De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2)

La mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (voir « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) ») a mené sa deuxième campagne de terrain du 12 octobre au 1er décembre 2012. Cette année la mission a été étoffée, grâce notamment au soutien affirmé des autorités koweïtiennes et à l’aide apportée par le mécénat de Total Koweït et de la Fondation Total : quatorze participants de la partie française et six de la partie koweïtienne ont collaboré aux travaux.

Carte de l’île de Faïlaka avec indication des sites archéologiques © H. David-Cuny

Carte de l’île de Faïlaka avec indication des sites archéologiques © H. David-Cuny

Les recherches se sont réparties sur les sites de la forteresse hellénistique et du « village » médiéval d’Al-Quṣūr ; elles ont concerné le terrain et le matériel issu des fouilles. Les résultats obtenus sont de première importance pour le phasage chronologique et, s’il est encore trop tôt pour avancer des conclusions définitives, ils nous permettent cependant de proposer un certain nombre d’hypothèses et de lancer de nouvelles pistes de recherche.

La forteresse héllénistique

La forteresse hellénistique, dont on peut dater l’activité entre le IIIe s. av. J.-C. et le début de l’ère chrétienne pour sa principale occupation, aurait été fondée par Antiochos Ier comme point de contrôle de la frontière de l’empire séleucide et des routes commerciales maritimes du Golfe. Elle comprend principalement des fortifications, deux temples, des édifices civils et un puits, et a été en partie fouillée par plusieurs missions internationales.

Nos recherches, entreprises en 2011, se concentrent sur la chronologie des occupations et sur la circulation interne.

Les fortifications

La tour située au centre de la muraille ouest a été entièrement dégagée : elle aurait connu deux phases de construction et probablement une restauration. Ses liens avec le rempart et avec le glacis qui le protège se précisent et elle pourrait même avoir été bâtie dès le début de l’existence de la forteresse.

Forteresse hellénistique, tour sur le rempart ouest ; à l’arrière de son mur nord, vestiges de l’élévation du rempart en briques crues. Vue vers le sud-est © MAFKF.

Forteresse hellénistique, tour sur le rempart ouest ; à l’arrière de son mur nord, vestiges de l’élévation du rempart en briques crues. Vue vers le sud-est © MAFKF.

Dans le secteur nord-ouest, on avait pu mettre en évidence (dès 2007) une excavation réalisée vers la fin de la vie de la forteresse au pied du rempart nord, sur presque toute sa moitié ouest (M. Gelin, rapport inédit de la précédente mission française). Cette immense fosse avait ensuite été comblée jusqu’au niveau du sol environnant, formant un niveau d’une horizontalité presque parfaite. En 2012 nous avons constaté que cette solide plateforme a été entamée par une série de fosses creusées profondément pour enfouir des détritus (probablement de la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C.), scellées par un niveau de circulation. Le dernier niveau d’occupation survient peu de temps après, puis la forteresse est abandonnée jusqu’à une réoccupation tardive et ponctuelle. Ces diverses étapes doivent encore être mises en relation avec celles découvertes en 2011, en lien avec la première muraille septentrionale, mais on peut déjà avancer que l’excavation antique a détruit toutes les constructions qui s’étaient établies au-delà de la première forteresse. Si sa fonction demeure encore un mystère, elle n’a apparemment pas connu l’usage auquel elle était destinée puisqu’elle a rapidement été transformée en zone de dépotoir.

Forteresse hellénistique, secteur nord des fortifications, avec les fosses-dépotoirs qui ont détruit la plateforme ; au dernier plan, niveau de circulation avec dallage. Vue vers le nord-ouest © MAFKF

Forteresse hellénistique, secteur nord des fortifications, avec les fosses-dépotoirs qui ont détruit la plateforme ; au dernier plan, niveau de circulation avec dallage. Vue vers le nord-ouest © MAFKF

Les constructions à l’intérieur de la forteresse : essai de phasage

L’étude de toutes les constructions dégagées par l’ensemble des missions se fonde sur l’observation des maçonneries (construction, niveaux, situation, liens). Cinq phases ont été établies en 2012, qui recoupent en partie celles proposées par la première mission française. Elles doivent encore être reliées aux informations stratigraphiques des missions précédentes mais, en l’absence de publication complète des données il sera sans doute impossible, dans plusieurs zones, de préciser certaines étapes.

La circulation interne

Le nettoyage d’une grande tranchée est-ouest ouverte par les missions précédentes le long de la muraille méridionale et sur le puits, a permis d’observer le cheminement, à son extrémité sud, de la principale voie qui reliait la porte du rempart nord au rempart sud. L’étude de la stratigraphie montre que la rue suit un tracé rectiligne jusqu’au rempart méridional, puis le longe vers l’est sur quelques mètres jusqu’à aboutir à la porte, décentrée. Le niveau de la première rue est identique à celui des remparts. Les successions des rues postérieures s’accumulent sur une hauteur importante, puis un bâtiment de quatre pièces a été bâti précisément sur le tracé, à un peu moins de 10 m au nord de la muraille, condamnant son prolongement vers le sud. Il est probable que la fermeture de cette partie de la rue corresponde à celle de la porte sud. La circulation dans le secteur méridional de la forteresse a donc connu un développement propre, que nos prochains travaux devraient permettre d’étudier.

Forteresse hellénistique, tranchée sud. À gauche, le puits, à droite la stratigraphie de la rue. Les flèches indiquent le niveau de la première rue hellénistique. Vue vers le sud © MAFKF

Forteresse hellénistique, tranchée sud. À gauche, le puits, à droite la stratigraphie de la rue. Les flèches indiquent le niveau de la première rue hellénistique. Vue vers le sud © MAFKF

Le secteur de la forteresse avant l’arrivée des Macédoniens

La zone de l’île dans laquelle est implantée la forteresse comprend plusieurs autres sites, datés entre l’âge du Bronze et le Ve s. av. J.-C. ; il était donc probable que de tels vestiges existaient sous les niveaux hellénistiques.

Ils ont effectivement été mis en évidence, dans le secteur du rempart ouest, avec de la céramique qui remonte possiblement à l’âge du Bronze (de prochaines études pourront le préciser).

De plus, dans la tranchée au sud du site, la première rue hellénistique repose sur une épaisse couche d’accumulations régulières, elle-même sur le sable qui est vraisemblablement le sol vierge. Ces accumulations témoignent de l’usure de constructions antérieures et pourraient résulter de l’abandon du secteur avant l’arrivée des Macédoniens, ce qui peut être confirmé si l’on considère que de la céramique de l’âge du Bronze avait été découverte au fonds du puits.

Par ailleurs, cette couche se trouve également au-dessus d’un mur qui ferme le puits au sud, et dans la berme immédiatement au nord-ouest du puits : il apparaît ainsi qu’elle a pu recouvrir celui-ci. Cette hypothèse de travail, qui reste à confirmer, pose la question du fonctionnement et de la visibilité du puits au moment de la première occupation macédonienne : s’il n’apparaissait plus, alors on doit chercher une autre raison de l’implantation, au IIIe s., de la forteresse en cet endroit. La stratigraphie située au-dessus du puits ayant été enlevée par les fouilleurs précédents, il nous revient, si possible, d’approfondir ces recherches pour apporter des éléments de réponse.

Le front de mer au sud de la forteresse

L’étude des bancs rocheux le long du front de mer sur la plage sud-ouest de l’île a permis de déterminer l’emplacement de deux zones qui ont pu être exploitées à des fins d’extraction de la pierre de grès. Des modules précis de blocs détachés du substrat ont pu être identifiés, qui se retrouvent dans l’ensemble des constructions antiques.

Front de mer, zone est d’extraction de la pierre © MAFKF.

Front de mer, zone est d’extraction de la pierre © MAFKF.

Al-Quṣūr

Le site d’Al-Quṣūr, au centre de l’île, remonte aux débuts de l’Islam (VIIe-IXe s.). Il se compose de deux églises situées au centre d’un groupe d’habitations dispersées sur près de 1,8 km, se rapprochant du schéma de monastères chrétiens établis dans le Golfe et au sud de la Mésopotamie, avant ou aux débuts de l’Islam.

Al-Quṣūr, plan du centre de l’installation. J. Humbert © MAFKF

Al-Quṣūr, plan du centre de l’installation. J. Humbert © MAFKF

D’après le plan précis des vestiges visibles en surface au centre du « village » (réalisé en 2011), un espace vide de constructions se dessinait autour des églises. De plus, un mur dégagé à l’est des églises par la mission française précédente semble constituer une partie d’un mur de clôture qui pourrait témoigner de la séparation des édifices religieux et des habitations. C’est pourquoi nous avons souhaité vérifier l’existence de cette clôture, dans un premier temps au nord et à l’ouest.

Al-Quṣūr, plan du secteur A5. J. Humbert © MAFKF

Al-Quṣūr, plan du secteur A5, partie ouest. J. Humbert © MAFKF

Un monastère clos ?

Al-Quṣūr, secteur A4, mur en partie dégagé de son effondrement. Vue vers l’ouest © MAFKF.

Al-Quṣūr, secteur A4, mur en partie dégagé de son effondrement. Vue vers l’est © MAFKF.

Des sondages ont été ouverts sur le tracé de ce mur supposé. Ils ont clairement montré, à l’ouest, qu’il s’agit de bâtiments placés côte à côte, avec un passage entre eux qui permettait un accès aux églises. Ces premiers résultats semblent invalider l’hypothèse d’un monastère fermé.

Au nord les choses sont moins claires, car si là aussi plusieurs enclos sont juxtaposés — avec des passages libres entre eux — en revanche, des murs s’avancent au sud vers les églises. Cela pose deux nouvelles hypothèses de travail : ces murs témoignent que soit la zone était envahie par les constructions y compris près des églises, soit sa limite nord était située un peu plus au sud. En l’état des travaux il est encore difficile de trancher cette question.

Les phases d’existence du « village »

Deux phases d’existence du « village » sont clairement attestées, une troisième est encore incertaine. Au nord, des murs antérieurs témoignent d’un premier état ; les habitats actuellement visibles en surface, contemporains des églises, appartiennent au deuxième état ; à l’ouest, un vaste bâtiment est très vraisemblablement postérieur. L’étude de la céramique, encore en cours, montre au nord un type de décor estampé différent de celui de la deuxième phase et qui n’avait pas encore été mis au jour sur le site ; la troisième phase, dont la fouille n’est pas achevée, n’a pas encore livré d’élément datable.

Implantation topographique du site

Une série de bornes topographiques, établies sur le système de coordonnées koweïtien, a été implantée sur le site dans le but de caler la totalité des relevés. L’ensemble des secteurs fouillés, au centre par notre mission, au nord par une mission polonaise et au sud par une mission slovaque, pourront ainsi en bénéficier.

Al-Quṣūr, bornes topographiques. S. Baier © MAFKF.

Al-Quṣūr, bornes topographiques. S. Baier © MAFKF.

La préservation et la présentation du patrimoine bâti

Le Koweït s’engage dans un vaste projet de préservation et de présentation des vestiges archéologiques bâtis sur l’île de Faïlaka. Dans ce cadre, la mission a débuté un programme centré sur la forteresse hellénistique qui, depuis les anciennes fouilles, a souffert du fait de la fragilité de ses matériaux de construction (grès marin, terre crue), des intempéries et des anciens sondages archéologiques profonds. Un premier projet de préservation a été proposé au cours de cette campagne et les travaux de terrain ont commencé avec, notamment, la description complète des maçonneries et de leur état de conservation, ainsi que le parcours du ruissellement des eaux. Enfin, avant de quitter l’île les chantiers en cours ont été protégés.

Préservation du site : indication du ruissellement des eaux. M. Imbert © MAFKF

Préservation du site : indication du ruissellement des eaux. M. Imbert © MAFKF

Le matériel archéologique

L’enregistrement du matériel archéologique (photos, dessins, bases de données) a été réalisé et l’ensemble déposé auprès du Département des Antiquités et des Musées. La céramique est étudiée au cours de chaque campagne et, à partir de 2012, la conservation des objets et des poteries devrait être systématiquement réalisée.

Forteresse hellénistique, bol restauré © MAFKF.

Forteresse hellénistique, bol restauré © MAFKF.

Conclusion

La campagne de 2012 a été riche tant du point de vue scientifique que du point de vue de la préservation du patrimoine. Nos recherches ont livré une quantité d’informations importantes qui approfondissent et renouvellent en partie notre connaissance des deux sites. L’analyse de ces données devrait être réalisée au cours des prochaines campagnes.

Membres de l’équipe en 2012

Directeurs :

– Shehab Sh. (directeur de la partie koweïtienne).
Gelin M. (directrice de la partie française ; en charge de l’étude de la forteresse).

Membres de la partie koweitienne :

– Ali (Al) Kh. (archéologue).
– Ansari (Al) M. (laboratoire du Musée National).
– Mutairi (Al) H. (Al-Quṣūr, archéologie-céramologie).
– Saei (Al) T. (archéologue).
– Shemeri (Al) T. (archéologue).

Membres de la partie française :

Bonnéric J. (en charge de l’étude d’Al-Quṣūr).
– Abdul Massih J. (forteresse : maçonneries, circulation interne ; front de mer).
– Ala El Dine A. (céramique hellénistique).
– Alami S. (restauration d’objets).
– Baier S. (topographie).
– Bendakir M. (préservation du patrimoine bâti).
Bernel F. (gestion du matériel archéologique).
Couturaud B. (forteresse, nord-ouest).
– David-Cuny H. (dessins d’objets).
– Gelin J.-M. (forteresse, tour ouest).
– Humbert J. (relevés de terrain).
– Imbert M. (préservation du patrimoine bâti).
– Rivoal M. (Al-Quṣūr, A5).

Soutiens de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka

Autorités scientifiques de tutelle

– Institut français du Proche-Orient

Centre National français de la Recherche Scientifique

– Kuwaiti National Council for Culture, Arts and Letters

– Département koweïtien des Antiquités et des Musées

Autorités françaises au Koweït

– Ambassade de France

– Institut français

Mécénat

– Total Koweït
Logo-Total

– Fondation Total

Logo-Fondation-Total

Bibliographie récente

M. Gelin (dir.), Kuwaiti-French Expedition in Faïlaka, The Hellenistic fortress (Tell Saïd). Preliminary Scientific Report 2009, éd. NCCAL, Koweït City, 2012. ISBN 978-999-06-0-366-8.

M. Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 janvier 2012 [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/2908

M. Gelin (dir.), French-Kuwaiti archaeological Mission in Faïlaka, First Preliminary Report (2011-2012). The Hellenistic fortress and Al Qusur, éd. NCCAL, Koweït City, 2013. En préparation.

Billet suivant (juillet 2014) : « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique »


Pour citer ce billet : Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4929


mathilde-gelin-2

Mathilde Gelin est archéologue, chercheuse au CNRS-Ifpo. Elle est directrice scientifique de la partie française de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/mathilde-gelin

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo



Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Vlachos Ioannis-Andreas dit :

    Je suis surpris qu’alors que dans cette description sont très justement mis en exergue: la situation éminemment stratégique de l’ile, le caractère et la fonction fondamentalement militaires de l’établissement et,notamment, la présence de tours dans la forteresse, il ne soit fait la moindre allusion à l’éventualite qu’il ait pu s’agir,pour au moins l’une d’entre elles, de tours de guet et de communication à distance (phryctôries)ainsi que cela était le cas dans un grand nombre d’îles de l’Egée depuis la période de l’hégémonie athénienne jusqu’à la fin de la période hellénistique.

    • Monsieur Vlachos, merci de l’intérêt que vous portez à nos travaux. Nous sommes convaincus que des tours de guet telles que celles que vous décrivez ont existé en plusieurs endroits sur l’île et notamment sur la côte nord, mais aucun vestige n’en a encore été retrouvé. Dans la forteresse même, aucun indice ne permet d’avancer que l’une des tours ait eu plus particulièrement cette fonction, même si la tour nord-ouest pourrait être une possible candidate.

  1. 26/04/2013

    Lien depuis le billet de Julie Bonnéric, membre de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka