Le patrimoine archéologique, dommage collatéral

Aux habitants de Qalaat el Mudiq

Toute situation de conflit, entre différents États ou à l’intérieur d’un même pays, entraîne de nombreux dommages. Les premiers concernent nous-mêmes, les hommes, qui se déchirent et s’entre-tuent.

Cependant, l’homme est capable également de grandes actions, de grandes réalisations : la moindre maison que l’on bâtit, le moindre atelier d’artisanat, le plus petit puits, et bien sûr le beau palais avec son grandiose décor, la plus puissante citadelle, le plus vénéré des temples avec ses œuvres d’art consacrées, tout cela révèle notre aptitude à créer, à vivre, à laisser la trace de notre vie et de notre civilisation, que cette empreinte soit de notre part intentionnelle ou non. Cette capacité existe depuis toujours, depuis les grottes peintes et les silex taillés de la Préhistoire jusqu’aux mosquées de l’époque omeyyade en passant par les villes de l’âge du Bronze et les puissantes murailles de l’Antiquité classique. C’est dans notre nature même que de laisser une trace de notre passage : notre squelette, qui ne disparaît pas une fois en terre, atteste de ce que nous fûmes. Quelle que soit la situation politique de nos pays, notre passage sur terre est bref ; en dépit de cette brièveté, ce que nous créons nous survit, et peut ainsi témoigner.

Ces témoignages nous sont connus grâce aux musées qui exposent les œuvres d’art, et aux sites archéologiques, eux-mêmes de véritables musées à ciel ouvert, dépositaires de notre passé. Malheureusement, les « dommages collatéraux » les plus regrettables entraînés par les conflits, ce sont les ravages que subit ce patrimoine archéologique qui n’est pas épargné, loin s’en faut.

Les archéologues, qui dévoilent ces sites et leurs richesses, qui contribuent à écrire l’histoire, sont consternés et se trouvent impuissants face à ces situations contre lesquelles ils ne peuvent pas intervenir.

Le Proche-Orient, qui a toujours été terre de contrastes et d’échanges, montre particulièrement notre farouche volonté de création et de notre capacité à vivre ensemble, aussi difficile cette cohabitation soit-elle. De nombreuses civilisations, nées sur place ou venues d’ailleurs, se sont ici mêlées et ont donné naissance à de formidables œuvres d’art, d’architecture. L’ensemble de la région est un véritable creuset de ces témoignages si précieux de notre passé. Les noms de Bêl, Alexandre le Grand, Saladin, Damas, Alep, Mari, Palmyre, Apamée, Crac des Chevaliers, Byblos, Baalbeck, Sidon, Ur, Babylone, Phénicie, Mésopotamie, Euphrate, Hittites, Perses, Séleucides, Omeyyades… nous sont à tous familiers ; même si nous ne savons pas toujours précisément identifier ce qu’ils représentent, ils sont partie intégrante de notre histoire commune.

Malheureusement, l’histoire du Proche-Orient est également féconde en conflits de toutes sortes, y compris de nos jours : notre histoire contemporaine ne cesse de nous les imposer.

Au vu d’événements récents, il semble qu’une attitude menaçante, on ne peut plus alarmante, se développe contre le patrimoine archéologique commun à tous les hommes et, par-là même, contre l’humanité tout entière.

Avant le conflit: gestion, fouilles, conservation, mise en valeur

Au cours de notre histoire récente, loin des cabinets de curiosités des « antiquaires » des siècles précédents, le 20e siècle a développé un attrait croissant pour notre patrimoine archéologique, comme si l’on prenait davantage conscience de la nécessité de bien connaître notre passé pour mieux comprendre notre présent et entrevoir notre futur. À l’échelle internationale, des conventions destinées à protéger ces biens en dépit de toute frontière ont été mises en place : notamment celle de La Haye en 1954 et, en 1972, celle de l’Unesco, acceptée par la Syrie en 1975, ratifiée par le Liban en 1983. Dès 1947, Interpol publiait « la première notice sur des œuvres d’art volées »1.

Chaque pays a également donné naissance à ses propres législations ; les musées ont fleuri, les missions archéologiques se sont multipliées. Ainsi la Syrie, riche de près de six mille sites archéologiques répertoriés à ce jour, comptait en 2010 quelques cent vingt missions de fouilles, tant syriennes que de diverses autres nationalités. Depuis les années 1920, la direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAMS), une administration d’État, a pris en charge la gestion de l’ensemble des vestiges et des activités associées2 : des musées ont été ouverts, de nombreux gardiens recrutés pour protéger les sites archéologiques, des accès mis en place, des personnels spécialisés ont été formés et des architectes et ingénieurs se sont penchés sur les moyens de préserver l’ensemble de cet exceptionnel patrimoine archéologique d’une remarquable qualité.

Un certain nombre de missions archéologiques travaillant en Syrie ont très tôt, de leur propre initiative, monté des programmes de conservation et de restauration des vestiges3. De son côté, la DGAMS a décidé de ne plus accorder d’autorisation de fouille si un programme de préservation des bâtiments dégagés n’était pas associé à la demande de mission. En 2002 un programme international de grande ampleur4 a été mis en place, destiné à participer à la formation de cadres de la DGAMS à la préservation des vestiges archéologiques (objets, bâtiments, sites) ; dix-sept missions syro-européennes ont participé à ce vaste projet. C’est ainsi que j’ai eu la possibilité de mener une mission sur le site de Qalaat el Mudiq (voir encadré) qui domine la vallée de l’Oronte (à proximité de la ville de Hama). Il s’agissait de restauration de monuments et de fouilles archéologiques, avec formation de membres de la DGAMS à chacune des étapes réalisées.

On ne peut ici répertorier l’ensemble des actions menées en faveur du patrimoine archéologique au Proche-Orient ; on retiendra cependant que ces actions ont été à l’origine de la création de nombreux postes de fonctionnaires et de personnels associés, du développement des études archéologiques dans les universités, d’échanges avec un grand nombre de pays. De nouvelles générations se sont succédé, formant des historiens et des chercheurs de premier ordre. La transmission de notre histoire était assurée.

Pendant le conflit: destruction du passé, saccage de l’avenir

En temps de conflit, les efforts développés précédemment paraissent dérisoires. Parfois, le patrimoine culturel a pu être préservé, mais désormais les combattants ignorent tout ce qui ne représente pas leur combat et leur idéologie : les législations nationales sont méprisées ; les conventions internationales, dont les recommandations sont applicables par les pays signataires, ceux-là même qui se trouvent en situation de conflit, sont piétinées. Les menaces de sanctions après le conflit n’ont aucune efficacité : les vues à long terme n’existent plus, seuls importent l’instant, la cause défendue et le combat mené.

De nombreux sites archéologiques sont atteints par les violences ; les exemples qui suivent sont, hélas, loin d’être exhaustifs.

  • Des destructions ont souvent lieu par ignorance : des fosses béantes sont creusées pour installer des véhicules et du matériel ou, pour des raisons de logistique et tactiques, une route est creusée, un terrain jugé trop accidenté pour la circulation est arasé… sans savoir (ou sans se soucier de savoir) que les creusements sont opérés au beau milieu d’un site archéologique, ou que les reliefs aplanis sont en réalité des murs. Babylone a ainsi été en partie mutilée.
  • Les moyens les plus modernes peuvent induire des erreurs : des appareils de visée aérienne comme ceux employés en Irak, perçoivent des constructions qui affleurent sous terre ; dans l’urgence, on ordonne leur bombardement. Pour des yeux d’archéologue, cette construction de forme carrée, avec des lignes épaisses et des proéminences aux angles, est interprétée comme un fortin muni de tours d’angle, comme on en trouve notamment dans la steppe entre Syrie et Irak, semblable à ceux que l’archéologie aérienne nous montre depuis les années 1930…
  • L’absence des autorités, appelées à d’autres priorités que la protection des sites archéologiques, laisse libre cours à tous les vandalismes : les pillages se multiplient, provoquant des fouilles clandestines, les espaces autrefois « zones d’exclusion » de tout bâtiment moderne sont colonisés par des constructions sauvages, qu’il sera pratiquement impossible de déloger par la suite.
  • Lorsque les combats font rage c’est, bien entendu, l’urgence de la situation qui prime sur le patrimoine archéologique : sauver sa vie, déloger son ennemi. Tous les moyens sont alors bons, où que l’ennemi se soit réfugié. Nombreux sont les sites qui ont ainsi été atteints par des tirs ou des bombardements… comme Qalaat el Mudiq, parmi d’autres, en Syrie (voir encadré).
  • Par ailleurs, malheureusement il existe souvent chez les adversaires une volonté de détruire les vestiges ou les œuvres d’art, dans une confusion « image de l’autre = l’autre », ou pour imposer son idéologie, quelle qu’elle soit. Ainsi ont disparu les bouddhas de Bamiyan.
« Dommage collatéral » à Qalaat el-Mudiq (15 mars 2012)

