Traduire la citoyenneté

21 septembre 2012
Par
Couverture du livre de Al-Tahtawi, Le raffinement de l'or: abrégé de Paris

Couverture du livre de Al-Tahtawi, Le raffinement de l'or : abrégé de Paris (Takhlîs al-ibrîz fî talkhîs Bârîz) , publié en français sous le titre L’or de Paris

On sait que l’idée de citoyenneté est généralement considérée, en Europe, comme héritée de la cité grecque (polis), à l’origine de l’invention de la « politique », comme gouvernement de la cité. Les mots « cité », et « citoyen », renvoient au latin civitas, qui reprend le sens du grec polis, et qui désigne une communauté d’hommes libres regroupés dans et autour de l’espace de la ville.

Il faut toutefois attendre la Renaissance, puis les siècles des  Lumières et la Révolution française, pour que l’idée de citoyen soit redécouverte et la citoyenneté réinventée, dans le contexte de l’autonomisation croissante des villes puis du renversement du pouvoir féodal. La ville et la nouvelle société urbaine, marchande, « bourgeoise », sont au cœur des bouleversements socio-économiques et culturels qui voient le « bourgeois » mettre en œuvre des pratiques de concertation et de négociation des intérêts particuliers au service de l’intérêt général. Max Weber a montré la radicale  nouveauté de cette ville et de cette société urbaine. Si la référence à la cité grecque est omniprésente dans les écrits des penseurs des Lumières, la réalité sociologique de l’époque n’a en effet pas grand chose de commun avec la cité grecque. Ce qui entre en jeu au 19e siècle, c’est aussi et surtout l’émergence d’une « société civile » (en allemand bürgerlische gesellschaft) face et aux côtés de la « société politique », distinction que ne connaissaient pas les anciens.

Dans le monde arabe et musulman du 19e siècle, les penseurs de la Nahda, intrigués par ce qu’ils observent dans la société européenne, et préoccupés par ce qui leur apparaît comme un déclin des sociétés musulmanes, en particulier au sein de l’empire ottoman, développent à leur tour une réflexion sur l’idée de citoyenneté, en s’inspirant de la pensée occidentale des Lumières, tout en l’inscrivant dans le contexte de leurs sociétés, avec les mots de la langue arabe. Ils sont confrontés, ce faisant, à la nécessité  d’inventer un vocabulaire qui rende compte à la fois du mouvement des idées dans leur société et de la découverte d’une expérience européenne qu’ils lisent et discutent à l’aune des valeurs du monde qui est le leur – mais aussi des idées nouvelles qui agitent une société en pleine mutation, où la revendication nationale fait son chemin face à l’oppression ottomane.

C’est chez Rifa‘a al-Tahtawî que l’on trouve les premiers écrits discutant des notions de « citoyen » et de « citoyenneté », telle qu’il les a rencontrées à Paris, dans la France post-révolutionnaire, où le citoyen est indissociable de l’idée de la patrie.

C’est probablement avec cette association en tête que Tahtawî adopte la racine watan, et les dérivés wataniy et wataniyya, pour évoquer le personnage du citoyen.

La traduction d’un texte de Wajih Kawtharani, extrait d’un ouvrage intitulé هويات فائضة مواطنة منقوصة, que l’on peut traduire par « Excès d’identités… déficit de citoyenneté », paru en 2004 à Beyrouth, m’a donné l’occasion de réfléchir aux problèmes posés par la traduction en retour, vers le français, de notions qui, même initialement influencées par un modèle français, ont cheminé et se sont enrichies de connotations propres au contexte arabe.

C’est en guise de préambule à la préparation d’un colloque sur la traduction en sciences sociales, intitulé « Traduire la citoyenneté », qui se tiendra les 8 et 9 octobre prochain à Amman, que je livre ces quelques réflexions.

La première difficulté sur laquelle j’ai butté est la traduction de madîna, utilisée par l’auteur pour parler de la « cité » au sens de lieu du politique, mais aussi de la ville, comme fait social. De fait, l’arabe n’a qu’un seul mot là où le français en a deux (comme le latin, qui distingue la ville comme entité matérielle, urbs, de la cité comme assemblée de citoyens, civitas ; et plus encore le grec, qui distingue la polis de l’astu). J’ai décidé de contourner cette difficulté en traduisant madîna selon le contexte, alternativement, par « ville » et par « cité », le risque étant évidemment d’interpréter les propos de l’auteur, en tirant abusivement dans un sens ou dans l’autre. Notons que cette difficulté se retrouve sous des formes différentes dans certaines langues européennes, soit quelles n’aient qu’un mot, comme l’allemand (stadt), soit qu’elles en aient deux comme l’anglais (town, city), ou comme le français (ville, cité), mais que la distinction entre les deux soit loin de recouvrir celle de l’antiquité, pour des raisons évidentes évoquées ci-dessus.

Mais le problème le plus délicat, on le devine, est posé par la constellation des dérivés du mot watan (watanî, wataniyya, muwâtin, etc.) et du vocabulaire du nationalisme d’un côté (qawm, qawmî, umma), de la civilité de l’autre (madîna, madanî…).

Le mot watan n’avait pas autrefois le sens de « patrie » qu’il a pris aujourd’hui, mais simplement de pays natal, où l’individu a ses racines, auquel il est attaché sentimentalement. C’est toutefois celui que Tahtawî et Bustânî choisissent pour traduire ce mot français. Dans leurs écrits, on peut donc hésiter, selon les passages, à traduire tantôt par « pays », tantôt par « patrie ». Notons que le français « patrie » n’a pas de strict équivalent dans de nombreuses langues européennes, à commencer par l’anglais qui parle de homeland (plus proche de « pays natal »). L’allemand vaterland, bien qu’étymologiquement plus proche du français, n’a pas la même connotation pour des raisons historiques.

Ainsi, dans la citation suivante de Tahtawî  (Kawtharanî, 2004, p. 141), j’ai choisi de traduire watan par patrie, ou par pays, selon les cas, et watanî par « citoyen » ou « patriote » (on peut hésiter à traduire aussi par « enfant du pays »), ou parfois de ne pas le traduire, lorsqu’il est expliqué par l’auteur, qui utilise un autre dérivé, tawattana, pour indiquer la force de la relation au pays-patrie. Dans le même extrait, le mot baladî est associé à watanî, apparemment pour en renforcer le sens. Mais on sait que balad peut renvoyer au pays (dans le sens large du terme français) comme à la ville (d’où le mot baladiyya, municipalité, conseil municipal). Ce qui donne, dans ma traduction :

L’enfant d’une patrie, celle où il a ses racines, où il trouve refuge (tawattana bi-hi), le pays où il s’est installé, qu’il a choisi comme patrie, est parfois qualifié par référence à ce pays, et il est dit « watanî », ce qui signifie qu’il jouit des droits de son pays, la plupart de ces droits découlant de la communauté humaine (aj-jam‘iyya al-ta’annusiyya). Le citoyen (watanî) jouit de la liberté s’il est guidé par la loi de sa patrie (al-watan), et prend soin de l’appliquer. S’il se laisse guider par les principes de son pays (baladi-hi), cela implique que sa patrie (watanu-hu) lui garantit la jouissance de ces droits civils, et le privilège de profiter des avantages de ce pays (al-baladiya). Dans ce sens, il est patriote (watanî) et authentique enfant de son pays (baladî), ce qui signifie qu’il est compté comme un membre de sa cité (madîna), il a le rang (manzila) de membre du corps (badan), et cela est le plus grand des privilèges chez les nations civilisées.

ثم أن ابن الوطن المتأصل به ،  أو المنتجع اليه ،  الذي توطّن به واتخذه وطناً،  ينسب اليه تارةً الى اسمه فيقال وطني ،  ومعنى ذلك أنه يتمتع بحقوق بلده وأعظم هذه الحقوق التامة في الجمعية التأنسية ،  ولا يتصف الوطني بوصف الحرية إلا إذا كان منقاداً لقانون الوطن ومعنياً على إجرائه ،  فانقياده لأصول بلده يستلزم ضمناً ضمان وطنه له التمتع بالحقوق المدنية والتمزي بالمزايا البلدية. بهذا المعنى هو وطني وبلدي ،  يعني أنه معدود عضواً من أعضاء المدينة ،  فهو لها بمنزلة أحد أعضاء البدن ،  وهذه أعظم المزايا عند الأمم المتمدنة.

En tout état de cause, il est clair que la racine watan, qui donnera le mot muwâtin, aujourd’hui habituellement utilisé dans le sens de « citoyen », donne à l’idée de citoyenneté une dimension patriotique, une référence à l’idée nationale, qui était sans doute présente dans la France révolutionnaire, mais qui ne l’est plus, aujourd’hui. Lorsque Wajih Kawtharani insiste sur « l’importance de la question démocratique » dans le cadre d’une nécessaire refondation des sociétés politiques arabes, il appuie celle-ci sur l’association de l’idée de cité (madîna) et de celle de patrie (watan), et sur la double dimension civile (madaniy) et patriotique (wataniy) de la citoyenneté (muwâtana).

Reste alors la difficulté de rendre en français la distinction entre watan et umma, entre dawla wataniyya, dawla qawmiyya (État national) et dawla/’umma (État nation), qui pour la pensée nationaliste arabe, renvoie à la distinction entre la petite patrie des États réels issus de la décolonisation, et la grande patrie de la nation arabe rêvée.


Références

وجيه كوثراني، هويات فائضة، مواطنة منقوصة،  دار الطليعة، بيروت، ٢٠٠٤

رفاعة رافع الطهطاوي، الاعمال الكاملة،  تحقيق: محمد عمارة،  المؤسسة العربية للدراسات والنشر، ١٩٧٧

Max Weber, La ville, traduction française de Philippe Fritsch, préface de Julien Freund, Paris, Aubier, 1992.


Pour citer ce billet : Élisabeth Longuenesse, « Traduire la citoyenneté », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 21 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4185

Élisabeth Longuenesse est actuellement directrice du Département scientifique des Études contemporaines de l’Ifpo. Sociologue, spécialiste des questions du travail et du syndicalisme au Proche-Orient, elle est impliquée dans une réflexion sur la traduction en sciences humaines et sociales, en coopération avec Transeuropéennes.

Page personnelle sur ifporient.org

Tous les billets d’Élisabeth Longuenesse


imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Sujet, Langue, Sujet, Traduction

Un commentaire pour “ Traduire la citoyenneté ”

  1. everdeil le 21/09/2012 à 9:50

    Merci Elisabeth pour cette passionnante réflexion.
    A propos de ces enjeux de traduction, voir l'entretien avec Ghislaine Glasson Deschaumes http://www.la-croix.com/Debats/Opinions/Debats/L-Europe-meprise-la-production-intellectuelle-venant-du-monde-arabe-_NP_-2012-09-18-854734
    Et d'autre part, je me permet d'indiquer aux lecteurs cet autre texte où nous avions tous deux également réfléchi à la question des mots issus de la racine madana, non pas à propos de la citoyenneté mais de l'urbanisme, un texte qui hélas n'est toujours pas paru :
    Eric Verdeil, Elisabeth Longuenesse, « Traductions en arabe des termes urbanisme et town planning (Liban-Syrie-Egypte) », in Coudroy de Lille Laurent, Ratouis Olivier (dir.), Langages techniques et spécialisés de l’urbain (à paraître?). (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00105828)

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens