Des Alaouites de Syrie (3) : la montagne-refuge

Longtemps absente du débat public, la « question alaouite » suscite aujourd’hui, avec les développements dramatiques de la « crise syrienne », un intérêt croissant. Toutefois, ce regain d’attention politico-médiatique pour la communauté alaouite de Syrie (celle à laquelle appartient précisément le président Bachar Al-Assad) est source de nombreux clichés, caricatures et approximations. Les Carnets de l’Ifpo ont décidé de publier cette série d’articles de Bruno Paoli (directeur du Département scientifique des études arabes, médiévales et modernes) qui nous éclaire sur l’histoire riche et complexe de cette communauté qui est loin de se réduire à la seule trajectoire politique d’un homme et de son clan.

La genèse des groupes ethniques procède tantôt par différenciation, tantôt par superposition et mélange de populations, voire, le plus souvent, par la combinaison des deux processus, comme c’est le cas, en particulier, des communautés religieuses,

« qui se développent par une prédication locale dans une aire limitée, mais impliquent fréquemment en outre un regroupement dans un refuge où viennent s’accumuler des proscrits de provenances plus ou moins lointaines, qui finissent par y assimiler les populations antérieures. » (De Planhol 1997, p. 17)

Le cas des Alaouites répond globalement à ce schéma : à une phase de diffusion de la doctrine (Des Alaouites de Syrie 2) succéda une phase de repli et de regroupement dans une « montagne-refuge », les montagnes côtières de Syrie.

La question de savoir s’ils ont, ce faisant, assimilé des populations déjà installées dans la région reste ouverte. Bien qu’occupée de longue date, la montagne « alaouite » aurait été, de tous temps, peu peuplée. À partir du iie millénaire, la côte fut successivement sous domination phénicienne, égyptienne, hittite, phénicienne à nouveau, puis grecque, romaine, byzantine et, enfin, musulmane, à partir de 636. Mais les occupants successifs se sont généralement contentés de contrôler les cités côtières et d’exploiter les plaines environnantes, sans jamais vraiment coloniser la montagne.

La montagne alaouite vue de la citadelle Qalʿat al-Mahāliba (Balātunus). Photo B. Paoli

La montagne alaouite vue de la citadelle Qalʿat al-Mahāliba (Balātunus). Photo B. Paoli

En revanche, au sud du massif montagneux subsiste aujourd’hui encore un peuplement chrétien notable, à Ṣāfītā et dans le pays qui l’environne, le Wādī al-Naṣārā (« Vallée des Chrétiens »), ainsi qu’à l’extrême nord, dans la vallée du Nahr al-Kabīr, où quelques villages témoignent d’un peuplement ancien :

« La [subsistance] de vieux toponymes araméens indique, en général, une région de forte et ancienne civilisation agricole, où les traditions antiques se sont mieux conservées qu’ailleurs. Pour les mêmes raisons, un certain nombre de ceux-ci coïncident avec des centres chrétiens. » (Weulersse 1940, p. 126)

Outre Ṣāfītā (« la Blanche », le Chastel Blanc des Croisés), mentionnons Marmarītā (à l’étymologie incertaine), Mağdal (« la tour »), que l’on relève comme composante dans de nombreux noms de villages, de même que Kfar (« village ») et ses dérivés, notamment Kafrūn. D’après Planhol (1997, p. 84), le reste de la montagne devait être à peu près vide au moment où s’y installèrent les Nuṣayris. Mais les prospections et découvertes archéologiques tendent à remettre toujours plus en cause cette idée. Il semble en effet que l’ensemble de la région, et pas seulement le nord et le sud du massif, ait été occupé de manière continue, et ce dès le Paléolithique ancien, et l’idée que les Nuṣayris auraient pu assimiler des populations préexistantes ne doit donc pas être trop vite écartée.

Le regroupement des Alaouites dans les montagnes côtières de Syrie ( XIe-XIIIe siècle)

Le regroupement des Alaouites dans les montagnes côtières de Syrie ( XIe-XIIIe siècle). Conception carte : Bruno Dewailly (CC BY-SA)

Cahen (1970) évoque le cas de ceux que les historiens arabes appellent Ğarāğima et disent originaires de la ville de Ğurğūma, dans l’Amanus (Ğabal Lukkām, ou Montagne Noire), et des districts marécageux du Nord d’Antioche, entre Bayās et Būqā. Les historiens syriaques les appellent Gargūmaye. Nöldeke (1875) et, après lui, l’ensemble des orientalistes, ont affirmé qu’ils ne faisaient qu’un avec ceux que les historiens byzantins dénomment Mardaïtes. Canard (1965) voit en eux des « chrétiens assez tièdes dont on ne sait s’ils étaient monophysites ou monothélites ». Ils jouèrent un rôle important dans les guerres entre Arabes et Byzantins : les historiens byzantins racontent comment, pendant le règne du calife Mu‘āwiya, l’empereur Constantin Pogonat les lança contre la Syrie (Chalhoub 1999, p. 91-95). Appuyés par des troupes byzantines, ils auraient alors occupé la totalité du territoire qui s’étend de l’Amanus à la Galilée et se seraient emparés des sommets du Liban ! Après la conquête musulmane, ils furent nombreux à émigrer en territoire byzantin. Mais le Calife leur ayant accordé l’amān, beaucoup restèrent en Syrie du Nord et en Syrie centrale, où ils purent conserver leur foi chrétienne sans être astreints à la ğiziyya (impôt des non musulmans) et participèrent aux expéditions musulmanes. Bien qu’un quartier de Hama porte encore leur nom (ḥayy al-ğarāğima), nous ne savons plus rien d’eux après le milieu du ixe siècle. Cette « disparition » est pour le moins troublante. Cahen (1970, p. 248) note qu’al-Balāḏūrī :

« […] mentionne leur établissement en terre d’islam [et] associe aux Ğarāğima proprement dits leurs ‘‘suivants’’, si tel est bien le sens du mot, les Rawādifī. Or nous avons vu,  poursuit-il, que les géographes appellent précisément de ce dernier nom la moitié septentrionale [des montagnes côtières], de l’arrière-pays de Marqab à Balāṭunus. D’où l’hypothèse que les nouveaux Nuṣayris sont les Rawādifī d’hier. » (Futūḥ al-buldān, vol. 1, p. 189)

L’hypothèse d’une assimilation, par les immigrés nuṣayris, de populations locales plus anciennes, Ğarāğima-Mardaïtes ou autres, n’est donc pas à négliger : des « missionnaires » nuṣayris auraient bien pu profiter de leur position plutôt marginale pour y recruter des adeptes. D’après Cahen (1970, p. 248), « l’évolution qui amena les Mardaïtes au Nuṣayrisme se serait faite en territoire byzantin, ou du moins redevenu byzantin à la suite des conquêtes de Nicéphore Phocas dans le troisième quart du xe siècle », c’est-à-dire au moment même où, grâce aux efforts d’al-Ḫaṣībī, d’al-Ğillī et de leurs disciples, la doctrine nuṣayrie connaissait une diffusion maximale, notamment en Syrie, où s’installèrent un certain nombre de membres de la communauté.

Ḥarfūš (1949, I, p. 125) nous apprend qu’à cette même époque, le ʻilm al-tawḥīd fut préservé et transmis par « ceux qui possédaient les citadelles et les châteaux (al-qilāʻ wa-l-ḥuṣūn) », se contentant de mentionner trois noms, Banū al-‘Arīḍ, Banū Muḥriz et Banū Aḥmar. Tous, dit-il, étaient de grands hommes de foi et de pouvoir (al-mu’minūn al-kibār dīnan wa-dunyā).

D’après Yaḥyā d’Antioche (Histoire, p. 500-501), un certain Naṣr b. Mušarraf avait bâti la forteresse de Manīqa et entrepris d’en construire une autre à Bikisrā’īl. Quant aux Banū Aḥmar, ils auraient bâti la forteresse de Balāṭunūs, aujourd’hui connue sous le nom de Qalʻat al-Mahāliba, prise en 1031 par les Byzantins.

« D’autres habitants (de la montagne) appelés Banū Ġannāğ, dit Yaḥyā, construisirent également une forteresse. Un autre membre de leur tribu, appelé Ibn al-Kāšiḥ, les imita et construisit également une autre forteresse. Il y eut ainsi cinq forteresses qui se renforçaient les unes les autres. Ils se rendirent maîtres de toute la montagne (Ğabal al-Rawādīf) et des (territoires) limitrophes. »

Les Banū Muḥriz possédaient vraisemblablement le château d’al-Marqab, la Margat des Croisés qui la leur prirent en 1117 ou 1118 (Van Berchem et Fatio, 1915, vol. 1, p. 319-320). L’histoire de la forteresse avant cet événement est mal connue. Elle aurait été construite en l’an 1062 par des habitants de la région (Yāqūt al-Ḥamawī, Muʻğam al-buldān, vol. 4, p. 500) ; prise par les Byzantins en 1104, au cours d’une expédition dirigée par l’Amiral Cantacuzène (Anne Comnène, Alexiade, p. 87) ; puis reprise par un certain Ibn Muḥriz, à une date indéterminée. Les historiens arabes nous apprennent que c’est lui que les Francs de Banyas délogèrent de la place en 1117-1118. L’identification d’Ibn Muḥriz est problématique. Ḥarfūš (1949, vol. 1, p. 285-292), consacre une notice à un certain Nāṣiḥ al-Dawla Abū al-Futūḥ Ğayš b. Muḥammad b. Ğa‘far b. Muḥriz (m. 1102 ou 1106), homme politique et homme de guerre, auteur d’épîtres et de poèmes dont il cite de longs extraits, et dont il est tentant de faire l’un des Banū Muḥriz d’al-Marqab.

Les Banū al-ʻArīḍ, enfin, sont très fugitivement évoqués. On sait en effet que Raymond de Saint-Gilles, après avoir pris Tortose au début de 1102, alla sans succès assiéger le château de Touban (al-Ṭufān, situé à 10 km au nord-est du Crac des Chevaliers). Pis encore, le seigneur des lieux, « Ibn al-‘Arīḍ, fit prisonnier un des principaux guerriers francs. En vain Saint-Gilles offrit pour sa rançon 10 000 pièces d’or et 1000 prisonniers. Ibn al-‘Arīḍ ne voulut pas le relâcher » (Ibn al-Aṯīr, Al-kāmil fī al-tārīḫ, p. 212).

Les Banū al-ʻArīḍ, si c’est bien eux dont il s’agit, sont une fraction de la grande tribu des Ġassānides : leur présence dans le Bilād al-Šām est attestée dès avant l’islam. Or, d’après la tradition alaouite, dès la fin xe siècle et au début du xie, des familles ou des clans ġassānides originaires du Ḥawrān, du Ğawlān et de la région de Tibériade, connus ensuite sous le nom de Ḫayyāṭīn, vinrent vraisemblablement s’établir au sud du massif, depuis la plaine du ‘Akkār et la région d’al-Dāliya jusqu’aux environs de Ğabla. Le plus ancien personnage appartenant aux Ḫayyāṭīn dont la présence est attestée dans la montagne est le sayyid ‘Īsā al-Adīb al-Bānyāsī, qui s’y installa au début du xie siècle, en 1029 selon Ḫwanda (2004, p. 67). Majoritairement localisés autour de Ğabla, Ṣāfīṭā et al-Marqab, les futurs Ḫayyāṭīn étaient aussi appelés Baġdādiyya. Ils furent ensuite rejoints dans la région par des familles alépines qui leur étaient rattachées. ‘Īsā al-Bānyāsī était le fils du poète Abū ‘Īsā Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Nāsiḫ al-Baġdādī, que l’on dit issu de la tribu des Ḫazrağ de Médine et qui est originaire de ‘Āna (Ḥarfūš 1949, vol. 1, p. 265). Il eut au moins deux fils, Muḥammad et Ibrāhīm, que l’on retrouve dans la généalogie de deux cheikhs du xve siècle, Ḥasan b. ‘Alī al-Ḫayyāṭ et Dawūd al-Muḫliṣ al-‘Abdī, qui en seraient donc les descendants (Ḥarfūš 1949, vol. 2, p. 763 et 766). Contrairement à ce qu’affirme Hawwāš (1997, p. 36), il semble qu’il doive sa nisba non pas à la ville de Bānyās sur la côte entre Ğabla et Ṭarṭūs, mais au village de Bānyās al-Šām, dans le Ğawlān, au Nord-Ouest de ‘Ayn Fīt. Dussaud (1927, p. 395) évoque la « citadelle de Banyas ». D’après Ḫwanda (2004, p. 63), ‘Īsā al-Adīb en était le maître (« kāna ḥākiman li-qal‘at Bānyās al-Šām ») et c’est de là qu’il aurait émigré vers les montagnes côtières. Deux siècles plus tard, la généalogie (nasab) de l’un des plus célèbres cheikhs des Ḫayyāṭīn, Aḥmad Qarfīṣ (m. 1214), est la suivante : al-‘Ammād (ou al-‘Imād) Abū al-Ḥusayn Aḥmad b. Ğābir b. Ğabala b. Abī al-ʻArīḍ al-Bānyāsī al-Ġassānī.

Au début du xiie siècle, nombre de châteaux des montagnes côtières étaient aux mains de potentats locaux qui auraient joué un rôle, à leur époque, dans la préservation de la doctrine « nuṣayrie ». Malheureusement, ni les sources arabes, ni les sources occidentales ne nous permettent de savoir précisément qui étaient ces personnages et quelles étaient leurs convictions religieuses. Mais il paraît fort probable qu’ils soient, pour partie au moins, à l’origine de certains des clans alaouites actuels. C’est le cas, par exemple de ceux qu’on appelle aujourd’hui Maḥāriza, qui sont de toute évidence les descendants de ces Banū Muḥriz des xie et xiie siècles.

À suivre : Des Alaouites de Syrie (4) : le rôle fédérateur de Ḥasan b. al-Makzūn al-Sinğārī

Billet précédent : Des Alaouites de Syrie (2) : prosélytisme et diffusion de la gnose

Références

Sources

Anne Comnène, Alexiade, in Recueil des historiens des Croisades, Historiens grecs, Paris, Imprimerie nationale, 1875, vol. 1.

Balāḏurī (al-), Futūḥ al-buldān, éd. Ṣ. al-Munağğid, Le Caire, Maktabat al-nahḍa al-miṣriyya, 1957.

Ibn al-Aṯīr, Al-kāmil fī al-tārīḫ, éd. et trad. française in Recueil des historiens des Croisades, Historiens orientaux, Paris, Imprimerie nationale, 1872, vol. 1, p. 212.

Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire de Yaḥyā Ibn Saʻīd d’Antioche, éd. I. Kratchkovsky, trad. française F. Micheau et G. Troupeau, in Patrologia Orientalis, tome 47, fascicule 4, n°212, Turnhout, Brepols, 1997.

Yāqūt al-Ḥamawī, Muʻğam  al-buldān, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1956.

Études

Cahen, Claude, 1970, « Note sur les origines de la communauté syrienne des Nuṣayrīs », Revue des études islamiques 38, p. 243-249.

Canard, Marius, 1965, « Djarādjima », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. 2, Leyde, Brill, p. 468-469.

Chalhoub, Georges, 1999, Recherches sur les Mardaïtes-Ğarāğima, Kaslik, Bibliothèque de l’Université Saint-Esprit.

Dussaud, René, 1927, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, Geuthner (Bibliothèque archéologique et historique du Service des Antiquités et des Beaux-Arts en Syrie, t. IV).

Ḥarfūš, Ḥusayn Mayhūb, Kitāb ḫayr al-ṣanīʻa fī muḫtaṣar tārīḫ ġulāt al-šī‘a, manuscrit de la bibliothèque de l’Institut Français du Proche-Orient (Damas).

Ḫwanda, Muḥammad, 2004, Tārīḫ al-‘alawiyyīn wa-ansābuhum, Beyrouth, Dār al-maḥağğa al-baydā’.

Nöldeke, Theodor, 1875, « Zur Geschichte der Araber im I Jahrhundert. D. H. aus Syrischen Quellen », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 29, p. 76-98. [En ligne] http://menadoc.bibliothek.uni-halle.de/dmg/periodical/titleinfo/47743

Planhol, Xavier de, 1997, Minorités en islam. Géographie politique et sociale, Paris, Flammarion, 1997.

Van Berchem, Max & Fatio, Edmond, 1915, Voyage en Syrie, Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale. [En ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k147418p

Weulersse, Jacques, 1940, Le pays des alaouites, Tours, Arrault et Cie. [En ligne]
Tome 1 : http://www.e-corpus.org/fre/notices/107756-Le-Pays-des-Alaouites-Tome-1.html
Tome 2 : http://www.e-corpus.org/fre/notices/107757-Le-Pays-des-Alaouites-Tome-2.html


Pour citer ce billet : Bruno Paoli, « Des Alaouites de Syrie (3) : la montagne-refuge », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 12 mars 2013. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4904


Bruno Paoli est Directeur du département des études arabes, médiévales et modernes de l’Ifpo depuis septembre 2011. Il est directeur de la collection Ifpoche et du Bulletin d’études orientales.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/bruno-paoli

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo



Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. RM dit :

    Les deux tomes de Weulersse, Jacques, 1940, Le pays des alaouites, Tours, Arrault et Cie paraissent disponibles aux adresses :

    http://www.e-corpus.org/eng/notices/107756-Le-Pays-des-Alaouites-Tome-1.html

    http://www.e-corpus.org/eng/notices/107757-Le-Pays-des-Alaouites-Tome-2.html

  1. 02/04/2013

    […] Billet précédent : Des Alaouites de Syrie (3) : La montagne-refuge […]