L’armée libanaise : symbole d’une nation réconciliée ?

Le Département des études contemporaines de l’Ifpo a lancé en décembre 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours redondant et stérile sur « l’exception libanaise » dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti pris scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière très empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement….) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent. Nous publions ci-dessous la synthèse de la première séance consacrée à l’armée libanaise.

Affiche officielle de l'armée libanaise, 2012 (www.lebarmu.gov.lb)

Affiche officielle de l’armée libanaise, 2012 (www.lebarmu.gov.lb)

« Tant que l’Armée va bien, le pays va bien ». C’est en ces termes qu’un commandant en chef de l’armée résume la place de l’institution militaire au sein de la société libanaise (Bulletin d’orientation de l’armée libanaise, 2010). Car, en effet, depuis sa création le 1er août 1945, l’armée libanaise (al-jaich al-lubnani) est à la fois un indicateur et un réceptacle des déchirements, des passions, des tensions, mais aussi des moments d’unanimisme patriotique et de réconciliation nationale que connaît le pays (Dupont, 1999). Plus que toutes autres institutions de l’État, l’armée constitue le pouls de la société libanaise, tant dans ses tendances à l’autodestruction que dans ses aspirations à la reconstruction. Pourtant, en dépit du fait que l’armée se situe au cœur de tous les discours politiques, des discussions quotidiennes et des mobilisations citoyennes (Moussa, 2011), le fonctionnement de l’institution et ses rapports avec la société et l’État demeurent largement inconnus du grand public. C’est précisément pour combler ce vide que le Département des études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a organisé le 5 décembre 2012 une séance sur larmée libanaise, avec la participation d’acteurs de l’institution militaire – les généraux Fouad Aoun, Élias Farhat et Jean Nassif, et des chercheurs spécialistes des questions de défense et de sécurité – Nayla Moussa (doctorante à l’IEP de Paris) et Yezid Sayegh (Carnegie Middle East Center).

Troupes coloniales, Archives de l’armée libanaise http://www.lebarmy.gov.lb

Troupes coloniales, Archives de l’armée libanaise http://www.lebarmy.gov.lb

Un si lourd héritage : armée patriotique pour une nation introuvable

L’histoire de l’armée libanaise se confond avec les vicissitudes de la construction de l’État, marquée par le poids de l’héritage mandataire et ses prolongements plus ou moins heureux dans la période postindépendance. Elle est issue de la Légion d’Orient, créée par les autorités françaises en 1916 et, plus précisément, de la première unité des Francs-tireurs libanais fondée en 1926 qui constituera le vivier du recrutement des soldats et des cadres de la première armée nationale qui voit le jour le 1er août 1945.  Depuis, cette date est devenue un jour de fête officielle au Liban qui donne lieu à des commémorations et des mobilisations populaires, à l’initiative de l’institution militaire elle-même mais aussi d’acteurs semi-publics comme, par exemple, les partis politiques qui recourent à cette symbolique « Armée/Nation » comme vecteur de propagande. Il est vrai que le commandement de l’armée libanaise cultive très largement ce registre patriotique en se présentant comme le bouclier reflétant l’image de son peuple :

« En sa soixante-septième fête, elle [l’armée libanaise] est là, dans les quatre coins de la patrie, elle grandit ainsi que ses rêves qui voient le jour, c’est alors que ses valeurs s’incarnent, son nom brille dans le ciel de la civilisation. Elle est présente, vigilante dans la patrie. Grâce à elle les distances et les superficies raccourcissent, et les voies arides fleurissent. Elle est l’Armée de l’honneur, du sacrifice et de la loyauté, étroitement engagée à son serment. Elle se dévoue et se sacrifie afin de défendre chaque grain du territoire, chaque citoyen et afin de préserver les valeurs du Liban et sa civilisation ». (Extrait du texte publié par le site officiel de l’armée libanaise à l’occasion de sa fête pour l’année 2012 intitulé « Fête de l’armée en avant avec des pas fermes » : http://www.lebarmy.gov.lb/article.asp?cat=7&ln=fr).

À certains égards, la mise en avant de ce « lyrisme patriotique » par les responsables de l’armée libanaise agit comme un phénomène de compensation symbolique face à un héritage colonial « lourd » qui a longtemps produit des effets déstabilisants sur l’institution, traversée par cette tension contradictoire et permanente entre l’aspiration à l’uniformité et la gestion risquée des équilibres multicommunautaires et multiconfessionnels. Jusqu’à une période récente, l’armée libanaise a été mue par un « esprit conservateur » hérité du mandat français : « C’était cette mentalité conservatrice qui dominait dans les vingt-cinq premières années d’existence de l’armée libanaise » (Fouad Aoun). Car l’armée mandataire reposait principalement  sur une organisation de type confessionnel qui a eu tendance à perdurer après l’indépendance du pays (1943), à telle point que l’armée nationale est longtemps apparue aux yeux de certains citoyens libanais – notamment les musulmans –  comme une « armée chrétienne » (Nayla Moussa). Sans vouloir faire de jeu de mots, l’on peut affirmer, qu’au Liban, l’uniforme n’a jamais réussi véritablement à uniformiser les hommes et les esprits, toujours en proie aux solidarités particularistes (régions, familles, confessions, etc.). Pilier de l’État libanais, symbole d’unité nationale, vecteur de valeurs de cohésion sociale, l’armée apparaît pourtant comme une institution relativement modeste au regard de ses moyens humains et matériels : avec 60 000 hommes, un budget qui représente environ 412 millions d’euros en 2012 (dont 80 % servent à payer les salaires du personnel) et des équipements souvent de « seconde main » fournis par ses bienfaiteurs étrangers (USA, France, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis,…), l’armée libanaise a du mal à rivaliser avec ses consœurs arabes (Égypte, Jordanie, Syrie, etc.) et encore davantage avec son ennemie proclamée, « Tsahal » (armée israélienne) : « Le manque de sérieux dans l’approche par les leaders libanais de la question de l’armée se reflète aussi dans l’absence d’un budget réaliste pour les acquisitions militaires » (Hasbani, 2010), conclue un spécialiste libanais des questions de sécurité, constat critique largement partagé par les participants du séminaire Ifpo, montrant  ainsi que l’instrumentalisation politique et électorale de la « bonne image » de l’armée ne se traduit pas forcément par un volontarisme étatique visant à réformer l’institution. En deux mots : les politiques libanais se servent toujours de l’armée mais ils la servent rarement.

Armée faible d’un État faible ?

Cette faiblesse structurelle de l’armée n’apparaît pas seulement comme une question technique ou budgétaire mais fondamentalement politique, au sens du « choix sociétal ». Comme l’ont montré les contributeurs du séminaire, les leaders politiques ont longtemps entretenu un rapport ambigu à l’institution militaire, allant jusqu’à théoriser sa faiblesse, au nom de la « spécificité géopolitique » de l’État libanais, résumée en une formule lapidaire : « la force du Liban repose sur sa faiblesse ». La neutralité de l’armée durant les événements de 1958 (prémisses de la future guerre civile) ou les Accords du Caire de novembre 1969 entre l’État libanais et l’OLP constituent une illustration parmi d’autres de cette absence de vision stratégique.

Affiche officielle de l’armée libanaise, 2012. http://www.lebarmy.gov.lb

Affiche officielle de l’armée libanaise, 2012. http://www.lebarmy.gov.lb

De ce fait, l’État libanais ne s’est jamais véritablement doté d’une véritable doctrine de sécurité nationale (Moussa, 2011), laissant dans le flou les missions censées être remplies par l’institution militaire. Ce n’est qu’après les Accords de Taëf (octobre 1989) qu’ont été redéfinies plus clairement les « missions essentielles » de l’armée libanaise :

  1. la lutte contre l’occupation israélienne ;
  2. la participation aux tâches de sécurité intérieure (fonction de police) ;
  3. l’engagement dans les projets d’intérêt national à caractère humanitaire.

Malgré cette clarification de sa mission sociétale qui en fait un pilier central de la reconstruction nationale après Taëf, l’armée libanaise apparaît comme « fragilisée» par le poids des attentes qu’on lui adresse, comme si on lui confiait un rôle presque trop grand pour elle : reconstruire le tissu des solidarités nationales et universalistes au-delà des attaches primaires et particularistes des citoyens, à l’instar du rôle de l’école publique sous la Troisième république française : au Liban, le mythe de « l’armée du général Chéhab » (fondateur de l’armée libanaise, élu président de la République en 1958) tend à jouer un rôle comparable à celui de « l’école de Jules Ferry » en France. Or, ce processus de reconstruction – on serait presque tentés de parler de « convalescence patriotique » – intervient dans un contexte de crise économique profonde et de tendances néolibérales accrues qui font que les moyens alloués à l’armée libanaise sont dérisoires au regard de la « mission nationale » que les politiques et les citoyens voudraient lui faire jouer. Trois illustrations permettent de saisir ce rapport ambivalent des acteurs de la société libanaise à leur armée : la question du service miliaire et celle de la complémentarité Armée/Résistance.

Sur le premier point, en dépit d’un discours commun et récurrent qui fait de l’armée libanaise le ciment de l’unité nationale, personne ne semble regretter aujourd’hui la suppression du service militaire. Instauré pour la première fois en 1974, quelques mois avant le déclenchement de la guerre civile, il a été rétabli en septembre 1991 après les accords de Taëf, avant d’être définitivement enterré en 2007, pour des raisons financières mais aussi victime des marchandages politiciens des leaders libanais désireux de satisfaire leur clientèle. En ce sens, l’histoire mouvementée du service militaire au Liban est révélatrice du « double discours » à l’égard de l’armée, valorisée comme symbole patriotique mais aussi marginalisée et stigmatisée dès lors qu’elle touche aux intérêts privés, clientélistes et confessionnels.

Martyrs de la résistance, musée mobile du Hezbollah à Baalbek, août 2012. © Vincent Geisser

Martyrs de la résistance, musée mobile du Hezbollah à Baalbek, août 2012. © Vincent Geisser

On observe une ambivalence similaire sur le thème de la complémentarité Armée/Résistance. Officiellement, le triptyque « L’armée, le peuple, la résistance » (al-jaych, al-cha’b, al-mouqâwama) fait l’objet d’un large consensus chez les acteurs civils et militaires. En réalité, ce consensus est fragile et ne résiste pas aux tentatives d’instrumentalisation politique. Du côté de la coalition du 8 mars, en général, et du Hezbollah, en particulier, on déplore la faiblesse de l’armée (« une police en uniforme » selon la formule de Hassan Nasrallah) et sa dépendance totale à l’égard des États-Unis, mais sans envisager un seul instant d’intégrer les forces de la résistance à l’institution militaire légitime, maniant ainsi l’ambivalence permanente. La faiblesse structurelle de l’armée sert d’argument pour justifier le non démantèlement de la milice chiite. Du côté de l’alliance du 14 mars, on dénonce les dangers du maintien d’une armée privée et confessionnelle, visant de manière à peine voilée le Hezbollah, mais sans définir une perspective claire concernant la construction d’une armée libanaise dotée de moyens financiers, humains et matériels, comparables à ceux des pays voisins. De ce point de vue, les rivalités politiques à propos de la mission nationale de l’institution militaire contribuent davantage à l’affaiblir qu’à la stimuler, en la cantonnant dans un statut de « force armée intérieure », sans véritable doctrine de défense.

Enfin, dernière illustration de cette ambivalence : le caractère unitaire proclamé de l’armée libanaise s’accompagne en réalité d’un savant dosage confessionnel des postes de responsabilité : le commandant en chef de l’armée est issu de la communauté maronite, le chef d’état major est druze, le conseil militaire est formé également de généraux représentant les quatre autres grandes communautés du pays (Moussa, 2011). En ce sens, l’armée libanaise, en dépit des discours faisant d’elle le symbole de l’unité nationale, apparaît davantage comme une institution mutlicommunautaire où les équilibres confessionnels et particularistes demeurent précaires et susceptibles de faire l’objet de contestations.

Général Fouad Chéhab, Archives de l’armée libanaise http://www.lebarmy.gov.lb

Général Fouad Chéhab, Archives de l’armée libanaise http://www.lebarmy.gov.lb

Conclusion : ce que nous dit aujourd’hui le « mythe Chéhab »

Tant chez les acteurs civils que militaires, il existe aujourd’hui une véritable nostalgie pour la période chéhabiste, en référence aux années de présidence du Général Fouad Chéhab (1958-1964). Comme tout mythe, il se fonde sur une reconstruction imaginaire du passé mais qui nous permet de mieux saisir les aspirations  présentes (et souvent contradictoires) des citoyens libanais à l’égard de l’institution militaire et, au-delà, de l’État.

Cette évocation de l’âge d’or chéhabiste traduit incontestablement l’aspiration au retour à une « normalité étatique », au fonctionnement d’un appareil d’État libéré des intérêts particuliers, clientélistes et confessionnels. En deux mots : une démocratie sans adjectif.

Mais il évoque aussi l’aspiration autoritaire à un État fort, avec pour pilier central l’armée et les services de renseignement (le fameux « IIe Bureau ») qui, au regard des tendances actuelles qui traversent le monde arabe, apparaît décalée, voire anachronique.

Davantage qu’une institution parmi d’autres de l’État, l’armée est devenue pour de nombreux Libanais une valeur refuge, renvoyant à un imaginaire social où la revendication démocratique se combine parfois à la tentation autoritaire.

Références

  • Barak Oren, The Lebanese Army: A National Institution in a Divided Society, Albany, State University of New York Press, 2009.
  • « Bulletin d’orientation adressé aux militaires », Bulletin d’orientation de l’armée libanaise, 2010/3. [En ligne] http://www.lebarmy.gov.lb/article.asp?ln=fr&id=26071
  • Dupont Hubert (pseudonyme), « La nouvelle armée libanaise : instrument de pouvoir ou acteur politique ? », Confluences Méditerranée 29, 1999, p. 57-71.
  • Freiha Adel, L’armée et l’État au Liban, 1945-1980, Paris, LGDJ, 1980.
  • Geisser Vincent, Krefa Abir, « L’uniforme ne fait plus le régime. Les militaires arabes face aux révolutions », Revue internationale et stratégique 83, septembre 2011, p. 93-102.
  • Hasbani Nadim, « L’armée libanaise prise au piège de la classe politique », L’Orient Le Jour, 8/10/2010. [En ligne] http://www.lorientlejour.com/archives/overview.php?id=A6741
  • Malsagne Stéphane, Fouad Chéhab 1902-1973 : une figure oubliée de l’histoire libanaise, Paris/Beyrouth, Karthala/Presses de l’Ifpo, 2012.
  • Moussa Nayla, « L’armée libanaise : un état des lieux », Affaires-stratégiques.info, IRIS, 27 mai 2009. [En ligne] http://www.affairesstrategiques.info/spip.php?article1326
  • Moussa Nayla, « L’armée libanaise : une exception dans le paysage militaire arabe ? », dossier : « La place et le rôle des armées dans le monde contemporain », F. Bourrat, dir., Les Champs de Mars (Revue de recherhe stratégique de l’École militaire), 23, décembre 2011.
  • Picard Élisabeth, « Armée et sécurité au cœur de l’autoritarisme », in Olivier Dabène, Vincent Geisser, Gilles Massardier (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle. Convergences Nord/Sud, Paris, La Découverte, 2008 (collection Recherches), p. 303-329.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’armée libanaise : symbole d’une nation réconciliée ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 15 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4687

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/03/2013

    […] une première séance sur l’armée libanaise (L’Armée libanaise, symbole d’une nation réconciliée ?, mardi 5 décembre 2012), suivie d’une seconde sur la justice (Justice, État et mobilisations […]