Dans le dédale des papyri médiévaux : repères pour l’utilisation des bases de données papyrologiques diffusées sur Internet

Março 5, 2012
By
P.Cair.Arab. III 161 - Papyrus fiscal bilingue (arabe et grec)

P.Cair.Arab. III 161. Egyptian National Library (Inv. no. 336). Papyrus fiscal bilingue (arabe et grec), 91H/710

Pour les études arabes médiévales, les papyri grecs, coptes et arabes rédigés après la conquête de l’Égypte sont une source riche d’informations. Ils peuvent être l’outil d’une meilleure connaissance de la vie quotidienne, de la fiscalité, du commerce, de l’administration, des pratiques juridiques, mais également des relations sociales ou de la liturgie. Ces documents ont principalement été découverts en Égypte. Si les données qu’ils fournissent sont cruciales à la compréhension de l’Égypte au début de la période islamique, elles n’en demeurent pas moins également intéressantes pour d’autres territoires, comme le Bilād al-Šām ou l’Ifrīqiya, qui entretiennent d’étroites relations commerciales, administratives et militaires avec cette région.

Quoique ces documents fournissent des données souvent inédites dans le reste de la documentation écrite, les historiens puisent pourtant encore assez peu dans ce type de source. Le fait que les papyrologues – contrairement aux paléographes, par exemple – ne se contentent plus seulement d’éditer les textes, mais procèdent désormais à leur analyse historique, peut en partie expliquer ce phénomène. D’un point de vue pratique, il est par ailleurs difficile, pour les non-spécialistes, d’accéder à des textes matériellement éparpillés, et dont les éditions et traductions ont été publiées dans des ouvrages parfois anciens et, souvent, dans des formes éditoriales variées. Les éditions et traductions éventuelles sont en effet publiées dans des monographies ainsi que dans des revues ayant trait à la période médiévale, à l’histoire de l’économie ou de la justice par exemple, et sont donc parfois difficiles d’accès. Les papyri originaux, véritables reliques, sont par ailleurs conservés aussi bien dans des musées ou des bibliothèques, que dans des collections privées.

Dans ces conditions, Internet constitue un formidable outil de diffusion et différentes institutions ont entrepris la réalisation de bases de données, aujourd’hui mises en ligne, facilitant ainsi l’exploitation de cette documentation particulièrement fournie. Toutefois, les centres d’études étant nombreux et les domaines de rattachement variés, les premières bases de données étaient spécialisées et classées par langues, domaines d’étude, corpus, ou institutions. Leur regroupement est en cours. Perdue dans un premier temps dans les dédales des sites dédiés à la papyrologie arabe, copte ou grecque, j’ai souhaité regrouper ici plusieurs des liens internet indispensables à l’historien du monde arabe médiéval. Il est en effet parfois difficile de se retrouver dans les longues listes de liens proposées par certains sites comme celui de l’Association Internationale de Papyrologues (AIP). Il est souvent nécessaire d’ouvrir un à un les liens pour repérer, évaluer et trier les plus pertinents. Pour tenter de faciliter l’accès des non-spécialistes à la documentation papyrologique, je me propose de présenter les outils qui me paraissent les plus utiles car les plus efficaces et les plus pratiques. Trois sites sont essentiels et donnent accès à un large panel de documents : le Advanced Papyrological Information System (APIS), la banque de données des textes coptes documentaires et la Arabic Papyrologic Database (APD).

Advanced Papyrological Information System (APIS)

Advanced Papyrological Information System (APIS)

La base de données APIS regroupe, au sein d’une même base, différentes collections, conservées principalement dans des départements spécialisés d’universités (universités du Michigan, de Princeton ou d’Oslo, par exemple) et de musées (British Museum ou Musée Égyptien du Caire). Pour chaque document sont précisées la datation, la localisation et la description physique du support. Certains sont accompagnés d’une illustration et d’autres sont même parfois dotés d’une traduction. Le thème du texte est résumé par mots-clefs. Tous ces éléments autorisent, outre une recherche par nom de document, des recherches par période, par région, par personnage ou par thème. Des textes non publiés ont également été référencés, avec une description sommaire. Les institutions propriétaires peuvent être contactées pour plus de renseignement. L’APIS est particulièrement intéressante pour les non-spécialistes et les historiens médiévistes car elle propose une recherche par mot-clef particulièrement efficace. D’autres bases de données, comme papyri.info ou Trismegos, sont d’un usage plus laborieux lorsque l’on désire effectuer une recherche avec des mots-clefs ou sur un phénomène particulier. Les descriptions thématiques du site papyri.info sont peu développées et ne permettent malheureusement pas toujours une recherche par contenu. Le projet Trismegos, quant à lui, n’intègre pas la recherche par thème.

