Défunts et pratiques funéraires dans la Beyrouth antique : à propos de la découverte d’un hypogée à Ashrafiyeh

Les travaux de construction d’un immeuble conduits dans la parcelle 1598 à Ashrafiyeh ont mis au jour un hypogée creusé dans la roche. Une équipe composée du Dr. Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise-Ifpo), du Dr. Joyce Nassar (Laboratoire d’Anthropologie des Populations Passées et Présentes, PACEA UMR 5199-Ifpo) de trois archéologues de l’Université Libanaise (Rita Kalindjian, Sarah Mady et Elsi Trad) ainsi que de Mathilde Gelin (CNRS – IFPO) et de Jean-Michel Gelin a mené une fouille de sauvetage entre le 18 juillet et le 18 août 2011.

Salle nord en cours de fouille

Salle nord en cours de fouille

Cet hypogée, dont la période d’utilisation s’étend entre le Ier s. avant J.-C. et le IIe après J.-C., est composé de deux salles rectangulaires dont les parois sont creusées de loculi fermés par des murets en pierre. La salle nord en comportait six et la salle sud, cinq. L’accès à l’hypogée s’effectuait par une porte ouverte dans la paroi nord-ouest de la salle nord, et aujourd’hui entièrement bouchée par du ciment coulé au moment de la construction d’un bâtiment moderne. La salle sud était accessible par un unique passage en relation avec la salle nord. Ce passage a été volontairement obstrué par des blocs de pierres pour condamner la salle sud. Quant à la salle nord, elle a continué à être utilisée au moins jusqu’au IIe siècle après J.-C.

Salle sud de l’hypogée

Salle sud de l’hypogée

Un minimum de trente défunts, enfants, adolescents et adultes y ont été successivement inhumés – la mauvaise conservation des os des autres individus n’a pas permis de déterminer leur sexe, à l’exception d’une femme.

Sarcophage dans un loculus après ouverture du couvercle au niveau des membres inférieurs

Partie distale du squelette d'une femme dans un sarcophage

Squelette de femme dans un sarcophage

Partie proximale du squelette

Certains défunts étaient placés dans des coffres en bois dont l’existence est confirmée à la fois par les restes archéologiques (des clous en métal avec des restes de bois) et les témoins ostéologiques (mise en évidence de déplacements d’os dans des espaces vides). D’autres défunts ont été placés dans des sarcophages en terre cuite. L’étude archéothanatologique a permis de mettre en évidence deux cas où le défunt était placé sur une plate-forme en élévation (civière ?) qui aurait disparu. De plus, a été découverte une urne cinéraire contenant les ossements brûlés d’un sujet de taille adulte.

Urne cinéraire au moment de la découverte

Urne cinéraire au moment de la découverte

Urne cinéraire

L'urne cinéraire vue de dessus

Cet hypogée aurait donc vu coexister deux pratiques funéraires dans le monde romain : l’inhumation et la crémation. Certains défunts étaient accompagnés d’un matériel funéraire composé essentiellement de vaisselles en céramique et en verre, d’objets de parure et d’éléments vestimentaires. Malheureusement, les déplacements des restes générés par l’apport successif de nouveaux corps rend souvent impossible l’attribution précise de ces dépôts funéraires associés.

La fouille de l’une des sépultures a permis la découverte d’une paire de chaussures déposée sur les jambes du défunt. Cette découverte est exceptionnelle dans la mesure où les habits des défunts sont très rarement conservés. Cette paire a été identifiée grâce à une quarantaine de petits clous dessinant la forme de semelles, les éléments en cuir ayant subi une décomposition totale. Autre point remarquable : les chaussures ont été trouvées non pas portées par l’individu, comme il est d’usage dans les sépultures dites « habillées », mais placées à part.

Empreintes de chaussures sur les membres inférieurs du défunt

Empreintes de chaussures sur les membres inférieurs du défunt

Détail des empreintes de chaussures

Détail des empreintes de chaussures sur les membres inférieurs du défunt

À une époque ultérieure, d’importantes destructions ont affecté la salle sud. Les loculi ont été vidés et l’un d’entre eux complètement démoli. Les restes humains, les fragments de sarcophages et une grande partie du matériel funéraire ont été jetés au milieu de la salle. L’accumulation des restes s’est faite sur plusieurs mètres.

Les travaux de recherche sur cet hypogée sont toujours en cours et la corrélation des données architecturales, stratigraphiques, taphonomiques et biologiques a trois objectifs majeurs.

  • Premièrement, compléter la détermination de l’identité biologique de ces individus afin de mettre en évidence de possibles liens de parenté et de  relier éventuellement  la composition du groupe inhumé à des critères d’âge ou de sexe.
  • Deuxièmement, analyser les gestes funéraires dont ces défunts ont été l’objet afin de dégager une éventuelle norme funéraire et de suivre son évolution au cours du temps.
  • Troisièmement, restituer la forme architecturale originelle de cet espace sépulcral et comprendre la gestion de l’espace funéraire au sein de l’hypogée ainsi que les modalités de son utilisation.

Liens


Pour citer ce billet : Joyce Nassar, « Défunts et pratiques funéraires dans la Beyrouth antique : à propos de la découverte d’un hypogée à Ashrafiyeh », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 28 février 2012. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/3162



Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Caillou dit :

    Bravo à toute l’équipe. Amitiés, Jean-Sylvain