L’archéologue et l’historien face à l’objet : pour une approche technique, fonctionnelle et symbolique des lampes

2011FB2578_jpg_ds2

Lampe dite « de mosquée » en verre
XIIe-XIIIe s.,Victoria and Albert Museum

Dans le champ des études historiques, les lampes demeurent des objets  relativement secondaires, en dépit des nombreuses sources – textuelles, archéologiques et iconographiques – aujourd’hui disponibles. Elles ne sont jamais abordées pour elles-mêmes, en tant qu’objets véhiculant des informations d’ordre historique, mais toujours comme des supports ornementaux ou des indicateurs chronologiques. Ainsi, tandis que les historiens de l’art appréhendent généralement les luminaires – principalement en verre et en métal – comme des objets d’art, la plupart des archéologues considèrent les lampes – en particulier en céramique – comme des éléments de datation de leurs unités stratigraphiques. Quoique précieuses, les approches stylistiques et typo-chronologiques demeurent insuffisantes pour apprécier à sa juste valeur le rôle du luminaire, et doivent être complétées par une étude tridimensionnelle du mobilier luminaire. En effet, l’historien et l’archéologue gagneraient à aborder la question des luminaires sous les angles à la fois technique, fonctionnel, et symbolique. Afin d’illustrer cette perspective de recherche, je présenterai ici quelques questionnements autour du thème des lampes dans les mosquées médiévales et proches-orientales – ces lieux de culte constituant un point d’entrée privilégié pour l’étude de la fonctionnalité des luminaires, en général, et des lampes en particulier.

Approche technique

Afin de comprendre comment fonctionne une lampe, il paraît essentiel d’analyser au préalable la manière dont elle est utilisée. Plusieurs éléments peuvent alors être abordés : nature du combustible et de la mèche, matériau de fabrication (céramique, verre, métal), capacité d’éclairage, mode de préhension ou de suspension, maniabilité, etc. Par exemple, la dimension du trou de mèche, ainsi que son emplacement, fournissent des informations sur le diamètre de la mèche, lequel détermine le périmètre illuminé par l’objet. L’intérêt porté par les céramologues à la morphologie de la lampe n’est donc pas seulement utile à l’établissement d’une typo-chronologie. Il s’avère également crucial pour une étude fonctionnelle de l’objet. Ce type d’étude doit cependant être complété par d’autres sources : écrites, archéométriques, et celles issues de l’archéologie expérimentale. L’étude des combustibles est un bon exemple de la nécessité de recourir à plusieurs types de données. Les sources écrites sont riches en mentions de combustibles, bien que ces renseignements soient très éparpillés (Bonnéric 2012a), et la réalisation d’analyses chimiques est essentielle pour déterminer la nature exacte des combustibles. Malheureusement, peu d’analyses de ce type ont pour l’instant été réalisées (voir néanmoins le travail de Nicolas Garnier : http://www.labonicolasgarnier.eu/).

L’approche archéologique est également nécessaire. La taille du réservoir témoigne de la quantité de combustible que la lampe peut contenir, et donc de la durée d’éclairage de la lampe. La forme de la lampe fournit des indices sur la nature du combustible employé. Ainsi, de simples coupelles, même sans bec, pouvaient être employées avec du suif car il s’agit d’un combustible solide, comme cela a été étudié pour l’époque préhistorique (De Beaune 1987, Delluc 1979). Si l’étude des combustibles est essentielle, c’est parce que ceux-ci déterminent l’efficacité du luminaire et influencent l’ambiance lumineuse qu’il procure. Les combustibles n’ont en effet pas les mêmes attributs selon leur nature. La graisse, par exemple, est un combustible de piètre qualité car elle produit une lumière terne, exhale une odeur désagréable, et dégage une fumée importante.

Approche fonctionnelle

Herz Bey 1896, p. 10, pl

Panneau provenant de la madrasa al-Budayriyya, Le Caire, XIVe siècle.
Sur le luminaire est inscrit le premier segment du Verset de la Lumière :
الله نور السموت والأرض
« Dieu est la lumière des cieux et de la terre ».
Conservé au Musée d’art islamique du Caire, d’après M. Hertz Bey, Catalogue of the National Museum of the Arab Art, 1896, pl. II.

De jour comme de nuit, les lampes compensent le déficit de lumière à l’intérieur des édifices de manière à permettre l’accomplissement de certaines activités. Les sources archéologiques, textuelles et iconographiques témoignent de la grande variété des luminaires employés en terre d’Islam pour ces usages diurnes ou nocturnes. Ces luminaires doivent être adaptés à la fonction de l’édifice – qu’il s’agisse d’une simple habitation, d’un palais, d’un bain ou d’une mosquée. Dans les mosquées, des luminaires sont employés de nuit, pour la prière nocturne et lors des fêtes religieuses, mais aussi de jour. Les mosquées sont également le lieu d’activités profanes (enseignement, justice, débats politiques…) qui requièrent un éclairage particulier. La mosquée n’étant pas un édifice à usage unique, l’emploi de luminaires divers et variés est un moyen de répondre à ses différents usages. À ce titre, l’analyse de la capacité des luminaires en termes d’éclairage constitue un moyen précieux d’apprécier la manière dont les lampes satisfont aux différentes fonctions de l’édifice religieux.

Les sources écrites sont essentielles dans une approche fonctionnelle des lampes. Une remarque du géographe Ibn Ğubayr témoigne du rôle que pouvaient jouer les luminaires, au xiexiie s., dans la sacralisation des espaces. Lorsqu’il se rend en pèlerinage à la Mecque en 1183, le voyageur décrit la célébration d’une fête religieuse au moyen de nombreux luminaires, cierges (al-šumuʿ), torches (al-mašāʿil) et lampes (al-maṣābīḥ). D’après son témoignage, « en ce noble sanctuaire », ajoutées à la lumière de la lune, « les lumières (anwār) mènent vers Celui qui par essence est lumière » (Ibn Ğubayr, éd. p. 141 et trad. p. 165). La lumière, ici, convoque chez le visiteur des pensées mystiques, ou induit tout au moins des inspirations religieuses. Ibn Ğubayr se trouve, en tant que fidèle, littéralement transporté vers Dieu. Ce témoignage suggère, qu’il se manifeste dans la mosquée, un travail de la lumière artificielle destiné à élever l’esprit du croyant et à exalter sa proximité avec le séjour divin.

Approche symbolique

Hagia_Sophia_coupole

Verset de la lumière (Coran, xxiv, 35) inscrit dans la coupole de Sainte-Sophie: « Dieu est la lumière des cieux et de la terre !
Sa lumière est comparable à une niche où se trouve une lampe.
La lampe est dans un verre ;
le verre est semblable à une étoile brillante ».
© Guillaume Piolle, Creative Commons

 Si la lumière joue un rôle décisif dans l’établissement d’un rapport de communion du fidèle à Dieu, c’est parce qu’elle est étroitement associée au divin. La lampe, productrice de lumière, peut elle-même bénéficier de cette association. Pour cette raison, elle mérite également d’être étudiée sous sa dimension symbolique. La lampe n’est pas seulement un objet fonctionnel, elle revêt également une signification implicite, dans sa relation au feu, à la lumière et au pouvoir. Dans les textes sacrés musulmans, la lampe est souvent apparentée à la lumière divine et au sceau des prophètes, Muḥammad. Le « verset de la Lumière » (XXIV, 35) est sans doute aux fondements de cette symbolique de la lumière. Dans ce passage, c’est à la lumière artificielle, produite par le luminaire, et non à la lumière naturelle, à laquelle le divin est associé. Il peut être interprété à l’aune d’un autre verset (XXXIII, 46) qui identifie le Prophète de l’islam à une lampe brillante (sirāğ munīr). Le parallèle dressé entre ces deux versets associe la lumière brillant dans la niche à Dieu, et la lampe au Prophète. Cette double identification jouera un rôle significatif, aussi bien dans l’exégèse coranique et la philosophie islamique, que dans la société musulmane. Ce verset énigmatique semble à l’origine d’un investissement symbolique de la lampe en terre d’Islam, employée pour faire référence au Prophète qui diffuse la lumière divine.

Toutefois, l’étude de ces deux versets soulève la question de savoir si l’objet lampe lui-même, par analogie, revêt pour le fidèle une valeur symbolique. Les sources écrites représentent à ce titre une source précieuse d’information sur la perception que pouvait avoir le fidèle des dispositifs d’éclairage au sein de la mosquée. Les lampes magnifient à ce point la sacralité des édifices religieux que, lorsque Saladin reconquiert Jérusalem en 1187, la suspension des lampes est mentionnée par al-Iṣfahānī au titre des éléments indispensables pour re-sacraliser la mosquée al-Aqṣā (al-Isfahānī, éd. p. 61-62 et trad. p. 51). Les textes attestent le fait que les lampes excèdent parfois leur statut d’objets utilitaires pour devenir des symboles destinés à singulariser l’espace de la mosquée contre l’espace profane, et sa lumière brute, naturelle, et uniformément distribuée.

La représentation imagière de la lampe, et non plus l’objet lui-même, revêt également une valeur symbolique. Ainsi, une lampe suspendue dans une niche est parfois représentée, dans certaines mosquées et édifices funéraires, sur des panneaux en pierre gravés ou des panneaux en céramique moulée. La lampe est quasi systématiquement de forme globulaire. Elle est suspendue à l’aide de cordes ou de chaînes, encadrée par les pieds-droits et l’arc de la niche. Ce motif, qui a connu une grande prospérité, a été interprété de diverses manières (Khoury 1992, Behrens-Abouseif 1992). Le lien entre ces représentations et le verset de la lumière paraît évident puisqu’une lampe (miṣbāh) est dans les deux cas placée dans une niche (miškāt). Cette relation est  particulièrement explicite dans un panneau de la madrasa al-Budayriyya au Caire, datant du xive siècle. Le premier segment du Verset de la Lumière est en effet inscrit sur la lampe représentée. La présence de ces panneaux dans des espaces religieux, mosquées ou mausolées, atteste sans doute d’une volonté intentionnelle de traduire la présence divine dans l’édifice (Bonnéric 2012b). Ces représentations signalent le caractère vénérable de l’établissement et contribuent peut-être également à le sanctuariser.

Au final, il paraît crucial de considérer le luminaire et, de manière plus générale, l’objet, non seulement dans sa dimension historique (comme élément de datation) ou matérielle (méthode de production et fabrication), mais également sous ses dimensions pratiques et spirituelles. Dans les mosquées médiévales et proches-orientales, la lampe peut donc être le support d’usages à la fois fonctionnels (s’éclairer pour des activités ponctuelles ou créer une ambiance de festivité religieuse) et symboliques (évoquer le verset de la lumière, représenter le Prophète, ou encore transmettre la lumière divine). Les nombreux luminaires dispersés dans ces édifices contribuent à créer des géographies et des temporalités originales et à mettre en scène l’espace sacré. Étudier les luminaires est un moyen de réfléchir sur la lumière artificielle qui structure la vie profane et la vie religieuse au sein de l’édifice. Ce thème enrichit donc notre compréhension des rapports du fidèle, non seulement à l’espace religieux, mais également au sacré.

 Références

  • Ibn Ǧubayr, Riḥlat, éd. W. Wright et de M.-J. Gœje, Leyde-Londres, 1907 ; trad. M. Gaudefroy-Demombynes, Voyages, 2 vol., Paris, 1949.
  • al-Iṣfahānī, al-Fatḥ al-qussī fī al-fatḥ al-qudsī, éd. de Landberg C., Leyde, 1888 ; trad. H. Massé, Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin, Paris, 1972.
  • De Beaune S. A., 1987, Lampes et godets au Paléolithique, in Supplément à Gallia Préhistoire, 23.
  • Behrens-Abouseif D., 1992, « The Façade of the Aqmar Mosque in the Context of Fatimid Ceremonial », Muqarnas 9, p. 29-38. [En ligne] http://archnet.org/library/documents/one-document.jsp?document_id=3679
  • Bonnéric J., 2012a, « Les huiles et leurs usages en terre d’Islam à partir du VIIe s. », in Frère D. et Hugot L. (dir.),  Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule (VIIIe av. – VIIIe ap. J.-C.), publication du colloque organisé par l’École française de Rome les 16, 17, 18 nov. 2009 à Rome, Rennes, PUR (Archéologie et culture), p. 307-314.
  • Bonnéric J., 2012b, « Symboliser et figurer le divin en Islam classique : entre lumière naturelle et lumière artificielle », Journal Asiatique 300/2, p. 761-775. DOI: 10.2143/JA.300.2.2961402
  • Bonnéric J., 2013, « Une archéologie de la lumière en Islam : conditions d’étude d’un phénomène immatériel dans les mosquées médiévales », Annales Islamologiques 47, 2013 (sous-presse).
  • Khoury N., 1992, « The Mihrab Image: Commemorative Themes in Medieval Islamic Architecture », Muqarnas 9, p. 11-28. [En ligne] http://archnet.org/library/documents/one-document.jsp?document_id=3678

Pour citer ce billet : Julie Bonnéric, « L’archéologue et l’historien face à l’objet : pour une approche technique, fonctionnelle et symbolique des lampes », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 avril  2013. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/5104


julie-bonneric

Julie Bonnéric est doctorante en histoire et archéologie de l’Islam médiéval à l’Ifpo-Beyrouth (Aide à la mobilité internationale) et à l’École Pratique des Hautes-Études. Elle prépare, sous la direction de Jean-Michel Mouton (EPHE, IVe section), une thèse intitulée « Lumière et mosquées en Égypte et Syrie médiévales, des conquêtes arabes à la fin de la dynastie ayyoubide (634-1260) : gestion de l’éclairage et portée symbolique ». Céramologue et archéologue de terrain, elle a participé à des missions en Jordanie, en Égypte, en Lybie et dans le Golfe où elle est actuellement en charge de l’étude du site médiéval d’al-Quṣūr (Koweït) au sein de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka

Page personnelle et bibliographie sur Ifporient : http://ifporient.org/julie-bonneric

Tous les billets de Julie Bonnéric


Vous aimerez aussi...