Retour sur l’atelier de travail sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth : une expérience unique

Affiche de l'atelier Waad

Affiche de l’atelier Waad

Les 12 et 13 juillet 2012, se tenait « l’atelier de travail » organisé par la municipalité de Haret Hreik au sud de Beyrouth et la structure d’aménagement Waad pour la reconstruction avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University. Intitulé « Waad : Une expérience unique », il avait pour but de tirer un bilan de l’action menée depuis 2006.

Les orientations de Waad

Rappelons qu’à la suite de la guerre menée par Israël au Liban en juillet et août 2006, plus de 270 immeubles avaient été totalement détruits et environ 1 200 endommagés à des degrés divers dans la banlieue sud de Beyrouth (pour un bilan voir ce texte). Les destructions se sont particulièrement concentrées sur un secteur connu comme le carré sécuritaire de Hezbollah, où se trouvaient un grand nombre de ses institutions de direction.

La maquette du projet dans les bureaux de Waad, sous l'oeil du Sayyed Hassan Nasrallah (EV)

La maquette du projet dans les bureaux de Waad, sous l’œil du Sayyed Hassan Nasrallah (EV)

Pour reconstruire, le gouvernement libanais n’envisageait pas d’autres interventions que la distribution d’indemnités aux propriétaires, à charge pour eux de s’organiser pour réaliser les travaux. Après quelques débats internes, le Hezbollah écarta plusieurs propositions portées par diverses voix de la société civile (Ordre des ingénieurs, Reconstruction Unit de l’Université américaine de Beyrouth). Il prit la décision de reconstruire les immeubles détruits en mettant en place une structure ad hoc, émanation de l’association qui lui est affiliée, Jihad al-Binaa (qu’on peut traduire par : « effort de la construction »). Dénommée Waad (« la promesse »), cette organisation avait pour but de coordonner les travaux de reconstruction en lieu et place des copropriétaires, le plus souvent nombreux et peu expérimentés pour faire face à cette tâche. Ces derniers ont accepté cette proposition à une grande majorité (70 % dès l’origine du processus, et finalement entre 90 et 95 %) et se sont engagés à transmettre leurs indemnités à Waad. L’originalité de ce processus a été de s’engager dans une reconstruction « à l’identique » : en fait, le Sayyed Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, a promis de reconstruire le quartier comme il était, et même encore plus beau (discours du 24 août 2006)1.

Avant et après la reconstruction. Exemple de diptyque montré lors de l'atelier de travail Waad (juillet 2012)

Avant et après la reconstruction. Exemple de diptyque montré lors de l’atelier de travail Waad (juillet 2012)

Ce choix reflétait un double objectif de nature politique. La situation était tout d’abord celle d’un conflit entre le gouvernement dominé par les partisans de Saad Hariri, et le Hezbollah et ses alliés, ce qui conduisit ces derniers à démissionner pour tenter d’obtenir une plus forte représentation au sein d’un gouvernement d’union nationale, leur assurant une possibilité de véto sur les décisions. Il en résulta un blocage qui dura jusqu’en mai 2008. Dans ces circonstances, le Hezbollah et ses conseillers craignaient, sans doute à juste titre, des conflits ou des retards sur les décisions, nécessairement complexes, qu’une reconstruction plus ambitieuse aurait nécessité, notamment en ce qui concerne le changement des réglementations urbaines en vigueur. D’autant des complications étaient à attendre en raison de la présence d’immeubles en contravention avec les lois de l’urbanisme et de la construction, qui avaient bénéficié de la loi de 1994 régularisant la situation dans tout le pays après la guerre civile. Ces complications auraient fait peser un risque d’enlisement sur le projet, retardant sa mise en œuvre et le retour des habitants. Les responsables du projet ont cherché à briser leur isolement politique en cooptant des professionnels extérieurs à la communauté chiite et indépendants du Hezbollah pour le comité consultatif de Waad (2 chiites sur 7 membres) et pour les bureaux d’études chargés des plans de reconstruction des immeubles (sur une base non commerciale).

