Des Alaouites de Syrie (4) : le rôle fédérateur de Ḥasan b. Yūsuf al-Makzūn al-Sinǧārī

Longtemps absente du débat public, la « question alaouite » suscite aujourd’hui, avec les développements dramatiques de la « crise syrienne », un intérêt croissant. Toutefois, ce regain d’attention politico-médiatique pour la communauté alaouite de Syrie (celle à laquelle appartient précisément le président Bachar Al-Assad) est source de nombreux clichés, caricatures et approximations. Les Carnets de l’Ifpo ont décidé de publier cette série d’articles de Bruno Paoli (directeur du Département scientifique des études arabes, médiévales et modernes) qui nous éclaire sur l’histoire riche et complexe de cette communauté qui est loin de se réduire à la seule trajectoire politique d’un homme et de son clan.

Si le regroupement des Alaouites dans les montagnes côtières avait commencé dès la fin du xe siècle pour s’intensifier au xie, c’est la venue de l’émir Ḥasan b. Yūsuf al-Makzūn al-Sinǧārī et des siens, à la fin du premier quart du xiiie siècle, qui constitue l’élément fondamental de la genèse de la communauté et est à l’origine de l’organisation qu’on lui connaît jusqu’à présent.

Montagne alaouite, photo B. Paloi

Montagne alaouite, Syrie, photo P. Fournet

En effet, on distingue actuellement parmi les Alaouites quatre groupes, confédérations de familles et de clans sans unité territoriale :

  • Ḫayyāṭīn,
  • Ḥaddādīn,
  • Kalbiyya,
  • Matāwira.

Les Ḫayyāṭīn, actuellement subdivisés en Bayt al-Ḫayyāṭ, ‘Abdiyya, Faqāwira, Ṣarāmita, Ḥalabiyya et ‘Amāmira (ou Ġasāsina), se disent issus de fractions de la grande tribu des Ġassānides (Ġasāsīna). Ils seraient les descendants de familles qui se seraient installées dans la région au début du xie siècle, avec parmi eux, sinon à leur tête, le cheikh ‘Īsā al-Adīb al-Bānyāsī, dont les fils, Muḥammad et Ibrāhīm, sont à l’origine des deux premiers clans mentionnés (Bayt al-Ḫayyāṭ et ‘Abdiyya). Les trois autres groupes, Ḥaddādīn, Kalbiyya et Matāwira, disent descendre des familles « sinğārites » venues s’établir dans la région sous la houlette du prince Ḥasan b. Yūsuf al-Makzūn.

Croquis de situation - Diffusion de la doctrine nuṣayrie de la Mésopotamie aux rives de la Méditerranée (IXe-Xe siècles). Carte : Bruno Dewailly CC-BY-SA

Croquis de situation – Diffusion de la doctrine nuṣayrie de la Mésopotamie aux rives de la Méditerranée (IXe-Xe siècles). Carte : Bruno Dewailly CC-BY-SA

Al-Makzūn al-Sinǧārī serait, comme l’indique sa nisba, originaire de Sinğār, ville de la Ğazīra située en bordure du massif montagneux du même nom, à l’Ouest de Tall ‘Afar, entre Mağdal et Mossoul. Il serait né en 1164, 1168 ou 1187. Sa généalogie complète est la suivante : Abū Muḥammad Ḥasan b. Yūsuf (al-Makzūn) b. Sayf al-Dīn b. ʽAbd Allāh b. Ṭarḥān b. Muḥammad b. Rāʼiq b. Ḫiḍr b. Muḥammad b. ʽAlī b. Ḥusayn b. Faḍl b. al-Mufaḍḍal b. Zayn b. Muhallab b. Abī Ṣafrā al-Ġassānī al-Azdī al-Sinğārī. Il est donc lui aussi ġassānide, descendant d’Ibn Rāʻiq à la cinquième génération et arrière-petit-fils de ʻAbd Allāh b. Tarḫān, le fondateur supposé de la « principauté makzūnite de Sinğār » en 996. C’est en 1205, à la mort de son père, que Ḥasan serait à son tour devenu l’émir de cette « principauté » dont l’existence pose question, à tel point qu’elle ressemble plutôt à un enjolivement de la « geste d’al-Makzūn ». D’après Aḥmad ʻAlī Ḥasan (2005), l’initiateur de cette légende, acceptée et diffusée par nombre d’auteurs postérieurs, ne serait autre que Muḥammad al-Ṭawīl, auteur de la première Histoire des Alaouites, composée au lendemain de la première guerre mondiale (1924). A. ʻA. Ḥasan, citant notamment Asʻad ʻAlī (2005) et Ḥāmid Ḥasan (1988), souligne, d’une part, qu’al-Makzūn est totalement absent des sources historiographiques arabo-musulmanes classiques et qu’il n’a laissé aucune trace dans ce que l’on sait de l’histoire de Sinğār et de sa région ; et que, d’autre part, les œuvres d’al-Makzūn elles-mêmes sont, d’après Asʻad ʻAlī (2005), complètement muettes à ce sujet. Grâce aux historiens arabes médiévaux, l’histoire de Sinğār à cette époque est d’ailleurs plutôt bien connue (Šamisānī 1983) : durant près d’un siècle, de 1128 à 1220, elle fut sous la domination des Zengides, qui y perdirent épisodiquement leur indépendance au profit des Ayyoubides et y déléguèrent parfois le pouvoir à certains de leurs affidés, tels le muqaddam ʻAbd al-Malik al-Daylamī, qui l’administra de 1146 à 1149. Durant les deux premières décennies du xiiie siècle, elle fut gouvernée par Quṭb al-Dīn Muḥammad, fils de ʻImād al-Dīn Zengi, puis, à sa mort, très brièvement par deux de ses fils, ʻImād Šāhanšāh et Farūḫ Šāh ʻUmar, lequel la céda définitivement aux Ayyoubides, en échange de la ville d’al-Raqqa, plus au sud, sur l’Euphrate.

Hamīd Ḥasan (1988) émet donc l’hypothèse qu’al-Makzūn n’était probablement que le chef d’une tribu présente à l’époque dans le Ğabal Sinğār, avant d’en avancer une autre, plus audacieuse encore : la Sinğār dont il est originaire pourrait ne pas être celle, bien connue, qui se trouve dans la Ğazīra, au pied du Ğabal du même nom, mais une autre Sinğār, située en Syrie, à trente-trois kilomètres à l’est de Maʻarrat al-Nuʻmān. Comme le dit A. ‘A. Ḥasan (2005, p. 61-62), ces hypothèses, faute de sources, restent toutefois invérifiables.

Le regroupement des Alaouites dans les montagnes côtières de Syrie ( XIe-XIIIe siècle)

Le regroupement des Alaouites dans les montagnes côtières de Syrie ( XIe-XIIIe siècle)

La « geste d’al-Makzūn » raconte que les Nuṣayrīs des montagnes côtières, confrontés aux Kurdes et aux Ismaéliens, avaient, au début du xiiie siècle, envoyé deux émissaires auprès d’al-Makzūn, le cheikh Muḥammad al-Bānyāsī, fils de ‘Īsā al-Adīb, et le cheikh ‘Alī al-Ḫayyāṭ, fils du cheikh Ḥamza al-Ḫayyāṭ, afin que celui-ci leur vienne en aide. Al-Makzūn serait venu deux fois au secours des Nuṣayrīs des montagnes côtières. Vaincu une première fois, en 1213-1214 ou en 1220, il serait revenu, en 1222 ou en 1223, avec femmes et enfants et, surtout, avec des troupes plus nombreuses. Lâchés par les Ismaéliens, les Kurdes, emmenés par Ṭamārtakīn, furent alors repoussés dans le ‘Akkār. Al-Makzūn s’installa dans la région, établissant ses quartiers dans la citadelle d’Abū Qubays. Il serait mort en 1240. Les avis divergent quant au lieu où il aurait été enterré, à Kfār Sūsa, près de Damas, pour les uns, à Ma‘malā, près de Tell ‘Afar, pour les autres, ou encore à Ḥimmīn, à 11 km au nord-ouest de Ṣāfīṭā, comme l’affirme Aḥmad ʻAlī Ḥasan (2005).

Ḥāmid Ḥasan se permet d’émettre des doutes concernant la véritable raison de cette migration. En effet, en 1220, les Ayyoubides se rendaient maîtres de la ville de Sinğār, prise aux Zengides ; et onze ans plus tard, en 1231, elle était dévastée, comme ses environs, par les envahisseurs mongols. Ces deux événements ne sont peut-être pas étrangers au départ d’al-Makzūn, non seulement avec des guerriers pour venir en aide aux Nuṣayris des montagnes côtières, mais aussi, la seconde fois, avec femmes et enfants, comme cela est rapporté par ses biographes, peut-être pour fuir une région devenue inhospitalière. Ici encore, rien ne permet d’apporter à ces interrogations des réponses sûres, tant les informations dont nous disposons sont lacunaires.

Que les Kalbiyya, les Ḥaddādīn et les Matāwira disent descendre des « Sinǧārites » ne signifie pas pour autant que tous les clans rattachés à ces trois groupes ont un lien de parenté avec eux. Les Ḥaddādīn, par exemple, doivent leur nom à Muḥammad al-Ḥaddād b. Mīkā’īl (ou Mamdūd, son frère) b. Yūsuf b. Maḥmūd b. al-Makzūn al-Sinğārī, vraisemblablement l’arrière-petit-neveu d’al-Makzūn. Mais les Mahāliba, rattachés aux Ḥaddādīn, étaient selon toute vraisemblance déjà établis dans la montagne au moment de la venue d’al-Makzūn. Ce serait aussi le cas des Maḥāriza, rattachés aux Matāwira, dont les ancêtres furent les maîtres d’al-Marqab à la fin du xie siècle et au début du xiie. Les clans et familles appartenant aux trois groupes qui se disent « sinǧārites » ne sont donc pas tous venus de Sinğār avec Ḥasan b. al-Makzūn. Certains l’y ont vraisemblablement précédé ; d’autres s’y sont par la suite agrégés. Et cela sans qu’un lien de parenté les relie nécessairement. L’organisation en quatre groupes traduit donc plus des rapports de pouvoir que de parenté, comme le montre l’assimilation des Mahāliba aux Ḥaddādīn et des Maḥāriza aux Matāwira ; et l’absence de continuité géographique des quatre confédérations plaide en faveur de cette hypothèse de rattachement par allégeance des clans et familles qui occupaient la région avant l’arrivée des Sinğārites.

Al-Makzūn ne fut pas seulement homme de pouvoir, mais aussi homme de foi et fin lettré. Il est ainsi l’auteur d’une épître intitulée Tazkiyat al-nafs fī ma‘rifat bawāṭin al-‘ibādāt al-ḫams (La purification de l’esprit par la connaissance du sens caché des cinq pratiques cultuelles), consacrée à l’interprétation ésotérique des cinq piliers de l’islam et partiellement éditée par As‘ad Aḥmad ‘Alī (2005, vol. 2, p. 249-285) ; et, surtout, d’un dīwān dans lequel sont recueillis environ 460 poèmes de sa composition et qui a fait l’objet de plusieurs commentaires, dont l’un, daté de 1895, est l’œuvre du cheikh Sulaymān al-Aḥmad (1869-1942). Il existe deux manuscrits accessibles du dīwān d’al-Makzūn al-Sinǧārī, l’un à la Bibliothèque al-Assad à Damas (ms. 8758) et l’autre à Madrid (ms. Escorial B382). Il a été édité en 2008 par Hāšim ‘Uṯmān. Paul Nwiya (1974) en a traduit quelques extraits en français.

Al-Makzūn mérite sans nul doute de prendre place parmi les grands poètes de son époque. Le recueil compte de nombreux distiques, tercets, quatrains et poèmes courts de cinq à sept vers, mais aussi des poèmes plus longs (qaṣīdas), dont sept comptent au moins soixante vers :

  1. une bā’iyya (poème dont la rime est fondée sur la lettre bā’) de soixante vers qui, selon Nwiya (1974), « est un vrai arsenal d’énigmes logiques, grammaticales, mathématiques à résoudre par le jeu du double sens » ;

  2. une tā’iyya (à rime en tā’) de 120 vers dans laquelle il s’attaque à Ibn al-Fāriḍ, « le traitant de faux amant qui se dit uni à l’essence divine alors qu’il est victime d’un mirage » ;

  3. une dāliyya (à rime en dāl) de 46 vers, dans laquelle « il évoque l’universalisme des épiphanies divines à travers les diverses religions de l’humanité et les grands pôles géographiques de ces épiphanies » ;

  4. une rā’iyya (à rime en rā’) de 128 vers, dite qamariyya : « Mon matin est venu est s’est illuminé, et ma nuit s’est anéantie dans sa fuite. / Le soleil de l’aurore a pointé au-dessus de moi venant du visage de la lune. / Le ciel s’est fendu dans mon regard, laissant choir ce qu’il contenait / […] » ;

  5. une seconde rā’iyya, de 316 vers, dite šamsiyya (solaire): « Par le couchant du soleil et le lever de la lune, et l’étoile du matin quand la nuit s’en va ! / Par le chaos et sa mise en ordre, par le repos et le mouvement, par ce qui est décrété et par le décret ! / Par les planètes disparaissant dans leurs orbites, et par ce qu’en voile l’aurore et ce qu’elle en dévoile / […] » ;

  6. une lāmiyya (à rime en lām) de 75 vers ;

  7. une yā’iyya (à rime en yā’) de 93 vers, enfin, « dans laquelle Makzūn développe un dialogue poignant entre l’homme et Dieu » (Nwiya 1974).

Références

Dīwān 

  • Makzūn al-Sinǧārī (al-), Dīwān al-Makzūn al-Sinǧārī, éd. Hāšim ‘Uṯmān, Beyrouth, Dār al-A‘lamī li-l-maṭbū‘āt, 2008.
  • Makzūn al-Sinǧārī (al-), Dīwān (intégrale de ses poésies en ligne) : http://www.poetsgate.com/poet_1722.html

Études

  • Ḥasan, A. ʽA., 2005, Al-Makzūn al-Sinğārī fī Ḥimmīn, Homs, Al-dār al-sūriyya li-l-dirāsāt wa-l-našr.
  • Ḥasan, Ḥ, 1988,  Al-Makzūn al-Sinğārī bayna al-imāra wa-l-ši‘r wa-l-taṣawwuf wa-l-falsafa, Damas, Dār mağallat al-ṯaqāfa.
  • ʽAlī, As‘ad, 2005, Ma’rifat Allāh wa-l-Makzūn al-Sinğārī, Damas, Dār al-Suʼāl (1re éd. 1981).
  • Hawwāš, M., 1997, ‘An al-‘alawiyyīn wa-dawlati-him al-mustaqilla, Casablanca, Al-šarika al-ğadīda li-l-maṭābi‘ al-muttaḥida.
  • Nwiya, Paul, 1974, « Makzūn al-Sinjārī, poète mystique alaouite », Studia Islamica 40, p. 87-113.
  • Šamīsānī, Ḥasan, 1983, Madīnat Sinğār min al-fatḥ al-ʻarabī al-islāmī ḥattā al-fatḥ al-ʻuṯmānī, Beyrouth, Dār al-Āfāq al-ğadīda.
  • Ṭawīl, Muḥammad Amīn Ġālib al-, s. d., Tārīḫ al-ʻalawiyyīn, Beyrouth, Dār al-Andalus [1re éd. 1924].

A suivre : Des Alaouites de Syrie (5) : Dans les marges de l’Histoire (xiiiexixe s.)

Billet précédent : Des Alaouites de Syrie (3) : La montagne-refuge

 


Pour citer ce billet : Bruno Paoli, « Des Alaouites de Syrie (4) : le rôle fédérateur de Ḥasan b. Yūsuf al-Makzūn al-Sinğārī », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 27 mars 2013. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4997


Bruno Paoli est Directeur du département des études arabes, médiévales et modernes de l’Ifpo depuis septembre 2011. Il est directeur de la collection Ifpoche et du Bulletin d’études orientales.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/bruno-paoli

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo


Vous aimerez aussi...