Socrate au Musée

La mosaïque dite « des Sages » constitue l’une des pièces majeures exposées au Musée national de Beyrouth (n° inv. DGA 3970). Avec celle de la « Naissance d’Alexandre », elle provient de Soueidié, dans la banlieue sud-est de Baalbeck, où ces deux pavements furent mis au jour par Maurice Chéhab, à proximité des vestiges d’une villa dont les propriétaires devaient se rattacher de quelque façon aux cercles philosophiques qui ont fleuri dans la région jusque sous l’empire chrétien (Chéhab 1957, p. 44-46 ; Rey-Coquais, IGLS VI, n° 2886 ; Aliquot 2010, p. 310). On sait en effet par les sources écrites que, centre d’un culte oraculaire fameux de Jupiter, l’antique Héliopolis a longtemps conservé un climat de ferveur païenne favorable à l’épanouissement de la pensée néo-platonicienne qui, de Numénios d’Apamée à Jamblique ou Damascios, a marqué la contrée du haut et du moyen Oronte. Si le fouilleur situait ces décors dans la seconde moitié du iiie s. (Chéhab 1957, p. 43), la critique tend aujourd’hui à remonter quelque peu leur datation à l’époque sévérienne (193-235) (Balty 1981, p. 380-383).

Mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

Mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

Kalliopè, détail de la mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

Kalliopè, détail de la mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

La mosaïque des Sages pavait une salle à manger, dotée de lits pour les convives, disposés en U (triclinium) ; dans la pure tradition platonicienne du banquet (συμπόσιον),  s’y réunissaient apparemment les initiés. Au centre du tapis, figure en médaillon le buste de la muse Kalliopè, la plus importante des neuf Sœurs, qui préside à l’éloquence et à la poésie lyrique, soit aux plus hautes expressions de la sagesse antique. À droite, on lit son nom ; à gauche, la signature du mosaïste Amphion. Huit autres médaillons encadrent celui de Kalliopè. On reconnaît Socrate dans le médaillon supérieur, à la place d’honneur, bien en vue de tous les banqueteurs, chauve et barbu ; à sa droite, une légende nous confirme son identité et sa patrie : Σωκράτης Ἀθηναῖος (Socrate d’Athènes). Les sept bustes dont les médaillons, disposés en cercle de droite à gauche, entourent celui de Socrate sont ceux des « Sept Sages » de la Grèce : Solon d’Athènes (Σόλων Ἀθηναῖος), Thalès de Milet (Θάλης Μιλήσιος), Bias de Priène (Βίας Πριηνεύς), Kléoboulos de Lindos (Κλεόβουλος Λίνδιος), Périandre de Corinthe (Περίανδρος Κορίνθιος), Pittakos de Lesbos (Πίττακος Λέσβιος) et Chilon de Lacédémone (Χείλων Λακεδαιμόνος) (Cf. Rey-Coquais, IGLS VI, n° 2884).

Solon, détail de la mosaïque des Sages

Solon, détail de la mosaïque des Sages

Chilon, détail de la mosaïque des Sages

Chilon, détail de la mosaïque des Sages

La liste des Sept Sages a fait l’objet de plusieurs recensions mais il s’agit toujours de maîtres de vérité dont le message se résumait en une maxime inscrite à Delphes, dans le temple d’Apollon, haut lieu sacré de l’hellénisme classique (cf. en dernier lieu Busine 2002). L’attribution de ces maximes à l’un ou l’autre connut aussi divers flottements : il n’y a pas de canon bien défini (cf. ainsi R. Mouterde, dans : Chéhab 1957, p. 37-40). Il faut comprendre que les médaillons montrent ici les Sages accompagnés de la maxime qui les caractérise selon le credo particulier du commanditaire, si l’on peut dire : ainsi Mηδὲν ἄγαν (Rien de trop), pour Solon, ou Γνῶθι σεαυτόν (Connais-toi toi-même), pour Chilon. Spontanément, on pourrait associer plutôt ce dernier précepte à Socrate lui-même, puisque Platon nous transmet le commentaire qu’en a donné son maître (Charmide, 164d). Toutefois, Socrate n’appartient à aucun groupe reconnu des Sages (qui sont proprement des présocratiques) et, d’ailleurs, huitième figure vers laquelle convergent tous les regards des convives, on ne le présente ici accompagné d’aucune maxime, contrairement aux Sept autres.

Socrate, détail de la mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

Socrate, détail de la mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

René Mouterde me semble donner à cette particularité une explication insuffisante : « Si aucune maxime n’accompagne son buste, c’est que chacun savait [qu’il] n’a rien écrit » (dans : Chéhab 1957, p. 40). Il est certes logique de rapprocher Socrate des Sept, selon un schéma iconographique 7 + 1 = 8, que l’on retrouve ailleurs, puisque l’oracle de Delphes l’a bien désigné comme le plus sage de tous les hommes. La sagesse socratique est cependant bien particulière ; c’est une sagesse inversée qui tient justement à la confession par Socrate de son ignorance : οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα (Je sais que je ne sais rien). Socrate n’a donc pas de message de vérité à délivrer ; sa mission consiste, au contraire et à son exemple, à faire prendre à chacun conscience de sa propre ignorance (Platon, Apologie de Socrate, 21a-d). Dès lors, il est profondément socratique que son buste figure ici sans légende philosophique.

Références

  • Aliquot 2010 : Aliquot, J. , « Au pays des bétyles : l’excursion du philosophe Damascius à Émèse et à Héliopolis du Liban », Cahiers Glotz 21, p. 305-328.
  • Balty 1981 : Balty, J., « La mosaïque antique au Proche-Orient. 1, Des origines à la tétrarchie », in Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 12.2, Berlin-New York, p. 347-429.
  • Busine 2002 : Busine, A., Les Sept Sages de la Grèce antique, Paris.
  • Chéhab 1957 : Chéhab, M., « Mosaïques du Liban. 5, Villa de Soueidié – Baalbeck », Bulletin du Musée de Beyrouth XIV-XX, p. 29-52, pl. XV-XXVI (avec lecture et commentaire des inscriptions par R. Mouterde).
  • Rey-Coquais 1967 : Rey-Coquais, J.-P. , Inscriptions grecques et latines de la Syrie. VI, Baalbek et Beqa’ [IGLS 6], Paris, Geuthner (Bibliothèque archéologique et historique 68).

Pour citer ce billet : Frédéric Alpi, « Socrate au musée », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 21 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4703


Frédéric Alpi est épigraphiste et historien à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/frederic-alpi

Tous les billets de Frédéric Alpi


2 réponses

  1. 22/01/2013

    […] La mosaïque dite « des Sages » constitue l’une des pièces majeures exposées au Musée national de Beyr…  […]

  2. 11/03/2013

    […] mais heureusement, un peu plus d’information à ce sujet a été publié dernièrement par Frédéric Alpi sur le site de l’IFPO ou l’on apprend le nom des différents personnages figurant sur cette mosaïque, avec […]