150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne

12 octobre 2012
Par

Le coup d’envoi des célébrations de « 150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne » a été donné les 20 et 21 septembre 2012 par un colloque scientifique organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) en partenariat avec l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF), l’université de Birzeit et avec le soutien de l’Institut français (fonds d’Alembert) et du Consulat Général de France à Jérusalem.

Inauguration du colloque à l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF). de g. à dr., F. Desagneaux, Consul Général de France à Jérusalem; R. Maa'ya, Ministre palestinienne des Antiquités et du Tourisme; O.-T. Venard, Vice-directeur de l'EBAF, J.-S. Caillou (Ifpo), organisateur du colloque. (Photo Marie-Armelle Beaulieu)

Inauguration du colloque à l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF). de g. à dr., F. Desagneaux, Consul Général de France à Jérusalem; R. Maa'ya, Ministre palestinienne des Antiquités et du Tourisme; O.-T. Venard, Vice-directeur de l'EBAF, J.-S. Caillou (Ifpo), organisateur du colloque. (Photo Marie-Armelle Beaulieu)

Consacré à la période 1863-1947, le colloque a été inauguré le 21 septembre à l’EBAF en présence de la Ministre palestinienne du Tourisme et des Antiquités, Son excellence Mme Roula Maa’ya. Lors de cette soirée, le Consul Général de France, M. Frédéric Désagneaux, a rappelé l’attachement de la France à l’archéologie en Palestine et son importante activité dans ce domaine depuis la toute première fouille, menée par Félicien de Saulcy au Tombeau des Rois, à Jérusalem, il y a 150 ans.

Deux conférences inaugurales ont ensuite été prononcées par Estelle Villeneuve (chercheur associé à l’université de Paris I et collaboratrice du Monde de la Bible) et Élisabeth Fontan (Conservateur en chef au département des Antiquités orientales du musée du Louvre). La première évoquait les différentes étapes de la recherche archéologique en Palestine et son rapport très étroit avec le texte biblique. La seconde retraçait les travaux et les personnalités originales de deux diplomates-archéologues qui furent en poste à Jérusalem, Paul-Emile Botta et Charles Clermont-Ganneau.

Félicien de Saulcy fut le premier archéologue à explorer les deux côtés de la Mer morte (1850) et à fouiller en Palestine (1863)

Félicien de Saulcy fut le premier archéologue à explorer les deux côtés de la Mer morte (1850) et à fouiller en Palestine (1863)

Au cours de cette première journée furent aussi officiellement lancés :

  • le site internet dédié aux célébrations des 150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne, présentant, en une exposition virtuelle, les archéologues et les sites évoqués pendant le colloque (http://archeopalestine.ifporient.org) ;
  • une exposition de 23 panneaux bilingues (français / arabe) évoquant les grandes figures de l’archéologie française en Palestine. Cette exposition circulera ensuite dans les Territoires Palestiniens via le réseau des antennes de l’Institut Français de Jérusalem.

La deuxième journée du colloque s’est déroulée à l’université de Birzeit (proche de Ramallah). Onze communications, traduites simultanément en français ou en arabe, ont été présentées devant un public d’universitaires et d’étudiants français et palestiniens ainsi que de journalistes.

Après une allocution d’ouverture par le doyen de la faculté d’histoire et d’archéologie, Mahdi Arar, et le directeur de l’Ifpo, François Burgat, venu de Beyrouth, Hamed Salem, professeur d’archéologie à l’université de Birzeit, a introduit la journée en dressant un panorama général de l’archéologie en Palestine.

Victor Guérin fut l'un des pionniers de l'exploration systématique de la Palestine entre 1863 et 1875.

Victor Guérin fut l'un des pionniers de l'exploration systématique de la Palestine entre 1863 et 1875.

La séance du matin était présidée par Marc Griesheimer, directeur de l’archéologie de l’Ifpo, et avait pour thème « Les pionniers de la recherche archéologique française en Palestine (1863-1881) ». Au programme : Félicien de Saulcy par Jean-Sylvain Caillou (Ifpo), Melchior de Vogüé par Vincent Michel (université de Poitiers), Victor Guérin par Margaux Thuillier (Ifpo) et les fouilles du sanctuaire de Saint-Etienne à Jérusalem par Riccardo Luffrani, o.p. (EBAF).

La séance de l’après-midi fut consacrée à « La naissance des institutions et à l’essor des recherches (1881-1947) », avec les communications d’Hani Nour Eddine (université Al-Quds), Jean-Baptiste Humbert, o.p. (EBAF), Pol Vongt, M. Afr. (musée de Sainte-Anne) et Élisabeth Fontan (musée du Louvre). À la suite, Isabelle Denis, conservateur au MAEE, présenta une dernière intervention sur l’histoire des domaines nationaux français de Palestine, avant que la conclusion du colloque ne revienne à Hamdan Taha, directeur du Département palestinien des antiquités et du patrimoine culturel.

M. Thuillier présentant l'œuvre scientifique de V. Guérin (Photo Marie-Armelle Beaulieu)

M. Thuillier présentant l'œuvre scientifique de V. Guérin (Photo Marie-Armelle Beaulieu)

L’allocution finale, prononcée par Jean-Sylvain Caillou (Ifpo) et François Villeneuve (université de Paris I), a souligné l’intérêt scientifique du colloque et son rôle majeur pour la collaboration entre chercheurs français et palestiniens, ainsi que pour le développement des partenariats institutionnels.

Il importe de signaler les temps forts qui ont marqué l’année 2012 dans les relations franco-palestiniennes en matière d’archéologie : l’inauguration de l’antenne de l’Ifpo dans les Territoires Palestiniens ; le colloque sur la mise en valeur du patrimoine palestinien qui s’est tenu à Paris, à l’École normale supérieure en mars 2012 ; la mise en place du projet de rénovation du musée archéologique des Pères blancs, au domaine national de Sainte-Anne ; la réouverture des salles des antiquités palestiniennes au Louvre ; les missions de fouilles soutenues par le Ministère des Affaires étrangères et le Consulat Général de France, au Tombeau des Rois à Jérusalem et sur le site d’Umm El-Amer à Gaza.

L’année 2013 poursuit cette dynamique, avec une journée d’étude sur le Tombeau des Rois programmée au musée du Louvre le 23 mars, le projet de création d’une mission archéologique franco-palestinienne sur le site de Sébaste-Samarie et enfin la deuxième partie du colloque « 150 de contribution française à l’archéologie palestinienne », consacrée à la période 1948–2013, qui se tiendra à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, les 11 et 12 octobre. Ces travaux donneront lieu à des publications scientifiques dont une monographie sur le Tombeau des Rois et les actes des colloques.

Melchior de Vogüé publia les premières études de référence sur les Eglises de Terre sainte (1860) et le Haram esh-Sharif (1864).

Melchior de Vogüé publia les premières études de référence sur les églises de Terre sainte (1860) et le Haram esh-Sharif (1864).

Liens web


Pour citer ce billet : Jean-Sylvain Caillou, « 150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 octobre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4325


Jean-Sylvain Caillou est archéologue, chercheur à l'Ifpo (Antenne des Territoires Palestiniens). Ses recherches portent principalement sur l'architecture funéraire de tradition hellénistique ainsi que sur les voyageurs et la naissance de l'archéologie au Proche-Orient. Il dirige la Mission archéologique française au Tombeau des Rois (Jérusalem).

Page personnelle : http://ifporient.org/jean-sylvain-caillou



imprimer imprimer

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Sujet, Architecture, Ifpo, Événements scientifiques, Pays, Palestine, Sujet, Patrimoine

2 commentaires pour “ 150 ans de contribution française à l’archéologie palestinienne ”

  1. [...] Le coup d’envoi des célébrations de « 150 ans de contribution française à l’archéologie palestini...  [...]

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens