Les migrations internationales de travail en Jordanie (1/3)

Titre : Une Philippine en Jordanie (fév. 2012). Crédit photo : Hella Ben Hadj M'Barek ; Prog. "Des migrants dans la ville", dirigé par Cyril Roussel.

Une Philippine en Jordanie (fév. 2012). Photo © Hella Ben Hadj M’Barek

Ce billet est le premier d’une série déclinée en trois séquences :

  1. La première s’organise autour de données statistiques et de résultats d’une enquête menée auprès de travailleurs migrants dans le royaume ; elle cherche à présenter la diversité des populations migrantes en Jordanie, tout en essayant de montrer qu’elles s’insèrent dans des secteurs bien particuliers de la vie économique qui leur sont, de fait, « réservés ». Et c’est certainement cette insertion dans certains secteurs qui détermine leur mode de vie dans le pays (niveau de vie, logement, etc.).
  2. La deuxième tentera de montrer que le mode de recrutement a des conséquences directes et déterminantes sur la présence d’une catégorie de migrants bien précise dans le royaume. Qu’ils soient légaux ou illégaux, les systèmes de recrutement fonctionnent comme des « pompes » qui sélectionnent un profil de main d’œuvre relativement uniforme.
  3. Enfin, la troisième et dernière partie s’organisera autour des zones spéciales que sont les QIZ (zones qualifiées industrielles). Toujours à la recherche de productivité maximale mais dans un cadre législatif contraignant pour l’ouvrier qui y travaille – migrant étranger en grande majorité – les QIZ sont des archétypes de dispositifs productifs qui permettent d’importer de la main d’œuvre en Jordanie à un coût salarial particulièrement dérisoire.

La Jordanie, pays traditionnel de transit ou d’établissement des populations migrantes forcées (réfugiés palestiniens, irakiens et aujourd’hui syriens), est aussi un pays qui reçoit une importante main d’œuvre étrangère : entre 250 000 et 330 000 travailleurs étrangers en situation légale furent enregistrés dans le royaume ces dernières années (2008-2011)1. Avec environ 6 millions d’habitants en 2010, le pays compte une population active qui avoisine les 1,4 millions de personnes.

Pourtant, la Jordanie n’est pas un pays pétrolier comme les pétromonarchies voisines. Elle n’est pas plus un grand pays agricole comme ses voisins, la Syrie et l’Égypte. Par contre, la Jordanie, encore peu peuplée, se caractérise par une croissance économique soutenue ; en conséquence de quoi, elle fait appel à des travailleurs étrangers pour fournir, en main d’œuvre bon marché, certains secteurs économiques largement délaissés par les nationaux. Sur ce plan, le royaume partage avec ses voisins (Syrie, Irak et Liban) cette même caractéristique commune, à savoir un recours croissant à des populations étrangères précarisées, serviles, dociles et peu payées, qui occupent des secteurs d’activités particuliers qui leur sont de plus en plus dévolus.

La Jordanie, dans la mondialisation économique, se place dans une dynamique migratoire sud-sud de plus en plus affirmée. Ces trois billets tentent de comprendre comment et pourquoi la Jordanie est devenue un pays d’accueil pour une masse de travailleurs étrangers extrêmement diversifiée alors qu’elle n’a pas, à priori, la même attractivité que les pays voisins du Golfe.

1. Quels travailleurs étrangers en Jordanie ?

À partir des années quatre-vingts, la Jordanie accueille des travailleurs étrangers en nombre croissant. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, après une chute soudaine due à la guerre du Golfe, les effectifs de travailleurs migrants par nationalité sont continuellement en hausse, comme semble l’indiquer la courbe des étrangers d’origine asiatique qui entrent en Jordanie (fig. 1). Les plus nombreux à franchir la frontière sont les Indiens, les Indonésiens, les Philippins, les Pakistanais, les Japonais et les Sri Lankais. Hormis les Japonais, la plupart des ressortissants issus des autres pays asiatiques sont des travailleurs migrants. Cette figure ne permet cependant pas de connaître le volume précis des travailleurs étrangers en Jordanie par nationalité, puisqu’elle ne donne comme indication que le nombre d’« entrants » sur le territoire jordanien, qu’ils soient travailleurs en Jordanie ou non (ce qui inclus les visiteurs, les touristes, etc.). De plus, elle ne prend pas en compte les allers-retours que peuvent faire les travailleurs migrant au cours de l’année entre la Jordanie et leurs pays d’origine. Enfin, elle ne fait pas mention des étrangers « arabes ».

Fig.1. Nombre d’entrées annuelles en Jordanie de populations issues d’Asie orientale par nationalités (1191-2010)

Fig.1

Une comparaison entre 2000 et 2009 de l’origine des travailleurs étrangers en situation légale en Jordanie, c’est-à-dire qui possèdent un permis de travail, permet de saisir la distribution par nationalité et par sexe de cette population migrante (fig. 2 et 3). En 2000, les Sri Lankais étaient les plus nombreux de tous les travailleurs asiatiques et la part des femmes dominait largement. Mais la main d’œuvre égyptienne – presque exclusivement masculine (99,84 %) – représentait, de très loin, le groupe d’étrangers le plus important avec près de 91 000 travailleurs légaux dans le royaume.

Fig. 2

Fig. 2 (cliquer sur la carte pour l'agrandir)

En 2009, les Égyptiens dominaient toujours, en effectif brut, la catégorie des travailleurs étrangers en situation régulière sur le marché du travail jordanien ; un marché qui emploie légalement dorénavant près de 23 % de main d’œuvre étrangère toutes nationalités confondues. Depuis 2000, la part des Égyptiens s’est même renforcée avec 17 % des actifs sur le marché du travail en 2009 contre près de 10 % en 2000. À la fin de la décennie 2000, ils représentaient une masse de 240 000 travailleurs légaux soit 71,5 % de la part totale des travailleurs étrangers en Jordanie. Les hommes occupent toujours la quasi-totalité de l’effectif avec, pour l’année 2009, 99,93 % de la population égyptienne présente dans le royaume hachémite (fig. 3). Chez les Asiatiques, les Indonésiens sont désormais les plus nombreux à exercer avec un permis de travail jordanien (27 000 personnes) : ces travailleurs sont en fait des travailleuses à près de 99 %. Puis les Sri Lankais et les Philippins sont respectivement près de 20 000 et de 15 000 à exercer un emploi légal dans le royaume. Si les femmes représentent 90 % des travailleurs originaires des Philippines, les  Sri Lankais sont mieux répartis entre les deux sexes (39 % hommes ; 61 % femmes).

Fig. 3

Fig. 3 (cliquer sur la carte pour l'agrandir)

2. Les secteurs d’activité des travailleurs étrangers en Jordanie

Les secteurs d’activité dans lesquels les travailleurs étrangers se concentrent sont, sans surprise, ceux où le travail est le plus pénible ; ils se caractérisent par les « 3 D » comme aiment à le répéter les Jordaniens : difficult ; dirty ; dangerous.

Les Égyptiens dominent, de par leur fort effectif, dans tous les secteurs qui emploient des travailleurs étrangers (fig. 4.1 à 4.5). On les retrouve dans les services à la personne ; l’industrie ; le commerce et la restauration ; la construction ; l’agriculture. Ils sont quasiment les seuls étrangers à exercer dans ces trois derniers secteurs (fig. 5.1).

Fig. 4.1

Fig. 4.1

Fig. 4.2

Fig. 4.2

Fig. 4.3

Fig. 4.3

Fig. 4.4

Fig. 4.4

Fig. 4.5

Fig. 4.5

Fig. 5.1

Fig. 5.1

Fig. 5.2

Fig. 5.2

Fig. 5.3

Fig. 5.3

Les Sri Lankais se répartissent entre les services à la personne, secteur où les femmes sont en proportion écrasante, et l’industrie (ici les hommes sont très largement les plus nombreux) (fig. 5.3).

Fig. 5.4

Fig. 5.4

Les Philippins (des femmes à 90 %) sont concentrés dans le secteur des services à la personne (fig. 5.4). Il est à noter que ce vaste secteur offre des types d’emplois diversifiés : infirmières, travailleurs qualifiés et semi-qualifiés, travailleurs à domicile.

Fig. 5.5

Fig. 5.5

Les Pakistanais, dont les effectifs sont faibles, travaillent surtout dans l’agriculture (fig. 5.5). Les Indiens sont essentiellement dans l’industrie (fig. 5.6).

Fig. 5.6

Fig. 5.6

Les Indonésiennes sont concentrées dans le secteur des services à la personne à 99,72 % (fig. 6), alors que les Bangladais (des hommes à 80 %) travaillent dans l’industrie à plus de 85 %.

Fig. 6

Fig. 6

Une distinction doit être opérée pour la catégorie « services à la personne » qui recoupe plusieurs types d’activités bien cloisonnées en fonction de l’origine du travailleur migrant. Les Égyptiens occupent dans ce secteur hétéroclite des emplois divers du type « jardinier », « gardien d’immeuble », « laveur de voiture » mais jamais dans le « travail à domicile ». Ce sous-secteur demeure réservé, comme dans tous les pays du Moyen-Orient, aux Asiatiques (Indonésiennes, Philippines et Sri Lankaises).

À suivre…


Pour citer ce billet : Cyril Roussel, « Les migrations internationales de travail en Jordanie (1/3) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 4 juin 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3491


Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

 
  1. Statistical Yearbook, Jordan, 59, 60, 61, Amman, 2008-2011. []

Vous aimerez aussi...