Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept

4 décembre 2012
Par
Affiche du colloque d’Amman

Affiche du colloque d’Amman

C’est à l’initiative de deux chercheuses, Élisabeth Longuenesse, directrice du Département des études contemporaines de l’Ifpo, et Ghislaine Glasson-Deschaumes, directrice de la revue Transeuropéennes, qu’a été organisé à Amman, les 8 et 9 octobre 2012, un colloque sur la traduction en sciences sociales, autour du concept de « citoyenneté » (al-muwāṭana). Y ont participé, pendant deux journées de conférences et de débats, dans les locaux de l’Université de Jordanie, des universitaires et traducteurs de langue française, arabe, anglaise, mais aussi serbe, souvent bilingues, parfois trilingues, originaires d’Europe et du monde arabe.

Quatre grands thèmes de travail avaient été définis au préalable, orientant les conférences et débats autour de « Citoyenneté et droits de l’homme, droits civiques et libertés », « Citoyenneté, nationalité, espace national et/ou transnational », « Citoyenneté, identité, communautés », ainsi que « Citoyenneté et question sociale ».

Comment dire, définir et traduire la « citoyenneté » ? Comment comprendre et faire passer d’une langue à l’autre, d’une institution à l’autre, d’une culture sociale à l’autre, d’un contexte politique à l’autre, d’une histoire à l’autre, le concept de « citoyenneté » ?

L’idée de « citoyenneté », et ce qu’elle comprend en termes de représentations philosophiques ou éthiques, mais aussi et surtout en termes de droits (ḥuqūq) et de devoirs (wāgibāt), n’est certainement pas la même en France, au Liban, au Royaume-Uni, en Palestine ou en ex-Yougoslavie. Et pourtant elle circule… Alors comment la traduire, sans risquer de la trahir ?

Le colloque a donc fait état des problèmes de traduction propres aux questions politiques et sociales de citoyenneté. Il visait aussi, au moment de sa conception, à délimiter un corpus de textes pertinents autour de la thématique de la citoyenneté, dans les trois langues que sont l’arabe, le français et l’anglais, ainsi qu’à lancer un travail de traduction des notions et des textes. Cependant, il n’a pas pu, au terme de seulement deux jours de discussions, atteindre ces deux derniers objectifs et mettre en route un chantier de traduction. Une nouvelle journée de travail, sous forme de table ronde ou d’atelier, devrait réunir prochainement quelques-uns des participants au colloque, avec d’autres chercheurs arabes, autour d’auteurs et de textes à traduire de l’arabe, pour concrétiser ensemble une première étape du beau projet de Transeuropéennes et du Département des études contemporaines de l’Ifpo.

S’il n’a pas, dans un premier temps, réussi un pari peut-être trop ambitieux, ce colloque a au moins permis, en mettant en regard des communications remarquables, parfois surprenantes, de soulever un certain nombre de questions et de faire avancer la réflexion : comment être exilé et « citoyen » ? Immigré et « citoyen » ? Doit-on encore parler de citoyenneté légale, ou plutôt de citoyenneté « légitimée » ? Comment parler de citoyenneté en Palestine ? Comment la  citoyenneté est-elle enseignée ? S’obtient-elle ? Droit du sang, du sol, de vote, de circulation ? Nationalité ? Communauté ? Égalité ? Papiers ? Confession ? Transnationalisme ? Nation ? Patrie ? Cité ? Universalité ?

C’est Étienne Tassin, professeur à l’Université Paris-Diderot et chercheur au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques, qui a ouvert ces deux journées de réflexion avec une communication intitulée « Les paradoxes de la citoyenneté : statut juridique ou agir politique ? ». Il a d’emblée placé la notion de « citoyenneté » dans le rapport complexe qu’elle entretient avec légalité et légitimité. Ces idées de légitimation et de légalisation de la citoyenneté sont essentielles pour comprendre la nécessité de questionner, dans un contexte géopolitique de migrations et de transnationalisme, la citoyenneté, mais aussi la difficulté à transposer la citoyenneté d’un cadre sociopolitique à un autre, d’une histoire des idées à une autre. Ainsi il a notamment été souligné, au cours de ces deux jours, le fait que la conception très universaliste de la « citoyenneté » à la française, issue de la philosophie des Lumières, est finalement bien différente de la notion anglo-saxonne de « citizenship ».

Tous ces questionnements, s’ils ont parfois semblé éloigner la réflexion sur la « citoyenneté » de son rapport à la « traductibilité », du français à l’arabe ou de l’anglais au français, nous ont toutefois permis, en définitive, de nous rapprocher du cœur de la problématique inhérente à la traduction – des sciences sociales en particulier. Georges Kattoura, traducteur vers l’arabe des philosophes allemands Beck et Habermas notamment, nous a fait part, dans sa précieuse communication « Tarǧamatu al-mu’allafāti li- “Ulrich Beck” wa “Jurgen Habermas” ilā-l-luġati l-‘arabiyya » (La traduction en arabe des œuvres d’Ulrich Beck et de Jurgen Habermas), de la difficulté de traduire avec précision la terminologie philosophique et ses néologismes.

Traduire, c’est comprendre, comprendre une langue mais aussi un domaine de connaissances. Al-Ǧāḥiẓ exprimait déjà cette idée dans son Kitāb al-ḥayawān : « wa-lā budda li-l-tarǧumān min an yakūn bayānuhu fī nafs al-tarǧama, fī wazni ʿilmihi fī nafs al-maʿrifa » (Il est impératif que le traducteur ait un niveau d’expression dans la langue de traduction égal à celui de son savoir dans le même champ de connaissance).

Traduire, c’est encore traduire un contexte, une pensée, une histoire. Maher Charif, chercheur et enseignant à l’Ifpo, a présenté l’une des communications les plus remarquables de ces deux journées. Intitulée « Mafhūm al-muwāṭana fī kitābât al-mufakkirīn al-ʿarab min al-qarn al-tāsiʿ ʿašar » (Le concept de « citoyenneté » dans les textes des penseurs arabes du xixe siècle). Celle-ci avait pour objet de retracer l’histoire de l’interprétation en arabe de la pensée politique et sociale du xixe siècle européen, et tout particulièrement des concepts inhérents à la question de « citoyenneté ». Il a interrogé leur compréhension par les grands penseurs arabes de la Nahda, et l’omniprésence de l’idée de « citoyenneté », bien que le terme « muwāṭana » n’y soit pas explicite, dans les travaux de Ṭaḥṭāwī, Adīb Isḥāq, Ḫayr al-Dīn al-Tūnisī, Aḥmad b. Abī al-Siyāf, Buṭrus al-Bustānī ou encore ʿAbd al-Raḥmān al-Kawākibī. Avec maestria, Maher Charif nous a éclairés sur un moment-clé de l’histoire arabe contemporaine, où la traduction a joué un rôle déterminant dans la définition et la construction d’une citoyenneté dans le contexte d’une renaissance nationale, d’arabisation des concepts et de modernisation de la langue arabe.

Surprenante, l’intervention d’Igor Sticks, chercheur à l’Université d’Édimbourg et spécialiste des Balkans, locuteur de plusieurs langues slaves mais aussi du français et de l’anglais, nous a fait entrer dans un espace national atypique, à travers quelques anecdotes vécues au quotidien par les ressortissants de ces pays, et l’analyse de différents niveaux de citoyenneté dans le cas de la Bosnie. Sa communication, intitulée « Translating citizenship in the Balkans ? Citizenship regimes in Yugoslavia and post-Yugoslav states », entraient en écho avec les essais de Dina Kiwan, de Paul Tabar et de Joni Aasi. Le premier, « Citizenship in a multi-nation and multicultural context : the case of the UK », s’intéressait à la question du vécu de la citoyenneté au Royaume-Uni, modèle multiculturel en crise, mais aussi aux problématiques d’accession et d’éducation à la citoyenneté. Quant au second, « Transnational political mobilizations: the case of the Lebanese diaspora », il a interrogé le problème – brûlant à l’heure où les pays du Printemps arabe se trouvent confrontés à la question du droit de vote de ses exilés – du rapport au vote des Libanais émigrés au Canada ou en Australie. Le troisième, enfin, « Al-dawla l-filasṭiniyya l-mustaqbaliyya wa-masʾalat al-muwāṭana » (Le futur État palestinien et la problématique de la citoyenneté), soulève la question de la citoyenneté palestinienne sous occupation israélienne, mais aussi à Jérusalem, et en Israël même, et dans le contexte de la création d’un futur État palestinien, dont le statut d’observateur non-membre, à l’heure où j’écris, est en débat à l’ONU.

Ces quatre interventions se sont formidablement répondu pour mettre en lumière les problèmes très contemporains de diaspora, de transnationalisme, de pluri et bi-nationalité, de citoyenneté universelle, et mettre en lumière les déclinaisons de la citoyenneté dans des contextes de guerre, de guerre civile, de modèle en crise, d’exil, la question étant notamment de savoir s’il est possible de parler de citoyenneté en l’absence d’État.

Les deux intervenants qui, à mon sens, ont le mieux réussi le pari d’interroger les difficultés et les enjeux de la traduction et de nous engager à réfléchir sur ces questions sont Catherine Neveu  et Ahmed Beydoun. La première, directrice de recherche au CNRS et chercheur au Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales, avait choisi, avec son essai intitulé « La citoyenneté comme “mot-clé” : enjeux de traductions politique », de placer le terme même de « citoyenneté » au cœur d’une lecture de la diversité, dans le temps et dans l’espace, des significations qu’elle comprend. Le second, professeur à l’Université Libanaise, a de son côté interrogé l’histoire des termes « ṭāʾifa » et « ṭāʾifiyya », leurs occurrences, leur acception dans le contexte libanais, leur traduction au français (« communauté », « communautarisme » ou « confessionnalisme » ?) et la déperdition du sens au moment de traduire. Avec une communication remarquable : « “Muṣṭalaḥāt “ṭāʾifa” wa-“ṭāʾifiyya” » (Les termes « communauté » et « communautarisme »), il a conclu avec brio ces deux journées, tout en recentrant le débat autour de problématiques linguistiques et d’une logique de traduction, en établissant « une esquisse de généalogie sémantique à l’intention des traducteurs » et en traitant de la question du développement asymétrique des contenus sémantiques de mots dont l’usage tient, à tort, « l’équivalence inter linguistique pour acquise ».

Le colloque n’a peut-être pas concrètement jeté les bases d’un chantier de traduction mais les communications, riches et documentées, ont posé les questions nécessaires préalables à tout travail de traduction digne de ce nom. La notion de citoyenneté a été discutée par des passionnés, spécialistes de la langue et des langues mais aussi du civisme, qu’il nous tarde de retrouver autour des textes qui auront été sélectionnés, pour les traduire, ensemble, forts des réflexions amorcées à Amman.

À lire sur les Carnets de l’Ifpo, sur la même thématique : Élisabeth Longuenesse, « Traduire la citoyenneté » (21 septembre 2012).


Pour citer ce billet : Claire Savina, « Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 4 décembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4546

Claire Savina est doctorante à l’Ifpo Beyrouth, et bénéficie d’une Aide à la mobilité internationale. Elle prépare une thèse intitulée « Traduire l’Autre, examen croisé de la traduction littéraire depuis et vers l’arabe au xixe siècle », Université Paris IV – Sorbonne, sous la direction de Frédéric Lagrange (Paris IV Sorbonne, Études Arabes) et Jean-Yves Masson (Paris IV Sorbonne, Littératures Générale et Comparées).

Page personnelle sur ifporient.org

Tous les billets de Claire Savina

Crédit photo (portrait de Claire Savina) : © Dominique Brachais.


imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Ifpo, Événements scientifiques, Sujet, Langue, Période, Moderne, Sujet, Sciences politiques, Sujet, Traduction

Les commentaires sont fermés.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche