Le groupe Jabhat an-Nusra ou la fabrique syrienne du « jihadisme »

8 juin 2012
Par
Section du Jabhat an-Nusra à Damas

Section du Jabhat an-Nusra à Damas (extrait d’une vidéo du groupe)

Des raisons techniques très contraignantes font qu'il est impossible de placer à la rubrique auteur les deux contributeurs de ce texte. Justice est faite au second, François Burgat, en fin de billet. ;-)

En mars 2011, les autorités syriennes ont d’abord opté pour un traitement social de la contestation populaire naissante. Elles y ont donc fugitivement répondu, par la voix de la conseillère du chef de l’État, Buthayna Sha‘bân, en promettant un relèvement général des rémunérations. À Deraa, où les écoliers auteurs de slogans contestataires avaient été torturés et leurs parents humiliés, la réponse cinglante des manifestants (« Yâ Buthayna, yâ Sha‘bân, sha‘b Dar‘â mû jû‘ân », « Ô Buthayna, ô Sha‘bân, le peuple de Deraa n’a pas faim ») a souligné s’il en était besoin la nature avant tout politique des racines de la crise naissante. Les autorités ont alors définitivement opté pour l’option sécuritaire et commencé à réprimer systématiquement dans le sang les manifestations les plus pacifiques. Elles ont parallèlement attribué la responsabilité de cette violence à des bandes armées dites « jihadistes » (manière de les associer à la majorité sunnite) qu’elles ont accusées de vouloir, avec le soutien de l’étranger, miner la coexistence interconfessionnelle du pays.

Le 17 mars 2012, alors que se développaient les offensives de « l’armée syrienne libre » regroupant les partisans, militaires ou civils, de la lutte armée contre le régime, et que des individualités mobilisées dans la frange salafie du paysage régional avaient sans doute rejoint, mais sans en affecter significativement la structure, les rangs de la rébellion1, un groupe « jihadiste » a effectivement annoncé sa création sous l’appellation du « Front du secours des Mujâhidîn du Shâm aux Syriens dans l’arène du Jihad » (Jabhat an-Nusra li-ahl ash-Shâm min mujâhidî ash-Shâm fî sâhat al-Jihâd). Quelques semaines plus tard, ce Front a revendiqué un premier attentat à la voiture piégée visant les locaux d’une branche des services de sécurité damascènes. Depuis lors, nombre d’opérations de ce type ont été revendiquées par le même groupe. Les communiqués, usant d’une rhétorique sectaire particulièrement radicale, confortent opportunément la thèse du régime. Ils ont logiquement suscité de multiples interrogations. Les milieux de l’opposition, rejoints par plusieurs analystes occidentaux2, ont estimé que ce mode opératoire relevait d’une mise en scène du pouvoir. Les auteurs des premiers attentats ont, en effet, évité de causer de vrais dégâts à la cible sécuritaire supposée. Ils auraient utilisé, pour crédibiliser la tuerie, des corps de manifestants tombés plusieurs jours plus tôt en prenant soin de rendre impossible toute identification des victimes. Muhammad Abû Rumân, un spécialiste jordanien réputé des groupes jihadistes, a dit lui aussi son scepticisme3.

Abu Basir avec des membres de l'Armée syrienne libre

Abû Basîr avec des membres de l'Armée syrienne libre. Source : http://ansar-alhaqq.net

Les notes qui suivent entendent se faire écho des termes d’une analyse identique, mais dont l’intérêt tient à ce qu’elle soit venue des rangs, au demeurant divisés sur le sujet, de la mouvance jihadiste internationale. Dans un texte posté par ses partisans sur le forum muslm.net, un activiste syrien vivant à Londres, ‘Abd al-Mun‘im Mustafâ Halîma, plus connu sous le nom d’Abû Basîr at-Tartûsî4 et qui aurait lui-même rejoint récemment les rangs de l’armée syrienne libre, expose les raisons qui le conduisent à douter de la réalité de ce « Front du secours » qui rappelle à ses yeux d’identiques créations du régime syrien dans les années 1980. At-Tartûsî a régulièrement cautionné les luttes armées transnationales contre des occupations étrangères (en Tchétchénie, en Irak ou en Afghanistan). Même s’il manie lui-même la terminologie sectaire courante dans la mouvance salafie pour stigmatiser « les minorités musulmanes », il s’est, en revanche, régulièrement démarqué aussi bien des attentats aveugles commis en Europe que de l’action de certains groupes armés aux filiations opaques. Il s’est notamment dissocié du GSPC algérien, héritier des tristement célèbres Groupes Islamiques Armés (GIA) dont les officines de l’ombre du régime algérien avaient, dès la fin de l’année 1994, pris le contrôle pour, eux aussi, discréditer localement et internationalement leurs opposants et ceux qui seraient tentés de les soutenir. En 2005, at-Tartûsî s’est également démarqué d’un groupe apparu fugitivement en Syrie, sous une dénomination très proche (« Jamâ‘at an-Nusra wa-l-Jihâd fî Bilâd ash-Shâm »), pour revendiquer, très opportunément pour Damas, l’assassinat du Premier ministre libanais Rafiq Hariri. En réponse à la question : « Abou Adass, disant agir sur ordre du mouvement “Jamâ’at an-Nousra wa-l-Jihad fi Bilâd ash- Shâm” est apparu sur une vidéo pour revendiquer l'assassinat du premier ministre libanais Rafic Hariri. Que savez-vous de ce groupe ? », at-Tartûsî avait alors été déjà très explicite :

« Selon moi, et d’après ma propre expertise, mais aussi de l’avis de nombreux frères concernés par cette affaire, je peux affirmer que le groupe “Jamâ’at an-Nousra wa-l-Jihad fi Bilad ash-Sham”, n’existe pas. Abou Adass a été kidnappé au Liban et tué en Syrie après que les services syriens l’aient obligé à enregistrer la cassette en question. Toute l’histoire est un montage des renseignements syriens. Toute personne connaissant le fonctionnement du régime de Damas sait qu’une telle manipulation est dans ses habitudes ».

En 2012, l’argumentaire d’At-Tartûsî sur la situation syrienne laisse entrevoir, dans le champ réputé morcelé du débat interne à l’opposition, les contours d’une posture religieuse militante qui cautionne néanmoins une intervention extérieure, y compris occidentale. Ce choix est assumé au profit d’une « armée syrienne libre » que ses adversaires du champ jihadiste condamnent comme « étant acquise à la démocratie et aux valeurs occidentales ».

L’argumentaire d’At-Tartusî

La question posée à at-Tartûssî par le forum  (« Est-il de l’intérêt de nos frères de Syrie de publier un tel enregistrement en ce moment ? »)  est donc avant tout celle de la pertinence de la stratégie du groupe Jebhat an-Nusra. At-Tartûsî répond :

« Je n’ai jamais eu connaissance de ce groupe (...) et pas davantage de ceux qui le dirigent. Cela ne leur porte en rien préjudice si ce sont des combattants sincères et authentiques. Je me suis arrêté sur le lien posté sur YouTube qui montre quelques unes des actions menées par le groupe et propose quelques commentaires destinés à le faire connaitre, lui ainsi que sa méthodologie (minhaj). Cette lecture m’a inspiré quelques remarques et quelques réserves »5.

At-Tartûsî rappelle d’abord la propension avérée du régime à recourir à de telles manipulations :

« Nous faisons face à un tyran mécréant “bâtinite”6, illégitime et criminel, aux mœurs et aux valeurs dégradées. Il n’hésite pas à jouer toutes sortes de rôles pour rester au pouvoir – y compris celui ...des mujâhidîn. (...) Il a déjà usé de ce type de procédé dans les années 1980, lorsqu’il s’était approprié les traits, les apparences, le style et les déclarations du grand combattant ‘Adnân ‘Uqla7. Ce procédé avait conduit des dizaines de jeunes Syriens derrière les barreaux. C’est pour cela que le peuple a besoin aujourd’hui d’être rassuré à l’égard de ce groupe – ou de tout autre qui se présenterait comme faisant partie des mujâhidîn. Il veut s’assurer qu’il en fait vraiment partie... qu’il défend le peuple syrien, sa religion, et l’honneur de ses femmes ».

C’est précisément l’anonymat derrière lequel se retranche la totalité des membres du groupe qui le trouble. Dans un contexte où la plupart des militants syriens luttent à visage découvert, cette pratique interdit toute certitude sur l’identité des membres et de leurs commanditaires.

« Quelqu’un de vulnérable est-il en mesure d’en sauver un autre et de revendiquer l’appellation de “Front du secours”, alors que ceux qu’il prétend vouloir sauver ont eux-mêmes répudié la crainte qu’ils ont bannie de leurs cœurs et combattent à visage découvert, défiant ainsi le tyran et son régime ? Comment le peuple musulman le plus affaibli serait-il capable de défier par les armes le tyran, à visage découvert, en révélant son identité, y compris les femmes, alors que celui qui veut leur venir en aide, craignant pour sa personne, ne livre ni son visage, ni son nom ? Si certains des membres de tel ou tel groupe considèrent qu’ils doivent – pour préserver leur sécurité – masquer leur visage et leur identité, il faudrait néanmoins absolument qu’un ou plusieurs de ceux qui les représentent se fassent connaitre à la population et ce afin de la rassurer et de la mobiliser (...) ».