Une deuxième série d’arguments justifiait la décision d’une reconstruction à l’identique, c’est-à-dire des mêmes immeubles composés des mêmes appartements et commerces. Elle représentait le seul moyen de permettre le retour des habitants, c’est-à-dire la reconstruction à l’identique de la société locale. C’était là, selon les officiels de Waad, la demande très majoritaire des habitants (même si certains avaient peut être, sur le moment, peur que leur quartier ne soit de nouveau la cible des bombes et ont pu hésiter à se lancer dans la reconstruction). Ce retour doit permettre le maintien d’une mémoire des lieux et d’un tissu social qui garantit la pérennité de la « société de résistance ». Le processus choisi, en évitant de longues études sur les projets alternatifs, présente aussi l’avantage de la rapidité. Cette célérité limite les pertes de repères et des habitudes de fréquentation dans le quartier qu’aurait entraîné une trop longue absence et donc assure le respect de la mémoire des lieux. Toute transformation foncière impliquant des remembrements ou une dilution des droits immobiliers dans une structure de type société foncière aurait présenté le risque, aux yeux des chevilles ouvrières du projet, de faciliter le départ voire l’exclusion par le marché des ayants droit. Ces craintes étaient justifiées par l’analyse critique du projet Solidere http://www.solidere.com/solidere.html, la société privée chargée de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth après la guerre civile: elle a entrepris une profonde modernisation du tissu urbain, accompagnée d’une forte densification, dans un esprit commercial voire spéculatif, rendant de fait impossible le retour des habitants et plus encore, le maintien d’une mémoire des lieux. L’architecte Rahif Fayad qui a publié deux livres et de nombreux articles sur cette question (Fayad 2000; 2010) est l’un de ces critiques, et il a justement joué un rôle majeur dans la mise en place du projet, notamment en assumant le rôle de président du comité consultatif qui assista Waad dans la mise en œuvre de la reconstruction.

Le coût du projet atteint environ 400 M$ dont 128 M$ pris en charge jusqu’à présent par le gouvernement via la Caisse des déplacés, qui doit encore verser environ 70 M$. Cet argent provient essentiellement de l’aide internationale accordée au Liban lors des conférences qui ont suivi la guerre de 2006 (voir ici). Ce qui signifie que Waad a financé le reste via d’autres sources qui sont, de notoriété publique mais dans des proportions inconnues, le Hezbollah et l’Iran.

Une assemblée diverse mais soigneusement choisie

Photo The Daily Star

Photo The Daily Star

L’atelier de travail, réuni dans un hôtel luxueux situé à Ghobeiri, à la limite entre Beyrouth municipe et la banlieue sud, a rassemblé une assistance nombreuse. La première matinée, très officielle, a donné lieu à une intervention de Ahmad Saffieddine, le président du conseil exécutif du Hezbollah, dans laquelle il est revenu sur la genèse politique du projet en se félicitant du résultat atteint, une reconstruction complète du quartier avec une rapidité spectaculaire (moins de 6 ans). Plusieurs ministres (principalement issus des rangs des alliés du Hezbollah – mais pas uniquement, puisque Alaeddine Terro, ministre des déplacés, appartient au bloc de Walid Jounblatt) ont également participé aux diverses séances qu’ils étaient invités à présider.

De gauche à droite, Scott Bollens (USA), Gaby Layoun (ministre de la Culture), Emile Akra (Liban, Organisation des architectes arabes) et Ayman Zeayter (Jordanie)

De gauche à droite, Scott Bollens (USA), Gaby Layoun (ministre de la Culture), Emile Akra (Liban, Organisation des architectes arabes) et Ayman Zeayter (Jordanie)

Le choix des intervenants à cet atelier a été manifestement soigneusement étudié afin de rassembler des personnalités indiscutables et variées pour discuter l’expérience de Waad (voir le programme, format PDF, 1,2 Mo). La volonté de dépasser les rangs chiites est particulièrement notable. Ainsi, au-delà des représentants de Waad et de Rahif Fayad, les invités étaient issus de trois cercles. Le premier cercle, libanais, avec la participation remarquable d’Assem Salam, ancien président de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth et autorité tutélaire de l’urbanisme libanais ; le deuxième, arabe, avec la participation d’architectes et d’urbanistes syrien et jordanien. Notons que ces personnes ont occupé des positions au sein des ordres des ingénieurs de leur pays respectifs. On perçoit à cette occasion le rôle central de ces institutions qui n’ont pas seulement une fonction technique ou administrative, mais représentent une légitimité véritablement politique et idéologique. Ces institutions sont d’ailleurs liées en entre elles par des organisations interarabes, comme l’association des architectes arabes, dont les Libanais Rahif Fayad et Emile Akra, également participants à la conférence, sont respectivement l’ancien et l’actuel président. Elles restent très marquées par le nationalisme arabe.

Enfin, un troisième cercle était international, avec une délégation iranienne composée d’un ancien ministre de l’Habitat et de deux autres officiels du secteur, qui a présenté l’expérience de la reconstruction de Bam après le tremblement de terre qui a anéanti cette ville, un universitaire américain, Scott Bollens, spécialiste des villes divisées, et moi-même, sollicité en raison de mes travaux sur les questions d’urbanisme et de reconstruction au Liban.

