Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (1/2)

 Aḥmad al-Asīr (Photo Saidadays.com)

Aḥmad al-Asīr (Photo saidadays.com)

Au sein du monde arabe, le courant salafi syro-libanais apparaît comme une exception en raison de son absence de visibilité, en comparaison avec celle dont il jouit dans  les sociétés du Golfe, au Maghreb, en Jordanie ou en Égypte . En Syrie, l’isolement, voire la marginalité du salafisme se comprend aisément en raison de la répression dont il fait l’objet depuis plusieurs décennies, avec la bénédiction de l’establishment religieux officiel, de sensibilité soufie. La situation au Liban est, en revanche, plus complexe. Relativement bien implanté dans la ville de Tripoli, sans toutefois y rencontrer une adhésion massive, il demeure minoritaire à Beyrouth, malgré l’existence de l’institut Sirāj al-Munīr dirigé par ‘Abd al-Hādī Wahbī, un disciple de Muḥammad Nāṣir al-Dīn al-Albānī (1914-1999). Cette indifférence d’une large part de la population sunnite libanaise, y compris à Tripoli, s’explique principalement pour l’essentiel par l’absence de personnalités réellement charismatiques, tant au niveau des oulémas qu’à celui des prédicateurs. En effet, jusqu’à présent, aucun imam salafi au Liban ne s’était imposé comme un orateur exceptionnel, capable d’enthousiasmer son auditoire du jumuʿa (vendredi) à travers des prêches « enflammés ». S’il existe des individus reconnus comme des références religieuses, au seul niveau local, aucun n’incarne cependant une sommité incontournable, capable d’attirer des étudiants en théologie musulmane venus du reste du monde.

Hors des frontières libanaises, trois noms reviennent le plus souvent lorsqu’il s’agit d’évoquer les salafis au pays du Cèdre : Dā‘ī al-Islām al-Shahāl, ‘Abd ar-Raḥmān al-Dimashqiyya et ‘Umar Bakrī. Le premier d’entre eux, Dā‘ī al-Islām al-Shahāl, dispose d’un certain leadership sur la salafiyya au Liban, mais sans pour autant détenir une autorité religieuse comparable à celles des oulémas saoudiens, à plus forte raison à l’extérieur du pays. À l’étranger, il est plus souvent sollicité par des journalistes désireux de recueillir sa lecture des événements politiques au Liban, que par de jeunes salafis à la recherche d’un avis juridique sur une question religieuse. Quant à ‘Abd ar-Raḥmān al-Dimashqiyya, originaire de Beyrouth, il vit en exil à Riyad. Cet éloignement géographique lui interdit de jouer un rôle de premier plan au Liban, en dépit d’une renommée internationale construite grâce aux succès de de ses émissions télévisées, essentiellement consacrées à la lutte contre le chiisme. Enfin, ‘Umar Bakrī est particulièrement connu en Occident, notamment en Grande-Bretagne, où il a résidé pendant près de vingt ans. Installé depuis l’été 2005 à Tripoli, ‘Umar Bakrī ne dispose cependant, malgré la récurrence de ses déclarations fracassantes dans les médias, que d’une marge de manœuvre limitée. Menacé d’une condamnation de prison à perpétuité, contre laquelle il a fait appel, ses démêlés judiciaires l’ont conduit à se rapprocher politiquement du Hezbollah chiite, dont l’un de ses membres, le député Nawār Sāḥilī, assure sa défense en tant qu’avocat.

En dehors de ces grandes figures médiatiques, d’autres personnalités, beaucoup moins connues, sont récemment apparues sur le devant  de la scène. À Tripoli, tout d’abord, le mouvement de soutien à la révolution syrienne, qui est principalement animé par des acteurs religieux, a permis de faire connaître au grand public des personnalités telle que Sālim al-Rifā‘ī. Ancien chef de file du courant salafi en Allemagne, Sālim al-Rifā‘ī a subit un certain nombre de pressions policières en raison du contexte sécuritaire de l’après 11 septembre. À l’instar de ‘Umar Bakrī, il décide de retourner définitivement vivre au Liban, à partir de 2006. Toutefois, à la différence du prédicateur londonien, Sālim al-Rifā‘ī détient des atouts lui permettant d’espérer un jour atteindre le statut de « savant » (‘Ālim). Son ouvrage de jurisprudence a été recommandé par deux des plus prestigieux oulémas saoudiens – ‘Abd al-‘Azīz b. Bāz (1912-1999) et Sāliḥ al-Fawzān – lui conférant ainsi de solides ressources de légitimation, que peu d’acteurs religieux possèdent dans la région, à plus forte raison au Liban. Particulièrement engagé en faveur de la révolution syrienne, Sālim al-Rifā‘ī a tenu des propos particulièrement explicites lors de son prêche du vendredi 27 janvier, où il s’est adressé ouvertement aux sunnites de Syrie.

« Si les Iraniens viennent de loin pour secourir le régime syrien, alors sachez que vos frères de Tripoli sont prêt à vous secourir ! Frères de Syrie, vos frères de Tripoli attendent votre appel, prêts à franchir la frontière pour vous secourir ! »

Cette dynamique en faveur de la révolution syrienne, sur fond d’escalade du discours confessionnel, est désormais soutenue, voire amplifiée, par les leaders traditionnels de la salafiyya libanaise. Ainsi le 1er février, Dā‘ī al-Islām al-Shahāl a confirmé aux médias locaux qu’il avait bien rédigé une fatwa exhortant les musulmans à soutenir la révolution syrienne, tant par des dons financiers que par l’envoi d’armes lourdes. Le même jour, depuis son exil saoudien, ʿAbd ar-Raḥmān al-Dimashqiyya, désormais surnommé par ses partisans « l’Imam de Beyrouth », lance un appel via Internet aux sunnites des régions limitrophes de la Syrie. Les habitants de Tripoli y étaient explicitement incités à tuer tous les soldats syriens présents à la frontière au nord du Liban. ‘Abd ar-Raḥmān ad-Dimashqiyya va même plus loin, demandant à ses auditeurs libanais et irakiens d’abattre tous les membres des groupes armés, du Hezbollah ou de l’Armée du Mahdī, cherchant à s’introduire en Syrie, par la Bekaa ou l’Irak, afin de prêter main forte au régime alaouite.

Cette mobilisation des salafis libanais en faveur de la révolution syrienne ne se limite pas, loin s’en faut, à la ville de Tripoli, ni à l’exploitation du Web 2.0 par les exilés. Si pour l’heure les mosquées de Beyrouth sont encore relativement silencieuses, les milieux islamistes de Saïda, la ville sunnite du sud Liban, sont en ébullition, galvanisés par les prêches combatifs d’Aḥmad al-Asīr. Plus actif à lui seul que l’ensemble des personnalités que nous venons d’évoquer, le cheikh Aḥmad al-Asīr al-Ḥusaynī est l’imam de la mosquée Bilāl b. Rabāḥ, située dans la commune de ‘Abra, à l’est de Saïda. Quasiment inconnu des médias avant cet été, il est aujourd’hui l’une des personnalités religieuses les plus influentes du Liban, attirant chaque vendredi entre 2000 et 2500 fidèles, un public impressionnant pour une petite ville de banlieue, à plus forte raison dans un pays où celui-ci n’est pas un jour chômé. Cette affluence ne se limite pas aux sermons du vendredi, la mosquée d’Aḥmad al-Asīr ayant rassemblé jusqu’à 4000 personnes lors de la 27e nuit du Ramadan, plus connu sous le nom de Laylat al-Qadr ou Nuit du Destin. Ce succès rencontré par le prédicateur de ‘Abra, s’explique avant tout par ses talents de tribun, défiant ouvertement le régime syrien, l’Iran et ses partisans du Hezbollah dans ses discours et sermons du vendredi.

« Nous n’accepterons pas la domination de qui que ce soit ! Nous n’accepterons pas l’abjecte (ḥaqīra) tutelle syro-iranienne (sur le Liban) ! […] Assez de mépris pour les sunnites ! Assez de mépris pour leur sang, leur sécurité et l’honneur de leurs femmes ! […] Avez-vous vu ce qui se déroule, des milliers de massacres en Syrie, des milliers de viols, les mosquées sont détruites et les oulémas se font assassiner ! […] Où est la dignité, où est la loyauté, où est la fougue pour défendre votre honneur (al-ghīra), où ?! […] La Communauté (Umma), qui avait autrefois conquis le monde, a peur et regarde les massacres en Syrie sans bouger, ni réagir ; mais où sommes-nous mes frères ?! […] Il est obligatoire de mener un jihad pour briser cette domination et nous ne tolèrerons pas que quiconque, quand bien même il prétendrait se hisser jusqu’au ciel, nous menace dans ce pays (le Liban) ! »

Ainsi, les sujets abordés par Aḥmad al-Asīr, qu’il s’agisse des massacres perpétrés par les milices alaouites en Syrie ou du sentiment d’humiliation ressenti par les sunnites libanais devant l’arrogance du Hezbollah, sont au cœur des tensions politico-religieuses actuelles. Ce sentiment d’humiliation trouve naturellement un écho dans les milieux populaires, voire dans les classes moyennes. Aḥmad al-Asīr, incarne pour beaucoup la force symbolique qui fait sans doute à leurs yeux défaut aux représentations politiques traditionnelles de la communauté sunnite, notamment le Courant du futur. Conscient de sa stature, et de son poids sur la scène politique, Aḥmad al-Asīr n’hésite plus à interpeller directement les dirigeants de l’État libanais, que ce soit dans sa mosquée ou à l’occasion d’une manifestation en faveur de la révolution syrienne.

À l’instar des révolutions et mouvements de contestation du « printemps arabe », la présence de ses partisans sur les réseaux sociaux a grandement contribué à sa notoriété et à la diffusion de ses prêches. Sur Facebook, un groupe créé par les admirateurs du cheikh à la fin du mois de décembre 2011, compte aujourd’hui près de 5000 membres.  Les plateformes de partage de vidéos, tels que Youtube, sont également investies par ses supporters. Plus surprenant, des militants politiques n’ayant pas un rapport immédiat avec l’islamisme utilisent des extraits de ses discours au service de leur propre stratégie de mobilisation. À titre d’exemple, une vidéo incitant à participer à la journée internationale de la colère en soutien au peuple syrien, le 21 janvier 2012, est accompagnée par l’enregistrement audio d’un rassemblement organisé environ un mois plus tôt, dans la mosquée Bilāl b. Rabāḥ.  Certes, il ne faut pas surestimer l’autorité spirituelle d’Aḥmad al-Asīr, qui demeure un dā‘ī, ne prétendant pas accéder, à court ou moyen terme, à une position de savant (‘Ālim) d’envergure internationale. Cependant, si les prédicateurs ne bénéficient pas d’un prestige comparable à celui des oulémas, leur influence peut parfois dépasser celle de ces derniers comme le démontre le succès phénoménal de l’Égyptien Muḥammad Ḥassān ou celui du Koweïtien Nabīl al-‘Awaḍī.


Pour citer ce billet : Romain Caillet, « Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (1/2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 10 février 2012. [En ligne]
http://ifpo.hypotheses.org/3075



Vous aimerez aussi...