Éditer al-ʿAynī : manuscrits et éditions du ʿIqd al-Ǧumān

Depuis une vingtaine d’années, différents chercheurs et philologues du monde arabe se sont engagés dans une vaste entreprise d’édition scientifique des chroniques médiévales. Certes, nombre d’entre elles avaient déjà été publiées par les orientalistes. Les principales histoires, topographies urbaines et autres encyclopédies biographiques avaient fait l’objet d’un travail philologique et historiographique approfondi de la part des savants européens. On pense notamment aux œuvres d’al-Maqrīzī, dont l’édition et la traduction en français et en latin ont été commencées dès la fin du XVIIIe siècle, ou à celles d’Ibn Ḫaldūn dont Sylvestre de Sacy a commencé la traduction au début du XIXe siècle. Pourtant, les lumières de ces grands auteurs ont laissé dans l’ombre bon nombre d’écrits de leurs contemporains, jusqu’à ce que des universitaires arabes reprennent le flambeau de l’édition d’ouvrages historiographiques de l’époque mamelouke (1250-1517), menés par quelques grands noms comme Muḥammad Muḥammad Amīn. L’œuvre de Badr al-Dīn al-‘Aynī a été au cœur de ce dernier mouvement éditorial.

Al-ʿAynī, juriste et lettré de l’époque mamelouke

Abū Muḥammad Maḥmūd ibn Aḥmad ibn Mūsā Badr al-Dīn al-ʿAynī est né à ‘Ayn Tāb (aujourd’hui Gaziantep en Turquie orientale) le 21 juillet 1361. Issu d’une famille de lettrés (son père était juge), il a mené les voyages d’études obligatoires pour tout jeune savant de l’époque, à travers l’ensemble du Proche-Orient, pour y suivre l’enseignement des meilleurs professeurs de l’époque. Il s’est ensuite installé au Caire où il a mené une brillante carrière d’homme de loi, occupant à plusieurs reprises le poste d’inspecteur des marchés (muḥtasib) à partir de 1398, puis de contrôleur des fondations pieuses (nāẓir al-aḥbās). C’est dans les premières années de cette carrière publique qu’il s’opposa fermement à l’historien al-Maqrīzī (1364-1442), devenu son rival aussi bien dans la quête des fonctions politiques et lucratives que sur le plan de la production historiographique. Contrairement à son illustre adversaire, al-ʿAynī n’abandonna pas la carrière publique, en dépit de quelques revers, notamment une disgrâce sous le sultan al-Mu’ayyad Šayḫ (1412-1421). Dans les décennies suivantes, il ne cessa de s’affronter sur la scène académique avec son second rival, tout aussi illustre que le premier, le grand juge Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī (1372-1449). Sa maîtrise de la langue turque, apprise dans sa ville natale qui était en partie peuplée de Turcomans, lui donnait en effet un accès privilégié à la cour du sultan, car, sous le régime mamelouk, le turc était la langue de l’élite politico-militaire. Il cultiva cet avantage en traduisant en turc les textes juridiques arabes pour ces dominateurs trop éloignés de la population soumise qu’étaient les Mamelouks, de même qu’il traduisait à l’oral sa propre chronique pour la raconter aux sultans. Cette maîtrise du turc fit de lui, au même titre que son cadet Ibn Taġrī Birdī (1409-1470), un proche des émirs et donc un témoin privilégié de son temps et des événements politiques complexes et souvent conflictuels qui marquèrent ce siècle circassien. En bon courtisan, il ne négligeait pas de vanter leurs mérites dans de brefs panégyriques qui lui permirent de ne jamais cesser son ascension jusqu’au poste très convoité de grand juge des ḥanafites, sûrement la position la plus élevée qu’il pouvait espérer. Il mourut âgé, le 28 décembre 1451, peu après son ultime disgrâce.

Sa chronique : ʿIqd al-ǧumān fī tārīḫ ahl al-zamān

Badr al-Dīn al-‘Aynī, outre sa brillante carrière dans l’administration juridique mamelouke, fut un polygraphe prolifique. Juriste, il rédigea un commentaire d’al-Buḫārī qui lui valut l’hostilité d’Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī. Poète et littérateur, il ne cessa de complaire aux puissants par des panégyriques. Mais c’est son œuvre d’historien qui fait tout l’intérêt de ses écrits. Al-‘Aynī est en effet l’auteur d’une chronique intitulée ʿIqd al-ǧumān fī tārīḫ ahl al-zamān  (Le collier de perles au sujet de l’histoire des hommes du temps), qui retrace l’histoire universelle du début des temps à son époque. L’ouvrage est immense. Un des manuscrits, par exemple, compte environ 9000 pages, réparties en une quarantaine de volumes.

Le récit commence aux temps bibliques, avant de s’engager dans une vaste description de l’univers, aussi merveilleuse que géographique, qui s’attarde davantage sur le Dār al-Islām mais ne néglige pas le reste du monde. Suit l’histoire proprement dite. Purement narrative pour l’époque antéislamique, la relation se transforme en annale, sur le mode initié par al-Ṭabarī, pour les siècles qui suivent l’Hégire. Elle suit alors le modèle des chroniques de son temps, divisant le texte, d’une part, en événements (tārīḫ, aḫbār ou ḥawādīṯ) et, d’autre part, en obituaires (ṭabaqāt ou tarāǧim) des notables morts pendant l’année, intégrant ainsi les deux grands genres historiographiques de l’islam médiéval en une même œuvre.

Les éditions de la chronique d’al-ʿAynī et leurs lacunes

Différents savants se sont déjà consacrés à l’édition de cette œuvre-fleuve.

Īmān ‘Umar Šukrī a édité la partie consacrée au règne du sultan Barqūq (784-801/1382-1398) chez Maktaba Madbūlī, au Caire, en 2002, non pas sous son titre original mais sous le titre Al-sulṭān Barqūq mu’assis dawlat al-mamālīk al-ǧarākisa (le sultan Barqūq, fondateur de l’État des Mamelouks circassiens). Les deux premières parties de ce livre sont en effet composées d’un commentaire sur les racines du régime circassien à la première époque mamelouke, dite baḥrite, et d’une réorganisation thématique des événements du sultanat. La troisième partie consiste en l’édition du texte de la chronique.

Les autres éditions, bien que précédées de longues introductions, ne développent pas autant le commentaire. Elles concernent les périodes suivantes :

  • 565-589/1168-1193 : éditée par Maḥmūd Rizq Maḥmūd, Le Caire, Dār al-Kutub, 2002-2004 (2 volumes).
  • 614-673/1226-1275 : Recueil des historiens des croisades, volume 2, 1re partie, Historiens orientaux, p. 180-250 : extraits édités et traduits en français par Charles Barbier de Meynard, Paris, Imprimerie Nationale, 1887.
  • 648-707/1250-1307 : éditée par Muḥammad Muḥammad Amīn, Le Caire, Markaz taḥqīq al-turāṯ, 1987-1989 (4 volumes).
  • 815-850 /1412-1446 : éditée par ‘Abd al-Razzāq al-Ṭanṭāwī al-Qarmūṭ, Le Caire, Maṭba‘a ‘Alā’, 1985 (2 volumes).

Les témoins manuscrits de la chronique pour une nouvelle édition

On voit qu’il existe plusieurs lacunes, à savoir le début, jusqu’en 565/1168, l’essentiel des VIIIe-XIVe siècle (707-784/1307-1382) et une petite lacune qui, aussi minime qu’elle puisse paraître, mérite d’être comblée : elle concerne le règne du sultan Faraǧ (801-815/1398-1412), une période pendant laquelle al-ʿAynī était un acteur montant de la scène publique mamelouke, puisqu’il occupa ses premiers postes importants sous ce règne. Témoin oculaire des événements et familier des émirs et de leur langue, sa relation du règne de Faraǧ comporte sûrement quantité d’informations originales sur la vie politique et les guerres civiles qui occupèrent l’essentiel de cette période. Il nous semble donc utile de publier ce texte.

Il existe plusieurs manuscrits de la chronique d’al-ʿAynī. Mais les éditeurs en ont privilégié un, rédigé de la main même de l’auteur. Il s’agit du manuscrit 2911 en 19 volumes de la bibliothèque Ahmet III, conservé au palais de Topkapi à Istanbul. Le dernier volume est celui qui nous intéresse (folios 27 à 124, soit 194 pages) pour notre édition. On trouve au Caire une copie sur microfilm de cet exemplaire sous la cote mss 8203 : microfilm no 30579. Il existe aussi, à la bibliothèque Ahmet III, un manuscrit, le 2911 B2, qui reproduit un résumé de ce volume en l’abrégeant de moitié.

 Istanbul, Bibliothèque Ahmet III, ms 2911-A-19, f. 23v-24

Istanbul, Bibliothèque Ahmet III, ms 2911-A-19, f. 23v-24. Folio 23v, poème en l’honneur du sultan Barqūq et début de la chronique du règne su sultan Faraǧ.

Les autres manuscrits dont nous disposons sont les suivants :

  • Le Caire, Dār al-Kutub, ms. 1584 tārīḫ.  25 volumes, divisés en 2 ou 3 tomes. Les tomes 25 no 1 et n2 concernent les années 799-805 (197 pages) et 806-817 (officiellement 204 pages, mais en fait plus).
  • Le Caire, Dār al-Kutub, ms. 71 tārīḫ. Copie datée de 1290/1873, très partielle ; il semble que le volume de la BnF  (ms. Arabe 1544) constitue un des tomes de cet exemplaire.
  • Paris, BnF, ms. Arabe 1544, de la main du frère de l’auteur, Aḥmad al-ʿAynī, jusqu’au folio 168r. 186 folios au total, concernant les années 799-832.
  • Londres, British Library ms. Add. 22360, intitulé Tārīḫ al-Badr fī Awṣāf Ahl al-‘Aṣr.

D’après Muḥammad Muḥammad Amīn, il existe également trois manuscrits dans la bibliothèque Walī al-Dīn d’Istanbul : l’un recopié par Muḥammad b. Aḥmad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Anṣārī al-Ḫazraǧī al-Iḥmīmī al-Ḥanafī, écrit au Caire entre 893 et 898 (1487-1492) ; un autre de la main du šayḫ ‘Abd Allāh ibn ‘Īsā ibn Ismā‘īl al-‘Umarī al-Azharī al-Mālikī, écrit en 891/1485 ; et un troisième de la main de l’auteur : 23 volumes en 69 tomes, dont le manuscrit du Caire, Dār al-Kutub, ms 1584 tārīḫ, serait une copie.

Al-Qarmūṭ mentionne, pour sa part, deux manuscrits de la bibliothèque d’al-Azhar, au Caire :

  • 442 Abāẓa (6736), écrit en 1310/1892, en 3 volumes de 377, 296 et 300 pages. Il se compose des parties 11, 12, 13, c’est-à-dire les années 61-203 de l’hégire.
  • 1349/22903, 2e volume du manuscrit de l’auteur, qui commence avec l’histoire d’al-Ḫalīl Ibrāhīm, copié en 1132/1719, 263 pages.

Enfin quatre derniers manuscrits sont également mentionnées par al-Qarmūṭ  à Istanbul (Bibliothèque Ǧalabī ‘Abd Allāh et Bibliothèque al-Sulaymāniyya), à Astana (Bibliothèque As‘ad Efendī) et à Riyāḍ (Université Imām Muḥammad ibn Sa‘ūd).

Le manuscrit de référence (Istanbul, Ahmet III, ms. 2911) étant de la main même de l’auteur, il servira de base à  notre édition. Les autres manuscrits serviront à aider à l’établissement du texte initial, en particulier le manuscrit de la BnF, de la main du frère de l’auteur.

Une édition critique et scientifique d’un texte médiéval est un travail de longue haleine, mais nécessaire pour l’avancée des recherches historiques. En l’occurrence, le texte dont j’ai entrepris la publication, le chapitre concernant le règne du sultan al-Nāṣir Faraǧ dans le ‘Iqd al-Ǧumān de Badr al-Dīn al-‘Aynī, a été rédigé par un des dignitaires du sultanat, témoin oculaire et sans doute partial des événements confus qui ont émaillé ces temps de guerres civiles, de peste, de famines et d’invasion mongole. Une nouvelle source aussi bien documentée que la chronique d’al-‘Aynī permettra sûrement de nouveaux éclairages pour comprendre cette période qu’al-Maqrīzī considère comme la pire crise de l’histoire de l’Égypte.

Bibliographie complémentaire

  • Marçais, W., « Al-‘Aynī », Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, Leyde et Paris, Brill, Maisonneuve et Larose, 1991, tome 1, p. 814.
  • Massoud, S. G., The Chronicles and annalistic sources of the early Mamluk circassian period, Brill, Leyden, 2007.

Pour citer ce billet : Clément Onimus, « Éditer al-ʿAynī : manuscrits et éditions du ʿIqd al-Ǧumān  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 7 février 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4797


Clément Onimus, doctorant (Aide à la mobilité internationale) à l’Ifpo depuis septembre 2012, prépare une thèse intitulée « Les émirs dans le sultanat mamelouk sous les sultans Barqūq et Faraǧ (784-815/1382-1412) », sous la direction de Jean-Michel Mouton (EPHE, IVe section) et Jo Van Steenbergen (Université de Gand, Belgique).

Page personnelle : http://www.ifporient.org/clement-onimus

Tous les billets de Clément Onimus


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Julien Gilet dit :

    Bonsoir, merci pour ce billet très intéressant.
    Je vous signale que les années 708-712 ont également été éditées en 2009 au Caire toujours par Muḥammad Muḥammad Amīn.
    Bonne continuation.