On peut noter que cette composition exclut, au niveau libanais, certaines institutions comme la Direction générale de l’urbanisme (dont le directeur général assistait néanmoins à la première matinée), le conseil du développement et de la reconstruction ou la société de reconstruction Solidere. Ont-elles été invitées à intervenir, et refusé de participer, ou pas ? De même, les urbanistes de l’AUB qui avaient pourtant mis sur la table des contre-propositions élaborées n’ont pas été conviés. Présents dans la salle, ils n’ont pas souhaité intervenir publiquement dans les débats (Pour leurs propositions, voir Fawaz Ghandour 2007).

Éloges du projet Waad mais débats limités

Un livre trilingue doit prochainement rassembler les communications. Je ne vais donc pas en faire la synthèse ici. J’insisterai simplement sur la tonalité générale, dont l’intervention d’Assem Salam était très représentative : le projet mené à bien par Waad a été considéré comme une grande réussite à la fois pour avoir ramené les habitants sur place, en un temps record, et sans produire une ville à deux vitesses. De manière très claire, Assem Salam et d’autres intervenants (dont je fais partie) ont opposé le projet Waad et Solidere de ce double point de vue (social et temporel).

Un autre aspect remarquable souligné dans les interventions est la manière dont le processus a permis de prendre en compte les demandes des habitants concernant la reconstruction de leurs appartements. Ce dernier point est assez original et fortement mis en avant par Waad, comme une forme de participation très inhabituelle (de fait !) : en effet, les immeubles reconstruits, au même endroit, sur la base de plan des bureaux d’étude, sont assez différents dans leur architecture de ce qui existait avant. Même si l’essentiel des modifications ont porté sur de petits détails de l’aménagement intérieur (boutons de porte, peinture, etc.), les habitants ont aussi eu la possibilité d’intervenir sur les plans de leurs appartements pour transformer certaines ouvertures, les balcons ou encore la distribution intérieure. Waad a ainsi géré plus de 10 500 requêtes écrites consignant ces desiderata.

Si les discussions ont été riches et ouvertes, il faut reconnaître que ni les interventions ni les questions n’ont soulevé de critiques importantes. Lorsque l’urbaniste Nasr Charafeddine a demandé si Waad pouvait témoigner, pour sa part, de regrets ou de développements négatifs, la réponse est restée très superficielle et technique. Il ne s’agit pas ici de rechercher la critique systématique. Les réalisations de Waad sont en effet vraiment dignes d’intérêt. Mais certains thèmes pourtant délicats sont restés dans l’ombre, comme le statut juridique de la reconstruction, le caractère très limité des espaces publics ou l’enjeu politique des relations entre le Hezbollah et les habitants. Ces questions sont notamment posées par Mona Fawaz et Mona Harb dans diverses contributions (Fawaz 2009; Fawaz et Harb 2010; Harb 2010). Tout le processus a été effectué dans un cadre juridique opaque : le gouvernement a très tôt autorisé une reconstruction exactement à l’identique (décret n° 731 de novembre 2006) mais en réalité, diverses transformations ont dû nécessairement avoir lieu. Un projet de loi, validée par les commissions parlementaires, devrait normalement incessamment être voté par le Parlement pour régulariser toutes ces opérations. En attendant, les biens des habitants ne sont pas enregistrés au cadastre et leurs droits restent donc fragiles même si des notaires peuvent les certifier. Dans ma communication, j’ai insisté sur le fait que le projet Waad représentait en quelque sorte un aboutissement vers une communautarisation de l’urbanisme, dans des proportions inédites au Liban. Plusieurs répondants m’ont reproché de sous-estimer l’esprit de solidarité et de résistance qui a animé les participants à cette reconstruction (notamment les consultants de tous horizons), et qui infirmerait cette dimension communautaire. Je pense que les deux dimensions ne sont pas incompatibles (cf. ci-dessous ma présentation ; la version écrite sera bientôt disponible).

