Mleeta : le Hezbollah en musée

Conçu par le Hezbollah, le site (ma‘lam) touristique de Mleeta déploie un dispositif d’auto-présentation, moins du parti que de sa branche armée et de ses activités militaires dans le cadre du conflit avec Israël. Comme tous les visiteurs, je me suis demandé ce que signifiait Mleeta ?

Ce musée – ou plutôt ce mémorial ?  – a été conçu et bâti après la guerre de 2006. Il a ouvert ses portes en mai 2010 afin de commémorer le dixième anniversaire de la libération du Sud Liban, à la suite du départ des troupes israéliennes après presque vingt ans de présence militaire. Situé sur le flanc sud-ouest de l’Iqlim al-Tuffah, en bordure de l’ancienne zone de sécurité contrôlée par les supplétifs libanais de l’armée israélienne (ALS)1, il prend place dans un environnement naturel peu aisé d’accès et profite d’une surface de 60 000m2 qui permet une exposition essentiellement à ciel ouvert à l’endroit même où des hommes du Hezbollah se sont  battus – 7 000 « mujahidins », dont 480 tombés en « martyrs » selon les organisateurs du site.

Pour tenter de répondre à la question de la fonction que remplit Mleeta, il convient de relier cette dimension topographique à son contenu, suivant en cela Johnson (1995), lequel précise que la localisation d’un musée mérite d’être prise en compte dans la mesure où elle conditionne le discours qui y est tenu (au niveau de son contenu) en tant que discours légitime, c’est-à-dire autorisé et devant faire autorité (Bourdieu, 1982). Un des porte-parole du site ne cache du reste pas cet aspect, liant le lieu à l’impact du message qui y est délivré : « On a décidé de le faire ici, après deux précédentes tentatives, afin de lui donner forme dans un contexte beaucoup plus crédible pour le visiteur. Ce dernier se trouve en prise directe avec la réalité de la bataille, il a le sentiment d’être sur le champ de bataille, c’est plus authentique.  » Dès lors, en suivant Wahnich (2007), il convient de se demander quel est le message de ce musée, qu’est-ce qui y est narré et de quelle façon : à mi-chemin du lieu de mémoire (Petitier, 1989) et du discours de légitimation sur la « résistance », sa fonction semble combiner le témoignage et l’affirmation identitaire.

Généalogie et identité

Parlant de la généalogie de Mleeta, les organisateurs mentionnent deux autres expositions de moindre envergure qui se sont tenues dans la « Dahiye » (banlieue sud de Beyrouth) à l’automne 2006 puis à Nabatiyeh, dès le printemps 2008. Toutes deux avaient en commun de montrer la « défaite »2 de l’ennemi israélien et de rendre hommage aux « martyrs » ayant combattus dans les rangs du Hezbollah. Nulle mention chez les responsables ou dans la brochure du site n’est toutefois faite du musée de la prison de Khiam, où furent notamment détenus plusieurs dizaines de membres du Hezbollah3 au cours des années 1980 à mai 2000, musée détruit par un bombardement israélien durant la guerre de juillet en 2006. Il y a probablement un lien ici entre la destruction de ce lieu de mémoire vive qu’était Khiam et les tentatives d’exposition qui ont abouti a la mise en place de Mleeta.

Logo du musée Mleeta

Photo 1 : Logo du musée Mleeta

L’identité de Mleeta comme lieu s’entend d’abord avec le logo qui figure sur la brochure que le visiteur reçoit à l’entrée du site. Le logo de Mleeta est accompagné d’un rapace en vol et du slogan « Une histoire (hikâya) que la terre raconte au ciel ». Selon les officiels rencontrés, l’idée est de relier la terre à laquelle on appartient aux cieux où se trouvent les « martyrs » qui ont donné leur vie pour la « protection » de cette terre. L’oiseau qui figure sur le logo, un épervier, symbolise la « résistance » car il est « obstiné, il ne recule pas face à l’obstacle, il est sûr de lui, il ne connaît pas la défaite et il n’est pas comestible (la you’kal) » (brochure de présentation, 2010).

Contenu du site

Le parcours que découvre le visiteur se compose d’un circuit à l’air libre commençant dans « l’abîme » (al-hâouîya), sorte de fosse, ainsi nommé par les concepteurs où l’on voit des vestiges de l’armée israélienne  (voir photo 2) puis serpente sur le flanc de la colline de Mleeta, au milieu des arbres, empruntant un tunnel, creusé à la main par les anciens combattants du Hezbollah et permettant d’aboutir à un bunker et à une esplanade attenante (« la place de la libération ») où sont exposés de nombreuses armes. Deux pavillons, aux abords de l’esplanade centrale, proposent respectivement un film de présentation du combat du Hezbollah au Sud-Liban et une exposition sur l’armée israélienne (son organisation, ses structures de commandement, etc.).

Les quelques photos qui suivent proposent au lecteur un aperçu de ce dispositif muséal qui frappe par son caractère soigné et professionnel.

« Cimetière de l'armée israëlienne »

Photo 2 : « Cimetière de l'armée israëlienne »

Photo 2 : L’abîme ou « cimetière de l’armée israélienne » qui selon le guide a été « creusé par les bombes israéliennes ». On peut y voir ainsi la pierre tombale de l’armée israélienne et, en dessous, en hébreu, on lit « le marécage libanais ». Plusieurs symboles sont observables : les chars Merkava au canon tordu traduisant l’impuissance de l’armée israélienne, les colonnes penchées incarnant les bataillons israéliens « vaincus » lors des divers affrontements…

Char israélien renversé

Photo 3 : Char israélien renversé

Photo 3 : …et un char israélien renversé dans un filet représentant une toile d’araignée. L’image est forte puisqu’elle renvoie, pour les habitants du Sud et surtout pour les partisans du Hezbollah, au discours de Hassan Nasrallah tenu à Bint Jbeil, qui, lors de la libération du Sud utilisa cette référence coranique afin de signifier que l’armée israélienne est plus fragile « qu’une toile d’araignée ».

Combattants dans la forêt

Photo 4 : Combattants dans la forêt

Photo 4 : La forêt est un chemin didactique et moralisateur qui serpente sur un flanc de la colline entre des armes et des sacs de sables, sur fond sonore de commentaires radiophoniques faisant état d’opérations anti-israéliennes. On y voit les combattants dans toutes leurs activités, de l’urgentiste au manutentionnaire, en prière ou en alerte, mais aussi en « martyrs » – signalés alors par un panneau ou quelques symboles. Cette déclinaison possède deux figures explicites : Jawad, le combattant modèle, dont la trajectoire est narrée en trois langues afin d’illustrer son héroïsme et sa dévotion à la cause ; Abbas Moussaoui, le « leader martyr », ancien Secrétaire-général du Hezbollah, dont on voit le modeste abri avec son tapis de prière, un Coran, un fusil et un téléphone.

Musée Mleeta : le tunnel

Photo 5 : Musée Mleeta : le tunnel

Photo 5 : Dans le tunnel, creusé entre 1990 et 1993 par 1 200 combattants, on passe de la cuisine à la salle de commandement des opérations ou à la salle de prière. Quelques kalachnikov exposées en vitrine, comme ailleurs des pelles et des outils ayant servi ici.

« Avertissement » du Hezbollah

Photo 6 : « Avertissement » du Hezbollah

Photo 6 : Dans le pavillon dévolu à l’exposition du butin pris à l’ennemi, on constate une forme de respect pour l’adversaire mais on trouve aussi un avertissement que le Hezbollah lance à l’armée israélienne : « Si vous nous frappez, nous vous frapperons ». Les cibles sont nommément désignées et repérées par une photo aérienne ou satellite…

Cibles du Hezbollah sur le territoire de la « Palestine occupée »

Photo 7 : Cibles du Hezbollah sur le territoire de la « Palestine occupée »

Photo 7 : … sur le territoire de la « Palestine occupée », laquelle recoupe sur la carte présentée tant l’actuel Israël que les Territoires  palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, en coordonnées topographiques.

Bibliographie

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Dwyer O.J., Alderman D.H., 2008, « Memorial landscapes : analytic questions and metaphors », GeoJournal 73/3, p. 165-178. DOI : 10.1007/s10708-008-9201-5

Johnson N., 1995, « Cast in stone : Monuments, geography, and nationalism », Environment and Planning D 13/1, p. 51-65. URL : http://www.envplan.com/abstract.cgi?id=d130051

Petitier P., 1989, « Les lieux de mémoire, sous la direction de P.Nora (compte-rendu) », Romantisme 63, p. 103-110. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570

Wahnich  S., 2007, « Transmettre l’effroi, penser la terreur. Les musées d’une Europe déchirée », Gradhiva 5, p. 26-37.  URL : http://gradhiva.revues.org/692


Pour citer ce billet : Daniel Meier, « Mleeta : le Hezbollah en musée », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 3 mai 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3385


Daniel Meier

Daniel Meier est Visiting Fellow du Center for Lebanese Studies au St Antony’s College/Oxford University depuis octobre 2011. Il a enseigné au Graduate Institute (IHEID) à Genève ainsi qu’à l’Université Libanaise. Depuis 2009, il est chercheur associé à l’Ifpo.

Page personnelle et bibliographie (Ifpo) : http://www.ifporient.org/daniel-meier

Présentation et bibliographie sur le site du St Anthony’s College

 
  1. ALS : Armée du Liban Sud (Jaîch al-Lubnân al-janûbi) []
  2. Dans la narratologie du Hezbollah, tant la libération du sud-Liban en mai 2000 que le déroulement de la guerre de juillet et août 2006 sont présentés comme des défaites militaires majeures pour l’armée israélienne. []
  3. La prison de Khiam, « gérée » par l’Armée du Liban Sud, servit aussi de lieu de détention pour les membres d’autres factions politiques que le Hezbollah : Parti communiste libanais, Parti social national syrien, formations nationalistes arabes, et enfin, membres de partis politiques palestiniens. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pierre France dit :

    A lire pour compléter, le très bel article de Mona Harb et Lara Deeb à ce propos : http://aub.academia.edu/MonaHarb/Papers/1403696/Culture_as_History_and_Landscape_Hizbullahs_Efforts_to_Shape_an_Islamic_Milieu_in_Lebanon

    Un documentaire est en préparation sur Mleeta, qui devrait notamment nous donner une meilleure idée des différents publics qui s’y croisent et des différents usages du site par ses visiteurs, j’ai rencontré l’équipe de cinéastes par hasard au cours de ma visite, ils sont restés environ deux mois sur le site, et avaient manifestement un très beau matériau de travail.