Le printemps des classiques arabes en ligne : le Guide de la littérature arabe médiévale et classique-sur-web de Katia Zakharia

Abû Zayd à la bibliothèque de Basra (Makamat de Hariri, Paris, Bnf, Arabe 5847, f. 5v, detail)

Abû Zayd à la bibliothèque de Basra (Makamat de Hariri, Paris, Bnf, Arabe 5847, f. 5v, detail)

À l’initiative de J.-F. Legrain, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée propose, entre autres ressources en ligne, les « Guides de la recherche-sur-Web ». Inaugurée en 2001, la série – dont certains titres sont devenus des classiques – comporte désormais une douzaine de guides, répartis en général par pays. Avec la nouvelle contribution, la collection prend un tour nouveau puisque Katia Zakharia propose, aux étudiants et aux chercheurs, un panorama disciplinaire, avec son Guide de la littérature arabe médiévale et classique-sur-web.

L’initiative doit être d’autant plus saluée qu’elle s’inscrit dans un univers disciplinaire qui donne encore très souvent l’impression d’être davantage en phase avec le monde des « cabinets savants » que celui des nouveaux horizons numériques. Pour toutes sortes de raisons sans doute, parmi lesquelles figurent en bonne place les difficultés, très réelles, qu’a rencontrées l’informatisation de la langue arabe et que l’auteure évoque dans cette brève publication (34 pages) en mentionnant les difficultés propres à la numérisation des textes, en particulier pour ce qui concerne le domaine de la reconnaissance optique des caractères (OCR). Confrontée à des textes présentés dans bien des cas sur des formats peu utilisables (c’est-à-dire en mode image et sans possibilité de recherche en texte intégral), la communauté des chercheurs que la numérisation de la littérature arabe ancienne devrait en principe intéresser fait preuve d’autant moins d’empressement à utiliser les ressources disponibles en ligne qu’elles se présentent comme un maquis serré de données sans la moindre organisation ni hiérarchie. Faute de méthode, l’extrême abondance des textes – pour toutes sortes de raisons que Katia Zakharia évoque rapidement – rend paradoxalement la tâche particulièrement difficile, en tout cas pour le chercheur un tant soit peu exigeant.

C’est précisément ce qui fait l’intérêt de cette présentation qui ne prétend pas à une exhaustivité bien entendu impossible et qui se propose, très lucidement, d’offrir quelques clés qui n’en seront pas moins très utiles à bien des lecteurs-internautes, qu’il s’agisse de chercheurs chevronnés, dont la longueur du parcours scientifique est souvent inversement proportionnelle à leur savoir-faire numérique, ou bien au contraire de jeunes étudiants débutants, parfaitement à l’aise avec le monde de l’Internet mais en revanche beaucoup moins adroits à démêler les subtilités des approches méthodologiques. Plutôt que de prétendre présenter toutes les sources disponibles, Katia Zakharia a donc préféré rendre davantage possible l’exploitation d’une forêt de ressources à la densité rarement soupçonnée en présentant sans fard les limites et même les risques d’une utilisation trop naïve et orientant le lecteur vers les sites les plus utiles à la démarche universitaire et scientifique.

Excluant les sources secondaires (revues, encyclopédies, articles et ouvrages en ligne…), le Guide de la littérature arabe médiévale et classique-sur-web déborde toutefois le seul domaine des sources primaires (littéraires et civilisationnelles) en incluant la présentation de quelques sites offrant en ligne ces ressources aussi utiles que sont les dictionnaires, le corpus coranique avec ses différentes traductions, ses commentaires, les convertisseurs de date, les ressources grammaticales, etc. Quelques sites par conséquent, mais bien assez pour convaincre le lecteur – sauf lors s’il est déjà un habitué de ces carnets de recherche en ligne ! – de la fertilité de l’approche numérique, y compris pour des disciplines qui appartiennent en apparence à un autre univers, aussi bien géographique que temporel et linguistique. À travers sa présentation très détaillée d’un site tel que Alwaraq, Katia Zakharia met très bien en évidence comment les ressources informatiques actuelles ne se contentent pas de faciliter la tâche des chercheurs mais comment elles transforment en réalité leurs pratiques en permettant toutes sortes d’enquêtes sur des textes en définitive renouvelés, ou encore « revivifiés » pour reprendre un terme cher à cette littérature, par leur numérisation dans ce qui n’est pas seulement une bibliothèque, fut-elle virtuelle, mais une immense base de données textuelles.

Copie d’écran du site al-Waraq

Copie d’écran du site Alwaraq

Grâce à l’initiative de sites tels qu’Alwaraq (mais il en est bien d’autres que le lecteur découvrira par lui-même), la littérature arabe médiévale et classique est bel et bien en train de connaître, sur Internet, son printemps !

Référence bibliographique : Katia Zakharia, Guide de la littérature arabe médiévale et classique-sur-Web, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Lyon, février 2012. [En ligne] http://www.mom.fr/guides/litterature.pdf (fichier PDF, 500 ko, 34 pages, mis en ligne le 17 février 2012).


Pour citer ce billet : Yves Gonzalez-Quijano, « Le printemps des classiques arabes en ligne : le Guide de la littérature arabe médiévale et classique-sur-web de Katia Zakharia », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 mars 2012. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/3264



Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Eric Verdeil dit :

    quand tu fais de la science, c’est sur les carnets de l’IFPO. Et qd c’est de la culture, c’est sur CPA?
    Je viens justement de parler des ressources remarquables rassemblées par Jean-François Legrain dans mon dernier billet : L’Equipex du CLEO et les perspectives de l’édition numérique : un regard lyonnais (http://rumor.hypotheses.org/2371)

    • Yves Gonzalez-Quijano dit :

      J’essaie de ne pas trop phagocyter les carnets de l’Ifpo, dont l’aspect « pluri » (disciplinaire, méthodologique, thématique…) me paraît être une des grandes vertus ! Et puis il y a des sujets pour lesquels, de fait, j’hésite davantage à impliquer la responsabilité de l’institution qui m’héberge ! C’est d’ailleurs un point sur lesquels les « carnetiers » pourraient mettre en commun leurs expériences et réflexions : y a-t-il d’éventuelles formes d’auto-censure ? Le format électronique modifie-t-il les règles (souvent tacites) de la bienséance académique ? Cela pourrait faire l’objet d’un atelier intéressant… Ou d’un billet !

  1. 19/03/2012

    […] ont influencé l’Occident, Paris, Les liens qui libèrent, 2001. [↩]Voir à ce sujet ce billet sur les Carnets de l’Ifpo. [↩]http://arz.wikipedia.org/wiki/> [↩]M. Doss, […]