Les protestants évangéliques au Liban

Premier billet d’une série de comptes rendus des séminaires doctoraux  d’études contemporaines de l’Ifpo Beyrouth [1].

Le protestantisme au Liban trouve ses origines dans l’activité évangélique entreprise, au xixe siècle, par des missionnaires réformés venus d’Amérique du Nord et d’Angleterre[2]. Ils furent en 1848 à Beyrouth à l’origine de la première congrégation protestante arabophone au Moyen-Orient : l’Église évangélique libanaise. Aujourd’hui, cette dernière est supplantée par une famille du protestantisme, que l’on dit évangélique et particulièrement pentecôtiste et qui multiplie à Beyrouth, notamment dans les quartiers populaires de Sinn el-Fil, Nabaa et Bourj Hammoud, les implantations d’églises.

Ce protestantisme évangélique se caractérise par le refus d’une médiation d’un quelconque clergé. Cette centralité des Écritures (selon la formule sola scriptura) justifie l’importance du témoignage, d’où découle la primauté accordée à la conversion. À l’intérieur de la mouvance évangélique, ce sont les églises de type pentecôtiste qui connaissent le plus grand succès. Le pentecôtisme est né avec William Seymour en 1906 aux États-Unis. Ce pasteur afro-américain a proposé une synthèse singulière de la culture noire américaine, mâtinée en particulier d’éléments de la religiosité méthodiste, contribuant à une nouvelle manière d’être chrétien.

Tirant leur nom de la venue de l’Esprit saint sur les apôtres cinquante jours après Pâques[3], les Pentecôtistes se pensent dépositaires de « charismes », des dons spirituels tels que la prophétie et le don de guérison, fruits d’une interprétation des Épîtres de Paul aux Corinthiens: « À l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse, à un autre une parole de connaissance ; à un autre le don des guérisons, à un autre le don d’opérer des miracles, à un autre la prophétie, à un autre le discernement des esprits, à un autre la diversité des langues » (Corinthiens 12, 7-11).

En accordant une approche directe, sans la médiation d’un clergé, à l’Esprit saint et en concevant le baptême à l’âge adulte conformément à l’ambition d’une « renaissance » symbolique dans l’acte de foi (en anglais « born-again », en arabe « mawloud men jedid »), les Évangéliques rencontrent un écho favorable chez des Libanais confrontés à un fort sentiment de précarité existentielle, économique et politique, et animés d’un désir important de rupture par rapport à leur groupe communautaire d’origine. Dès lors, les convertis libanais font grand cas du devoir de responsabilisation porté par la foi évangélique, qui leur permet d’être pleinement maîtres de leur destin.

Pour les Évangéliques, la diffusion de l’Esprit saint relève d’une obligation qui légitime une implication et un engagement résolus dans le domaine social et économique. De nos jours, les prosélytes  tendent à accorder au bon comportement un pouvoir d’exemplarité à valeur performative : la générosité, le don de soi apportent un témoignage de foi destiné à convaincre les autres de suivre la même voie. À distance de l’évangélisation « agressive » et sans compromis des premiers missionnaires protestants, les Évangéliques actuels s’en tiennent dans leur majorité à cette définition minimale de l’évangélisation qui facilite leur œuvre et minimise les risques de rupture avec le milieu familial.

L’aspect très expressif et chaleureux du culte pentecôtiste est favorablement accueilli dans un pays où la pauvreté touche de larges pans de la population ; l’expression de la foi donne libre cours aux manifestations émotionnelles spectaculaires qui contrastent avec la tradition mainstream plus sobre de l’orthodoxie chrétienne, protestante ou catholique, ou encore avec l’islam[4]. Dans les différents ministères proposés par les églises de type pentecôtiste comme Abundant Life Church à Bourj Hammoud, Tent of Praise (TOP) à Sin el-Fil ou Lifecenter à Nabaa, les groupes de prières fort diversifiés et spécialisés permettent de prendre en charge une grande variété de situations problématiques comme le divorce, la maladie ou la solitude.

Eglise pentecôtise Abundant Life Churh, Bourj Hammoud, Beyrouth

Église pentecôtiste Abundant Life Church (14 novembre 2010), Beyrouth, quartier Bourj Hammoud. Photo F. Kaoues

D’une église évangélique à l’autre, les rythmes et les genres se diversifient. Flexibilité et plasticité caractérisent en effet la mouvance évangélique et expliquent en bonne partie son succès : les chants animés – mais sans manifestations par trop spectaculaires – des services célébrés à la Abundant Life Church sont bien reçus par un public appartenant à la classe moyenne, composé en majorité de personnes d’âge moyen plutôt conservatrices. Dans ses prêches, le pasteur Chadi el-Aouad évite les prises de positions politiques trop affirmées, mais évoque souvent la situation du pays, appelant les fidèles à prier pour la paix sociale et politique. De son côté, le pasteur de l’église Tent of Praise, Michel Matar (autrefois musicien dans un groupe de rock Metal) propose un répertoire  emprunté à la culture musique américaine ou de type World Music, fort bien accueillis par son public composé en bonne part de très jeunes fidèles, souvent adolescents.

Eglise Tent of Praise, Beyrouth, quartier Sin el-Fil. Photo F. Kaoues

Église Tent of Praise (3 avril 2011), Beyrouth, quartier Sin el-Fil. Photo F. Kaoues

Plusieurs raisons expliquent la prudence des pasteurs et des convertis vis-à-vis des sujets politiques. Comme bien des Libanais, ils ne se retrouvent pas dans ce système politique communautaire où toute personne dépend de sa confession de naissance dans l’ordonnancement de son existence, dans des domaines aussi essentiels que le mariage, le divorce ou l’héritage. L’article 9 de la Constitution libanaise fonde en effet la reconnaissance du statut personnel dont l’autorité juridique est confiée aux communautés religieuses. Un tel système donne parfois aux Libanais le sentiment pénible d’être dépossédé de leur libre arbitre. Cela est d’autant plus douloureusement ressenti que le pays a l’expérience tragique, dans la guerre civile, des conséquences d’une instrumentalisation politique du religieux. Par ailleurs, ces Libanais convertis bénéficient fréquemment du soutien financier d’Évangéliques américains qui appartiennent majoritairement au courant « chrétien sioniste » favorable au « restaurationnisme », en d’autres termes au retour des Juifs en Israël, préalable nécessaire  au retour du Messie[5]. Dans un pays où le sentiment anti-israélien est majoritaire, les missionnaires évangéliques américains se gardent bien de faire ouvertement état de telles opinions.

Au-delà de ces aspects immédiatement politiques, le développement du protestantisme évangélique au Liban et dans le monde arabe ne se heurte-t-il pas, plus fondamentalement, à la difficulté de promouvoir une identité commune qui transcende les fidélités primordiales et en particulier, l’appartenance religieuse héritée ?


[1] Le séminaire doctoral du département des « Études contemporaines » de l’Institut Français du Proche-Orient permet à des doctorants de présenter leurs recherches et de susciter un débat autour de leurs questionnements et méthodes d’analyse. Le séminaire peut prendre la forme d’un atelier méthodologique ou d’une discussion de fond sur la thématique abordée. J’ai présenté, le 12 décembre 2011, dans le cadre des séminaires doctoraux de l’IFPO, une partie de mes recherches.

[2] Makdissi Oussama, Artillery of Heaven. American Missionaries and the Failed Conversion of the Middle East, Ithaca, Cornell University Press, 2009, p. 12.

[3] Le Pentecôtisme réfère donc à la Pentecôte, en arabe on dit « khamsiniyé ».

[4] Le résultat de cette rencontre originale se donne à voir et à entendre dans l’aspect émotionnel exacerbé, enthousiaste, spectaculaire parfois, du culte pentecôtiste. Willaime, Jean-Paul, « Le pentecôtisme. Contours et paradoxes d’un protestantisme émotionnel », Archives de Sciences Sociales des Religions, 105, 1999, p. 5.

[5] Fath Sébastien, « Les évangéliques à l’assaut du monde », Hérodote, 119, 2005, p. 25-40.



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. zugueib, Jamil dit :

    Au delà de critiquer l’engagement au religieux, mes préoccupations se trouvent dans le sujet de l’expansion de ce type de christianisme pentecôtiste. Comme au Brésil ces évangéliques sont innombrables avec ses chaines de télévision avec des spectacles miraculeux. Je pose la question: Et si les évangéliques deviennent une communauté de taille comme les autres chrétiens, comment accepter ces propos d’un retour des juifs a Sion, dans le Liban qui a souffert toujours de la politique expansionniste israélienne. Peut-être un autre cauchemar pour les libanais ??