Le sous-titrage en langue anglaise, peu courant lorsque la mouvance jihadiste s’adresse à un public arabophone, incite également at-Tartûsî à penser que c’est bien l’opinion publique internationale qui est la première destinataire de la revendication du Front.

« (...) Comme si ceux qui étaient visés étaient l’Amérique et les pays occidentaux et non le peuple syrien que ce Front dit vouloir secourir (...). Tout cela incite donc à mettre un point d’interrogation autour de l’objectif de cette missive et sur l’identité de ceux qui se trouvent derrière ».

La rhétorique utilisée par le communiqué est marquée de surcroît par une surenchère radicale très paradoxale puisque qu’elle est de nature à décourager ses destinataires. Vis-à-vis de cette population syrienne que le groupe a vocation à mobiliser, le Front se montre curieusement agressif et intransigeant : « Chacun, à un moment donné, et dans des circonstances données peut commettre des erreurs de jugement ou de comportement », plaide at-Tartûsî. « Les remettre dans le bon chemin, cela prend du temps. De même, cela requiert-il de l’humanité, de la gentillesse, de la sincérité et de l’ardeur dans la défense de leurs intérêts. [...] Et l’on ne trouve rien de tout cela dans le discours du frère, malheureusement ».

Le communiqué du Front jette ensuite l’anathème avec une particulière violence sur ceux qui sollicitent l’assistance de la communauté internationale ; il le fait en des termes qu’at-Tartûsî juge inacceptables aussi bien religieusement que politiquement.

« Le discours de ce groupe se caractérise par un ton hostile et agressif à l’égard de la révolution syrienne en particulier, à l’égard du peuple syrien musulman endurant en général, du fait qu’il s’est trouvé contraint de solliciter l’intervention de la communauté internationale, afin de soulager la Syrie de quelques unes de ses blessures ou d’éteindre quelques uns des brasiers qui dévorent ses demeures (...). Il dit entre autre à ce propos : “Un tel recours (à la communauté internationale) serait une rare perversion, un crime absolu, une calamité suprême que Dieu ne saurait pardonner et dont l’histoire ne prendra jamais en miséricorde les auteurs jusqu’à la fin des temps”. Ces propos sont à la fois faux et injustes d’un double point de vue, canonique et politique. D’un point de vue canonique, le fait de demander l’aide d’un mécréant contre un autre mécréant dont la nuisance est majeure, directe et insurmontable sans une telle assistance, sous l’effet de la coercition et de la nécessité, est légal et digne d’être prise en compte, les juristes s’étant prononcés sur le sujet. Un hadith rappelle que le Prophète a dit : “Vous allez faire une trêve avec les ‘Romains’ et vous combattrez ensemble un ennemi commun.” »8

« En résumé, conclut at-Tartûsî, on peut dire que rien ne saurait justifier de telles appréciations péremptoires et absolues à l’égard des partisans d’un appel aux forces occidentales. Ces propos extrêmes renferment par ailleurs une sorte de faux serment9 à l’égard de Dieu le Très-Haut qui (nous dit-on) “ne pardonne pas et ne pardonnera jamais une telle faute à ses auteurs”. Celui-là prétend-il connaître ce qui ne peut pas l’être et ce que pense Dieu de ses serviteurs au point de formuler un tel jugement ? De ce fait, un tel avis n’a pas de valeur canonique. De plus, il est attentatoire au peuple syrien en général. Et il n’a rien à voir ni avec la sagesse, ni avec la politique ni avec le droit ».

Une surenchère curieusement contre-productive pour l’opposition

À l’heure où la rébellion a précisément besoin de soutiens extérieurs, le Front s’en prend non seulement à l’idée de les solliciter mais également, sans distinction, aux puissances occidentales hostiles à Damas et dont la position sert objectivement ses intérêts. Même l’allié turc « musulman » de l’opposition est malmené et dénoncé, dans la droite ligne de la rhétorique qu’emploie le régime, comme l’allié des États-Unis contre les intérêts des musulmans.

« Or, c’est là une erreur politique », relève at-Tartûsî. « Car cela sert directement le tyran et son régime. Cela conforte sa capacité à opprimer et massacrer le peuple syrien. Car ce qui importe à ce régime, c’est de pouvoir tuer, en toute tranquillité, le peuple syrien après l’avoir isolé, loin de toute intervention, de toute surveillance et de tout contrôle extérieur. Et le frère porte-parole10 de ce groupe, permet, en quelque sorte, au régime de réaliser tout cela, sans même s’en rendre compte. (...) Ensuite, cette agressivité à l’égard du monde entier, de l’Est à l’Ouest, des Arabes aux Occidentaux, sert inévitablement le dictateur et son régime sectaire. (...) En dernière instance, cela pousse en effet le monde extérieur à faire sienne la version mensongère du régime et peut-être même à lui venir en aide en considérant que ces groupes ne menacent pas que le régime mais bien le monde tout entier. Quel bonheur pour le tyran d’obtenir un tel résultat ! J’ai médité sur la biographie du Prophète en matière de comportement à l’égard de ses ennemis. Et qu’ai-je remarqué ? Il a effectivement mené deux batailles en même temps contre deux ennemis. Mais c’est le monde entier que veut affronter celui à qui nous avons à faire ici, et chacun de ses États et de ses pays ! Et cela, tout en même temps ! Et c’est celui-là qui n’ose même pas montrer son visage ! ».

« Ensuite, on ne combat pas un Tyran avec des déclarations enflammées dont la tonalité est déconnectée des exigences de l’action », critique encore at-Tartûsî : « Dans la bataille contre le tyran, l’importance de la propagande (...) et de son impact psychologique ne doit pas pour autant devenir une fin en soi et primer sur le nombre et la qualité des actions menées sur le terrain. Les déclarations mobilisatrices auxquelles aucune force et aucune action ne viendraient donner suite rappellent celui qui secoue un nid de frelons pour le piquer et tous ceux qui sont avec lui et qui ensuite ne dispose d’aucun des instruments nécessaires pour les combattre (...). Un hadîth unanimement considéré comme authentique rappelle que “le croyant ne se fait pas piquer deux fois devant le même trou de serpent”. Et selon un athar11, ‘Umar12 a dit : “Je ne trompe personne et je ne laisse personne me tromper”. »

L’ultime source du septicisme d’at-Tartûsî vient du caractère artificiel de l’argumentaire du communiqué, trop proche à son sens de ceux qu’utilisaient, dans des contextes très différents, les combattants luttant en Irak ou en Afghanistan :

« Ensuite, il faut que tout le monde sache qu’on ne peut pas reproduire en Syrie les modèles des Jihad afghan ou irakien et y employer les mêmes rhétoriques. L’Afghanistan, tout comme l’Irak, sont occupés par des forces américaines et occidentales et leurs alliés. La Syrie est occupée par des Qarmates13 du régime Nusayrî14 assadien et fasciste, et ses alliés les rawâfid15 zoroastriens (majûs)16, d’Iran et du Hizbu-l-Lât17. Donc tout ce qui se dit à propos de l’Afghanistan ou de l’Irak ne nous oblige pas et réciproquement, à propos de la Syrie. Comme si c’était une situation unique. Alors qu’il y a encore d’autres différences que l’on ne peut toutes mentionner ici.

La réponse « pour le groupe mentionné et sur le contenu de son message », vaut, précise t-il, « pour tout groupe combattant qui annoncera sa création ultérieurement ». « Il faut », ajoute t-il, « que tous prennent garde à ce que nous venons d’exposer ». Et de se prémunir d’une réplique qui viendrait de ces faux combattants qu’ils les soupçonnent d’être : « De même, j’exhorte les frères, s’ils sont des combattants authentiques, à tirer profit de mes paroles. Si ce n’était pas le cas, je ne serai alors aucunement affecté par la réplique qui serait faite en leur nom ».

Beyrouth le 27 mai 2012.


Pour citer ce billet : François Burgat et Romain Caillet, « Le groupe Jabhat an-Nusra : la fabrique syrienne du “jihadisme” », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 8 juin 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3540


François Burgat, politologue, est directeur de l'Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/francois-burgat

Tous les billets de François Burgat

Romain Caillet prépare une thèse d’histoire contemporaine Les nouveaux muhâjirûn. L’émigration des salafistes français en terre d’Islam, sous la direction de François Burgat, Université de Provence/IREMAM.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/romain-caillet

Tous les billets de Romain Caillet


Notes

  1. À ce jour, il est clair que les rangs de l’armée libre syrienne regroupent des combattants de toutes tendances politiques, salafis inclus, syriens mais également libanais, jordaniens, libyens et tunisiens. En témoigne notamment l’existence du bataillon al-Ansâr, opérant principalement dans la ville de Homs, dont le discours fait explicitement référence à l’idéologue ‘Abdallâh ‘Azzâm (1941-1989) dont l’héritage est partagé aussi bien par la branche radicale des frères musulmans que par certains « jihadistes ». Voir également la première vidéo réalisée par ce bataillon en mars 2012. []
  2. Tel Mathieu Guidère pour qui : « Soit ce sont des groupuscules qui, comme les shebabs de Somalie (...) veulent obtenir le label d'Al-Qaïda », soit « deuxième hypothèse, plus crédible, ces groupes font ou “on” leur fait faire des attentats pour que (l’opinion) les confonde justement avec Al-Qaïda ». Il ajoute : « Cette ambiguïté profite uniquement à la politique d'assimilation de la rébellion aux terroristes que le régime mène depuis un an ». « Les efforts de Jabhat al-Nusra (« le Front du soutien ») pour se donner une présence médiatique sont pour l’instant pathétiques », écrit pour sa part Thomas Pierret : « Il s’agit d’une poignée de vidéos de mauvaise qualité et contenant peu d’images originales, si bien qu’elles ne permettent pas de lever les doutes concernant la réalité de cette organisation. L’administration américaine a pointé Al-Qaida du doigt suite aux attentats menés contre les sièges des renseignements syriens à Damas et Alep en décembre et janvier dernier. Les Américains ne savent en réalité pas grand-chose des responsables de ces attentats et l’accusation paraît surtout destinée à permettre à Washington de se laver les mains du dossier syrien. Al-Qaida est certes un coupable potentiel mais les attaques peuvent tout aussi bien être le fait d’opposants non jihadistes. On ne peut pas non plus exclure une manipulation du régime sur le modèle algérien. » []
  3. Muhammad Abû Ruman intervient sur cette vidéo après 5 min 15. []
  4. D’après la biographie établie par l’un de ses disciples, Abû Basîr at-Tartûsî, dont le patronyme se réfère à la ville de Tartous, est né en 1959 dans une famille sunnite pieuse. En 1980, il quitte la Syrie pour fuir les pressions des autorités et rejoint le Pakistan, puis l’Afghanistan qui fait alors face à l’invasion soviétique. Par la suite, il s’installe en Jordanie, dont il est expulsé quelques années plus tard. Il séjourne successivement au Yémen, en Malaisie et même en Thaïlande, pour s’installer enfin à Londres où il obtient le statut de réfugié politique. Considéré comme la figure la moins radicale de la mouvance jihadiste, il est sans doute la seule personnalité issue de ce courant, avec dans une moindre mesure Abû Muhammad al-Maqdisî, à soutenir des groupes combattants tout en conservant un regard critique sur leurs actions. []
  5. At-Tartûsî a depuis lors explicité son point de vue dans un autre avis convergent. Il s’y étonne notamment que le « Front du secours » ne se manifeste pas dans les zones où les combats sont les plus denses (telles Homs ou Hama) et y voit l’indice que l'existence d'un groupe fictif serait beaucoup plus difficile à crédibiliser dans les zones où les combattants armés se connaissent tous entre eux. Son avis a été critiqué notamment par Abû Mundhir ash-Shanqitî, membre du conseil religieux du portail jihadiste www.tawhed.ws. Dans une fatwa publiée en avril 2011, il a reproché à Abû Basîr at-Tartûsî de s’en prendre à un groupe revendiquant clairement une obédience jihadiste, alors que lui même soutenait une Armée libre syrienne critiquée du fait que ses dirigeants seraient « inspirés par la démocratie et les valeurs occidentales ». []
  6. Le terme désigne l’ensemble des adeptes des courants religieux ésotériques (bâtin), qu’il s’agisse des alaouites, des chiites ismaéliens ou de certains ordres soufis. Depuis le début de la révolution syrienne, ce terme est souvent utilisé pour désigner les alaouites. M.G.S. Hodgson, dans L’Encyclopédie de l’Islam, le définit comme le nom donné aux ismaéliens à l’époque médiévale, du fait de l’accent qu’ils mettaient sur le bâtin, le sens « interne » caché derrière le sens littéral des termes des textes sacrés ; et, de façon moins spécifique, à quiconque était accusé de rejeter le sens littéral de ces textes en faveur du bâtin. L’auteur de l’article précise à propos des alaouites que « le système [théologique du symbolisme et de l’allégorie] similaire des nusayris semble être une survivance des cercles bâtinîs. Par extension, Ibn Taymiyya appliquera le terme bâtiniyya non seulement aux Chiites ismaéliens mais aussi aux soufis et aux philosophes tels qu’Ibn Rushd. M. G. S. Hodgson, « Bâtiniyya », Encyclopédie de l’Islam, vol. I, Leiden, Brill, 1960, p. 1131-1133. []
  7. Une des grandes figures du soulèvement des années 1980, qui s’était conclu par les massacres de Hama et de la prison de Palmyre. En 2006, at-Tartûsî lui a consacré un article intitulé « Le lion oublié : ‘Adnân ‘Uqla ». []
  8. Hadith tiré du recueil d’Abû Dâwud as-Sijistânî (817-888). []
  9. Abû Basîr at-Tartûsî semble faire référence au hadith suivant (recueil de Muslim) : « Un homme a dit une fois : Par Dieu ! Dieu ne pardonnera pas à un tel ! Dieu dit alors : Qui ose jurer contre Moi que Je ne pardonne pas à un tel ! Je lui ai pardonné et J’ai anéanti ta propre œuvre.» []
  10. Le communiqué le présente en fait comme le dirigeant et non le porte-parole. Il est n’est pas sans intérêt de souligner que son nom « Abû Muhammad al-Jûlânî », que l’on peut traduire par « Abû Muhammad le Golanite » contient un signal que les Israéliens ne devraient pas manquer de décoder, comme le fait que la victoire de tels groupes jihadistes impliquerait le « réchauffement » du front longtemps apaisé du Golan occupé. []
  11. Un propos attribué à un compagnon ou un salaf des trois premières générations, contrairement au hadith qui vient du Prophète. []
  12. ‘Umar b. al-Khattâb, fut dans un premier temps un adversaire du Prophète de l’Islam, puis devint par la suite l’un de ses plus fervents défenseurs. Homme particulièrement énergique, il devint second Calife à la mort d’Abû Bakr en 634. Son règne dura dix ans, il fut assassiné en 644 par Abû Lu’lu’a, un esclave d’origine perse. G. Levi Della-Vida [M. Bonner], Encyclopédie de l’Islam, vol. X, Leiden, Brill, 2010, p. 883-886. []
  13. Secte extrémiste chiite dont les membres mirent à sac La Mecque en 930 et dérobèrent la pierre noire, qu’ils conservèrent pendant une vingtaine d’années. Les alaouites ou nusayrites sont souvent qualifiés aujourd’hui de qarmates ou de bâtinites, les chiites duodécimains étant stigmatisés comme des rawâfid ou des majûs. Pour W. Madelung, l’appellation qarmatî (pluriel qarâmita), fut donnée aux membres d’une branche dissidente des Ismaéliens et, parfois, aux Ismaéliens dans leur ensemble. W. Madelung, « Qarmatî », Encyclopédie de l’Islam, vol. IV, Leiden, Brill, p. 687-692. []
  14. Secte initiatique formée en Irak au IXe siècle, dont les dirigeants cherchèrent à se rapprocher formellement du chiisme duodécimain au début du XXe siècle. À partir de 1924, le terme « nusayrî » est progressivement remplacé par celui de « ‘alawî » que la France mandataire officialise et qui s’est imposé aujourd’hui. H. Halm, « Nusayriyya », Encyclopédie de l’Islam, vol. VIII, Leiden, Brill, p. 148-150. L’usage de l’appellation « nusayrite » vise ici à renvoyer les alaouites à la condition d’hérétiques, voire de païens, qui était ouvertement la leur du point de vue de l’orthodoxie sunnite jusqu’au début du siècle dernier. []
  15. Terme péjoratif, signifiant l’appartenance au parti du refus (Rafd) soit celui des trois premiers califes de l’Islam - Abû Bakr (m. 634), ‘Umar b. al-Khattâb (m. 644) et ‘Uthmân b. ‘Affân (m. 656). Il désigne le plus souvent les chiites duodécimains, dont les principales communautés se trouvent en Iran, en Irak et au Liban. Certaines sources sunnites rapportent des hadiths dans lesquels le Prophète Muhammad aurait prédit l’apparition des Râfida et ordonné de les combattre en raison de leur polythéisme. E. Kohlberg, « Al-Râfida », Encyclopédie de l’Islam, Leiden, Brill, vol. VIII, p. 400-402. []
  16. Terme dérivé du zoroastrisme, religion des Perses avant la conquête islamique. L’adhésion des Perses au chiisme est souvent présentée par les sunnites comme une volonté de revanche sur les conquérants arabes. Selon eux, ce contentieux historique expliquerait ainsi la détestation de la figure de ‘Umar b. al-Khattâb, vilipendé dans la tradition chiite plus encore qu’Abû Bakr – son prédécesseur – et Uthmân b. ‘Affân – son successeur –, dont les armées conquirent la Perse et mirent fin à la civilisation zoroastrienne. Cette hostilité perse envers ‘Umar b. al-Khattâb est parfois reconnue aujourd’hui par certains chiites qui admettent que les récits les plus hostiles au second Calife ont probablement été fabriquées en Iran. []
  17. Jeu de mot stigmatisant le Hezbollah libanais, allié de Damas, assimilé ainsi à une divinité féminine préislamique. []

imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Sujet, Sciences politiques, Pays, Syrie

16 commentaires pour “ Le groupe Jabhat an-Nusra ou la fabrique syrienne du « jihadisme » ”

  1. [...] dans ce contexte qu'est apparu en Syrie, fin 2011, le Front de Soutien à la Population du Bilad al Cham, qui a aussitôt revendiqué des attentats à la mise en scène, au modus operandi et aux [...]

  2. [...] Si la "neutralité" justifie en partie l’assignation à domicile d’Abdallah Al Ahmar ou son interpellation, un autre élément joue depuis plusieurs mois en sa défaveur : il est originaire d’Al Tall. Située sur les hauteurs de Damas, à mi-chemin entre la capitale et les villages chrétiens de Sadnaya et Maaloula, Al Tall s’est immédiatement rangée dans le camp de la contestation. Dès le 29 mars 2011, des manifestations y étaient réprimées avec férocité et des arrestations intervenaient parmi ses habitants. Plusieurs coordinations y étaient bientôt créées. Avant même l’installation dans la ville d’une unité de l’Armée Syrienne Libre et la prise par les révolutionnaires du siège de la Sécurité politique, elle était la cible des bombardements qui sont les moyens privilégiés, avec les massacres de populations civiles désarmées, de la lutte que le régime syrien prétend mener contre "les terroristes". Du moins contre ceux qu'il n'a pas libérés de ses prisons et plus ou moins aidés à se regrouper sous des étiquettes douteuses, pour les utiliser au mieux de ses intérêts, comme le Front de Soutien à la Population de Syrie... aussi fameux que fumeux. [...]

  3. [...] sans doute rejoint, mais sans en affecter significativement la structure, les rangs de la rébellion1, un groupe « jihadiste » a effectivement annoncé sa création sous l’appellation du [...]

  4. Golasder le 07/08/2012 à 0:07

    Analyse interessante, mais qui au final est totalement passée a coté.

    Al Nusra est finalement un groupe jihadiste qui existe vraiment, comme cela a été démontré a de multiples reprises.

    Comme exemple le plus frappant, le journal anglais Guardian, qui a rencontré des membres de ce groupe dans la province d'Idlib.

    Jolie analyse scolaire cependant, même si elle est tombée complètement a coté.

  5. [...] In previous posts on alQaeda scholars advising the Arab Spring (SYRIA, LIBYA, EGYPT, YEMEN), researchers frequently come across the Syrian-British Abu Basir al-Tartusi. His advice to the people of the Arab world trying to overthrow their dictators has often been at odds with that of his fellow radical ideologues, as we have seen, since Abu Basir frequently encourages fighters to be lenient with others or even scolds them for using violent methods too recklessly. As we saw in previous post on (Yemen-See End Notes)4, other scholars have criticised Abu Basir for this. Similarly, when Abu Basir published a fatwa 5 on his website 7 in February in which he expressed support for the (non-Islamist) Free Syrian Army fighting against the regime of Syrian President Bashar al-Asad and not for the much more overtly Islamic Jabhat Nusrat al-Sham, he was criticised for this by Abu l-Mundhir al-Shinqiti on the Shari’a Forum of the Minbar al-Tawhid wa-l-Jihad 8. In a fatwa 9 of his own, al-Shinqiti states that Abu Basir’s endorsement of the Free Syrian Army, with its “democratic method” and his simultaneous criticism of a group that strives for “the implementation of the Islamic shari’a” shows that Abu Basir “has a major methodological shortcoming”. (For more on this issue: http://ifpo.hypotheses.org/3540) [...]

  6. [...] In my previous posts on al-Qaida scholars advising the Arab Spring (here, here, here and here), we have frequently come across the Syrian-British Abu Basir al-Tartusi. His advice to the people of the Arab world trying to overthrow their dictators has often been at odds with that of his fellow radical ideologues, as we have seen, since Abu Basir frequently encourages fighters to be lenient with others or even scolds them for using violent methods too recklessly. As we saw in my previous post on Yemen, other scholars have criticised Abu Basir for this. Similarly, when Abu Basir published a fatwa on his website in February in which he expressed support for the (non-Islamist) Free Syrian Army fighting against the regime of Syrian President Bashar al-Asad and not for the much more overtly Islamic Jabhat Nusrat al-Sham, he was criticised for this by Abu l-Mundhir al-Shinqiti on the Shari’a Forum of the Minbar al-Tawhid wa-l-Jihad. In a fatwa of his own, al-Shinqiti states that Abu Basir’s endorsement of the Free Syrian Army, with its “democratic method” and his simultaneous criticism of a group that strives for “the implementation of the Islamic shari’a” shows that Abu Basir “has a major methodological shortcoming”. (For more on this issue, see this article). [...]

  7. [...] jihadistes et qui les a déjà utilisés dans la région (lire l’intégralité de leur texte « Le groupe Jabhat an-Nusra : la fabrique syrienne du “jihadisme” », Les Carnets de l’Ifpo). Quant à la question « chrétienne », il est clair que le [...]

  8. [...] le immagini, i simboli e gli slogan di questi filmati - autentici, non artefatti come quelli della Jabhat an Nusra, finta emanazione siriana di al Qaida creata da Damasco - rimandano senza ombra di dubbio agli [...]

  9. [...] i simboli e gli slogan di questi filmati – autentici, non artefatti come quelli della Jabhat an Nusra, finta emanazione siriana di al Qaida creata da Damasco – rimandano senza ombra di dubbio [...]

  10. [...] du terrorisme en général et de certains groupes islamistes – comme le désormais fameux Front de Soutien au Peuple de Syrie - en particulier, on renverra dos à dos ceux qui considèrent comme un “mépris de la [...]

  11. [...] syrien du terrorisme en général et de certains groupes islamistes - comme le désormais fameux Front de Soutien au Peuple de Syrie - en particulier, on renverra dos à dos ceux qui considèrent comme un "mépris de la raison" de [...]

  12. chb le 10/06/2012 à 9:31

    Votre étude, certes intéressante, appuie
    « l’Occident et ses alliés [qui] tentent d’appliquer une grille de lecture confessionnelle sur la contradiction profonde qui traverse la région. »
    L'alléchant gaz syrien, la recomposition du Moyen Orient, la sécurité d'Israël et de ses annexions passent, grâce à des anecdotes fouillées, par pertes et profits :
    « Plus question d’ingérence, d’oppression, de pillage économique et de dictatures subalternes… Le problème du Grand Moyen-Orient à présent, c’est qu’il y a des sunnites d’un côté et des chiites de l’autre. »
    http://www.michelcollon.info/Reponse-de-Pierre-Piccinin-a-notre.html
    Oui, l'Orient est compliqué, mais l'instrumentalisation des variantes confessionnelles est bien dans le jeu de l'empire :
    http://www.michelcollon.info/Le-terrorisme-anti-syrien-et-ses.html
    ou http://www.humanite.fr/tribunes/georges-corm-%C2%ABl%E2%80%99instrumentalisation-du-religieux-poison-recurrent-du-moyen-orient%C2%BB-498175
    Susciter et envenimer des oppositions, diviser pour régner ? cela ne promet à la Syrie que plus d'horreurs et de misère, pas la démocratie.

  13. Caecilia Pieri le 09/06/2012 à 9:58

    A quand une conférence internationale qui réunirait toutes les parties en présence?

  14. chb le 09/06/2012 à 0:32

    Pas question d'exonérer le régime syrien pour les troubles et les exactions meurtrières. Pas question non plus de croire que l'empire (Otan etc.) est angélique : il déstabilise et terrorise, soit directement, soit via mercenaires et opérations barbouzardes, depuis si longtemps qu'on serait trop bête de croire à ses intentions bienveillantes. Irak, Yougoslavie et tant d'autres ont souffert d'ingérences, d'attaques, de coups d'état non souhaités par le peuple !
    En ce qui concerne les récents massacres en Syrie, ils arrangent bien l'opposition armée, et les marchands habituels de pétrole et d'engins de mort. Al Assad, de son côté, est-il assez crétin pour attirer sur lui toute l'excécration du monde en tuant même ses propres partisans ? Il enterre déjà, chaque jour, une douzaine de ses soldats : cela lui offre assez de raisons de sévir sans en rajouter dans les coups tordus.
    Qu'une enquête soit faite !

  15. Caecilia Pieri le 08/06/2012 à 23:02

    Passionnant. Même pour un vendredi soir à minuit.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens