L’économie politique palestinienne. À propos du colloque Ifpo / Université d’Hébron (16 et 17 novembre 2011)

Photo © Sandra Mehl, 2011. Employé, Vallée du Jourdain

Les recherches portant sur les dimensions politiques et institutionnelles de la Palestine contemporaine (« processus de paix », occupation, partis politiques, élections, société civile, etc.) sont nombreuses ; en comparaison, peu de travaux s’intéressent au domaine de l’économie politique au-delà des approches quantitatives et macroéconomiques. Les problèmes liés à la croissance, à la production et au commerce, sont de fait fréquemment déconnectés des dynamiques politiques et sociales, et malheureusement l’inverse est également vrai. L’économie politique de la Palestine, entendue comme l’interaction entre les groupes sociaux, les élites, le contexte régional, l’histoire, les institutions, les idéologies, les politiques et les pratiques économiques, est un objet d’étude sous-exploité.

Cela n’est évidemment pas une spécificité palestinienne. En effet, les chercheurs travaillant sur le Moyen-Orient arabe tendent à négliger le rôle central des questions d’économie politique, fondant leurs études sur l’hypothèse selon laquelle les systèmes économiques de la région sont fortement dépendants de l’aide étrangère ou alors structurés autour d’un État rentier. Ils ont de ce fait laissé le champ libre à des approches orthodoxes qui ont le plus souvent tendance à déconnecter les chiffres et les statistiques des réalités sociales, des perceptions et des expériences des acteurs. En conséquence, les pratiques quotidiennes économiques demeurent largement inconnues, et le manque d’études de cas au niveau local est manifeste.

Colloque: The Palestinian Political Economy: Daily practices, sustainability and prospects (Hebron University, Nov. 16-17 2011)

Affiche du colloque

Forts de ce constat, l’Institut français du Proche-Orient et l’Université d’Hébron, soutenus par le Consulat général de France à Jérusalem, ont organisé les 16 et 17 novembre 2011 un colloque intitulé « L’économie politique palestinienne : pratiques quotidiennes, soutenabilité et perspectives ». Cet événement scientifique a réuni vingt chercheurs et experts palestiniens ou étrangers (français, nord-américains, britannique, belge, italien), économistes, sociologues et politologues, avec pour ambition d’éclairer les pratiques économiques dans le contexte spécifique de la Palestine contemporaine.

En quelques années, les grands projets d’investissement, à Ramallah ou ailleurs, sont devenus de nouvelles incarnations de la Palestine, lentement mais sûrement destinées à remplacer le feddayin et le keffieh dans la perception de bien des observateurs [1]. Au cours de ces dernières années, cette évolution de l’image de la Palestine a été perçue, par de nombreux Palestiniens mais surtout par les institutions internationales et les médias, comme le symbole de l’État palestinien en devenir. Il reste que l’apparent « boom économique » actuel (des croissances du PIB de 8 % en Cisjordanie et de 15 % à Gaza ont été enregistrées en 2010) est souvent considéré avec circonspection compte tenu des mécanismes artificiels sur lesquels il s’appuie.

La question de la souveraineté tronquée de l’Autorité palestinienne, qui ne contrôle pas ses frontières, constitue une contrainte bien évidemment centrale [2]. Dans son introduction au colloque, Massimiliano Cali (économiste, Overseas Development Institute) a mis en relief le coût de l’occupation israélienne et spécifié combien celle-ci obère toute possibilité d’indépendance économique, plaçant la société palestinienne en situation de dépendance vis-à-vis de l’aide internationale. Jennifer Olmsted (économiste, Drew University) a, quant à elle, mis en avant les effets de ces contraintes sur le marché du travail et l’accès des femmes à celui-ci. Shawqi Makhtoob (économiste, Aix Group) s’est appuyé sur l’exemple de la vallée du Jourdain pour souligner la centralité de la contrainte israélienne. Julie Trottier (polititologue, CNRS) a, de son côté, démontré combien la question de l’eau se trouve aujourd’hui encadrée par des mécanismes pervers (marchandisation, logiques comptables) qui déstabilisent la gestion des ressources aux dépens des utilisateurs.

Parallèlement, les limites des politiques libérales encouragées par l’Autorité palestinienne, tout particulièrement dans le cadre du « plan » mis en œuvre par le Premier ministre Salam Fayyad, ont été plusieurs fois soulignées par les participants [3]. L’échec du Protocole de Paris, signé en 1994 et qui avait pour ambition d’encadrer les relations économiques dans le cadre du processus de paix israélo-palestinien, a ainsi été mis en avant par plusieurs participants, en particulier Saeb Bamya (économiste, Core Associates), Saad Khatib (économiste) et Hisham Awartani (économiste, Palestine Governance Institute). Cet accord a inversé les priorités des politiques économiques, plaçant la société palestinienne dans une situation de dépendance aux importations et encourageant les exportations, aux dépens de la mise en place d’un marché intérieur comme l’a souligné au cours des débats et en conclusion Raja Khalidi (économiste, UNCTAD).

Colloque: The Palestinian Political Economy: Daily practices, sustainability and prospects

Colloque: The Palestinian Political Economy: Daily practices, sustainability and prospects. Photo Laurent Bonnefoy

En dépit de ce contexte particulier, l’économie politique palestinienne est en pleine reconfiguration. Comme l’ont rappelé Muhammad al-Hirbawi (expert, HITCO) et Muhammad Akram Hassuneh (expert, Pacpa), le rôle des acteurs du secteur privé est croissant et peut, selon Robert McNulty (philosophe, Bentley University), constituer un levier pour le dialogue et la relance du processus de paix « par le bas ». Ce secteur s’inscrit dans une politique économique qui favorise la transformation des élites et l’émergence d’un conglomérat qui lie l’Autorité palestinienne aux acteurs privés. La communication de Julien Salingue (politologue, Université Paris 8) a souligné cette modification ainsi que les inégalités qu’elle génère en termes de revenu, mais aussi les processus de dépolitisation qu’elle déclenche. Basel Natsheh (économiste, Université d’Hébron) s’est intéressé aux disparités régionales, y compris dans le contexte de la séparation Gaza/Cisjordanie et des difficultés croissantes de l’accès des travailleurs palestiniens au marché du travail israélien. En s’appuyant sur l’exemple d’un marché de l’immobilier apparemment en plein essor, Touffic Haddad (économiste, Université de Birzeit /SOAS) a relevé les risques que le système bancaire fait peser sur l’économie et les ménages. L’arrivée sur le marché de produits d’importation, notamment de Chine mais aussi d’Israël, nécessite la mise en place d’un contrôle de qualité plus strict. Si les lois se révèlent de fait défaillantes, Anwar Abu Eisheh (juriste, Université al-Quds) a présenté les mécanismes permettant la mise en place d’un mouvement de protection des consommateurs.

Photo © Sandra Mehl, 2011. Qalqiliya, paysans d’oiiveraies

Photo © Sandra Mehl, 2011. Qalqiliya, paysans d’oliveraies

Face à ces contraintes, de nouvelles pratiques émergent et transforment radicalement les pratiques quotidiennes. La plus frappante est sans nul doute celle liée à l’économie des tunnels dans la bande de Gaza. Comme l’a démontré Nicolas Pelham (journaliste, The Economist) elle non seulement permis de contourner partiellement les contraintes de l’embargo israélien et de favoriser la reconstruction de Gaza, mais elle a aussi fait émerger certaines classes sociales, déstabilisant la société gazaouie [4]. Selon Anwar Jayousi (expert, FATEN), la pratique du microcrédit offre de nouvelles perspectives à de nombreux acteurs et entraîne la création de nouvelles entreprises. Clio al-Azza (sociologue, MAS) s’est appuyée sur son étude des artisans palestiniens pour souligner l’émergence d’un nouveau marché et d’acteurs qui mettent en avant la valeur ajoutée du label « fabriqué en Palestine ». Cette logique du « consommer local » trouve des échos parmi les fonctionnaires de l’Autorité palestinienne mais achoppe sur les contraintes liées à l’occupation et aux engagements pris dans le cadre du Protocole de Paris, en même temps que sur les pratiques des consommateurs palestiniens qui restent peu enclins à changer leurs habitudes.

Colloque: The Palestinian Political Economy: Daily practices, sustainability and prospects

Colloque: The Palestinian Political Economy: Daily practices, sustainability and prospects. Photo Laurent Bonnefoy

Si cet événement scientifique a été un réel succès et a donné lieu à de passionnantes discussions, notamment avec les acteurs du secteur privé venus nombreux, il est à déplorer le refoulement par les autorités israéliennes de l’un des participants : Taher Al Labadi, doctorant français en économie, rattaché à l’Université Paris-Dauphine et dont l’intervention devait porter sur la distribution inégale des dividendes économiques du processus de paix. Ce refoulement illustre les difficultés de nombreux universitaires français ou étrangers à venir sereinement effectuer leur travail dans les Territoires palestiniens, y compris lorsque le caractère de leurs recherches ne semble pas directement « sensible ».


Crédits photos : © Sandra Mehl et Laurent Bonnefoy

Page web du colloque : http://www.ifporient.org/node/1015


[1] Benjamin Barthe, Ramallah Dream. Voyage au cœur du mirage palestinien, Paris, La Découverte, 2011.

[2] Palestinian Ministry of National Economy et Applied Research Institute, The economic cost of Israeli occupation for the Palestinian Territory, septembre 2011 [En ligne] http://www.met.gov.ps/pdf/ecocostsIsraeloccupationPalestinian.pdf

[3] Raja Khalidi et Sobhi Samour, « Neoliberalism and Liberation: The Statehood Program and the Remaking of the Palestinian National Movement », Journal of Palestine Studies, 40/2, 2011, p. 6-24. [En ligne]  DOI 10.1525/jps.2011.XL.2.6 et http://www.palestine-studies.org/journals.aspx?id=10924&jid=1&href=fulltext

[4] Nicolas Pelham, « Gaza’s Tunnel Complex », Middle East Research and Information Project (MERIP), 261, 2011. [En ligne] http://www.merip.org/mer/mer261/gazas-tunnel-complex


Vous aimerez aussi...