L’éphémère Sandjak d’Alexandrette. Chronique d’une annexion annoncée

9 octobre 2012
Par

Sandjak

Le terme « sandjak » renvoie à une division administrative ottomane équivalente au « district » ou à la « province ». Situé aux confins de la Turquie d’Asie et de la Syrie septentrionale, le Sandjak d’Alexandrette s’étend sur 5 570 km2. Il constitue un carrefour et une zone de passage entre l’Anatolie et le Levant, la Méditerranée et la Jezira, voire l’Arabie (Picard 1983, p. 47).

Dans l’introduction à son article sur la formation territoriale de la République turque, Jean-François Pérouse écrit : « La Turquie est une jeune formation politique et territoriale, héritière d’un très long passé. Ce passé est diversement écrit et réinterprété selon les appartenances politiques, les jeux d’intérêts et la conjoncture internationale ou interne. » (Pérouse 2008, p. 1). Le cas particulier du Sandjak d’Alexandrette illustre parfaitement ce paradoxe des États modernes, notamment en Orient : voilà en effet un territoire syrien depuis l’Antiquité, transporté progressivement à la disparition du cadre impérial ottoman et par l’action d’une puissance coloniale, dans l’histoire et le territoire de la Turquie moderne. Ce territoire abritait majoritairement en 1918 des populations ottomanes non turques, Arabes alaouites, sunnites et chrétiens, Kurdes, Arméniens et Tcherkesses.

Si toute l’histoire de la création des États du Proche-Orient, après 1918, est une histoire de l’arbitraire des frontières provoquant des basculements ou des retournements identitaires, que s’est-il passé dans le cas de cet improbable Sandjak créé de toutes pièces par la tutelle coloniale française et offert par elle, pour ainsi dire, à la Turquie en 1939 ?

Comme toujours au Proche-Orient, il faut remonter aux accords Sykes-Picot de 1916 qui divisent les anciennes provinces syriennes et la Mésopotamie ottomanes entre la France et la Grande-Bretagne. Avec la mise en place du mandat sur la Syrie et la Cilicie, les Français vont appliquer la célèbre politique du « diviser pour régner » comme le préconise l’influent Robert de Caix au Quai d’Orsay à Paris (Khoury 2006). Ainsi, à côté d’autres divisions, le 1er septembre 1920, le général Gouraud, haut-commissaire, proclame la création du Sandjak d’Alexandrette par la réunion des trois cazas d’Alexandrette, d’Antioche et de Kirik-Khan, relevant, sous l’Empire ottoman, du vilayet d’Alep (le caza est une subdivision administrative du vilayet).

Dès sa création, le Sandjak est ouvert, par la volonté de la puissance coloniale, à la turquisation et à l’immigration de populations turques. Le traité franco-turc du 20 octobre 1921, entre le gouvernement kémaliste et la France, fixe en outre la frontière syro-turque de manière très défavorable à la Syrie. Ce traité, dit « Franklin-Bouillon », inaugure véritablement le chapitre de la future « question du Sandjak ». Son article VII stipule : « Un régime administratif spécial sera institué pour la région d’Alexandrette. Les habitants de race turque de cette région jouiront de toutes les facilités pour le développement de leur culture. La langue turque y aura un caractère officiel » (Gilquin 2005, p. 172). Les fonctionnaires seront majoritairement turcs. Droit était ainsi partiellement reconnu aux revendications des nationalistes turcs du Sandjak, formant à peine 38% de la population. L’urgence était alors pour la France d’arrêter la guerre en Cilicie et de neutraliser la Turquie dans les révoltes anti-françaises en Syrie. Elle renonce donc à la Cilicie pour recentrer ses forces militaires sur la répression dans les territoires syriens, notamment de la grande révolte du Nord pour laquelle la Cilicie et l’Anatolie du Sud constituaient d’actives bases arrières.

Carte du peuplement du Sandjak d’Alexandrete en 1930

L’activité du mouvement nationaliste syrien qui s’engage dans le combat contre le mandat français pour la réunification des territoires et pour leur indépendance, joue un rôle certain dans l’évolution du Sandjak. « La scission entre Turcs sunnites et Arabes alaouites à l’intérieur du Sandjak (…) alla en s’approfondissant à mesure que le sentiment national arabe se développait chez les Alaouites » (Picard 1983, p. 48). Outre leur rejet de la division artificielle de la Syrie, les Syriens rappellent qu’Antioche, ancienne capitale de la Coelé-Syrie hellénistique, est le siège séculaire de cinq patriarcats des Chrétiens d’Orient. Les agents français locaux vont, en réaction, flatter le séparatisme turc dans le Sandjak, réussissant à le maintenir partiellement à l’écart de l’agitation nationaliste syrienne. De son côté, la Turquie perçoit ces signes comme un encouragement en vue d’une annexion du Sandjak (Yerasimos 1980, p. 205-206). Après la signature de la convention de Montreux, le 20 juillet 1936, qui rendait à la Turquie la pleine souveraineté sur les détroits, Atatûrk s’exclame : « Maintenant il faut s’occuper du Sandjak. »

Et c’est effectivement sous la pression d’Ankara que la question rebondit en 1936. L’immigration turque dans le Sandjak n’ayant jamais cessé depuis 1921, deux revendications identitaires et nationales s’affrontent alors dans le Sandjak. Un recensement et des élections, recommandées par la Société des Nations pour régler la crise, aboutissent à donner une supériorité aux Turcs, alors que les Arabes les accusent d’avoir manipulé les opérations.

En 1938, les Français, préoccupés par la situation internationale et les risques de conflit, veulent s’assurer l’alliance de la Turquie. Une monnaie d’échange existe…

Carte d'identité du Sandjak

Carte d'identité du Sandjak autonome

L’accord de cession du Sandjak à la Turquie sera signé le 23 juin 1939 et l’annexion proclamée le même jour. La France vient de violer de manière flagrante la charte du mandat qui garantit l’intégrité des territoires placés sous sa tutelle (voir l’article 4 de la charte du mandat : « Le Mandataire garantit la Syrie et le Liban contre toute perte ou prise à bail de tout ou partie des territoires et contre l’établissement de tout contrôle d’une Puissance étrangère »). Le volontarisme diplomatique des Kémalistes a su ainsi exploiter les tensions entre les alliés français et anglais d’une part, l’axe germano-italien, d’autre part, pour annexer le Sandjak (Picard 1983, p. 48-49).

La turquisation totale qui s’ensuit recouvre la mémoire religieuse, culturelle et historique d’Antioche. Des dizaines de milliers d’Arabes et surtout d’Arméniens du Sandjak sont contraints à l’exil, comme l’avaient été, avant eux, ceux de Cilicie et d’Anatolie du Sud après 1921. La construction nationale turque se veut éradicatrice de la diversité sociologique et culturelle constitutive de l’empire ottoman.

Composé de territoires anciennement ottomans, ayant connu une éphémère existence arabe syrienne, le Sandjak devint désormais province turque, sous le nom de Hatay, en référence supposée aux anciens Hittites dont la civilisation antique avait fleuri dans la région. Actuellement, la province du Hatay connaît un remarquable essor démographique, industriel, agricole et touristique. Elle est encore peuplée de populations alaouite et sunnite (arabe ou kurde arabisée) relativement importantes. On constate, jusqu’à ce jour, la persistance d’identités et de solidarités communautaires transfrontalières. Ainsi, par exemple, les Alaouites du Hatay soutiennent majoritairement le régime d’Assad. Le positionnement des populations d’origine arabe de la province du Hatay apparait donc comme un miroir de la crise syrienne et non comme une expression de la position officielle turque.

Carte d’identité du Dr. Basil Ḥüri (transcription turque du nom Khoury), grand-père de l’auteur, qui fut successivement médecin dans l’armée ottomane, médecin de l’orphelinat de Aintoura pour les enfants arméniens convertis à l’islam, député dans l’éphémère parlement du « Sandjak autonome d’Alexandrette », membre du « Hatay millet meclisi » (Conseil communautaire du Hatay),  médecin des Forces françaises du Levant et conservateur du Musée d’Antioche.

Bibliographie


Pour citer ce billet : Basile Khoury, «L’éphémère Sandjak d’Alexandrette. Chronique d’une annexion annoncée », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 9 octobre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4348


Basile Khoury est documentaliste au sein de la Médiathèque de l’Ifpo. Titulaire d’un doctorat en histoire ottomane, ses recherches concernent les relations entre le pouvoir ottoman central et ses périphéries.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/basile-khoury

Tous les billets de Basile Khoury



imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Sujet, Histoire, Pays, Syrie, Pays, Turquie

7 commentaires pour “ L’éphémère Sandjak d’Alexandrette. Chronique d’une annexion annoncée ”

  1. [...] attabl devant un kebab dans une gargote du centre-ville. Cette opinion est frquente dans cette province de Hatay, principal foyer des 500.000 alaouites vivant en Turquie, pays majoritairement sunnite. [...]

  2. Zeina Habet le 23/11/2012 à 18:20

    Merci pour cet article qui a le mérite de rappeler un passé dont on parle peu en dehors du monde universitaire. et qui pourtant continue d'éclairer notre présent.

  3. [...] Les nationalistes syriens combattent le mandat français. Ils veulent la réunification des territoires et l’indépendance. Alors «les agents français locaux vont, en réaction, flatter le séparatisme turc dans le Sandjak, réussissant à le maintenir partiellement à l’écart de l’agitation nationaliste syrienne», écrit le chercheur Basile Khoury (IFPO) à propos de «L’éphémère Sandjak d’Alexandrette. Chronique d’une annexion annoncée». [...]

  4. Proche Orient | Pearltrees le 29/10/2012 à 15:32

    [...] L’éphémère Sandjak d’Alexandrette. Chronique d’une annexion annoncée Kurdistan [...]

  5. Lina Fakhoury Soued le 10/10/2012 à 9:24

    Analyse très dense et richement illustrée.
    Page documentaire édifiante qu'on a plaisir à lire et relire..
    Bravo, et Bonne continuation!

  6. Jean Claude Yazigi le 09/10/2012 à 18:29

    Bonjour,
    Article très intéressant apportant un éclairage tant attendu sur des faits historiques factuels qui, hélas, ont été mis longtemps sous le boisseau hypocritement pour masquer les "tripatouillages" de faussaires passés maîtres pour travestir l'histoire.
    Quand est ce que des historiens "éclairés" pourront réconcilier avec discernement "l'histoire enseignée et véhiculée" avec l'histoire réelle s'appuyant sur des faits. C'est à l'honneur des peuples de regarder en face leur histoire aussi bien avec ses aspects lumineux que ses aspects sombres.
    Bravo à Basile Khoury pour ce travail de décryptage, et on espère d'autres articles de cette qualité à l'avenir....
    Bonne continuation

  7. khalil chemayel le 09/10/2012 à 18:11

    Sujet de grande importance et surtout au coeur des evenemsnts ,la revolution en Syrie et les interventions regionales et internationales dans ce conflit ecrase par le "jeu des nations" comme dirait W.Joumblat. Le rappel historique du mauvais comportement de la puissance mandataire , la France, est tres signicatif de ce que peuvent creer les puissances etrangeres en regard de leur interet particulier et de courte vue , comme celui des colonialistesavec Sykes -Picot . Pour ma part je suis convaincu qu`un jour a venir le mal de la division (DE Caix) sera repare un jour et que l`on se retrouvera unis et autonomes , independants et souverains en bonne entente avec nos voisins Turcs , Iraniens , que l`avenir malgre les nuages lourds et noirs se fera dans l`interet des peuples en paix .

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche