Quel avenir pour les revues papier ?

Revue scientifique

Evans Library, Texas A&M University (photo Amanda Monteleone : http://www.flickr.com/photos/ladyhildegarde/313605429/)

À l’heure actuelle, les revues savantes traditionnelles sont difficiles d’accès, leur prix est trop élevé, leur lectorat parfois trop faible. Leur mise en ligne est une chance pour mieux les faire connaître et diffuser la production scientifique, notamment dans le cadre d’une « mondialisation » de la recherche où les effets de concurrence se font de plus en plus sentir. Un récent billet de Michael Clarke sur l’excellent blog Scholarly kitchen (7 décembre 2011) fait un tour détaillé et argumenté de la question de la disparition, à plus ou moins long terme, du support papier pour les revues académiques. Le titre place sans équivoque la discussion sur le terrain financier : « The Cost of Print ». L’un des principaux arguments de Clarke consiste à vouloir remplacer les coûts d’impression des volumes en offset, les frais élevés de livraison et de gestion des stocks par d’autres investissements d’avenir. Selon l’auteur, il faut dorénavant investir dans l’ingénierie de l’édition électronique, plutôt que de continuer à dépenser des sommes importantes dans la fabrication d’un support qui n’a aucun avenir technologique, et qui répond de plus en plus mal aux attentes des chercheurs. Ceux-ci, de plus en plus souvent, gèrent eux-mêmes leur bibliothèque numérique sur leur ordinateur portable ou leur Ipad. De plus, ils n’ont plus le temps de lire un numéro entier de revue et se contentent désormais de collecter et de lire des articles à l’unité. De fait, la fabrication d’un objet-livre perd de son intérêt. Aujourd’hui, chacun peut constater que de nombreuses revues récemment créées en sciences humaines et sociales choisissent de paraître uniquement en ligne et en Open access, d’abord pour se faire connaître et créer un lectorat rapidement. Il choisissent de s’affranchir des « ogres » de l’édition scientifique payante, en faisant notamment le choix de la gratuité et de l’Open access. Le modèle de Revues.org est d’ailleurs souvent adopté : on trouve sur ce portail près de 100 revues uniquement en Open access.(voir corrigenda du 6/1/2012).

Il y a bien sûr des résistances à ce nouveau modèle en train de naître. Ainsi les abonnements risquent de se tarir avec l’abandon du format papier et le choix de l’Open Access. Clarke suggère de ne pas demander aux intéressés si ce support est toujours souhaité (question qui entraîne immanquablement une réponse affirmative), mais plutôt de proposer le développement de nouveaux outils informatiques pour faciliter le travail de recherche, ou encore la création, grâce à l’argent ainsi économisé, de bourses ou de missions pour de jeunes chercheurs.

Beaucoup de bibliothécaires auraient plutôt envie de supprimer des abonnements papier, car le stockage coûte cher, ainsi que le catalogage. Mais la force de l’habitude maintient le plus souvent le poids du papier sur les rayonnages des bibliothèques, d’autant que de trop nombreuses revues n’ont encore aucune présence en ligne.

Enfin, le papier garde encore tout son prestige : la plupart des jeunes chercheurs sont gros consommateurs de publications en ligne, mais ils rechignent dans le même temps  à publier leur thèse autrement que sur papier ; d’autres, au moment de choisir la revue où ils vont publier, privilégient le papier sur l’électronique. La question de l’évaluation joue également un rôle central : les tutelles reflètent les hésitations des utilisateurs et considèrent encore trop souvent l’électronique comme un sous-produit indigne de figurer sur une bibliographie de recherche. Heureusement, les temps commencent à changer et les mentalités à évoluer.

Au-delà des aspects financiers, l’article de Clarke détaille les avantages des revues en ligne. Ils sont nombreux et importants : d’une part, les articles peuvent être enrichis par des données supplémentaires (vidéos, images couleurs, sources citées de façon extensive, insertion de données distantes) ; de l’autre, l’édition électronique permet la fin des problèmes de poids, de format, de nombre de pages, etc., avec leurs conséquences sur les coûts d’impression, de transport et de stockage et leurs contraintes sur le nombre de pages.

Il faut ajouter que le passage au support électronique offre plus de souplesse en termes de calendrier : possibilité de publier immédiatement (notamment pour diffuser plus rapidement les comptes rendus de lecture), ou au « au fil de l’eau », à mesure de la collecte des articles et sans attendre les retardataires, pour s’affranchir, en quelque sorte, des  formes standard (et parfois poussiéreuses) des revues savantes et ainsi inventer de nouveaux modèles plus proches des pratiques réelles des chercheurs et des étudiants.

Quelle politique à l’Ifpo ?

L’Ifpo est son propre éditeur à travers les Presses de l’Ifpo. Il n’est donc pas soumis aux contraintes fortes des éditeurs privés (prix de vente parfois élevés, cession exclusive des droits de diffusion de la version en ligne, dont l’accès ne peut se faire qu’à prix exorbitants etc.).

Bulletin d’études orientales, 59

Bulletin d’études orientales, 59

L’Institut publie deux revues, Syria et le Bulletin d’études orientales (BEO), qui sont à la fois imprimées et présentes sur Internet.

Le BEO est en ligne à la fois sur Revues.org (beo.revues.org) et sur cairn.info. Les archives, depuis la création de la revue en 1931, vont être numérisées et intégrées en 2012 sur la plate forme Jstor. Les numéros épuisés ont été mis en ligne en décembre 2011 sur e-corpus.

En ligne à la fois sur Persée et sur Jstor, les archives de Syria (de 1920 à 2005) touchent ainsi les publics scientifiques français et internationaux. Les numéros récents (postérieurs à 2005) seront accessibles en 2012 sur Revues.org, deux ans après publication.

La politique générale consiste à privilégier l’Open Access pour les revues, mais deux ans après parution, ce qui est relativement tôt par rapport à d’autres éditeurs qui privilégient des embargos de 3, 4, 5 ans voire parfois plus. L’Ifpo encourage vivement le dépôt des articles parus dans nos revues sur HalSHS, mais avec un délai de deux ans pour le PDF tel que créé par l’éditeur (toutes les autres versions d’auteur peuvent être déposées comme le souhaite le chercheur) [1].

Et demain ?

L’Ifpo manque de recul pour évaluer avec précision les conséquences de la mise en ligne des volumes récents de ses revues sur les ventes au numéro et sur l’évolution du nombre d’abonnés. Il faudra observer de près ces chiffres pour voir si les revenus générés par les portails partenaires (Revues.org, Jstor, Cairn) compenseront d’éventuelles baisses de vente du papier et, s’il le faut, réajuster la politique éditoriale, tout en tenant compte naturellement des « bénéfices » liés à une meilleure diffusion grâce au support électronique. La vente des titres électroniques (ebook au format PDF et epub) génère des revenus encore modestes, mais dont le marché est en forte progression. Ce type de diffusion pour la vente au numéro des revues devrait être inauguré en 2012.

La vente de nos revues sur papier génère des revenus, apport non négligeable pour un laboratoire comme le nôtre, à l’heure où les budgets « rétrécissent ». Syria et le BEO ont également une forte valeur d’échange. Par exemple, échanger nos revues avec des ouvrages de laboratoires ou bibliothèques partenaires constitue une part très importante du budget d’acquisition de la Médiathèque de l’Ifpo. C’est là un fait souvent négligé (voire occulté, comme dans le billet de Clarke) dans le calcul du coût d’une revue papier. Il est trop tôt pour savoir si l’échange de fichiers pourra se faire entre bibliothèques, car certains éditeurs verrouillent trop souvent leurs PDF  avec des DRM pour empêcher leur copie ou leur déploiement sur des serveurs tiers. Il n’est donc pas question, pour le moment, d’abandonner l’impression « traditionnelle » de nos revues, malgré les frais d’expédition générés par l’éloignement de l’Institut de son marché académique le plus important.

L’avenir à moyen terme se situera peut-être dans une solution mixte :

  1. d’abord, en imprimant en offset un stock réduit pour les échanges, les exemplaires d’auteurs et les abonnements institutionnels ;
  2. ensuite en limitant la vente au numéro au POD (Print on demand, impression numérique à la demande), ce type de diffusion reportant les coûts d’expédition des volumes sur le prestataire partenaire de l’Ifpo ;
  3. enfin en encourageant la vente d’article à l’unité (électronique), par exemple pour le BEO sur Cairn, avec une politique tarifaire à bas prix (5 euros l’article, à comparer aux 30 US $ proposés sur certains portails !).

Quelle est la priorité pour un institut tel que l’Ifpo ? Gagner de l’argent (ou en faire gagner à des partenaires privés) ou diffuser et donner un maximum de visibilité à ses recherches ? Quel équilibre trouver entre apport financier abondant des budgets de fonctionnement en baisse régulière, et volonté d’offrir au plus grand nombre (de la communauté scientifique à l’amateur curieux) l’accès aux résultats de la recherche, ce qui fait indéniablement partie des missions premières d’un institut comme l’Ifpo ? [2]

Couverture de Syria, 88, 2011

Couverture de Syria, 88, 2011

Pour autant, une publication en ligne doit apporter le même confort et la même richesse de lecture qu’un volume papier, savamment mis en page. C’est un point essentiel en particulier pour les revues d’archéologie comme Syria, où la riche et complexe iconographie (photographies, relevés, dessins, cartes et plans) est un élément fondamental structurant la lecture d’un article. Pour l’instant, nous sommes encore loin de cette qualité éditoriale dans le cadre d’une revue en ligne en HTML. Il y a encore beaucoup à faire en ce domaine, et on ne peut que s’associer aux remarques de Clarke relatives à la nécessité d’investir dans l’ingénierie de l’édition électronique pour proposer à nos auteurs des publications en ligne de qualité, à la fois enrichies des nouvelles possibilités d’Internet et respectueuses des formes éditoriales traditionnelles imprimées, fortes de plus de cinq siècles d’innovations constantes.

Liens

Michael Clarke, « The Cost of Print », The Scholarly Kitchen, 7 décembre 20111. [En ligne] http://scholarlykitchen.sspnet.org/2011/12/07/the-costs-of-print/

Bulletin d’études orientales

Syria

 

À suivre : Un billet sur les livres en ligne de l’Ifpo, avec quelques considérations sur la difficulté de trouver des formes éditoriales numériques équivalentes à des mises en page complexes.
Le billet est paru le 16/10/2012, sous le titre,: « Les publications archéologiques dans les collections électroniques de l’Ifpo »

 


[1] Sur HalSHS, il est possible de déposer un article en autorisant la visualisation du PDF après un délai d’un maximum de deux ans. Durant cette période d’embargo, seule les méta données descriptives (titre, résumés, mots clés) sont consultables.
[2] La proposition du modèle Freemium sur openedition.org va dans ce sens : trouver un moyen de financer l’Open Access par la vente de services supplémentaires. Les revenus générés (reversés en partie aux éditeurs) permettront de maintenir la plate forme.

Corrigenda (6 janvier 2012)

Il y a sur Revues.org 173 titres en Open access (85 en Open access freemium et 88 en Open access) contre 158 titres avec embargo.


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Mutaw dit :

    On ne peut que saluer la politique vigoureuse de l’IFPO en faveur de la diffusion électronique de la recherche.

    Concernant le reste de l’article
    – la diffusion électronique permet également de contourner certains éditeurs universitaires (notamment anglo-saxons) qui rackettent littéralement les bibliothèques universitaires en profitant de leur position dominante dans tel ou tel champ de la recherche;
    – la qualité d’une revue repose beaucoup sur l’investissement d’une équipe éditoriale, à qui l’on donne les moyens d’être exigeante. Le développement des publications sur internet ne doit pas être l’occasion de faire des économies sur ce plan, sous peine d’arriver à une prolifération d’écrits qui, à l’arrivée, sera plus préjudiciable au progrès de la recherche que bénéfique.

  2. Bonjour,
    Pour complément, la note d’analyse du centre d’analyse stratégique sur « La presse à l’ère du numérique » qui va dans le même sens que ce billet : http://www.strategie.gouv.fr/content/la-presse-lere-numerique-comment-ajouter-de-la-valeur-linformation-note-danalyse-253-novembr

  1. 20/12/2011

    À l’heure actuelle, les revues savantes traditionnelles sont difficiles d’accès, leur prix est trop élevé, leur le… (RT @ifporient: Carnets Ifpo : Quel avenir pour les revues papier ? ifpo.hypotheses.org (via @bsaLille3) – Today, 4:17 […]

  2. 21/12/2011

    […] L’Institut publie deux revues, Syria et le Bulletin d’études orientales (BEO), qui sont à la fois imprimées et présentes sur Internet. Le BEO est en ligne à la fois sur Revues.org ( beo.revues.org ) et sur cairn.info . Les archives, depuis la création de la revue en 1931, vont être numérisées et intégrées en 2012 sur la plate forme Jstor . Quel avenir pour les revues papier ? | Les carnets de l’Ifpo […]

  3. 24/12/2011

    […] Quel avenir pour les revues papier ? | Les carnets de l’Ifpo web_semantica Histoire du web sémantique LITTERATURE KM Platforms Lecture et Littérature [+] ANCIB – Universities and research references library Creació_col.lectiva florencia instructables web3.0 actual elearn radar Researchers library estados people Wissensmanagement ikujirō ikujiro point complexity collusion wiki communitywiki Change stimmig innovation collaboratif tools CC music declaración ressources français meilleur lettres conjugueur Exemples de mise en oeuvre portail ligne Lettres & Langues ngues national Éducation Nationale – Ministère lettres livres ligue connectez documents officiels éduscol lycée lettres Sites institutionnels Lettres nouveau ressources lettres – philo wikipédia cerimes author Web sémantique RDF Data & Metadata linked semantic Misc semantic Introduction to Semantic Web generic Web 3.0 products Webmarketing realite other semantic Semantic Web isaviz Web sémantique product Web semantic proposal ebook gratuit Web sémantique planète petites semantic web semantique search destination livre numerique, etc… numérique semantic semantique powerset Archiweb internet Computer Programming tutorials home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. […]

  4. 28/12/2011
  5. 30/12/2011

    […] dans le langage d’Hypothèses.org : Carnets de l’IfPo) pose cette question : « Quel avenir pour les revues papier ? ». Cette réflexion est d’abord l’écho d’un billet de Michael Clarke publié le […]

  6. 18/03/2012

    […] dans les librairies numériques, ainsi que des partenariats avec les bibliothèques (voir la présentation récente de T. Buquet). Un rôle majeur des presses universitaires (unifiées ou pas) devrait être la […]