« Dommage collatéral » à Qalaat el Mudiq (15 mars 2012) (source : Le patrimoine archéologique syrien en danger, extrait d’une vidéo postée sur Youtube)

Les musées ne sont pas épargnés, symboles à la fois de richesses et de décadence pour certains idéologues. Face au déchaînement de la violence, les responsables du patrimoine font « ce qu’ils peuvent comme ils peuvent » pour protéger les biens culturels : au Liban, le directeur des Antiquités et des Musées M. Chéhab est parvenu à préserver la majeure partie des œuvres du Musée national, tout au long de la guerre civile, tandis que l’ensemble des sites restait à l’abandon. En revanche, il arrive que les pays qui n’ont pas eu la possibilité de protéger efficacement leurs musées voient circuler, sur les « marchés parallèles », des œuvres d’art pourtant bien étudiées, répertoriées, voire déjà célèbres.

Un autre résultat dramatique des conflits, qui a des conséquences directes sur l’avenir et, aussi, sur le patrimoine archéologique, est la création de générations dont une partie est laissée-pour-compte. Parmi ces étudiants promis à un avenir si brillant, engagés dans l’avenir de leur pays avant le conflit, certains n’ont plus accès aux universités, fermées pour cause de guerre ; d’autres se retrouvent entraînés dans des causes et des combats, parfois durant des années, stoppant leurs études. Ce sont là des générations sacrifiées, sans formation, sans culture.

Après le conflit: «reconstruction»

Quand revient la paix, on tente de se reconstruire et de reconstruire son pays. Malheureusement, quand ce pays a été violemment atteint et que les générations sacrifiées se retrouvent sans travail ni qualification, quand le patrimoine archéologique est relégué à la dernière place après les urgences, bien compréhensibles, que sont les préoccupations basiques telles que « vivre, se nourrir et nourrir sa famille », les laissés-pour-compte n’ont pas la possibilité de reprendre une formation, et poursuivent leur lente chute.

De fait, en archéologie les postes se raréfient, les universités envisagent de fermer les formations concernées faute d’étudiants, les fouilles sont de moins en moins nombreuses : l’urgence, les intérêts, sont ailleurs.

Les sites archéologiques quant à eux ne connaissent pas de meilleur sort : ceux considérés comme étant de « moindre importance » par les « décideurs », c’est-à-dire ceux qui n’attirent pas le tourisme ni les devises ou qui sont « mal situés », ne sont volontairement plus entretenus, laissés en friche et sujets à une dégradation certaine, de sorte que, à l’exception des spécialistes ― les archéologues ― personne n’y voit d’intérêt. À tel point que, au bout de quelques temps, lorsqu’un projet immobilier se manifeste pour un terrain sur lequel se trouvent des vestiges archéologiques, même s’ils sont de première importance pour l’histoire, l’archéologue a le plus grand mal à faire entendre sa voix : en effet, qui peut bien être intéressé par trois cailloux et des mauvaises herbes, où il n’y a rien à voir ? L’archéologue devient l’empêcheur de reconstruire son pays, pour quelques murs déjà fouillés, enregistrés et photographiés. Ainsi en va-t-il aujourd’hui de l’hippodrome romain de Beyrouth, entre autres.

Après le conflit, pour beaucoup la « reconstruction » signifie « construire de nouveaux immeubles » et « s’enrichir ». Malheureusement, lorsque la finance domine sur la culture, le patrimoine archéologique est en danger, autant, sinon plus, qu’en période de conflit.

Il en va de notre avenir

L’archéologie, science « des civilisations anciennes réalisée à partir de l’étude des vestiges matériels d’une activité exercée par les hommes »5, peut être considérée comme notre principale source de connaissance de… nous-mêmes. On pourrait presque dire que nous lui devons tout de notre identité. C’est grâce à elle que nous savons qui nous sommes, d’où nous venons, grâce aux connaissances qu’elle nous fournit6 que nous avons appris à nous construire. Les ouvertures vers l’avenir qu’elle nous offre sont immenses.

Le patrimoine archéologique est l’un des principaux instruments dont nous disposons pour nous transmettre notre histoire et donner des repères aux générations futures.

Cette histoire, ce patrimoine, n’appartiennent à personne en particulier, mais à tous : ce sont les nôtres, sans distinction de nos origines ni de nos religions, sans dérive nationaliste. Ce qu’on appelle le « patrimoine de l’humanité ».

Notre devoir est de le préserver.

Un homme sans passé est un homme manipulable, un pays n’ayant aucune politique sur le long terme est un pays susceptible de sombrer davantage dans les conflits.

Sans passé, un homme, un pays, sont sans patrimoine, sans culture, sans identité : perdus pour l’avenir.

Qalaat el Mudiq, un site archéologique sacrifié

Le tell de Qalaat el Mudiq, dominant la ville d’Apamée de l’Oronte, est un promontoire constitué de 22 m d’accumulations de vestiges archéologiques. À la base se trouvent des niveaux de la période néolithique (9e-5e millénaires av. J.-C.) ; l’essentiel des accumulations remonte à l’âge du Bronze (3e-2e mill. av. J.-C.). Au sommet, des fortifications hellénistiques ont été bâties vers 300 av. J.-C., puis recouvertes par les murailles de la période médiévale dont les vestiges aujourd’hui visibles appartiennent à l’époque ayyoubide (12e-13e siècles). Enfin, des habitations se sont installées dans la zone protégée par l’enceinte ainsi que dans les tours, formant un village toujours occupé aux maisons serrées et aux ruelles étroites : les murailles médiévales sont couronnées de constructions actuelles.

Le village installé dans l’enceinte de Qalaat el Mudiq, en 1936. Photo Armée du Levant © IFPO.

Le village installé dans l’enceinte de Qalaat el Mudiq, en 1936. Photo Armée du Levant © IFPO.

Lors de l’hiver 2002-2003, le site a connu des glissements de terrain sur ses pentes, en raison de violentes intempéries qui ont entraîné des dommages sur un glacis médiéval ainsi que des mouvements du sous-sol, qui est particulièrement instable. En 2004, après plusieurs études de la part de la DGAMS, une mission d’urgence a été créée sous son égide et sous celles de l’Union européenne et de l’Institut français du Proche-Orient. Elle était dirigée par Sh. Al Shbib (DGAMS) et M. Gelin (Ifpo), archéologues spécialisés sur les villes et fortifications antiques, et se composait également de B. Michaudel, spécialiste de castellologie médiévale, J.-C. Bessac (CNRS), spécialiste de l’architecture en pierre, S. Zugmeyer, architecte spécialisée dans la restauration des monuments historiques, M. Hijazi (DGAMS), ingénieur, M. Al Heib (École des Mines), spécialiste de la stabilité des sous-sols, P. Courbon, topographe, H. David-Cuny (Ifpo), dessinatrice, A. El Bouch et A. Abou Arraj (DGAMS), topographes, E. Qaïmé et I. El Ali (DGAMS), stagiaires. La mission a également bénéficié des expertises d’E. Al Ejji (DGAMS), ingénieur, M. Al Maqdissi (DGAMS), céramologie de l’âge du Bronze, S. Elaigne (CNRS), céramologie hellénistique et M.-O. Rousset (CNRS), céramologie médiévale.

Qalaat el Mudiq, la tour 5 depuis l’est, en cours de travaux en 2004

Qalaat el Mudiq, la tour 5 depuis l’est, en cours de travaux en 2004. © Mission franco-syrienne de Qalaat el Mudiq-citadelle d’Apamée.

Les objectifs de la mission étaient de consolider et de restaurer une imposante tour médiévale bâtie en pierre de taille, déstabilisée ; les travaux se sont étendus aux courtines qui lui sont liées, ainsi qu’à une partie des murailles situées de part et d’autre de l’entrée du village. Enfin, les fouilles archéologiques préalables ont permis de mettre au jour une partie des fortifications hellénistiques, confirmant le rôle de cette place-forte comme citadelle défendant la ville d’Apamée bâtie par les Macédoniens.

Le 25 janvier 2006, la DGAMS présentait à l’UNESCO une liste demandant le classement de plusieurs sites archéologiques de Syrie, sur laquelle figurait Qalaat el Mudiq7.

En 2012, des destructions dues à des bombardements et autres tirs ont atteint une partie des fortifications médiévales, y compris la tour restaurée en 2004. Une voie a été creusée au bulldozer sur les flancs du tell, dans les niveaux archéologiques, menaçant, à terme,  l’ensemble de la stabilité du site.

Bibliographie

Qalaat el Mudiq

M. Gelin, « Qalaat el Moudiq, citadelle d’Apamée de l’Oronte. Résultats des travaux de 2004 », in Programme de formation à la préservation du patrimoine culturel syrien, Damas, 2007 (Documents d’Archéologie syrienne 11), p. 357-382 (version arabe p. 383-399).

P. Dangles, « La refortification d’Afamyya-Qal’at al-Mudiq sous le sultanat ayyoubide d’Alep (fin XIIe-mi XIIIe siècle) », in La fortification au temps des Croisades, J. Mesqui, N. Faucherre, N. Prouteau éd., Rennes, PUR, 2004, p. 189-204.

D. Collon, C. Otte, M. Otte, A. Zaqzouq, Sondages au flanc sud du tell de Qala’t el-Mudiq (néolithique, chacolithique, bronze ancien), 1970, 1972, 1973, Bruxelles, 1975 (Fouilles d’Apamée de Syrie, Miscellanea 11).

D. Collon, A. Zaqzouq, « Céramique des carrés A1 et B1 ouverts au flanc du tell en 1970 et 1971 », in  Apamée de Syrie, bilan des recherches 1969-1971, Bruxelles, 1972 (Fouilles d’Apamée de Syrie, Miscellanea 7), p. 65-78.

À paraître dans Studia Orontica :

J.-C. Bessac, M. Gelin, « À propos des marques lapidaires des fortifications médiévales de Qalaat el Mudiq, citadelle d’Apamée de l’Oronte ».

P. Courbon, « Qalaat el Mudiq, étude géomorphologique préliminaire ».

Le patrimoine archéologique et les conflits

Conventions internationales

Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, 1954, et protocole de 1999 :

Convention Unesco concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, 1972 : http://whc.unesco.org/fr/conventiontexte

Recherche des œuvres volées

http://www.interpol.int/fr/Internet/Criminalité/Œuvresdart/Œuvresdart

Syrie

Le patrimoine archéologique syrien en danger : http://www.facebook.com/Archeologie.syrienne

Appel de la directrice générale de l’Unesco : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27897&Cr=Syrie&Cr1

Trésors archéologiques syriens : le cri d’alarme : http://www.lorientlejour.com/category/À+La+Une/article/753511/Tresors_archeologiques_syriens_%3A_le_cri_d%27alarme.html

Liban

À Beyrouth, hippodrome romain et cales phéniciennes, plusieurs articles dans  http://www.lorientlejour.com/ et http://libnanews.com/


Pour citer ce billet : Mathilde Gelin, « Le patrimoine archéologique, dommage collatéral », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 27 avril 2012. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/3355


Mathilde Gelin est archéologue, chercheur au CNRS, membre de l’Ifpo depuis 2010. Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/mathilde-gelinBillets écrits pour les Carnets de l’Ifpo
 
  1. Page d’accueil de la rubrique « Œuvres d’art » du site internet d’Interpol (voir encadré « Le patrimoine archéologique et les conflits »). []
  2. M. Gelin, L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du mandat (1920-1946). Histoire et organisation, Paris, Geuthner, 2002. []
  3. Ebla, mission italo-syrienne, Mari, mission franco-syrienne, parmi d’autres []
  4. Dans le cadre des accords bilatéraux MEDA II, entre la Syrie et l’Union européenne. J. Abdul Massih éd., Programme de formation à la préservation du patrimoine syrien, Damas, 2007 (Documents d’Archéologie syrienne 11). []
  5. Définition en partie extraite du dictionnaire Larousse de la langue française, version en ligne : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/archéologie []
  6. Ainsi, bien entendu, que les écrits anciens… qui parfois ont pu être découverts au cours de fouilles archéologiques. []
  7. B. Jamous, L. Qtefan, Sites of the World Cultural Heritage in Syria, Damas, 2012, p. 24. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. C Pieri dit :

    Merci Mathilde pour ce billet nécessaire, indispensable même, pour rappeler qu’un homme sans passé est un homme sans avenir, et que la mémoire, comme l’instruction – au sens le plus noble du terme, même si cela doit sentir un peu sa Troisième République – sont les meilleurs garants contre la dictature des esprits, qu’elle soit politique ou culturelle. J’ai visité Qalaat al-Mudiq en 1992 seule, à l’époque où il n’y avait encore à Apamée que les panneaux datant de l’époque des Français, c’était l’époque bénie où le Guide du Routard n’existait pas encore, et on visitait la Syrie avec de mauvaises cartes bien imprécises glanées à l’ambassade. J’ai encore le souvenir des fûts de colonnes renversées émergeant des blés verts… J’avais ensuite parcouru toute la ville suivi par des dizaines de gosses, et on n’entendait que le bêlement des moutons et les aboiements des chiens de berger. C’était, comment dire, « biblique ».
    Quelle tragédie.

  1. 29/04/2012

    […] scoop.it : culture-innovation-et-autres-tracas (ifpo.hypotheses.org) […]

  2. 07/05/2012

    […] => lire la suite […]