Logiciels et licences libres : comment sensibiliser les chercheurs en sciences humaines ?

Destinée aux chercheurs et doctorants de l’Ifpo, la conférence intitulée Les logiciels libres, concepts et intérêts pour les chercheurs (Beyrouth, 1er mars 2012), présentée par Pierre-Yves Gosset, délégué général de Framasoft, avait plusieurs objectifs :

  • donner des définitions, pour permettre d’y voir un peu plus clair dans la nébuleuse du « libre », où les confusions sont fréquentes entre logiciel « libre », « gratuit » (freeware, shareware) ou « open source » ;
  • montrer l’intérêt pour les chercheurs d’utiliser des logiciels libres et des formats ouverts ;
  • sensibiliser aux questions de droit et de licences libres pour inciter à publier de façon plus ouverte, notamment par les licences Creative Commons.
Carte conceptuelle du logiciel libre

Carte conceptuelle du logiciel libre (Wikimedia Commons, licence Creatice Commons CC BY-SA 3.0)

De l’intervention de P-Y. Gosset, disponible sur Slideshare au format Impress (faisant partie la suite bureautique LibreOffice, Impress est une alternative libre à Powerpoint), on peut relever les points suivants : les valeurs politiques, sociétales et éthiques induites par les logiciels libres, la question de  licences,  la pérennité des formats de fichier.

Logiciels libres – Concepts et intérêts pour les chercheurs

Creative Commons BY-SA (Auteur : Pierre-Yves Gosset, dérivé des présentations de Lionel Allorge, Alexis Kauffmann et Fréderic Mandé)

Valeurs politiques, sociales et éthiques

P.-Y. Gosset explique que l’utilisation des logiciels libres ouvre à quatre « libertés informatiques » :

  1. liberté d’utilisation ;
  2. liberté d’étudier le fonctionnement d’un programme ;
  3. liberté de modifier les programmes et de contribuer à son développement ;
  4. liberté de distribuer un logiciel (gratuitement ou non).

Ces libertés ne sont pas souvent un argument majeur pour convaincre les chercheurs en sciences humaines et sociales. Faute de temps ou par manque d’intérêt pour les aspects techniques, ils n’aiment pas, la plupart du temps, mettre les mains dans le « cambouis » informatique. Mais ces quatre libertés sont aussi porteuses de valeurs « républicaines » et éthiques, d’égalité et de volonté de partage. Comme l’a rappelé P.-Y. Gosset, le mouvement du logiciel libre a permis de libérer autre chose que du code informatique. Ces valeurs se retrouvent dans le mouvement des archives ouvertes et de l’open access, qui doit permettre de donner un accès libre et gratuit aux résultats de la recherche, à commencer par celle qui bénéficie des fonds publics. En effet, le contribuable ne devrait pas avoir à payer une seconde fois ce qui a été financé par l’impôt. Le mouvement des archives ouvertes est un héritier du logiciel libre, avec lequel il partage les mêmes valeurs de partage. Et cette philosophie d’ouverture des résultats de la recherche trouve un écho certain auprès des universitaires en sciences humaines, de plus en plus las d’être les otages d’éditeurs qui « verrouillent » l’accès aux publications par leurs politiques tarifaires excessives. De plus, ces verrous ont eu tendance à se renforcer avec l’édition électronique : abandon des versions papier des revues, création de portails à accès payant, ajout de nouveaux copyrights sur des publications pourtant tombées dans le domaine public, etc.

Licences

Les logiciels libres sont distribués sous des licences très variées (voir présentation de P.-Y. Gosset), qui, pour résumer, en définissent les conditions d’utilisation, de modification et de distribution. Ces licences, moins restrictives que celles du monde commercial, peuvent trouver un écho dans la façon de diffuser la production scientifique. Dans une situation de plus en plus conflictuelle avec les maisons d’édition privées, beaucoup aujourd’hui affirment qu’à l’heure du  numérique le copyright et le droit d’auteur doivent évoluer. De la seule question du logiciel, on passe ainsi à une interrogation plus vaste, sur la diffusion de la production intellectuelle, culturelle et scientifique.  Par exemple, les licences Creative commons permettent de définir les conditions de citation et de réutilisation de tout contenu, qu’il soit textuel, iconographique, multimédia, etc. Cette licence définit quatre éléments, signalés par un pictogramme :

  • Paternité : obligation de citer l’auteur du document original.
  • Partage : des conditions initiales à l’identique (c’est-à-dire interdiction de toute modification de la licence).
  • Modification : la présence du symbole interdit toute modification.
  • Utilisation commerciale : la présence du symbole interdit toute réutilisation commerciale du contenu (reste à définir ce qu’est un usage commercial, la question est loin d’être simple…).

La généralisation de ce type de licence sur la production scientifique permettrait à la fois de sortir des débats stériles sur le droit d’auteur du chercheur payé sur fonds publics et de s’abstraire des sessions de droits parfois abusives imposées par les éditeurs. L’obligation de citation de la source convient parfaitement aux publications scientifiques ; le partage selon les conditions initiales et l’interdiction de réutilisation commerciale limiterait fortement la tentation que peuvent avoir certains éditeurs de rajouter de nouveaux copyrights sur ces contenus.

Archivage et migration des données numériques

Lors des questions qui ont suivi l’exposé de P.-Y. Gosset, les chercheurs et doctorants ont exprimé certains besoins de formation. Si la plupart utilisent souvent des logiciels libres, ils manquent souvent de connaissances de base en informatique, notamment sur les formats de fichiers et la pérennisation des données informatiques. De nombreux chercheurs sont inquiets et quelque peu désemparés face à la conservation des informations numériques sur le moyen terme, d’abord pour leurs propres données (sources, bases de données, cartes, statistiques, etc.) et encore plus pour leurs publications en ligne. Autant d’interrogations qui devraient être l’occasion d’une sensibilisation de la communauté scientifique aux questions de conservation/pérennisation grâce à des formats ouverts et/ou standards. On sait que de nombreuses données des années 1980-1990 ont été perdues, faute d’avoir été converties à temps vers de nouveaux formats ou de nouveaux supports. Dans le domaine de la recherche, de nombreux progiciels commerciaux sont utilisés (cartographie, SIG, statistiques, dessin, etc.), avec trop souvent des formats de fichiers propriétaires, dont la pérennité à dix ans n’est peut-être pas garantie. S’il est vrai qu’il n’existe pas de format pérenne, car il est impossible d’imaginer les évolutions techniques à long terme, il reste qu’un format libre et ouvert, qui propose l’accès à son mode de fabrication (code et documentation), sera plus facile à convertir qu’un format « fermé ».

Certains chercheurs, avant de quitter un laboratoire ou de partir à la retraite par exemple, expriment le besoin de déposer leurs archives numériques à l’institution. Cela est relativement facile aujourd’hui pour les publications publiées ou non (notamment en les déposant sur Hal-SHS) et pour les fonds iconographiques et multimédia (Medihal, Archive.org), mais beaucoup plus complexe pour les bases de données ou les fichiers vectoriels (cartes, systèmes d’information géographique, dessins, plans, 3D) ; sans oublier les problèmes de droits pour les enquêtes, les sons et images collectées sur Internet, sources parfois volatiles (par exemple des vidéos disparaissant de YouTube) et dont la propriété intellectuelle est souvent difficile à identifier.

Autant de problèmes pour les laboratoires en SHS, qui ne disposent pas des moyens humains et techniques, ni pour conseiller efficacement les chercheurs, ni pour leurs proposer les solutions adéquates et pérennes. Il faut donc militer pour la multiplication de services centralisés permettant d’archiver facilement tout type de données, et la création de postes d’ingénieur chargés de la préservation numérique, de la pérennisation et la migration régulière des données de la recherche. Nous avons besoin d’une véritable politique pour archiver et conserver nos données, au niveau du laboratoire (recueillir les données, choisir ce qui doit être conservé) et au niveau institutionnel (fournir les centres de stockage et de conservation; ainsi qu’un cadre général, comme l’a initié le Très Grand Équipement Adonis en France). L’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts n’est qu’une étape dans un plus vaste processus.

***

Face aux défis que représente l’utilisation systématique des outils numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales, il faut donc poursuivre la sensibilisation des chercheurs à l’utilisation de formats et de logiciels libres, sans oublier bien sûr la formation. Les meilleurs arguments ne sont pas à trouver dans la gratuité ni dans la qualité des logiciels, mais bien dans les bénéfices à plus long terme, pour la diffusion sous licence libre des travaux et pour la pérennité des données et des publications par l’utilisation de formats ouverts, dont l’accès à la documentation et au code source facilitera des migrations ultérieures. À l’heure du « tout numérique », le code de la propriété intellectuelle, que ce soit pour les outils utilisés ou pour la diffusion de la recherche, ne permet pas d’assurer la libre circulation des savoirs à long terme. C’est un argument que doit pouvoir recevoir tout chercheur soucieux de la postérité de ses travaux et de leurs réutilisations futures.

Quelques liens


Pour citer ce billet : Thierry Buquet, « Logiciels et licences libres : comment sensibiliser les chercheurs en sciences humaines ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 18 juillet 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3756

Thierry Buquet est responsable des ressources électroniques de l’Ifpo.

Page web : http://www.ifporient.org/thierry-buquet

Tous les billets de Thierry Buquet


7 réponses

  1. Bonjour,
    Sur les plateformes pour les données de la recherche plusieurs existent et sont proposées par les MSH ou encore les laboratoires, en voici quelque une ayant une vocation nationale (au sens de proposer des services pour tous) pouvant recevoir des données et les diffuser de plusieurs façon (embeded, oai, RDFa, rss) :

    Archéologie :

    – Conservation et archivage des données 3D du patrimoine : Archéovision (UPS CNRS) – http://archeovision.cnrs.fr

    Ethno, Anthropo :

    – TELEMETA, Archives sonore du CNRS : http://archives.crem-cnrs.fr
    – ODSAS (CREDO) : http://www.odsas.fr/

    Archives SHS :
    – Archives de chercheurs : http://constel07.u-bourgogne.fr:8080/sdx/pl/index.shtm (MSH Dijon) et http://archives.mae.u-paris10.fr/ (MSH Nanterre)
    – MédiHAL : http://medihal.archives-ouvertes.fr

    Histoire & Géographie :
    – Archive numérique d’Objets et Matériaux iconographiques Scientifiques (AOMS) proposé par le Centre national pour la numérisation de sources visuelles (Centre A. Koyré / CNRS / EHESS / Cité des Sciences) : http://www.arch.cn2sv.cnrs.fr/aoms/

    Il s’agit là que de quelques exemple. Il existe des annuaires dont celui d’ISIDORE (où la plupart des plateformes sont maintenant présente) : http://rechercheisidore.fr/annuaire et plus orienté « projets » : http://www.numes.fr et http://www.numerique.culture.fr

    Stéphane.

  2. regisrob dit :

    Merci pour cette synthèse et les références utiles.

    Quelques liens ou infos complémentaires ressurgies de ma mémoire à la lecture de l’article :

    – la diapo bien connue mais toujours aussi efficace de Manue : « Les enjeux de la préservation numérique en 1 slide » http://www.figoblog.org/node/1944

    – Ailleurs sur Hypothèses :
    « De quel droit écrit-on parfois « copyright » sur des documents libres de droits numérisés ? » : http://e-corpus.hypotheses.org/407
    Et sur les archives en SHS : « Qui parle archives dans les carnets d’hypothèses ? » http://fredoc.hypotheses.org/65

    – sur l’archivage des données numériques du côté TGE Adonis, outre les guides pdf déjà cités, voir aussi la vidéo « Les défis de l’archivage pérenne » par O. Rouchon (CINES) : http://www.tge-adonis.fr/video/video-les-defis-de-larchivage-perenne

    A noter enfin le projet de publication collective d’un « Guide des bonnes pratiques pour la diffusion des données de la recherche en SHS ». Une journée d’étude s’est tenue récemment à la MSH de Dijon http://calenda.revues.org/nouvelle24245.html
    Le groupe de travail maintient une bibliographie autour des questions de droit : https://www.zotero.org/groups/diffuser_les_donnes_de_la_recherche_en_sciences_humaines_et_sociales__questions_de_droits_et_dthique/items

  1. 19/07/2012

    […] Destinée aux chercheurs et doctorants de l’Ifpo, la conférence intitulée Les logiciels libres, concepts et intérêts…  […]

  2. 19/07/2012

    […] Logiciels et licences libres : comment sensibiliser les chercheurs en sciences humaines ? | Les ca… […]

  3. 19/07/2012

    […] Destinée aux chercheurs et doctorants de l'Ifpo, la conférence intitulée Les logiciels libres, concepts et intérêts…  […]

  4. 20/07/2012

    […] Destinée aux chercheurs et doctorants de l’Ifpo, la conférence intitulée Les logiciels libres, concepts et intérêts…  […]