copie d'écran de Papyri.info

Papyri.info

Trismegistos

Trismegistos

La base de données de l’Université Libre de Bruxelles est particulièrement bien faite, car elle référence tous les papyri coptes publiés (environs 7 000). Les champs de la base de données indiquent le nom du document, son support, sa provenance, sa datation et le dialecte employé. Elle offre en outre un mode recherche par « contenu » particulièrement bien conçu. Cependant, contrairement à APIS, cette base de donnée ne fournit pas l’édition du document, mais seulement des mots-clefs résumant le contenu du texte. Des indications bibliographiques permettent néanmoins de connaître immédiatement le support d’édition du document et de savoir s’il a été, ou non, traduit.

Université libre de Bruxelles

Université libre de Bruxelles

L’APD enfin regroupe des documents écrits en langue arabe, depuis le viie jusqu’au xvie s., sur papyrus, parchemin et papier. L’objectif était d’intégrer à cette base tous les documents arabes édités, et éventuellement traduits. Ici, les textes ne sont pas seulement résumés mais ont été, en outre, numérisés. D’une part, la consultation des documents devient alors très aisée et, d’autre part, la recherche par contenu s’en trouve largement facilitée. Sont indiqués le nom du document, le support, les dimensions, la langue, la nature du document et les références d’édition et, le cas échéant, de la traduction. Si une illustration du document a été publiée, cela est également signalé.

APD

APD

Deux inventaires bibliographiques complémentaires sont disponibles aux historiens médiévistes et méritent que l’on s’y attarde, car ils rendent particulièrement aisée la recherche des textes documentaires indiqués par les bases de données. Ils permettent en effet de savoir où ont été édités les documents et, surtout, établissent une norme pour une citation uniformisée de ces documents. La Checklist of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets, catalogue de façon exhaustive les supports d’édition de textes documentaires en langues grecque, latine, démotique et copte. Les documents sont classés, au sein de chaque catégorie de support, par nom de document. Le second inventaire a été conçu sur le modèle du premier. La Checklist for Arabic Documents complète le projet de la première Checklist en se consacrant aux documents de langue arabe. Divers supports sont recensés : papyrus, papier, parchemin et ostraca, mais également bois, pierre, cuir et os.

Checklist of Arabic documents

Checklist of Arabic documents

Au final, Internet permet désormais un accès rapide à de nombreuses sources papyrologiques. Toutefois, ces bases de données en ligne n’offrent pas encore une vision exhaustive de ce type de sources, car toutes n’ont pas encore été collectées. Par ailleurs, de nombreux écueils, comme le plurilinguisme de ces documents, demeurent, et nul ne peut naturellement se prétendre papyrologue parce qu’il a eu accès à ces documents via Internet. Toutefois, il est désormais plus aisé pour un historien, un archéologue ou un linguiste de consulter cette documentation. Les bases de données sont en effet fondamentales pour saisir la richesse des sources papyrologiques, pour accéder aux textes, pour effectuer des recherches par thème ou encore pour vérifier certaines données.

Il convient néanmoins de rappeler que les bases de données ne sont pas les seuls outils relatifs à la papyrologie disponibles sur l’Internet. L’Association Internationale des Papyrologues ou l’International Society for Arabic Papyrology, par exemple, ont établi des bibliographies recensant les éditions de texte et les études secondaires papyrologiques. L’Orientalisches Seminar de l’Université de Zürich a mis en place une bibliographie de la littérature sur la papyrologie arabe. Ses chercheurs ont en outre réalisé un site permettant de se former au déchiffrement des papyri arabes. Enfin, différentes mailing lists, comme celle de l’ISAP, ont également été mises en place. En plus de l’organisation de colloques, tables-rondes, workshops et cours de papyrologie, les institutions comme les associations ont su valoriser leurs recherches au moyen de ce formidable outil d’échange que représente Internet.

Liens


Pour citer ce billet : Julie Bonnéric, « Dans le dédale des papyri médiévaux‌‍⁢⁡‮‬‫‪ : repères pour l’utilisation des bases de données papyrologiques diffusées sur Internet », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 5 mars 2012. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/3207



imprimer imprimer

Tags: , , , , , ,

Posted in: Pays, Egypte, Sujet, Histoire, Période, Médiéval, Sujet, Outils

2 Responses to “ Dans le dédale des papyri médiévaux : repères pour l’utilisation des bases de données papyrologiques diffusées sur Internet ”

  1. [...] http://www.scoop.it/t/egypte-actualites dans-le-dedale-des-papyri-medievaux-reperes-pour-l-utilisation-des-bases-de-donnees-papyrologiques ifpo.hypotheses.org - Today, 8:43 [...]

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche