Une promenade entre les tombes à Mar Mitr : considérations archéologiques

3 avril 2012
Par
Cimétière de Mzar Mitr

Cimetière de Mar Mitr (photo J.-S. Baldi)

Parmi Les cités invisibles d’Italo Calvino, Melania, Adelma, Eusapia, Argia et Laudomia témoignent du rapport entre la ville et les morts : des relations concernant à la fois l’osmose démographique entre les deux mondes, les liens sociaux qui se nouent des deux côtés, et les connexions physiques, d’ordre symétrique, renversé, ou de simple continuité. Mar Mitr (Saint Dimitri) à Achrafieh (Beyrouth), comme tout cimetière, tient quelque chose de chacune de ces cités.

Que la perspective soit photographique, historique, environnementale ou archéologique, les lieux, en eux-mêmes, ne se dévoilent pas sans une médiation1, un élément d’engagement matériel et émotif qui permette de se les approprier : une caméra, un carroyage topographique, un souvenir, une explication, la beauté lancinante du sourire de quelqu’un qui nous accompagne2. À Mar Mitr, l’introduction à l’histoire de la communauté orthodoxe de Beyrouth ne se fait ni par des panneaux, ni par des guides, ni par l’aspect sombre de beaucoup de cimetières de la même époque, à l’esthétique proche du romantisme maniéré des Chants d’Ossian ou de l’Île des morts de Böcklin. Pour celui qui s’y promène pour la première fois, les épitaphes qui retracent les fréquents liens de parenté entre les titulaires des tombes et l’onomastique de tradition grecque assez répétitive créent, plutôt, l’impression d’une version libanaise de l’Anthologie de Spoon River d’Edgar Lee Masters, étalée sur presque deux siècles de vie d’une communauté beyrouthine.

Cimétière de Mar Mitr

Cimetière de Mar Mitr (photo J.-S. Baldi)

Comme dans n’importe quel lieu, l’histoire, bien que sédimentée, n’est pas véritablement intelligible dans un cimetière. L’implantation des filatures de soie, les modalités de l’essor des familles Fayyad, Bustros ou Khouri, les rapports de parenté des Sursock avec la grande bourgeoisie marchande de Gènes, de Naples et d’Europe continentale, les initiatives éditoriales de Gébrane Tuéni, le style détaillé, élégant et courageux de Samir Kassir, les positionnements politiques des différents personnages et groupes familiaux ne sont pas lisibles à Mar Mitr. En ce sens, Mar Mitr, comme tout cimetière, comme tout autre lieu, est aussi un site archéologique ou, au moins, un terrain qui peut aussi être appréhendé par une approche archéologique. Encore une fois, il s’agit d’un problème de médiation entre l’information stockée et son exploitation3. Et l’information ne concerne pas que le passé du site. L’abside de la chapelle qui a précédé le sanctuaire actuel, les sarcophages antiques repérés in situ et les structures qui datent de la colonie de Berytus ne représentent que le potentiel archéologique de l’endroit physique où se trouve le cimetière4. Mais une sensibilité ou une approche archéologique ne sont pas applicables qu’au passé que tout lieu garde enterré dans ses entrailles. D’ailleurs, il pourrait sembler discutable ou inutile de regarder un cimetière moderne avec une perspective archéologique. Mais, dépouillée de son contenu idéologique, moderniste et occidentale, la qualification « moderne » renvoie à la signification qu’elle avait pour Shakespeare et ses contemporains, lorsqu’ils l’utilisèrent pour la première fois vers la fin de la Renaissance dans le sens d’« ordinaire », « quotidien », « de tous les jours ». L’archéologie est justement la discipline qui s’intéresse à la matérialité banale, ordinaire, de la vie de tous les jours aux différentes époques. Et l’intérêt archéologique pour les pratiques funéraires est un corollaire des innombrables usages culturels liés à l’expérience universelle de la mort.

Cimetière de Mar Mitr

Cimetière de Mar Mitr (photo J.-S. Baldi)

Un cimetière est un pacte scellé par une communauté avec la terre et un territoire, reflet et continuation des clivages, des liens et des rapports internes à la communauté même. Une nécropole séparée de l’habitat et organisée selon un ordre spatial et hiérarchique n’est pas un simple rassemblement de sépultures, mais la manifestation des équilibres et de l’évolution d’une société  durablement enracinée dans l’espace. Au-delà des études d’anthropologie physique et culturelle, le regard que l’archéologie sociale porte sur les « cités des morts » pour mieux comprendre les relations internes aux « cités des vivants », peut s’appliquer à une nécropole ancienne ou encore en fonction. Depuis l’apparition des cimetières au 5e millénaire avant J.-C. en Mésopotamie et (avec des modalités différentes et plus incertaines) au Levant chalcolithique, l’approche archéologique implique un schéma théorique de « social agency » ou d’interaction sociale parmi les morts comme support destiné à reconstruire les dynamiques et la configuration organisationnelle des vivants du passé. Les différences et les changements que les archéologues distinguent dans l’ordonnancement des tombes, les abandons, les reconstructions, les offrandes, les typologies et la richesse du mobilier associé représentent autant d’indices de transformations des agrégations et des groupes humains, qui font l’objet d’une définition performative et changeante5. À Suse, Tell Abada ou Eridu dans le Sud mésopotamien, malgré l’absence de données événementielles, la centralisation des inhumations indique l’institutionnalisation d’identités communautaires liées à des endroits spécifiques. De même, la répartition spatiale souligne les liens de dépendance entre groupes différents, ainsi que l’émergence de certains aux dépens des autres. En Mésopotamie septentrionale, à Tell Ziyada, Kashkashok ou Tepe Gawra6, la même hiérarchisation sociale se manifeste par une diversification des tombes et des pratiques de plus en plus complexes. Dans le Levant du 5e millénaire, à Azor, Hadera ou Shiqmim7, parallèlement à des traditions plus privées comme les sépultures sous le sol des maisons ou dans des grottes, les tumulus, les dolmens, les inhumations secondaires et les cercles de tombes, regroupés dans la dimension publique des cimetières, témoignent des variations du tissu social en train de s’organiser sous le pouvoir de « chefferies » ou de grands lignages.

De la même manière, par le biais d’un regard et d’un récit archéologiques, Mar Mitr peut raconter les phases marquantes et les vicissitudes de la communauté orthodoxe de Beyrouth. Dès l’occupation égyptienne des années 1830, la fondation du sanctuaire et du cimetière exprime l’importance d’une conscience communautaire qui a ensuite profité des tanzimat ottomanes et du renouvellement urbain. Les ciboires, les marbres, les décors éclectiques, l’esthétique de goût européen entre Néoclassicisme et Art nouveau, indiquent l’importance de la pénétration européenne sur les plans politique et culturel. La monumentalité de certains tombeaux et mausolées témoignent de l’avènement du capitalisme marchand et de l’essor de quelques familles. La standardisation des tombes qui datent des années 60 et 70 montre l’homogénéisation de la bourgeoisie moyenne entre l’Indépendance du Liban et le début de la guerre civile8. Les centres commerciaux et les grands immeubles récents qui assiègent l’enclos, ainsi que les travaux encore en cours pour la construction des loges et des sombres échafaudages en béton qui couvrent les tombes du côté sud-est expriment de manière poignante l’essor actuel de l’immobilier à Achrafieh et les difficultés de préservation du patrimoine urbain.

Cimetière de Mar Mitr

Cimetière de Mar Mitr (photo J.-S. Baldi)

Mar Mitr est un contexte dont il est possible de reconstruire l’histoire par des textes écrits. Ni à Mar Mitr, ni ailleurs, l’archéologie ne peut se substituer à d’autres moyens d’étude, mais elle peut s’appliquer aux sites de n’importe quelle époque, car l’archéologie n’est pas qu’une discipline historique, elle est surtout un procédé visant à la production de mémoire. Malgré l’aspect paradoxal de l’application d’une pratique de mémoire à des endroits comme les cimetières, appelés à perpétuer le souvenir, toute nécropole ancienne montre les limites chronologiques et spatiales des mémoires humaines. Mar Mitr et les cimetières actuels sont des « mnemotopoi »9, lieux qui résument et fondent matériellement la mémoire collective d’un groupe ou d’une communauté, comme l’ont été les nécropoles chalcolithiques, avant de devenir des « lieux d’abjection »10, ensevelis par la végétation, effacés par les agents atmosphériques, cachés par des constructions successives. Dans tout cimetière, même le plus récent, à côté des plaques, des tumulus et des monuments qui représentent la culture matérielle de la mémoire, il y a des couronnes de fleurs séchées, des pierres tombales brisées, des offrandes abandonnées – les traces de la culture matérielle de l’oubli. L’aspect monumental des tombes est un moyen ancestral de s’opposer à l’oubli et de l’exorciser : une tentative de résilience contre le traumatisme de la mort. Le recours au monumental vise à faire rester les choses telles qu’elles sont, à les éterniser, à produire l’apparence lumineuse de l’histoire en fabricant un héritage culturel et mémoriel à préserver11. L’archéologie, au contraire, opère avec « ce qui reste »12 et rend les choses publiques : elle travaille sur l’oubli, la déconstruction, les traumatismes, les fragments perdus, les silences d’un quotidien ordinaire. Elle change les choses et leur ordre, en produisant des mémoires par la reconstitution des connexions temporelles et spatiales13 Le résultat ne correspond pas à une « mémoire historique », expression souvent perçue et considérée comme antinomique14, mais plutôt à une mémoire publique et matérielle, où les monuments occupent une place, au même titre qu’un bouquet de fleurs, la translation d’une sépulture ou une plaque commémorative abandonnée.

En toute probabilité, les études urbaines et sociologiques suffisent à documenter l’histoire et la matérialité de Mar Mitr. Cependant, une mémoire, pas forcément conciliatoire, matérielle, impitoyable et publique, manque cruellement dans le Liban contemporain. Et les bâtiments ébranlés par les guerres, les restes d’un patrimoine rarement partagé par les communautés, les lieux de vie et de mort des familles et des individus, les traces d’une infinie cruauté intercommunautaire et d’une reconstruction perpétuelle et tumultueuse sont des matériaux archéologiques inexploités, aux connexions souvent encore à retracer. Dans la protohistoire ou le passé en général, l’archéologie funéraire cherche et documente, dans les « cités des morts », ce qui reste des modalités organisationnelles des villages et des cités des vivants. De la même manière, en travaillant sur ce qui reste, à Mar Mitr ou dans d’autres sites contemporains, l’archéologie pourrait contribuer à une résilience encore difficile pour la Beyrouth des vivants.

Bibliographie

Assman, Jan, 1992 : Das Kulturelle Gedächtniss, Munich, C. H. Beck.

Davie, May, 2007 : « Saint-Dimitri, un cimetière orthodoxe de Beyrouth », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 114/4, p. 29-42. [En ligne] http://abpo.revues.org/457

Dolf-Bonekamper, Gabi, 2002 : « Sites of hurtful memory », Conservation : The Getty Conservation Institute Newsletter 17/2, p. 4-10.

González-Ruibal, Alfredo, 2008 : « Time to Destroy. An Archaeology of Supermodernity », Current Anthropology 49/2, p. 247-279.

Halbwachs, Maurice, 1941 : La topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte. Étude de mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France [rééd. 1971].

Jidejian, Nina, 1973 : Beirut through the Ages, Beirut, Dar el-Mashreq.

Joffe, Alexander H., 2003 : « Slouching toward Beersheva: Chalcolithic Mortuary Practices in Local and Regional Context », in Alpert Nikhai, Beth (ed.), The Near East in The Southwest, Essays in Honor of William G. Dever, Boston (Ma), American Schools of Oriental Research (Annual of the American Schools of Oriental Research, 58), p. 45-67.

Joyce, Rosemery A., 2002 : The languages of archaeology: Dialogue, narrative and writing, Malden and Oxford, Blackwell.

Latour, Bruno, 2005 : Reassembling the Social, Oxford, Oxford University Press.

Lund, Katrína Anna et Benediktsson, Karl, 2010 : « Introduction. Starting a Conversation with Landscape », in Benediktsson, Karl et Lund, Katrína Anna (eds.), Conversations with Landscape, Ashgate Publishing, Farnham and Burlington, (Anthropological Studies of Creativity and Perception), p. 1-12.

Nora, Pierre, 1984 : « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux », in Nora, Pierre (éd.), Les Lieux de Mémoire I. La République, Paris, Gallimard, p. xv-xlii.

Olivier, Laurent, 2008 : Le sombre abîme du temps. Mémoire et Archéologie, Paris, Seuil.

Peasnall, Brian L., 2002 : « Burials from Tepe Gawra, Levels VIII to XIA/B », in Rothman, Mitchell S. (ed.), Tepe Gawra: The Evolution of a Small Prehistoric Centre in Northern Iraq, Philadelphia, University of Pennsylvania Museum Publications, p. 171-234.

Shanks, Michael, 2001 : « Culture / Archaeology », in Hoder, Ian, (ed.), Archaeological Theory Today, Oxford, Polity, p. 284-305.

Witmore, Christopher, 2004, « Four archaeological engagements with place: mediating bodily experience through peripatetic video », The Visual Anthropology Review 20/2, p. 57-72.


Pour citer ce billet : Johnny Samuele Baldi, « Une promenade entre les tombes à Mar Mitr : considérations archéologiques », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 3 avril 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3298


En savoir plus sur l’auteur : http://ifporient.org/johnny-samuele-baldi


Notes

  1. En ce qui concerne la pratique archéologique, Witmore (2004) offre une analyse critique des moyens généralement bidimensionnels et visuels (plans, images, photos, cartes, etc.) employés pour appréhender les espaces physiques. []
  2. Pour Lund et Benediktsson (2010, p. 7) la « conversation » et donc le rapport interactif avec un lieu ne peut se produire sans une perception autre que strictement physique et qui touche de quelque manière aux sentiments. []
  3. Joyce (2002) explore les passages logiques et analytiques permettant à l’archéologue de « traduire » en récit historique les éléments informatifs sédimentés dans le terrain. []
  4. Jidejian 1973 []
  5. Voir Latour (2005, 34) – « There is no groups, only groups formation ». []
  6. Peasnall 2002. []
  7. Joffe 2003. Dans tout le Levant, le Chalcolithique marque le passage entre la tradition des inhumations néolithiques in situ et les nécropoles extra muros du Bronze Ancien I. []
  8. Davie (2007) retrace cette histoire à travers un parcours entre les tombes de Mar Mitr. []
  9. Terme utilisé pour la première fois par Assmann (1992) sur la base du concept élaboré par Halbwachs (1941). []
  10. Au sens archéologique de la notion mobilisée par González-Ruibal (2008, p. 254). []
  11. Voir, par exemple, Dolf-Bonekamper (2002) pour une approche critique à ce type de monumentalisation de la mémoire. []
  12. Shanks (2001). []
  13. Olivier (2003). est parmi ceux qui ont développé plus profondément l’analyse sur la connexion entre archéologie, psychologie et production de mémoire : l’analogie entre pratiques qui cherchent ce qui est caché en profondeur pour le faire ressortir n’est pas qu’une simple métaphore. []
  14. Bien évidemment, la mémoire, personnelle ou collective, représente un matériau fondamental pour la reconstruction historique, à utiliser et passer au crible d’une approche critique au même titre que toute autre source ou archive. Nora (1984), par exemple, perçoit les notions de mémoire et d’histoire comme deux pôles quasiment opposés en ce qui concerne le récit du passé : la partialité de la mémoire et l’aspiration à l’objectivité de l’historiographie comportent des connotations, des finalités et des modalités narratives différentes. []

imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Sujet, Archéologie, Période, Contemporain, Pays, Liban

Les commentaires sont fermés.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens