La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

De mars 2011 à septembre 2012, les positions des gouvernements latino-américains ont oscillé entre franche hostilité à l’égard des rebelles syriens et attachement à une solution négociée avec le régime. Rares sont ceux, tels le Chili ou le Mexique, qui ont clairement condamné les exactions du régime syrien.

Comment expliquer que les nations latino-américaines, qui ont pour la plupart subi des décennies de dictatures militaires, ne montrent pas davantage d’enthousiasme et d’empathie vis-à-vis de la révolution syrienne ?

Nous proposons d’analyser les positions de la diaspora syro-libanaise au Venezuela, au Brésil et en Argentine et de revenir sur la tournée du président Bachar al-Assad en Amérique latine (juin 2010) comme temps fort du rapprochement latino-syrien

La tournée latino-américaine du président Assad

Le processus de rapprochement politique entre l’Amérique Latine et le Moyen Orient entamé il y a une décennie porte aujourd’hui ses fruits dans le contexte de la crise syrienne. Les grands repères de la  chronologie des relations syro-latino-américaines sont les suivants :

  • 2001. Visite de Fidel Castro en Syrie.
  • 2003. Visites en Syrie des présidents vénézuélien Hugo Chávez et brésilien Luis Inacio Lula da Silva au lendemain de son élection.
  • 2005. 1er sommet Amérique du Sud – Pays Arabes (ASPA) à Brasilia (Brésil),
  • 2006. Seconde visite du président Chávez à Damas (Syrie).
  • 2009. Participation du président syrien au 2e Sommet ASPA à Doha (Qatar).
  • 2010. Damas soutien une médiation turco-brésilienne sur le nucléaire iranien.
  • 2010. Tournée du président Assad en Amérique latine  (juin), 3e visite du président Chávez à Damas (octobre).
  • 2011. Visite en octobre d’une délégation de l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) à Damas en signe de soutien au régime. Abstention du Brésil au Conseil de Sécurité sur un projet de résolution condamnant la répression en Syrie.
  • Mars 2012. Le Brésil vote en faveur de la résolution du Conseil des droits de l’homme condamnant les exactions du régime ; Cuba, la Chine et la Russie s’y opposent.
  • Juillet 2012. Le Président Chávez condamne l’attentat contre les chefs sécuritaires du régime à Damas le 18 juillet et transmet ses condoléances au président Assad.

Les Latino-Américains se sont montrés proactifs dans l’établissement de relations interpersonnelles avec le chef de l’État syrien, identifié comme acteur central de tous les dossiers moyen-orientaux. Une certaine rivalité semble même émerger entre le Venezuela et le Brésil pour gagner les faveurs de Assad.

Ce n’est qu’en 2010, prenant acte de l’émergence des économies latino-américaines et conscient du capital de sympathie des Latino-américains pour « la cause arabe », que le président syrien se décide à visiter Caracas, La Havane, Brasilia puis Buenos Aires.

L’ambition de cette visite était triple : intensifier une coopération économique très inférieure à son potentiel, susciter une coordination politique des positions arabes et latino-américaines et réactiver les liens de la diaspora syro-libanaise avec la « mère patrie ».  Ces communautés, majoritairement chrétiennes, quittèrent l’Empire Ottoman dans la seconde moitié du 19e siècle à la recherche de conditions de vie plus favorables. Leurs descendants occupent aujourd’hui de hautes responsabilités dans les secteurs industriels, financiers et politiques.

Cette tournée fut un grand succès à tous égards. Au Venezuela, Bachar al-Assad a obtenu des accords de coopération dans des domaines stratégiques (création d’un fonds d’investissement, projet de construction d’une usine de raffinement en Syrie). À cette occasion, il a été décoré de l’ordre de « Grand Libérateur » Simon Bolivar en hommage à son action de résistance à l’impérialisme et de « libérateur du Nouveau Monde ».

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

À chaque étape,  le leader syrien s’est assuré un soutien politique sur les dossiers clé du Moyen-Orient : récupération du Golan, soutien à la cause palestinienne, condamnation d’Israël, droit légitime de l’Iran à l’acquisition du nucléaire civil. Cet appui, inconditionnel au Venezuela, tout acquis à la cause de « l’axe des intrépides » (H. Chávez), a pris la forme avec l’Argentine et le Brésil d’un soutien croisé, Buenos Aires obtenant un appui sur le dossier des Malouines et Brasilia un soutien à l’accession au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le chef de l’État syrien, en duo avec sa très active épouse, a également su séduire les opinions publiques, trouvant les mots pour rendre hommage aux héros des indépendances latino-américaines, dénonçant  l’impérialisme néo-colonial et flattant l’ego des « fils de la communauté syrienne » qui ont si brillamment réussi dans cette « autre Amérique ». La diaspora est ici traitée comme une sorte d’alter ego lointain, félicitée pour son succès, culpabilisée pour son oubli de la langue arabe.

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

La tournée latino-américaine porte aujourd’hui ses fruits. Caracas, en affrétant à trois reprises des navires chargés de plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole à destination de la Syrie, mine les efforts d’isolement politique et d’asphyxie économique du régime.

Le pouvoir de séduction du couple présidentiel et la capacité du leader syrien à accréditer un certain récit anti-impérialiste de la politique au Moyen-Orient influencent fortement les capitales latino-américaines dans leur lecture des évènements syriens. La réactivation des liens avec la diaspora syro-libanaise joue dans le même sens.

La diaspora syro-libanaise

Le conflit syrien a conduit la diaspora syro-libanaise, relativement moins politisée que la diaspora palestinienne (Baeza 2010), à prendre majoritairement le parti du régime syrien. Un suivi des différents groupes présents sur les médias sociaux a permis d’observer les réactions communautaires à l’actualité syrienne. Les recherches ont porté en priorité sur les pays comptant la communauté syro-libanaises la plus significative : le Venezuela (un demi-million), l’Argentine (3.5 millions) et le Brésil (6 millions).

La grande majorité exprime des positions favorables au régime syrien. Tous sans exceptions rejettent en bloc toute forme d’intervention extérieure en Syrie, y compris les plus critiques à l’égard du régime. Le sens et l’intensité de ce positionnement varient cependant considérablement d’un pays à l’autre.

C’est au Venezuela que s’exprime de façon la plus caractéristique une vision anti-impérialiste « de gauche »  des relations internationales.

 Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Selon cette vision, le conflit syrien s’inscrit dans la continuité du plan américain post 11 septembre de Greater Middle East qui a conduit à l’invasion et à l’occupation successives de l’Irak, de l’Afghanistan, puis à l’opération de l’OTAN de Regime change en Lybie. En instaurant une continuité historique entre les évènements post 11 septembre et la crise syrienne, cette interprétation des faits refuse de reconnaître toute dimension endogène aux soulèvements arabes.

En Lybie comme en Syrie, des groupes armés « qataris, turcs, tunisiens et algériens » qui constituent « plus de la moitié » des forces rebelles participeraient à une « invasion multinationale du territoire syrien ». Cette vision anti-impérialiste de la crise syrienne puise très souvent ses sources dans des articles du « réseau Voltaire » (site relayant depuis les attentats du 11 septembre une vision de  l’actualité internationale faisant une grande place aux théories du complot).

Au Brésil, le positionnement communautaire apparaît moins idéologique. Une majorité silencieuse de la communauté se cantonne ainsi, au plus fort de la crise syrienne, à la célébration des aspects culinaires et musicaux de leur identité syrienne.

Cet apolitisme peut cependant se révéler trompeur. Un appel Facebook contre la guerre en Syrie (« Je dis NON à la guerre contre la Syrie ») a ainsi déclenché de virulentes réactions : dénonciation des ingérences américaines et israéliennes et accusation de génocide du peuple syrien, soutien au régime, rejet des « printemps infernaux » et réquisitoire contre la Turquie.  La focalisation sur le rôle négatif de la Turquie, réminiscence d’une  communauté ayant fui le joug Ottoman, apparaît comme une spécificité de la communauté brésilienne.

En Argentine, la communauté se montre dans sa grande majorité pro-régime. S’il existe quelques groupes favorables à la révolution syrienne, ils sont minoritaires et souvent situés en province. Les partisans les plus radicaux du régime sont les membres de la FEARAB argentine (Fédération des Entités Argentino-Arabes). Le soutien au régime y prend les formes les plus va-t’en guerre (« celui qui s’en prendra a l’armée syrienne aura la main coupée »).

L’Armée Syrienne Libre (ASL) est qualifiée tour à tour de « bande d’ânes bâtés », de « rats » ou « d’escadrons de la mort ». Plus récemment, le surnom très politique de « Contras » assimile l’ASL aux milices contre-révolutionnaires financées par les américains au Nicaragua dans les années 1980.

Fait révélateur pour un groupe très pro-palestinien, l’annonce de la distanciation du Hamas vis-à-vis du régime syrien a conduit certains membres à qualifier Khaled Meschaal d’ « ingrat », de « traître à la cause palestinienne » et de « vendu aux Israéliens ».

Les théories du complot les plus élaborées sont mobilisées : ainsi, de fausses chaînes d’information commanditées par Washington et l’OTAN diffuseraient des images montées en studio de la crise syrienne. Les individus exprimant une opinion dissidente sont qualifiés de vendus aux « ennemis des Arabes », de semeurs de discorde ou d’ignorants.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce positionnement : un fort sentiment anti-américain, l’importance historique du Parti Syrien National Social (PSNS) et l’existence d’une communauté alaouite ancienne et organisée en Argentine.

Antoun Saadeh, figure libanaise de l’anti-colonialisme arabe et fondateur du PSNS au Brésil en 1932, a vécu en exil en Argentine de 1939 à 1947. La communauté syro-libanaise rend chaque année hommage à la mémoire du penseur et commémore la fondation du Parti. La pensée de l’intellectuel semble y avoir été cristallisée sous une forme idéaliste très éloignée des réalités historiques des régimes baathistes.

Le prisme anti-impérialiste est si puissant en Argentine qu’il a conduit les Mères de la place de Mai, emblème de la résistance civile à l’une des pires dictatures d’Amérique Latine, à publier en 2006 une compilation des écrits de Saddam Hussein, considéré comme un  résistant à l’impérialisme américain.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

La présence d’une communauté alaouite ancienne et institutionnalisée constitue une autre spécificité peu connue. L’association pan alaouite islamique de bienfaisance a ainsi été fondée dès 1924 à Buenos Aires. Une kyrielle d’autres associations de bienfaisance ont ensuite vu le jour dans un but de diffusion de la foi. Enfin, d’autres organisations religieuses à connotation plus politique ont été créées pour sensibiliser l’opinion en faveur des positions du régime iranien (l’Organisation Islam et l’association argentino-islamique – l’ASAI). Takbir TV, très présent et actif sur les medias sociaux de la communauté, poursuit le même objectif.

Conclusion

Au Venezuela, l’idéologie anti-impérialiste semble être le déterminant principal des positions tant gouvernementales que communautaires. En Argentine, l’influence historique du PSNS,  l’existence d’une diaspora alaouite organisée et un fort sentiment anti-américain se conjuguent pour expliquer un soutien très marqué au régime. Au Brésil, l’ensemble de ces éléments joue de manière beaucoup plus atténuée, laissant une marge à la diplomatie brésilienne pour condamner les exactions sans toutefois soutenir d’intervention extérieure.

L’absence d’interrogations sur les causes du soulèvement syrien est un trait caractéristique des discussions communautaires sur la crise syrienne. Les débats tournent toujours à une discussion générale de relations internationales, déconnectée des réalités historiques propres à la Syrie.

Tout se passe comme si la souveraineté du peuple syrien, si souvent invoquée contre les ingérences extérieures, était dépourvue de tout volet interne : la question démocratique n’est ainsi jamais posée. Le grand absent de ces débats est in fine le peuple syrien lui-même, paradoxe majeur pour une communauté diasporique, a fortiori lorsqu’elle est marquée à gauche.

Bibliographie

  • Baeza, Cecilia, 2010 :  Les Palestiniens d’Amérique Latine et la cause palestinienne (Chili, Brésil, Honduras – 1920-2010), Thèse de Doctorat en Science Politique (Relations internationales), Paris, IEP, 589 p.

Pour citer ce billet : Janaina Herrera, « La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 14 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4144

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1re secrétaire à la chancellerie politique. En 2011, elle a co-fondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

New Generation Consulting est un cabinet d’étude consacré aux relations diplomatiques et au développement durable en Amérique Latine et au Moyen Orient. NGC s’intéresse plus particulièrement aux échanges Sud-Sud entre les deux régions  et souhaite contribuer au renforcement de ces relations (intensification du dialogue politique, activation des liens diasporiques, gestion durable des ressources naturelles).

 

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Leduc- Gouraud dit :

    Ne seriez-vous pas l’élève de Ce2 que j’ai connue à l’école rue Jean-Pierre Timbaud à Paris( 11ème arr.) vers 1990 et dont je garde un bon souvenir?
    Bravo pour le chemin parcouru!

    Françoise Leduc-Gouraud

  2. Elodie dit :

    Merci pour cet effort d’analyse de la crise syrienne à partir d’autres regards, cela nous rappelle la complexité et le caractère mondialisé de l’objet d’étude.
    Je garde quelques questionnements suite à la lecture du billet:
    – Sur le site de l’Itamaraty, les responsabilités du régime syrien à l’égard de sa population sont rappelées de manière régulière, notamment au cours des deux derniers mois. En même temps, la diplomatie brésilienne prône une solution négociée. Ces deux axes ne peuvent-ils donc pas aussi se combiner dans l’élaboration des positions de la région ?
    – Je ne comprends pas trop où se jouerait la rivalité entre le Brésil et le Venezuela vis-à-vis de la Syrie ? Pour H.Chavez, le régime de B. El-Assad représente un allié de plus dans sa diplomatie critique de l’ordre établi, et ces dernières années ont été négociés des accords de transferts de technologie, toujours dans l’esprit du projet bolivarien (je pense notamment aux schémas de ses relations avec d’autres Etats du Sud comme l’Iran, la Chine ou le Vietnam).
    L’équipe de Lula s’était en revanche rapprochée de la Syrie en raison de la présence communautaire syrienne au Brésil (lors de la visite de 2003), puis surtout en lien avec l’ambition brésilienne de participer à la résolution du conflit israélo-arabe, et qui percevait la Syrie comme un acteur indispensable du processus (visites de Celso Amorim les dernières années de son mandat).
    Mais peut-être ne partageons-nous pas la même analyse sur ce point ?
    – Concernant la diaspora, il semblerait qu’au Venezuela, celle-ci ne soit pas aussi cohérente dans ses prises de position. Au sein même de famille de descendants syriens, les anciennes générations dénoncent le régime en place dans leur pays d’origine, alors que les jeunes, parfois engagés avec le gouvernement, adoptent des postures différentes. Quelle serait la représentativité de chaque groupe au sein de la diaspora installée au Venezuela ?

  1. 19/09/2012

    […] this context, the IFPO published in its latest electronic issue NGC’s article on the Syrian crisis seen from South America (Venezuela, Brazil, and […]

  2. 21/09/2012

    […] – HERRERA, Janaïna, “La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)”, Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 14 septembre 2012, http://ifpo.hypotheses.org/4144 […]

  3. 23/09/2012

    […] New Generation Consulting est un cabinet d’étude consacré aux relations diplomatiques et au développement durable en Amérique Latine et au Moyen Orient. NGC s’intéresse plus particulièrement aux échanges Sud-Sud entre les deux régions  et souhaite contribuer au renforcement de ces relations (intensification du dialogue politique, activation des liens diasporiques, gestion durable des ressources naturelles).  imprimer […]