La Palestine en réseaux : expatriations, migrations et enjeux patrimoniaux

Famille palestinienne de Ramallah, 1900-1910

L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et l’Université de Bir-Zeit (Territoires palestiniens) organisaient le 18 mars 2013 au Centre culturel français de Ramallah la troisième édition du séminaire « La Palestine en réseaux : du concept à l’étude de cas ». Ayant désormais atteint sa vitesse de croisière, cette nouvelle séance du séminaire a porté sur les questions migratoires et les enjeux patrimoniaux, donnant lieu à des discussions animées autour de trois communications : Les réseaux transnationaux : un concept utile pour l’étude des internationaux résidant dans les Territoires palestiniens ? (Clio Chaveneau, doctorante à l’Université de Paris 5) ; la mobilité de la population palestinienne des territoires occupés (Majdi al-Malki, professeur à l’Université de Bir-Zeit) ; et les enjeux patrimoniaux autour des pressoirs à huile d’olive (Maissoun Sharkawi, doctorante à l’Université de Nantes).

Le désir d’émigrer : le dépassement d’un tabou

Les mouvements de populations en Palestine ont souvent été abordés sous l’angle des réfugiés et des déplacements forcés en raison des circonstances sociohistoriques particulières : la colonisation israélienne. En revanche, peu d’études ont été consacrées à la question migratoire, comme si les Palestiniens n’émigraient pas vers l’étranger. Il est vrai que la problématique migratoire en Palestine revêt une « dimension de nature existentielle » (Majdi al-Malki) du fait de la situation politique. Toutefois, l’émigration palestinienne constitue un phénomène ancien qui remonte bien avant la Nakba (« la catastrophe » faisant référence à l’exode massif des Palestiniens après la défaite arabe de 1948). Comme le relève l’auteur, dès le XIXe siècle, la Palestine ottomane a connu des vagues migratoires vers les pays d’Amérique Latine (Brésil, Colombie, Chili, Venezuela, etc.) : il s’agissait principalement d’une émigration individuelle, plus rarement familiale, touchant les couches défavorisées et les classes moyennes de la région Centre (Ramallah, Bethléem et Jérusalem). Après 1967, l’émigration palestinienne s’est largement diversifiée, ne se limitant plus exclusivement à l’Amérique Latine : elle s’est étendue également à l’Amérique du Nord (Canada et États-Unis), à la Jordanie, aux États arabes limitrophes et surtout aux pays du Golfe persique. Concernant ces dernières destinations, l’on peut parler d’une émigration temporaire, dans la mesure où elle est fortement conditionnée par l’obtention d’un contrat de travail, au terme duquel les émigrés palestiniens accomplissent leur retour après avoir amassé un pécule.

© Matson (G. Eric and Edith) Photograph Collection
Library of Congress online catalog
http://www.loc.gov/pictures/item/mpc2010002111/PP/

Si l’émigration en Palestine a souvent été perçue comme une « saignée à blanc », venant s’ajouter au problème dramatique des réfugiés, elle a aussi constitué un facteur de développement national, grâce aux transferts d’argent et aux investissements opérés par les émigrés palestiniens dans leur localité d’origine : « l’émigration a accéléré le développement de certaines régions comme celles de Ramallah, constituant une source alternative temporaire de relance de l’économie nationale pendant les années difficiles de l’occupation » (Majdi al-Malki). Aujourd’hui, le phénomène migratoire est loin d’être tari. Une enquête quantitative réalisée en 2010 par le Bureau central des statistiques (PCBS), organisme lié à l’Autorité palestinienne, permet d’avoir un tableau plus précis du phénomène migratoire en Palestine et des motivations des candidats au départ. Il s’agit toujours d’une émigration temporaire liée aux études ou à un contrat de travail, plus rarement d’une émigration familiale. La plupart des émigrés palestiniens se dirigent vers les pays arabes (52 %), notamment vers la Jordanie (23,5 %) et vers les pays du Golfe (20,4 %). Enfin, il s’agit d’une émigration majoritairement éduquée (plus de 50 % des émigrés palestiniens ont un niveau d’études égal ou supérieur à Bac + 4). Mais le résultat le plus surprenant peut-être de l’enquête du PCBS concerne le « désir d’émigrer » : si celui-ci est élevé chez les jeunes (30 % chez les 15-29 ans), il atteint cependant des proportions moindres que dans les autres pays arabes non producteurs de pétrole, comme si le poids de l’occupation israélienne et l’enjeu nationaliste (« partir, c’est trahir !») constituaient un frein à l’émigration. Néanmoins, dans les nouvelles générations palestiniennes, le désir d’émigrer ne représente plus une question taboue dans les discussions quotidiennes, en dépit d’un attachement patriotique à la terre de Palestine.

S’expatrier en Palestine : rêve militant et/ou projet professionnel ?

© Centre d’information touristique de Ramallah. Photo Clio Chaveneau, 2013.

© Centre d’information touristique de Ramallah. Photo Clio Chaveneau, 2013.

Si la Palestine est un pays d’émigration, elle est aussi une terre d’expatriation pour de nombreux étrangers, désireux d’accomplir leur Palestinian dream. Dans cette perspective novatrice, Clio Chaveneau conduit une recherche originale sur les réseaux d’expatriés dans les territoires palestiniens, en essayant de comprendre leurs motivations, leurs styles de vie in situ et leurs sociabilités internes, ainsi que leurs relations avec les acteurs locaux (Palestiniens des territoires). A priori, cette expatriation répondrait à des motivations d’ordre politique, voire militant (le soutien à la « cause palestinienne »). Pourtant, les premiers repérages de l’enquête tendraient à prouver que les motivations sont plus complexes, renvoyant à des registres multiples qui ne se cantonnent pas aux réseaux du militantisme pro-palestinien. La volonté d’échapper à la crise de l’emploi en Europe ou en Amérique du Nord et de se construire un statut social valorisant (difficile à obtenir dans le pays d’origine) est une raison parmi d’autres de l’expatriation en Palestine.

© Café de Ramallah fréquenté entre autres par une clientèle d’expatriés occidentaux.  Photo Clio Chaveneau, 2013.

© Café de Ramallah fréquenté entre autres par une clientèle d’expatriés occidentaux.
Photo Clio Chaveneau, 2013.

Toutefois, les formes de conscientisation à « la cause » évoluent au cours du séjour : un expatrié professionnel confronté à la « dure réalité » de l’occupation israélienne peut très bien devenir un militant pro-palestinien, sinon un sympathisant, et vice-versa : un militant pro-palestinien, expatrié pour des raisons principalement politiques et idéologiques, est susceptible de faire évoluer son projet vers des objectifs professionnels et économiques. En somme, les expatriés occidentaux de Palestine constituent une communauté hétérogène, dont il s’agira de mettre en évidence l’existence ou non de réseaux de sociabilité à travers leurs pratiques professionnelles, associatives et politiques dans le cadre de leur séjour. Pour ce faire, Clio Chaveneau se propose d’expérimenter la notion de « transnationalisme » qui a fait l’objet d’un débat contradictoire au cours du séminaire : les internationaux expatriés en Palestine constituent-ils véritablement des acteurs tansnationaux ? N’y-a-t-il pas un risque à verser dans une notion fourre-tout qui répondrait davantage à des considérations normatives qu’à la rigueur sociologique ? Dans quelle mesure les expatriés occidentaux en Palestine peuvent-ils être porteurs d’un « transnationalisme » aux contours encore flous et incertains ? La discussion reste ouverte.

« Sous le pressoir » : enjeux culturels et politiques autour du patrimoine palestinien

© Vestiges d’un pressoir du village de Jibya déplacés par l’armée israélienne en 1998. Photo : Maissoun Sharkawi, 2012.

En Palestine, tout est politique, même les pressoirs à huile d’olive. Choisissant de s’inscrire délibérément dans une approche pluridisciplinaire (historique, ethnologique et architecturale), Maissoun Sharkawi s’interroge sur la signification de l’héritage patrimonial et de sa transmission aux générations futures. En apparence, les pressoirs à huile d’olive constituent les vestiges d’une « Palestine disparue » digne des affiches orientalistes, sources de curiosité touristique et exotique. En réalité, ils sont bien plus que cela : ils renvoient à des enjeux mémoriels, où l’occupant et l’occupé se disputent la paternité des objets. Ainsi, un pressoir à huile d’un village palestinien est susceptible d’être exposé dans un musée de Jérusalem Ouest (partie juive de la ville) ou de Tel-Aviv et d’être présenté au public comme un héritage du patrimoine israélien. La symbolique autour de la culture de l’olive est si présente dans la conscience collective qu’elle donne lieu inévitablement à des formes de réappropriation abusive et conflictuelle : le pressoir à huile d’olive fait l’objet d’un processus d’« israélisation», venant attester de l’ancienneté de la colonisation juive et de ses droits prétendument « légitimes » sur la terre de Palestine.

Face à ces tentatives de réappropriation patrimoniale de la part du dominant, les autorités palestiniennes ont développé une forme de résistance identitaire qui, toutefois, semble davantage relever d’une stratégie de folklorisation que de patrimonalisation. Dans son analyse sociologique, Maissoun Sharkawi paraît ainsi déplorer l’absence de véritable « politique du patrimoine » en Palestine qui, jusqu’à présent, se cantonne au registre folklorique : la gestion du patrimoine culturel par les autorités palestiniennes « nous oriente plutôt vers des composantes folkloriques comme, par exemple, les journées du patrimoine qui ont lieu chaque année dans la vielle ville de Birzeit, au cours desquelles sont organisés des défilés de robes brodées, des spectacles de dabkeh, et où l’on prépare du musakhn (plat traditionnel palestinien) ».

 A travers ces trois sujets que représentent l’émigration vers l’étranger, la présence des expatriés dans les territoires et les enjeux liés au patrimoine culturel, on comprend dès lors que l’analyse des phénomènes sociaux en Palestine ne peut faire fi du contexte d’occupation et de la charge nationaliste qui en découle. Le chercheur se trouve ainsi contraint d’osciller en permanence entre la tentation de « normaliser » son objet sociologique (la Palestine est un terrain comme un autre) et celle de le « particulariser » eu égard la situation de domination coloniale vécue quotidiennement par les acteurs sociaux.


Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « La Palestine en réseaux : expatriations, migrations et enjeux patrimoniaux », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 4 avril  2013. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/5016


Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser


Vous aimerez aussi...