Accès difficile à l’information sur le projet et photographies interdites

Il faut souligner tout d’abord que, malgré cet atelier très médiatisé, l’information sur le projet Waad reste difficile à rassembler. Certes un site web présente les principales étapes et réalisations du projet. On nous a également distribués un DVD avec des présentations intéressantes mais qui tournent, pour certaines, à la propagande et qui, sinon, permettent difficilement de faire faire la part des choses entre la promotion et la réalité (on peut les retrouver sur YouTube avec la chaine TheWaad2007). Ni dans cette documentation, ni dans ce qui a été distribué lors de ces journées, on ne trouve par exemple un plan directeur de la reconstruction, identifiant les immeubles selon les types de reconstruction, ou les autres interventions. Difficile également d’avoir un récapitulatif précis du nombre d’immeubles selon leur statut, et encore moins du nombre d’habitants. Difficile de croire qu’il n’existe pas de statistiques à ce sujet. Un enjeu important est de connaître la part des locataires dans l’ensemble. Ces derniers se divisent en deux catégories : les locataires signataires de baux antérieurs à 1993 bénéficient d’un droit au maintien dans les lieux. Ils ont reçu des compensations et ont le droit de réintégrer les appartements reconstruits (une centaine de familles sont dans ce cas). La deuxième catégorie est composée des locataires disposant d’un bail de 3 ans, signé après la fin de la guerre. Ceux-là ont sans doute reçu des compensations mais n’ont pas de droit au retour dans les lieux. C’est pourquoi, selon mes interlocuteurs, leur nombre demeure inconnu.. C’est pourtant une donnée essentielle pour apprécier le retour des habitants sur les lieux.

Immeubles reconstruits (remarquer les teintes homogènes des façades) (EV)

Immeubles reconstruits (remarquer les teintes homogènes des façades) (EV)

 Vue du haut d'un immeuble reconstruit. Remarquer l'extrême densité et la faiblesse des reculs qui limite l'ensoleillement (EV)

Vue du haut d’un immeuble reconstruit. Remarquer l’extrême densité et la faiblesse des reculs qui limite l’ensoleillement (EV)

J’ai effectué trois visites dans le quartier durant mon séjour, dont l’une avec tous les participants. Malheureusement, à aucun moment, il n’a été possible de prendre des photos malgré les assurances qui avaient été fournies à plusieurs reprises. Les préoccupations de sécurité, liées à la présence sur place d’officiels du Hezbollah, sont avancées pour l’expliquer mais tout cela me semble ressortir plus largement d’une culture de la méfiance dans un contexte de menaces israéliennes permanentes. Certes, Waad nous propose de puiser dans ses collections de clichés mais ce n’est pas la même chose que de choisir ses propres cadrages. En tout cas, cela va clairement à l’encontre de l’objectif de discussion ouverte des résultats de l’opération. Ce n’est que subrepticement, avec la complicité (organisée ?) d’un de nos accompagnants au sommet d’un immeuble, que certains d’entre nous ont pu, brièvement, dérober quelques images.

Une banalisation et un changement social par le haut ?

Dernière remarque : alors que l’argument central de justification du bien-fondé du projet réside dans le retour des habitants, garant de la mémoire des lieux et du maintien et de la reconstitution des liens sociaux, la visite sur le site me semble au contraire révéler une dynamique déjà amorcée de changement social. Un ami, voisin du périmètre de reconstruction où il compte des parents, me disait que certains habitants dont les appartements avaient été épargnés le regrettaient presque, tant la reconstruction avait permis d’améliorer les logements reconstruit. Certes, tout n’est pas parfait et, d’ailleurs, Waad se donne un an pour assurer la réception des immeubles et repérer les malfaçons qui ne manqueront pas. Mais les habitants, comme dans ce film de présentation (en arabe), se plaisent à souligner les améliorations : ascenseurs aux normes, générateurs présents désormais dans tous les immeubles, puits, meilleure organisation des parkings, etc.

Clip de promotion de Waad : Nous l’avons reconstruit. La parole aux propriétaires.

Tout ceci donne de la valeur aux appartements dont l’apparence intérieure et extérieure contraste fortement avec ceux qui été épargnés. De ce fait, il n’est pas étonnant d’observer un nombre important de panonceaux offrant des appartements à la vente, signalant sans doute sinon une logique spéculative du moins une réalisation de plus-values… Un taux de vacance de 7 à 8 % des appartements a été cité par un de nos accompagnateurs (difficile de savoir exactement ce que recouvre ce chiffre mais il est clair qu’il y a un nombre visible d’appartements vides). Cela concerne sans doute notamment les propriétaires de plusieurs appartements, dont ceux qui avaient des locataires post-1993. Un autre signe de mutation du quartier concerne les commerces, qui sont encore très nombreux à être vides, rideau baissé. Dans sa communication, reprise le 14 juillet dans Al-Akhbar, Rahif Fayad se plaît à souligner les appropriations multiples et inattendues des lieux par les habitants, commerçants et  usagers du quartier. Mais on peut sans doute aller plus loin : une hausse des loyers est probable, liée à une amélioration du stationnement dans le quartier. Au total, cette dynamique témoigne d’une banalisation : la reconstruction terminée, elle échappe à ses concepteurs (surtout si le statut juridique des immeubles est régularisé). A la différence de Solidere, ce nouveau tissu urbain est ordinaire et sans grand caractère. Néanmoins un changement social par le haut, bénéficiant aux propriétaires des lieux, est en cours. C’est un paradoxe, surtout que l’opération a bénéficié d’un très haut niveau de financement collectif par la collectivité et surtout par le Hezbollah.

***

Au total, cet atelier a été un événement très intéressant mais un peu frustrant. Le projet Waad est une opération fascinante et très originale. Ses résultats sont remarquables par l’ambition ouvertement non capitaliste et la recherche de la stabilité du peuplement qui ont prévalu. Ceci n’a pu se faire que grâce à la mobilisation d’un financement étatique et non étatique important et la mise en place d’un acteur au statut original, non étatique, bénéficiant de la confiance des habitants et plus largement, des concours techniques d’acteurs professionnels extérieurs au Hezbollah et à la société chiite, au nom de la Résistance à l’agression israélienne. Pour autant, de la part du Hezbollah, cet investissement exceptionnel répondait à une finalité politique objective trop négligée dans ces journées de discussion, la nécessité de recouvrir la confiance de ses électeurs-partisans. L’intervention elle-même, intéressante sur le plan social, restitue un tissu urbain de qualité médiocre malgré l’amélioration de l’habitat. Mais le plus intéressant à mon sens est la banalisation en cours, promesse d’une évolution qui échappera en large partie aux décisions du parti.

Bibliographie

  • Fayad Rahif, 2000, L’Architecture et la mémoire, l’architecture et l’illusion, Beyrouth, Dar al Farabi (en arabe).
  • Fayad Rahif, 2010, De l’architecture à la ville, Beyrouth, Dar al Farabi (en arabe)
  • Fawaz Mona, 2009, « Hezbollah as Urban Planner? Questions To and From Planning Theory », Planning Theory, 8/4, p. 323-334. [En ligne, accès payant] http://dx.doi.org/10.1177/1473095209341327
  • Fawaz Mona, Harb Mona, 2010, « Influencing the Politics of Reconstruction in Haret Hreik », in Al-Harithy H. (éd.), Lessons in Post-War Reconstruction: Case Studies from Lebanon in the Aftermath of the 2006 War, Londres, Routledge, p. 21-45.
  • Fawaz Mona, et Ghandour Marwan, ed., 2007, The reconstruction of Haret Hreik. Design options for improving the livability of the neighborhood, Beirut, American University of Beirut, Reconstruction Unit at ArD.
  • Gonzalez-Quijano Yves, « Chanson et politique (2/2) : une “promesse véridique” », Culture et politique arabes (carnet sur Hypotheses.org), 20 janvier 2077. [En ligne] http://cpa.hypotheses.org/181
  • Harb Mona, 2010, Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005). De la banlieue à la ville, Paris/Beyrouth, Karthala/Presses de l’Ifpo.

Annexe : Diaporama de l’intervention

Pour citer ce billet : Éric Verdeil, « Retour sur l’atelier de travail sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth : une expérience unique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 11 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4110

Éric Verdeil est chercheur CNRS à Environnement Ville Société, Université de Lyon. Il a été en poste à l’Ifpo de 2000 à 2003, comme responsable de l’Observatoire urbain. Il continue à collaborer aux programmes de l’Ifpo, notamment ces dernières années avec le programme TANMIA. Le « Développement » : fabrique de l’action publique dans le monde arabe ? Il a publié aux Presses de l’Ifpo, Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975)  et en collaboration, l’Atlas du Liban. Territoires et société (2007, traduit en arabe en 2012) et Concevoir et gérer les villes. Milieux d’urbanistes du Sud de la Méditerranée (2006, co-édition Economica-Anthropos). Il est l’auteur du carnet de recherche Rumor (Recherches urbaines au Moyen-Orient… et ailleurs)..

Notes

  1. Cette promesse de Nasrallah a constitué un motif d’espoir et de mobilisation parmi les victimes du conflit. Yves Gonzalez-Quijano sur Culture et politique arabes en donne un exemple avec une chanson de Julia Boutros reprenant ce motif de la promesse de Nasrallah (http://cpa.hypotheses.org/181). []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12/09/2012

    […] Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue […]

  2. 11/11/2012

    […] très bien. Je l’avais brièvement revu tout récemment, en juillet 2012, lors de l’atelier consacré au projet Waad de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth. Opposant ce dernier à l’opération […]