcours pédagogique, qui offrira aux visiteurs la possibilité de découvrir l’objet archéologique. Alors qu’un film documentaire et une brochure permettront de guider le visiteur vers les bijoux antiques sélectionnés, un diaporama de microphotographies sera proposé pour illustrer les caractéristiques techniques de chacune des pièces étudiées. Ce diaporama sera visible directement devant les vitrines et pourrait être consultable sur tablettes. En parallèle, je proposerai des démonstrations en direct de reconstitution technique.

Ces exemples de valorisation de ma recherche doctorale s’inscrivent dans une démarche, nouvelle, de diffusion multi public et multimédia des connaissances issues de la recherche en archéologie, et plus largement en sciences humaines et sociales. Toutefois, ce ne sont là que des prémices de ce que j’espère pouvoir engager dans l’avenir, en développant notamment de nouvelles formes de communication, de partenariat et d’engagement de mon travail auprès d’acteurs et de publics divers.

Webographie


Pour citer ce billet : Romain Prévalet, « Valorisation de la recherche en archéologie : l’exemple de la bijouterie en or », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 20 juin 2013. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/5162


Ifpo-romain-prevalet

Ancien membre de l’Ifpo (boursier d’Aide à la Mobilité Internationale), Romain Prévalet est titulaire d’un doctorat de l’Université de Paris Panthéon-Sorbonne et est rattaché à l’équipe de Protohistoire Égéenne, Arscan (UMR 7041). Spécialisées dans la technologie antique de l’or et de l’argent, ses recherches se concentrent sur le développement technique et socio-économique de l’artisanat du métal précieux en Méditerranée orientale, principalement au cours de l’âge du Bronze. R. Prévalet est en charge de l’étude et de la publication de plusieurs collections d’objets en or et en argent provenant de Syrie (Ougarit, Tell Banat, Tell Umm el-Marra) et de Grèce (Argos), et il intervient ponctuellement pour des expertises de bijoux plus récents, de la période hellénistique en particulier.

Page personnelle et bibliographie sur Ifporient : http://ifporient.org/romain-prevalet

Autre Page personnelle (MAE, Arsacn) : http://www.mae.u-paris10.fr/arscan/Romain-PREVALET.html

Tous les billets de Romain Prévalet


Vous aimerez aussi...