L’histoire « par le haut » dans le monde arabe

Existe t-il encore un intérêt scientifique à interroger les « personnalités politiques » ? Le succès croissant de la microhistoria au sein des sciences sociales hexagonales, ces quinze dernières années, a contribué à marginaliser les approches « par le haut » (entretiens et enquêtes auprès des leaders et responsables), taxées souvent d’élitisme et de psychologisme, voire de connivence avec le journalisme. Il est vrai qu’aujourd’hui la mode scientifique serait plutôt aux « petits », aux « anonymes » et aux « ordinaires » de l’Histoire, les « grands », les « connus », les « personnages exceptionnels » étant suspects de détourner le « sens profond » des faits et de livrer une version biaisée de l’Histoire, s’apparentant davantage aux registres de la propagande et de l’autojustification, aboutissant à faire du chercheur un « porte-parole malgré lui » de récits idéologiques et normatifs.

Faut-il pour autant renoncer à interroger les « grands » ? La volonté de promouvoir une histoire sociale plus proche de l’ordinarité et de la quotidienneté des groupes humains et des sociétés implique t-elle l’abandon des traditions de recherche héritées pour partie de l’Oral History ? N’y a-t-il pas un risque à verser dans une forme de « populisme historique » à trop considérer l’histoire « par le bas » comme la vérité absolue et à négliger les récits des leaders ?

Ces questions, nous nous les sommes posées au début au début des années 2000 lorsque, avec Michel Camau, nous avons entrepris de rouvrir les « chantiers » de la période bourguibienne et, plus particulièrement, celui des « années de règne » (1956-1987), peu défrichées par les chercheurs en sciences sociales en raison de la censure politique en Tunisie. Du coup, la problématique se posait différemment : il ne s’agissait plus de faire le procès scientifique du « trop plein » d’archives orales de personnalités mais de combler un vide objectif. En effet, contrairement à la situation caractérisant le champ historique européen et nord-américain, saturé par les témoignages des « grands » les récits d’anciens compagnons du route du président Bourguiba, ministres, caciques du régime et du parti unique, ou encore ceux des leaders syndicalistes, étudiants et oppositionnels restaient relativement rares, pour ne pas dire inexistants. Tout restait à faire ou presque. Dans des contextes sociopolitiques autoritaires du monde arabe, où les sources écrites sont encore trop souvent verrouillées et spoliées par des régimes, soucieux de livrer à leur peuple des versions policières, sinon policées, de l’Histoire, pareille démarche se voulait volontariste : faire émerger une « histoire objective des subjectivités », en recourant à des « archives provoquées ». De ce point de vue, le recours aux entretiens de personnalités politiques correspondait moins à une « option de recherche » qu’à un passage obligé, voire une étape transitoire, afin d’accéder à la compréhension globale d’une période dont les acteurs sont encore vivants mais pas pour longtemps ! Être humains et donc mortels, les témoins du bourguibisme disparaissent progressivement. Le chercheur en sciences sociales est inextricablement gagné par le « syndrome du compte à rebours » (à moins qu’il n’en soit la victime) : s’il n’accomplit pas sa mission scientifique en recueillant la parole des « grands témoins » de l’Histoire, il aura nécessairement le sentiment d’avoir failli à son devoir et, ceci d’autant plus, que la parole politique se fait plus rare et plus discrète qu’ailleurs.

Bien sûr, ce type de démarche n’est pas exempt de biais scientifiques, dont les historiens du temps présent se sont faits largement écho dans leurs écrits analytiques et autoréflexifs : le handicap de l’a posteriori, le phénomène d’extrapolation, la « rehiérarchisation » subjective des faits, les silences difficilement interprétables, etc., sans parler des effets d’imposition liés aux situations d’entretien avec des « dominants ». Mais sur ce plan également, le contexte autoritaire et le verrouillage des sources écrites dans le monde arabe produisent un effet inattendu : de peur de mourrir sans laisser de traces, les « ex-dominants » se transforment souvent en « quémandeurs » sollicitement humblement le chercheur de consigner au plus vite leur parole sur CD, DVD ou MP3. D’où une situation inédite où le « chercheur de vérité » jouit d’une capacité inespérée de retourner à son avantage cette « quête de parole » et d’en faire, au-delà de toute tentative d’instrumentalisation politique, une source historique irremplaçable.

Vincent Geisser

Pour aller plus loin : Michel Camau, Vincent Geisser (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, 2004 et “La bouche de la Vérité”, actes du colloque de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP).

Crédits photo ici.


1 réponse

  1. 10/12/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Pierre Mounier. Pierre Mounier said: L’histoire « par le haut » dans le monde arabe http://bit.ly/icx48I #veille […]