De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1)

26 janvier 2012
Par

L’île de Faïlaka, d’environ 7 km Nord-Sud × 12 km Est-Ouest, culmine à 8 m au-dessus des eaux moyennes du Golfe arabo-persique. Elle appartient à un archipel dont on aperçoit, depuis ses rivages, les îles de Miskan au Nord-Ouest et de Auhah au Sud-Est. Située à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est de Koweït City, elle se trouve à proximité du Shatt El Arab, le débouché du confluent de l’Euphrate et du Tigre. Les deux fleuves, après avoir traversé l’Anatolie, la Syrie et la Mésopotamie, charrient dans les eaux du Golfe des alluvions qui se déploient en volutes beiges, s’enroulant autour des îles et s’accumulant contre les côtes dont, au fil du temps, elles ont pu modifier le profil.

Carte du Moyen-Orient, avec indication de l’emplacement de Faïlaka. Carte H. David-Cuny © IFPO

Carte du Moyen-Orient, avec indication de l’emplacement de Faïlaka. Carte H. David-Cuny ©

La Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka

Des missions archéologiques danoise, américaine, italienne, française, slovaque, grecque, polonaise et britannique, se sont succédé à Faïlaka depuis 1958, découvrant de nombreux sites.

La mission franco-koweïtienne de Faïlaka a été créée en mars 2011, sous la direction conjointe du National Council for Culture, Arts and Letters et du Département des Antiquités et des Musées du Koweït, représentés par Shéhab Shéhab, directeur du DAM, et de l’Institut français du Proche-Orient de Damas et Beyrouth, représenté par Mathilde Gelin, chercheur au CNRS-Ifpo.

Sa position, entre Méditerranée et Océan Indien, entre Mésopotamie, Iran et Inde, lui a très tôt conféré une situation privilégiée sur les routes commerciales et, combinée au trésor qu’elle recèle, l’eau douce, a entraîné le développement de centres de vie dont les archéologues ont retrouvé les vestiges, de l’âge du Bronze, au 2e millénaire av. J.-C., jusqu’à nos jours.

La mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (Ifpo-NCCAL) a mené ses travaux de terrain du 4 novembre au 13 décembre 2011. Les travaux se sont répartis sur les deux sites étudiés par la mission, la forteresse hellénistique d’Ikaros et Al Qusur.

La forteresse hellénistique

D’après les travaux antérieurs, elle aurait été fondée vers le début du 3e siècle av. J.-C., par la volonté d’Antiochos 1er. Elle aurait connu trois principales phases d’existence jusqu’au 1er siècle av. J.-C. puis aurait disparu vers le 1er siècle ap. J.-C.

La forteresse prend la forme d’un quadrilatère d’une soixantaine de mètres de côté et se situe précisément à l’emplacement d’une source dont subsiste l’aménagement d’un puits. Puissamment fortifiée, elle reflète parfaitement le caractère militaire de ses fondateurs, soldats maîtrisant les techniques de guerre.

D’autres édifices, civils (principalement des habitations) et religieux, occupent l’espace intra-muros. Des deux temples connus, le « temple A » a rendu ce site célèbre : l’édifice, de 12 × 7 m de côté, ouvrant à l’Est face à son autel, est bâti selon un plan typiquement grec, partagé entre un pronaos et un naos, avec deux colonnes in antis. Cependant, l’ordre architectural suscite l’étonnement : si l’on s’en tient aux chapiteaux, c’est l’ordre ionique qui est représenté ; mais les bases, à feuilles tombantes, sont telles qu’on les connaît dans le palais de Persépolis, de style typiquement achéménide. On se trouve là face à un bijou architectural, reflétant la fusion des cultures grecque et orientale, à l’image du fondateur de la forteresse Antiochos 1er, lui-même fils de Séleucos le Macédonien et d’Apamée la Bactrienne, pratiquement un Gréco-Bactrien.

Faïlaka-Ikaros, au même titre que quelques autres grands sites, nous révèle la réalité des implantations grecques en Orient.

« Temple A » de la forteresse hellénistique. Au 1er plan, l’autel. Photo Y. Guichard © DAMKuwait.

« Temple A » de la forteresse hellénistique. Au premier plan, l’autel. Photo Y. Guichard © DAMKuwait.

Malheureusement, le site est victime aujourd’hui des anciens sondages implantés à la base des murs et non rebouchés, qui menacent gravement la stabilité des bâtiments ; de plus, les murs de toutes les périodes apparaissent sans ordre, brouillant la compréhension des édifices.

À la forteresse, la mission franco-koweïtienne s’applique à déterminer la chronologie de ses phases d’existence, notamment en étudiant les fortifications, à étudier la circulation interne, les voies, les axes et les portes de ville associées, enfin, à préserver et présenter le site.

Forteresse hellénistique, secteur nord des fortifications. En bas, 1ère ligne des murailles, en haut l’extension ; entre les deux, tour et chicane. Photo Y. Guichard © DAMKuwait.

Forteresse hellénistique, secteur nord des fortifications. En bas, première ligne des murailles, en haut l’extension ; entre les deux, tour et chicane. Photo Y. Guichard © DAMKuwait.

Les murailles ont connu de nombreux aménagements et changements tactiques ; nos travaux ont permis de montrer que les phases sont beaucoup plus nombreuses que ce que l’on pensait, que ce soit dans le secteur de la porte Nord ou dans celui de la porte Sud, mais aussi à l’est et à l’ouest. Extra-muros, des vestiges associés à la première phase de la forteresse ont également été découverts en 2011. Une telle politique défensive, sur plusieurs siècles, contribue à appuyer la thèse de l’importance stratégique que devait avoir Ikaros.

Forteresse hellénistique, bassine © MAFKF.

Forteresse hellénistique, bassine © MAFKF.

L’activité résidentielle a été révélée par la découverte d’un lieu de stockage de céramiques, sur lesquelles se sont effondrés des murs. Des jarres ont ainsi été écrasées, ainsi qu’une amphore ; une bassine intacte a pu être dégagée, qui contenait plusieurs assiettes.

Enfin, la mission a contribué au sauvetage urgent de plusieurs murs qui menaçaient de s’effondrer de manière imminente et a rebouché un certain nombre d’anciens sondages.

Al Qusur

Ce site est plus tardif. Il se compose d’habitats situés dans des enclos, dispersés sur plus de 1,8 km, au centre desquels se trouve un noyau au maillage plus serré. Les habitats y sont rapprochés, parfois mitoyens, et deux églises y ont été découvertes.

Al Qusur, vue aérienne du « noyau » d’habitats et églises (recouvertes de terre), photo Y. Guichard © DAM Kuwait.

Al Qusur, vue aérienne du « noyau » d’habitats et églises (recouvertes de terre), photo Y. Guichard © DAM Kuwait.

Nos prédécesseurs dataient l’installation religieuse selon une fourchette chronologique  large (4e-7e siècles) et s’interrogeaient sur la fonction exacte de ces habitats, cellules monastiques ou habitats agricoles. Ce questionnement a amené les diverses missions à fouiller quelques bâtiments, révélant le même type de plan (cour quadrangulaire ou semi-circulaire et petite cellule d’habitat au centre ou contre un mur périmétral).

Al Qusur, exemple de vestige d’habitat © M. Gelin.

Al Qusur, exemple de vestige d’habitat © M. Gelin.

Cependant, la compréhension globale de l’implantation et de l’organisation des habitats et des églises ne pouvant se fonder sur la fouille aléatoire de quelques édifices et leur localisation peu précise, la mission franco-koweïtie s’est appliquée en 2011 à réaliser un relevé exact de l’ensemble des vestiges.

Cet outil indispensable, qui est destiné à être remis à toutes les équipes travaillant sur Al Qusur, pourra nous permettre de déterminer si les habitats sont regroupés ou non autour des églises ou si d’autres critères (comme d’autres bâtiments importants ou l’accès à l’eau) priment, s’ils sont organisés selon des axes directeurs ou des voies de communication, et si différents groupes se dessinent, comme cela semble être le cas d’après l’étude des photographies aériennes récentes.

Membres de l’équipe en 2011

- Sh. Shéhab (en charge de la partie koweïtienne de la mission),
M. Gelin (en charge de la partie française de la mission; étude de la forteresse),
J. Bonnéric (en charge de l’étude du site de Qusur; céramique sassanide et médiévale),
- A. Ala El Dine (céramique hellénistique),
- Kh. Al Ali (archéologue),
- J.-M. Gelin (forteresse),
- A. Al Hajri (archéologue),
- J. Humbert (relevés de terrain),
- T. Al Saei (archéologue),
- La mission a bénéficié de l’aide d’H. David-Cuny (dessins d’objets).

C’est alors seulement que, en fonction d’une problématique renouvelée et claire, les fouilles pourront être réalisées sur des secteurs ciblés afin de vérifier les hypothèses émises.

Cette campagne a permis l’achèvement du relevé du « noyau » le plus dense qui, déjà, nous permet d’affirmer que les églises et les habitats sont contemporains, les seconds étant, de toute évidence, regroupés autour des premières pour lesquelles un périmètre vierge de toute construction civile était préservé.

De plus, une comparaison à la fois de ce type de site et de la céramique, avec des sites équivalents de la région et leur matériel, confirment cette contemporanéité et permettent de les associer aux 7e-9e siècles ap. J.-C.

En 2011, les travaux de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka ont offert des résultats déjà importants, “porteurs de promesses que nous croyons sûres” : chronologies établies par des études stratigraphiques, cartes archéologiques, informations sur le matériel, qui enrichiront notre connaissance sur la nature de ces implantations humaines et nous permettront de les replacer dans leur contexte.

Remerciements

Les études de la mission franco-koweïtienne de Faïlaka se font en pleine collaboration entre les deux parties et, outre nos institutions de tutelle, nous tenons à remercier ceux qui ont rendu possible la création de la mission et la soutiennent, et tout particulièrement l’ambassade de France à Koweït City, en la personne de son Excellence l’Ambassadrice Mme Nada Yafi, de M. Julian Clec’h, Conseiller de coopération et d’action culturelle, de Mme Sabrina Kadri, Attachée de coopération culturelle et de M. Michel Boivin, Conseiller économique et commercial, ainsi que de M. Olivier Deseez, ancien Conseiller de coopération et d’action culturelle. Nous remercions très chaleureusement MM. Ali Al Youha, Secrétaire général du NCCAL, Shéhab Shéhab, Directeur du Département des Antiquités et des Musées du Koweït, François Burgat, Directeur de l’Ifpo et Marc Griesheimer, Directeur scientifique du département « Archéologie et histoire de l’Antiquité » à l’Ifpo, pour leur ferme volonté qui a permis à cette mission de voir le jour.

Bibliographie indicative

M. Gelin (dir.), French Expedition in Faïlaka, The Hellenistic Fortress (Tell Saïd). Preliminary Scientific Report 2009, Koweït, 2012 (sous presse).

Série de la mission danoise : Ikaros. The Hellenistic Settlements, Aarhus, 1983-1989.

Série de la mission française : Faïlaka. Fouilles françaises, Lyon, 1984-2008.

Site web de la mission slovaque : http://kuwaitarchaeology.org

G. Galliano (dir.), L’île de Faïlaka. Archéologie du Koweït, Lyon, 2005.

D. Kennet, « Excavations at the site of al-Qusur, Failaka, Kuwait », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 21, 1991, p. 97-111.

V. Bernard, J.-F. Salles, « Discovery of a Christian church at al-Qusur, Failaka (Kuwait) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 21, 1991, p. 7-22.

 

Billet suivant : De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) (mars 2013)


imprimer imprimer

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Période, Antiquité, Sujet, Archéologie, Pays, Koweit

Les commentaires sont fermés.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche