Le Caire après la révolution : blocages de la ville et déblocage de l’urbanisme

23 octobre 2012
Par

Près de deux ans après la révolution du 25 janvier, Le Caire, principal théâtre des protestations, vit un moment paradoxal qui peut être compris comme une répercussion à l’échelle urbaine des changements politiques et sociaux en cours en Égypte. Alors que l’agglomération a connu, en 2011 et 2012, une série de blocages matériels et institutionnels contrariant sa gestion et sa pratique au quotidien, elle fait aujourd’hui l’objet d’un regain d’attention de la part d’un certain nombre d’acteurs, principalement issus de la « société civile », et qui aspirent à « révolutionner » l’urbanisme.

Photos 1 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Clichés R. Stadnicki, 2012

Photo 1 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Cliché R. Stadnicki, 2012.

L’enthousiasme populaire général provoqué par la chute du régime de Moubarak a rapidement fait place à un sentiment collectif de désillusion et de harassement, né des heurts du transfert du pouvoir de l’armée à un régime civil, effectif en juin 2012 seulement, après l’élection de Mohamed Morsi à la présidence de la république. La ville du Caire porte de nombreux stigmates de cette période de transition, encore très prégnants six mois après l’élection présidentielle.

Dans un premier temps, l’armée a investi les espaces centraux du Caire au point d’instaurer une véritable politique de contrôle et de fermeture de la ville. Afin d’éviter les rassemblements qu’il a commencé par soutenir le 25 janvier avant de réprimer sévèrement en novembre 2011 lors de « la bataille de la rue Mohamed Mahmoud » (Barthe 2011), le Conseil Supérieur des Forces Armées a cherché à bloquer l’accès à la place Tahrîr. Il a ordonné la construction de murs de pierre (photos 1 & 2), renforcés de fils barbelés, voire de boucliers humains, sur la plupart des axes qui mènent à ce lieu symbolique de la révolution, ainsi qu’au ministère de l’Intérieur situé juste à côté. Cette militarisation du centre du Caire, conférant à la capitale égyptienne un statut de ville en guerre, a entraîné deux conséquences majeures sur les pratiques et les représentations de l’espace.

Photos 1 & 2 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Clichés R. Stadnicki, 2012

Photo 2 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Cliché R. Stadnicki, 2012.

D’abord, pendant plus de six mois, les murs du centre-ville (dont le nombre a varié entre quatre et six entre novembre 2011 et mai 2012), ont contraint piétons et automobilistes à modifier leurs trajectoires. Ce phénomène s’est traduit par des bouchons d’une rare intensité sur la corniche ou dans le quartier Abdine, qui sont les deux seuls espaces possibles de contournement de la place Tahrîr pour traverser le Nil d’une rive à l’autre. Si Tahrîr ne revêt plus aujourd’hui la même centralité que par le passé, notamment en raison du déplacement continu des institutions culturelles et des activités économiques en périphérie, elle demeure un carrefour majeur des axes de circulation de la capitale (CEDEJ 2012b). En empêcher l’accès provoque donc le blocage total des quartiers centraux adjacents, incapables d’absorber l’ensemble des flux urbains.

Ensuite, cette stratégie de fermeture de l’espace est tout à fait contradictoire avec la fonction de lieu ouvert, de circulations et d’échanges endossée par Tahrîr pendant la révolution. En quelques mois, l’armée est ainsi parvenue à en briser le premier symbole. L’image romantique de la place véhiculée par le Printemps arabe a également été ternie par des « voyous » (baltaggy) et autres trafiquants de drogue, qui ont profité de la répression menée par l’armée sur les manifestants pour s’y installer, avant d’en être chassés par le gouvernement au cours de l’été 2012.

Dans un second temps, la période post-révolutionnaire est synonyme d’inertie décisionnaire en matière d’aménagement urbain, de blocage, non plus physique ici, mais institutionnel, de la ville. Alors que l’amélioration des conditions de vie dans l’espace urbain – notamment pour les 65 % de la population du Grand Caire qui vit dans les ‘ashwa‘iyyat (CEDEJ 2012a) –, figurait parmi les revendications des manifestants de 2011, l’urbanisation est restée un sujet de préoccupation subalterne lors des campagnes législative et présidentielle. Aucun discours de politique urbaine générale n’a réellement émergé à ces occasions. Le nouveau président Morsi avait quant à lui multiplié les promesses électorales avant son accession au pouvoir : réduction du trafic, construction d’un million de logements sociaux et organisation d’élections municipales. Cette échéance électorale n’a pas eu lieu et a été repoussée à une date inconnue. Le financement de nouveaux logements sociaux semble poser quelques problèmes au nouveau gouvernement, comme l’a reconnu le ministre de l’Habitat en septembre 2012 lors d’un entretien accordé à la presse. Enfin, personne au Caire, ni les usagers, ni le personnel des transports en commun – en grève depuis septembre 2012 pour obtenir une réévaluation des salaires –, n’a constaté d’amélioration dans les conditions de circulation. Pis, à plusieurs reprises en 2012, les stations-service du pays se sont trouvées hors d’usage, car la rumeur d’une flambée des prix à la pompe, provoquée par les menaces qui planent sur le maintien du coûteux système de subvention des produits de base, avait créé une situation de panique et de pénurie. Enfin, les accidents de la route ont fait 15 000 morts depuis 2011 (Elshahed, 2012), plus que le nombre de décès dus aux divers affrontements survenus depuis la révolution.

Au-delà de l’inertie gouvernementale en matière de politique urbaine, la plupart des acteurs, publics et privés, impliqués dans l’aménagement du territoire, subissent manifestement de plein fouet la transition. Si le staff du General Office for Physical Planning, agence gouvernementale chargée de la planification, n’a pas changé entre la présidence Moubarak et celle de Morsi, ses projets semblent suspendus. La rénovation urbaine promue par le « Grand Caire 2050 », le schéma directeur envisagé par Gamal Moubarak (le fils du président déchu) pour accroître la compétitivité de la capitale à l’échelle mondiale, et décrié par de nombreux membres du nouveau gouvernement, n’a produit à ce jour aucun effet visible sur le terrain. Ce Master Plan a d’ailleurs récemment été partiellement remplacé par un nouveau document de planification nommé « Égypte 2052 », censé rééquilibrer le territoire au profit des villes secondaires délaissées par l’ancien régime, si l’on en croit les Frères Musulmans actuellement au pouvoir. Les acteurs privés semblent eux aussi connaître quelques difficultés, à en juger par le retrait de la scène égyptienne de certains investisseurs étrangers, notamment ceux du Golfe, touchés par la crise économique. De même, les grands groupes immobiliers égyptiens (Sodic, Ehaf, Bahgat group, etc.) accusent-ils des retards importants dans la réalisation des projets urbains, à l’instar des nouveaux quartiers Westown et Eastown, respectivement situés dans les villes nouvelles de Six of October et New Cairo (Photo 3).

Photo 3 : Panneau publicitaire non affiché présentant les projets urbains Westown, non livré, et Eastown, non démarré, en périphérie du Grand Caire. Cliché : R. Stadnicki, 2012

Photo 3 : Panneau publicitaire non affiché présentant les projets urbains Westown, non livré, et Eastown, non démarré, en périphérie du Grand Caire. Cliché : R. Stadnicki, 2012.

Dans ce contexte politique transitoire qui paraît exacerber tous les maux de la ville et accabler ses principaux acteurs, existe-t-il des perspectives de déblocage de l’urbanisme ? Celles-ci pourraient bien provenir de la « société civile », dont la liberté d’action et de parole s’est accrue depuis la révolution et dont les centres d’intérêt convergent de plus en plus vers l’aménagement urbain.

Premièrement, de nouvelles expérimentations urbanistiques voient le jour (projets d’éco-quartiers, programme de réhabilitation du patrimoine architectural « moderne », invention d’un label de haute qualité environnementale, promotion de l’auto-partage et du cyclisme, etc.) et révèlent l’inclination d’un certain nombre d’acteurs pour le développement durable (Barthel & Monqid 2011).

Photo 4 : Affiches pour l’exposition de l’architecte Omnia Khalil (juillet 2012), dénonçant l’inaction de l’État dans les quartiers populaires du Caire. Cliché : R. Stadnicki, 2012

Photo 4 : Affiches pour l’exposition de l’architecte Omnia Khalil (juillet 2012), dénonçant l’inaction de l’État dans les quartiers populaires du Caire. Cliché : R. Stadnicki, 2012

Deuxièmement, il n’y a jamais eu, au Caire, autant de lieux de débat, de think tanks, d’expositions, de sites internet et de bureaux d’étude consacrés à l’urbanisme, donnant à voir la réinvention/réappropriation de l’espace public par des citadins trop longtemps victimes d’un urbanisme hyper autoritaire (Photo 4). Mentionnons par exemple l’apparition récente des sites www.cairobserver.com et www.cairofrombelow.org qui donnent la parole aux Cairotes, critiquent les projets gouvernementaux et invitent à repenser les pratiques urbanistiques. De même, le bureau d’études Takween, qui rassemble un certain nombre d’experts disposés à conseiller et à accompagner les opérateurs urbains dans leurs réalisations, cherche aujourd’hui à faire inscrire les notions de droit à la ville et de droit au logement dans la nouvelle constitution égyptienne.

Troisièmement, les habitants du Caire ne se sont jamais autant mobilisés pour pallier les déficiences de l’action publique, notamment dans les quartiers non réglementaires, d’où les agents de l’État ont presque totalement disparu après la révolution, provoquant un boom de la construction. Des comités populaires se sont constitués, d’abord pour assurer la sécurité des citoyens, et ensuite, après s’être fédérés en février 2011, pour obtenir le droit d’occuper des terrains bâtis illégalement ainsi que certains équipements collectifs, non sans succès comme par exemple dans les quartiers Ard al-Liwa et Ezbet Kheirallah. Les écoles d’architecture et d’urbanisme ne sont pas en reste. Les étudiants des universités du Caire et d’Aïn Shams sont mis à contribution par leurs enseignants, dans le cadre de leur formation, pour concevoir un nouvel ordre urbain en Égypte, basé notamment sur la participation citoyenne.

Ces diverses initiatives pourraient potentiellement poser les jalons d’une redéfinition de l’urbanisme au Caire, à condition que le gouvernement les prenne en compte et que les bailleurs de fonds internationaux (Banque Mondiale, AFD, BEI, GIZ, etc.) ne diminuent pas leurs aides, comme ils ont déjà menacé de le faire à plusieurs reprises depuis la révolution. L’enjeu majeur réside, pour le nouveau pouvoir en place, dans l’adoption d’une vision novatrice pour Le Caire qui prenne en compte les attentes de la population, après plusieurs décennies de laisser-faire et d’urbanisme autoritariste qui ont renforcé les sentiments d’insécurité foncière et d’injustice sociale dans la mégalopole la plus peuplée d’Afrique (Sims 2010).

Bibliographie

  • Barthe B., 2011, « La bataille de la rue Mohamed Mahmoud », dans L’Égypte à l’heure du choix. Décryptage des défis de l’après-Moubarak (Blog du Monde.fr), 22 novembre 2011. [En ligne] http://egypte.blog.lemonde.fr/2011/11/22/la-bataille-de-la-rue-mohamed-mahmoud/
  • Barthel P.-A., Monqid S., 2011, Le Caire, réinventer la ville. Paris, Autrement.
  • CEDEJ, 2012a, « ‘Ashwa‘iyyat », Glossaire de la révolution, [En ligne]  http://www.cedej-eg.org/spip.php?article641
  • CEDEJ, 2012b, « Maydan al-Tahrîr », Glossaire de la révolution, [En ligne] http://www.cedej-eg.org/spip.php?article632
  • Elshahed M. 2012, « Road Rage », The Cairo Review of Global Affairs 6, Summer 2012, p. 30-31.
  • Sims D., 2010, Understanding Cairo, The Logic of a City without of Control, Cairo/New York, The American University in Cairo Press.

Pour citer ce billet : Roman Stadnicki, « Le Caire après la révolution : blocages de la ville et déblocage de l’urbanisme », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 23 octobre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4419

Roman Stadnicki, docteur en géographie, est responsable du Pôle « Ville et Développement durable » au CEDEJ (MAEE/CNRS), Le Caire. Il est le coorganisateur du colloque international « Révoltes et transitions dans le monde arabe : vers un nouvel agenda urbain ? » (Le Caire, 7-9 novembre 2012).

Tous les billets de Roman Stadnicki


imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Pays, Egypte, Ifpo, Observatoire urbain, Sujet, Urbanisme

4 commentaires pour “ Le Caire après la révolution : blocages de la ville et déblocage de l’urbanisme ”

  1. [...] L’enthousiasme populaire général provoqué par la chute du régime de Moubarak a rapidement fait place à un sentiment collectif de désillusion et de harassement, né des heurts du transfert du pouvoir de l’armée à un régime civil, effectif en juin 2012 seulement, après l’élection de Mohamed Morsi à la présidence de la république. La ville du Caire porte de nombreux stigmates de cette période de transition, encore très prégnants six mois après l’élection présidentielle. (...) Au-delà de l’inertie gouvernementale en matière de politique urbaine, la plupart des acteurs, publics et privés, impliqués dans l’aménagement du territoire, subissent manifestement de plein fouet la transition. Si le staff du General Office for Physical Planning, agence gouvernementale chargée de la planification, n’a pas changé entre la présidence Moubarak et celle de Morsi, ses projets semblent suspendus. La rénovation urbaine promue par le « Grand Caire 2050 », le schéma directeur envisagé par Gamal Moubarak (le fils du président déchu) pour accroître la compétitivité de la capitale à l’échelle mondiale, et décrié par de nombreux membres du nouveau gouvernement, n’a produit à ce jour aucun effet visible sur le terrain. Ce Master Plan a d’ailleurs récemment été partiellement remplacé par un nouveau document de planification nommé « Égypte 2052 », censé rééquilibrer le territoire au profit des villes secondaires délaissées par l’ancien régime, si l’on en croit les Frères Musulmans actuellement au pouvoir. Les acteurs privés semblent eux aussi connaître quelques difficultés, à en juger par le retrait de la scène égyptienne de certains investisseurs étrangers, notamment ceux du Golfe, touchés par la crise économique. De même, les grands groupes immobiliers égyptiens (Sodic, Ehaf, Bahgat group, etc.) accusent-ils des retards importants dans la réalisation des projets urbains, à l’instar des nouveaux quartiers Westown et Eastown, respectivement situés dans les villes nouvelles de Six of October et New Cairo. (...) ... les habitants du Caire ne se sont jamais autant mobilisés pour pallier les déficiences de l’action publique, notamment dans les quartiers non réglementaires, d’où les agents de l’État ont presque totalement disparu après la révolution, provoquant un boom de la construction. Des comités populaires se sont constitués, d’abord pour assurer la sécurité des citoyens, et ensuite, après s’être fédérés en février 2011, pour obtenir le droit d’occuper des terrains bâtis illégalement ainsi que certains équipements collectifs, non sans succès comme par exemple dans les quartiers Ard al-Liwa et Ezbet Kheirallah. Les écoles d’architecture et d’urbanisme ne sont pas en reste. Les étudiants des universités du Caire et d’Aïn Shams sont mis à contribution par leurs enseignants, dans le cadre de leur formation, pour concevoir un nouvel ordre urbain en Égypte, basé notamment sur la participation citoyenne. Ces diverses initiatives pourraient potentiellement poser les jalons d’une redéfinition de l’urbanisme au Caire, à condition que le gouvernement les prenne en compte et que les bailleurs de fonds internationaux (Banque Mondiale, AFD, BEI, GIZ, etc.) ne diminuent pas leurs aides, comme ils ont déjà menacé de le faire à plusieurs reprises depuis la révolution. L’enjeu majeur réside, pour le nouveau pouvoir en place, dans l’adoption d’une vision novatrice pour Le Caire qui prenne en compte les attentes de la population, après plusieurs décennies de laisser-faire et d’urbanisme autoritariste qui ont renforcé les sentiments d’insécurité foncière et d’injustice sociale dans la mégalopole la plus peuplée d’Afrique (Sims 2010). (Roman Stadnicki/Les carnets de l'Ifpo) Plus : http://ifpo.hypotheses.org/4419  [...]

  2. everdeil le 23/10/2012 à 22:54

    très intéressant, cette réflexion sur la militarisation du Caire post-révolutionnaire. Vers un déblocage? On peut toutefois en douter en lisant cette annonce : Global tender for Egypt waste recycling project this year - Zawya http://www.zawya.com/story/Global_tender_for_Egypt_waste_recycling_project_this_year-ZAWYA20121022035733

    Enorme projet de privatisation de la collecte et du traitement des déchets en Egypte, alors que la décennie qui vient de passer a mis en évidence de nombreux problèmes sociaux avec les travailleurs traditionnels du secteur et des difficultés dans la définition et le suivi par l’administration des prestations des entreprises privées internationales, conduisant au retrait de la plus grande partie d’entre elles. Etonnant d’organiser un appel d’offre à l’échelle de l’Egypte alors que le problème est justement de territorialiser la gestion (c’est à dire de l’adapter aux villes et à leur particularité sociale ou géographique)... Qui conseille donc la nouvelle(?) administration égyptienne à ce sujet ? La soutenance de thèse de Lise Debout à Lyon 22 novembre sur Gouvernements urbains et régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Egypte fournira une synthèse attendue sur ces impasses.

  3. [...] Alors que l’agglomération a connu, en 2011 et 2012, une série de blocages matériels et institutionnels contrariant sa gestion et sa pratique au quotidien, elle fait aujourd’hui l’objet d’un regain d’attention de la part d’un certain nombre d’acteurs, principalement issus de la « société civile », et qui aspirent à « révolutionner » l’urbanisme.  Projets d’éco-quartiers, programme de réhabilitation du patrimoine architectural « moderne », invention d’un label de haute qualité environnementale, promotion de l’auto-partage et du cyclisme, etc. ; Débat, expositions, sites internet et bureaux d’étude consacrés à l’urbanisme, donnant à voir la réinvention/réappropriation de l’espace public par des citadins trop longtemps victimes d’un urbanisme hyper autoritaire ; étudiants mis à contribution par leurs enseignants, dans le cadre de leur formation, pour concevoir un nouvel ordre urbain en Égypte, basé notamment sur la participation citoyenne....  [...]

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens