La restauration du Khan al-Wakala à Naplouse : un parcours du combattant patrimonial

Le Khan al-Wakala au début du vingtième siècle. Coll. Library of Congress.

Le Khan al-Wakala au début du vingtième siècle. Coll. Library of Congress.

En septembre 2012, s’est ouverte au Khan al-Wakala – un ancien caravansérail de la vieille ville de Naplouse – une exposition d’artisanat local intitulée « Perspectives nouvelles » (talât jadîda). La ministre palestinienne de la Culture, puis le maire de la ville, se sont succédé sur l’estrade : mobilisant la rhétorique du sumûd (mot désignant la résistance continue des Palestiniens  à demeurer sur leur sol), leurs discours ont établi un lien entre préservation des compétences du passé et ouverture d’horizons pour l’avenir.

L’événement avait aussi pour but de présenter au public l’achèvement de la restauration du khan, effectuée conjointement par la mairie et l’UNESCO avec des fonds de l’Union européenne : initié à la fin des années 1990, ce projet a survécu non seulement à la deuxième Intifada, mais aussi aux soubresauts consécutifs à la victoire du Hamas aux élections municipales de 2005. L’histoire de la restauration du Khan al-Wakala peut donc être considérée comme emblématique des difficultés quotidiennes découlant de l’occupation israélienne, ainsi que des contraintes liées à la dépendance de la sauvegarde du patrimoine palestinien par rapport à l’aide internationale. Le résultat témoigne d’une forme de concurrence entre diverses conceptions du patrimoine urbain en Palestine ; en outre, il pose l’enjeu de la réappropriation de ce patrimoine par les communautés locales.

Incidents et incidences politiques sur le cours des travaux

Le Khan al-Wakala est le plus important des caravansérails de Naplouse. Situé à l’extrémité ouest de la vieille ville, cet édifice aurait été construit en 1630, puis rénové en 1795 (Municipalité de Naplouse, 2012 ; ‘Arafât, 2012) ; il a été endommagé par le tremblement de terre de 1927. La genèse des projets de restauration remonte à la fin des années 1990, période qui a connu une mobilisation pour le patrimoine architectural des centres urbains palestiniens historiques,  jusqu’alors peu pris en compte dans les discours officiels (De Cesari 2008). À partir de 1996,  à l’initiative du maire de l’époque, Ghassân Shaka‘a (fils d’une grande famille de l’establishment citadin, par ailleurs importante figure du Fatah),  la municipalité rachète les parties du khan appartenant à des particuliers. Les activités commencent en 1999 par des travaux de documentation et des relevés, avec un financement de l’Union européenne et l’assistance technique de l’UNESCO.

Le khan peu avant le début des travaux de restauration. © Municipalité de Naplouse

Le khan peu avant le début des travaux de restauration. © Municipalité de Naplouse

Les travaux s’interrompent une première fois au cours de la deuxième Intifada – plus précisément en 2002, quand l’armée israélienne envahit totalement Naplouse. La vieille ville est particulièrement visée : le khan est touché par les bombardements ; des savonneries aux alentours sont complètement détruites ; les services municipaux de Naplouse sont même contraints de démolir l’ancienne porte d’entrée afin d’aller rechercher des survivants sous les décombres.

À partir de 2004, la restauration reprend progressivement, mais elle est mise à mal fin 2005 par la victoire du Hamas aux élections municipales, puis aux législatives – un résultat qui se révèle lourd de conséquences. Le 1er avril 2006, l’Union européenne demande en effet à l’UNESCO de mettre en place une « politique de non-contact » [sic] envers la mairie Hamas, organisation considérée comme « terroriste ».

D’avril 2006 à septembre 2009, les travaux ont continué à un rythme fortement ralenti, sous la direction d’ingénieurs de la mairie et de l’université Al-Najah, appelée en renfort par la mairie en 2005. En 2007, après la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza, un gouvernement d’urgence est nommé en Cisjordanie sous la houlette de Salam Fayyad (indépendant apparenté Fatah). La mairie choisit alors de transférer ses fonds au ministère palestinien des Finances, et l’UNESCO a pu se réinvestir dans le projet à partir de 2009, avec des financements en provenance de l’Union européenne et de l’Autorité palestinienne. Des tensions se sont manifestées entre les experts de l’UNESCO et les architectes locaux, notamment sur le choix des matériaux, la typologie et l’ampleur des interventions, retardant d’autant l’achèvement. Le « nouveau khan » a néanmoins fini par être officiellement inauguré en juillet 2012, en présence du Premier ministre.

Le khan al-Wakala en septembre 2012. © Véronique Bontemps

Le khan al-Wakala en septembre 2012. © Véronique Bontemps

Le patrimoine reconverti en projet d’avenir

L’idée sous-jacente à la restauration est de faire revivre « l’esprit » du khan. Giovanni Fontana (responsable du projet pour l’UNESCO) explique : « Ce n’est pas devenu une école, ni un hôpital, ni un centre culturel ; on a vraiment essayé de restaurer les fonctions typiques du khan : hospitalité, services, activités productives (c’est-à-dire artisanat et commerce) ». Ainsi, les chambres qui accueillaient autrefois les marchands de passage ont été aménagées en petit hôtel (« guesthouse »). L’espace du khan comprend également un restaurant, des locaux destinés à abriter des ateliers et des boutiques d’artisanat local, ainsi que des salles consacrées à une exposition permanente sur le thème de la ville.

La vision du patrimoine à l’œuvre derrière ces interventions est celle de la reconversion ou « réutilisation créative ». Les origines de ce concept, central pour les ONG s’occupant de patrimoine urbain en Palestine à la fin des années 1990, résident dans la convergence entre certaines idées issues des mouvements folkloristes palestiniens des années 1970 et les discours d’organisations internationales telles que l’UNESCO (De Cesari 2008, p. 110). Le patrimoine est conçu non seulement comme une préservation du passé, mais aussi comme un investissement pour l’avenir : il s’agit de faire prospérer la petite industrie locale et de créer des emplois. Ainsi, l’un des objectifs du projet consiste en la « transformation du bâtiment en complexe urbain servant d’incubateur d’entreprises d’artisanat et de services touristiques et culturels » (Zananiri 2012). Le design des chambres de la guesthouse est l’œuvre de jeunes stylistes palestiniens, les meubles ont été créés par des artisans locaux. Les boutiques d’artisanat – qu’il s’agisse de gastronomie avec la fameuse knâfa locale, d’ébénisterie, de tissage, de création de bijoux, etc. – doivent s’insérer dans le cadre de micro-projets de revitalisation de l’économie. En outre, la cour du khan se prête, par sa taille et son plan, à l’organisation d’événements culturels. Enfin, l’ensemble s’inscrit, avec les salles d’exposition, dans un projet global de « conscientisation » des populations par rapport à leur histoire et leur patrimoine urbain.

La restauration du Khan al-Wakala constitue un sujet relativement sensible, principalement pour deux raisons : d’une part, la diversité des acteurs impliqués (les familles propriétaires des parcelles rachetées ensuite par la mairie, l’Union européenne, l’université Al-Najah, l’UNESCO) ; d’autre part, les événements politiques qui, au fil des années, ont pesé sur les relations entre ces différents acteurs. Les travaux sont devenus un véritable parcours du combattant : « Le processus a connu différentes phases, cela n’a pas garanti une continuité », commente sobrement Giovanni Fontana en allusion à la situation chaotique créée par l’Intifada, mais aussi au fait que le projet a été abandonné quatre ans aux mains des ingénieurs municipaux, une conséquence de la politique de « non-contact ». Par ailleurs, ces travaux ont révélé des tensions entre différentes conceptions du patrimoine : l’une portée par les experts de l’UNESCO, qui repose sur le respect des normes internationales exigeant, depuis la Charte de Venise en 1965, la « lisibilité » des transitions entre l’ancien et neuf, l’autre par les ingénieurs locaux soumis à des impératifs d’urgence. Giovanni Fontana conteste par exemple l’ajout d’une façade, celle du restaurant ; mais il a échoué à convaincre les architectes de la mairie d’utiliser l’enduit à la chaux car, lui auraient dit ces derniers : « Ce sont les villageois (fallâhîn) qui mettent de l’enduit ; nous, les citadins, nous utilisons la pierre ».

Un défi pour le local : réussir l’intégration, la réutilisation, la réappropriation

L’enjeu essentiel réside cependant dans l’intégration du bâtiment au sein de l’espace urbain, ainsi que les perspectives de réutilisation. L’inauguration de l’exposition citée plus haut n’était pas dénuée d’un certain registre folklorique ; mais, au-delà des discours quelque peu stéréotypés sur le sumûd, certains produits exposés témoignent d’une interrogation réellement vivante sur ce que véhiculent le patrimoine et ses significations : des T-shirts, des mosaïques originales dues aux élèves de l’école de Jéricho… et ceci même si les prix affichés apparaissent quelque peu prohibitif – plus adaptés, en tout cas, à une clientèle touristique internationale encore peu présente à ce jour dans les Territoires palestiniens occupés.

Toute la question est de savoir si le « nouveau » khan « prendra » dans son environnement urbain : après des années d’abandon, ce « nouvel ancien » doit aujourd’hui s’y réadapter. Entre la satisfaction affichée du maire et les constats mitigés des responsables de l’UNESCO, il faudra observer comment l’ensemble fonctionnera dans la durée, une fois les artisans installés et l’hôtel ouvert. Au-delà de la restauration de la pierre, « l’esprit du lieu » ne pourra, de toute façon, revivre qu’au prix de sa réappropriation par les communautés locales. À ce titre, il est intéressant de noter que les boutiques donnant directement sur une rue du souk ont été conservées, les locataires ayant bénéficié d’une ancienne et avantageuse loi qui empêche leur expropriation. À côté du portail parfaitement restauré, une boutique d’élevage de poulets atteste ainsi que le bâtiment a d’ores et déjà été réapproprié par les usagers premiers du lieu…

Références

  • ‘Arafât, N., 2012, Nablus, City of Civilizations, Naplouse, Cultural Heritage Enrichment Center.
  • « Restoration of Khan Al Wakala Project », document interne, Municipalité de Naplouse, 2012.
  • De Cesari, C., 2008, Cultural Heritage Beyond the “State”: Palestinian Heritage between Nationalism and Transnationalism, PhD in Philosophy, Stanford University.
  • Zananiri, E., 2012, « Rénové, l’ancien site du Khan al-Wakala renoue avec sa splendeur passée », site de l’Union européenne, Neighbourhood Info Center. [En ligne] http://www.enpi-info.eu/medportal/features//565/Restaur%C3%A9,-l’ancien-site-du-Khan-al-Wakala-renoue-avec-sa-splendeur-pass%C3%A9e

Pour citer ce billet : Véronique Bontemps,  « La restauration du Khan al-Wakala à Naplouse : un parcours du combattant patrimonial  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 17 décembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4632


Véronique Bontemps est anthropologue. Elle a soutenu une thèse sur les pratiques locales du patrimoine palestinien à partir d’une ethnographie des anciennes savonneries de Naplouse, récemment publiée  sous le titre Ville et patrimoine en Palestine, Paris, ISSMM- Karthala, 2012. Elle est actuellement chercheure associée à l’Urmis (Paris 7) et à l’Ifpo.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/veronique-bontemps

Tous les billets de V. Bontemps

Autres billets en co-rédaction : « Frontières et circulations au Moyen-Orient », et « La Palestine en réseaux »


Vous aimerez aussi...