Pourquoi traduire Al-Nihāyāt d’Abdul Rahman Mounif ?

12 décembre 2012
Par
al-Nihayat

al-Nihayat

Dans la collection Ifpoche de l’Institut Français du Proche-Orient, paraîtra très prochainement en édition bilingue la traduction d’Al-Nihāyāt (Les fins) d’Abdul Rahman Mounif, un roman publié pour la première fois en 1977. Nous nous proposons ici d’exposer brièvement les raisons qui nous ont amené à traduire cet ouvrage, presque quarante ans après sa sortie.

Le désert, espace central dans la littérature arabe classique, notamment la poésie des époques préislamique et omeyyade, est une veine relativement peu explorée par les romanciers arabes contemporains. À l’exception du Libyen Ibrāhīm al-Kūnī, du Syrien ’Abd al-Salām al-’Uǧaylī, et de quelques autres auteurs issus des pays du Golfe, rares sont ceux qui, à l’instar d’Abdul Rahman Mounif, ont consacré une partie significative de leur œuvre au désert et à la narration des bouleversements qui touchèrent cet espace à partir de la découverte du pétrole.

Abdul Rahman Mounif

Abdul Rahman Mounif

Abdul Rahman Mounif (1933-2004) – dont la biographie est donnée dans l’introduction du livre, qui comprend également une présentation de son œuvre, la liste des ouvrages dont il est l’auteur, la liste des traductions en différentes langues, ainsi qu’une bibliographie des études les plus significatives le concernant – est né à Amman en Jordanie, de père saoudien et de mère irakienne. Il compte parmi les grands noms de la littérature arabe du XXe siècle et son autobiographie, traduite simultanément en sept langues, fait marque dans les Lettres arabes contemporaines. Pourtant, à ce jour, un seul de ses romans est accessible au public français : À l’est de la Méditerranée, paru chez Sindbad en 1985.

Si ses premiers romans Al-Ašǧār wa iġtiyāl Marzūq, puis Šarq al-Mutawassiṭ sont les miroirs de son engagement en vue d’améliorer la condition de l’homme arabe, c’est dans ses romans du désert que Mounif s’est véritablement révélé et qu’il a le plus innové. L’itinéraire personnel de l’écrivain doit naturellement être pris en considération. Fils d’un Saoudien originaire du Nejd, et lui même expert dans le domaine de l’économie pétrolière, il a pu compter, lors de l’élaboration de Mudun al-milḥ et de ses autres romans du désert, sur les données issues d’une expérience vécue.

Mudun al-milḥ (Cités de sel),son huitième roman, est une pentalogie sans équivalent dans la littérature arabe contemporaine, moins par ses dimensions (5 tomes et 2446 pages), que par l’importance des thèmes qui y sont abordés. L’auteur y relate la transformation d’un désert, habité par des tribus bédouines et sédentaires, d’abord en un État centralisé, puis, après la découverte des gisements d’« or noir », en une monarchie pétrolière, un État pseudo-moderne avec tout ce que cela comporte de bouleversements aussi bien sur les plans économique, social et politique que sur le plan des mentalités.

Comme Mudun al-milḥ, Al-Nihāyāt, est un roman du désert. L’action se déroule à al-Ṭība, un village situé aux confins du désert. À cause de la sécheresse, les habitants deviennent de plus en plus dépendants de la chasse et de ʿAssāf, le héros, sorte de marginal qui est aussi un chasseur hors pair. Solitaire et mystérieux, ʿAssāf, passe sa vie à parcourir le désert avec son chien, dort dans des grottes, et chasse pour se nourrir. Lui qui connaît bien le désert représente l’état d’esprit bédouin caractérisé par un respect profond de la nature et la perception des limites ultimes que l’homme ne doit pas franchir. Cependant, il doit faire face à un dilemme car il aime aussi son village et désire se mettre à son service.

Lorsque quatre chasseurs néophytes arrivent de la ville, lui, le fils du désert, accepte à contre cœur de les guider vers un lieu où il est sûr de trouver du gibier. C’est alors que survint une terrible tempête de sable qui encercle le groupe et recouvre tout. ʿAssāf est retrouvé mort, près de son chien qui a tenté de le protéger des charognards avant de mourir à son tour de soif.

Sa mort est perçue comme le sacrifice d’un individu en vue de sauver la communauté. À partir de là, le roman change brusquement de registre et de tonalité. Une veillée s’organise, une veillée extraordinaire qui se prolonge toute la nuit et à laquelle participe l’ensemble du village. Chacun veut prendre la parole et raconter une histoire. Ainsi, quatorze histoires légendaires, dont deux tirées du Livre des animaux d’Al-Ǧāḥiẓ, s’enchaînent jusqu’à l’aube. Cette veillée, puis les obsèques de ’Assāf, se transforment en une sorte de purification collective qui va amener tous les habitants à s’unir dans le but d’obtenir le lancement des travaux de construction du barrage promis par le gouvernement depuis de longues années.

De par sa structure binaire et l’insertion de cette succession d’histoires qui viennent servir la narration, Al-Nihāyāt constitue une rupture radicale avec les traditions narratives utilisées par l’auteur jusqu’alors. Les spécificités du roman sont multiples. Outre sa structure binaire qui donne à la narration un aspect polyphonique, il se caractérise par une grande diversité au niveau du style, de la tonalité, et des techniques narratives mises en œuvre. Si au début, le récit à la troisième personne est le plus souvent le fait d’un narrateur omniscient et objectif, par la suite, les points de vue se diversifient. Des descriptions riches, précises, prenantes, voire lyriques de la nature et du désert contrastent avec la narration transparente et les accents de neutralité monotone des premières pages.

Une autre spécificité de l’œuvre réside dans la place centrale occupée par l’espace. L’auteur met au premier plan, la nature, les animaux, et les habitants de ce village qui devient le symbole de tous ces villages luttant pour leur survie. La ville lointaine et moderne, siège des institutions étatiques, menace et exploite cet espace. Le projet de construction du barrage, sans cesse retardé, est aussi révélateur de tout ce qui sépare al-Ṭība de la grande ville, perçue comme une entité incompréhensible, voire néfaste. L’avenir de cet espace est au centre du roman, entre passé, présent et avenir, tradition et modernité… une réflexion que Mounif poursuivra dans Cités de sel.

Le désert est omniprésent, en particulier dans la première partie du roman. Il s’agit d’un espace hostile où la mort semble inéluctable mais qui, dans le même temps, génère chez le narrateur une fascination qui émane justement de sa toute-puissance :

 « Il est des endroits où la nature donne libre cours à sa puissance illimitée : dans les mers et les océans, sur les sommets des montagnes, au fin fond des vallées, dans les terres glacées, ou dans la pénombre des forêts... Si dans tous ces endroits, la nature avertit de l’imminence du changement et envoie toutes sortes de signaux annonçant que cette force intérieure ne peut plus être contenue et qu’elle va se métamorphoser d’un instant à l’autre, il en est tout autrement dans le désert. » (Al-Nihāyāt, p. 93).

Les animaux sont également des acteurs de premier plan. Le chien de ’Assāf en est le meilleur exemple. Tout au long du roman, animaux et humains sont traités sur un pied d’égalité et sont pourvus de conscience. Ce rapport avec la nature puise ses racines dans le passé, un passé omniprésent grâce notamment aux quatorze histoires relatées dans la deuxième partie, histoires qui remontent très loin dans la tradition orale, la mémoire du village, et à travers lesquelles sont mis en évidence les qualités des animaux, les relations qui les lient aux hommes, et le dégoût inspiré par ceux qui ne les respectent pas ou les maltraitent.

Paradoxalement, la chasse est parfois envisagée positivement. Au fil de la narration, quantité d’informations et de détails sont fournis sur le gibier de la steppe et du désert. L’opportunité est donnée au lecteur de découvrir les espèces qui peuplent ces immenses territoires : des oiseaux (perdrix, gangas catas, pigeons, cailles, etc.), des bouquetins, des gazelles, des lièvres, des chacals, des loups etc. On apprend à connaître leurs habitats, leurs modes de vie et aussi les techniques de chasse dans le désert, en particulier celles qui se pratiquent à bord de voitures ou de Jeeps.

Al-Nihāyāt occupe une place particulière dans l’œuvre de Mounif. Celui-ci y jette les fondements de son univers romanesque et dévoile les contours d’un imaginaire que le lecteur retrouvera quelques années plus tard dans Cités de sel. Les thèmes du paradis perdu et de l’idéalisation du passé sont parmi les thèmes essentiels du roman, avec celui de la transformation. Al-Ṭība est un village qui vit selon un mode de vie qui n’a pas subi de changements depuis des décennies. La société qui le régit est une société tribale liée par les liens du partage et de la solidarité, fonctionnant sur la base de valeurs et de codes ancestraux qu’un étranger est incapable de comprendre. ʿAssāf et al-Ṭība symbolisent ce passé, un univers et des valeurs traditionnels, une génération sur le déclin qui se retrouve abandonnée par la ville moderne et l’État, et qui cherche sa voie en rêvant d’une existence meilleure. Le roman relate d’une part la lutte qui oppose une société traditionnelle aux dangers que constituent la famine et la perte de l’identité, et d’autre part la lutte qui met aux prises la nature elle-même et de ses formes néfastes d’utilisation par l’homme. À travers le personnage de ʿAssāf, le héros qui se bat et se sacrifie pour préserver la nature et ses secrets, Mounif idéalise le genre de vie que mènent ces hommes depuis des siècles, insiste sur l’opposition entre le passé et le présent, tout en présentant les tenants et les aboutissants de la transformation qui s’opère.


Pour citer ce billet : Éric Gautier, «  Pourquoi traduire Al-Nihāyāt d’Abdul Rahman Mounif ?  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 12 décembre  2012. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4600


E‰ric Gautier, responsable du stage de langue arabe de lâ€'Ifpo

Éric Gautier, maître de conférences (Paris IV, Ifpo), est responsable du stage de langue arabe à l'Ifpo. Ses recherches portent sur la littérature arabe contemporaine.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/eric-gautier

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo



imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Pays, Irak, Pays, Jordanie, Sujet, Littérature, Ifpo, Presses de l’Ifpo, Pays, Saoudie, Pays, Syrie, Sujet, Traduction

Les commentaires sont fermés.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens