L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie

Sous les auspices de la Direction générale des Antiquités du Liban (DGAL), en partenariat scientifique avec l’Ifpo et l’UNESCO (bureau de Beyrouth), un colloque intitulé L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie s’est tenu sur place, au Centre d’archéologie sous-marine, les 3 et 4 octobre 2011. L’objectif assigné à cette réunion était de dégager les grands axes selon lesquels présenter les collections du futur musée de site en cours d’aménagement. Les organisateurs avaient donc invité les principaux acteurs de la recherche qui ont travaillé à Tyr ces dix dernières années. Placée sous le patronage de S. E. M. Gaby Layoun, ministre de la culture, cet événement scientifique et culturel fut inauguré en sa présence, ainsi qu’en celle de S. E. M. Denis Pietton, ambassadeur de France et de M. Hassan Dbouk, président de la municipalité de Tyr.

Lévon Nordiguian présentant l’exposition Poidebard à Denis Pietton, ambassadeur de France (à gauche) et Nabil El-Jisr, Président du Conseil de développement et de reconstruction, CDR-Liban (au centre).

Deux jours de travaux, répartis en six sessions, ont permis de confronter les résultats acquis dans les principaux domaines et périodes d’investigation scientifique, tandis qu’une quinzaine de posters, exposés à proximité de la salle de conférence, illustraient des monuments particuliers ou des thématiques spécifiques. Parallèlement, une exposition organisée par la Bibliothèque orientale de l’Université Saint-Joseph et le responsable de son fonds photographique, M. Lévon Nordiguinan, présentait Tyr et les ports phéniciens vus du ciel en rassemblant à la Maison de Ville (Bayt Mamlouk) des photographies aériennes anciennes du R. P. jésuite Antoine Poidebard (1878-1955).

Longtemps, Tyr est restée un site célèbre mais relativement peu étudié. Jusqu’au milieu du xixe s., il est essentiellement connu par des sources littéraires, classiques et médiévales. Les écrivains grecs et latins évoquent aussi le souvenir de la ville phénicienne de l’âge du Bronze, pour laquelle la Bible constitue d’ailleurs une source subsidiaire. Il faut noter enfin ce que pouvait apporter du matériel secondaire, comme les monnaies, les sceaux ou les inscriptions médiévales dont un livre récent dresse l’inventaire (Les sources de l’histoire de Tyr, éd. Pierre-Louis Gatier et al. [UJS/Ifpo], Beyrouth 2011). C’est par rapport à cette documentation relativement mince que se définissaient les récits des voyageurs d’Orient qu’illustre le poster de Zeina Haddad (Sur les pas des voyageurs dans la région de Tyr).

Ernest Renan (1823-1892) inaugure l’étude archéologique du site de Tyr. Sa Mission de Phénicie-Campagne de Tyr (1864) propose un premier tracé des ports phéniciens, examine les rapports entre l’île et l’établissement côtier, dresse un inventaire des vestiges archéologiques, propose un premier recueil d’inscriptions. Ses prospections dans la campagne de Tyr le conduisent notamment à dégager l’église de Qabr Hiram, sans que le dossier de ce monument byzantin n’ait encore livré toute l’information possible quant à l’occupation de l’arrière-pays, ainsi que l’a souligné Jean-Paul Rey-Coquais. Il reste que Mission de Phénicie-Campagne de Tyr demeure le point de départ obligé de toute recherche scientifique sur Tyr antique et médiévale.

Les hypothèses d’Ernest Renan sur la topographie de Tyr et de ses ports seront revues avec les travaux qu’Antoine Poidebard conduisit à partir de photographies aériennes et subaquatiques. Si les méthodes de ce savant et ingénieux jésuite appartiennent au passé scientifique, il a bien ouvert la voie aux investigations sous-marines d’Honor Frost (1917-2010) et de ses jeunes épigones, comme l’a justement rappelé l’un de ceux-ci, Ibrahim Noureddine.

Tyr. Vue aérienne du port nord et de la ville depuis l’est. Photo Poidebard

Tyr. Vue aérienne du port nord et de la ville depuis l'est. Les deux jetées médiévales apparaissent nettement. Photo Antoine Poidebard, tirage papier 17 x 23,5 cm, avant 1934. Source : Musée virtuel Poidebard (http://www.usj.edu.lb/poidebard), Université Saint-Joseph de Beyrouth

À partir de 1947, avec l’ouverture des fouilles systématiques conduites par l’émir Maurice Chéhab (1904-1994), le site de Tyr va prendre la physionomie que nous lui connaissons, avec le dégagement de l’hippodrome, de la voie romaine, de la nécropole romano-byzantine [quartier dit des sables], et du quartier de l’île [dit aussi de la ville] (colonnade, thermes, cathédrale médiévale…). Samir Chami a rappelé l’importance des travaux de restauration auxquels ces opérations grandioses ont donné lieu. Une somme d’informations considérable sur l’histoire classique et médiévale de Tyr en a résulté, mais qui n’a pu être encore complètement exploitée, ni même entièrement publiée (sinon le riche dossier épigraphique édité par Jean-Paul Rey-Coquais), en raison des événements dramatiques que connut le Liban.

Visite du site archéologique : Arc triomphal de la voie romaine de Tyr

La paix restaurée, la DGAL a repris le cours de ses activités scientifiques et patrimoniales. Ali Badawi a dressé le tableau diversifié du travail accompli. Plusieurs posters de l’exposition annexe au Séminaire l’illustrent également (dont celui consacré à la remarquable découverte d’une basilique paléo-chrétienne par le même Ali Badawi). Parallèlement, de grands programmes de fouille ont été entrepris par des équipes étrangères, dont deux directeurs ont pu présenter ici un bilan : Maria Eugenia Aubet (nécropole phénicienne d’al-Bass) ; Pierre-Louis Gatier (reprise d’un secteur romain et byzantin de la zone de Tyr-ville et chantier de la cathédrale croisée). Bien sûr, l’archéologie sous-marine doit se développer sur ce site éminemment maritime, dans la ligne ouverte par Poidebard et Frost. Ibrahim Noureddine, Myriam Secco et Georges Castelvi font avancer ainsi la connaissance des ports et des techniques maritimes de l’époque phénicienne. Le poster de Jean Sicre, sur les enjeux et techniques de la recherche archéologique dans les eaux de Tyr, y contribue aussi.

Longtemps si peu connue et si fameuse à la fois, l’époque phénicienne sort de l’ombre, peu à peu, grâce aux fines analyses de Maria Eugenia Aubet et Laura Tresillo Carreño, dont les interprétations socio-anthropologiques portent sur les structures communautaires, les rituels et la démographie. Pour le développement urbain, depuis Ernest Renan, on sait les difficultés et les déceptions (encore plus lourdes aujourd’hui) qu’a réservées le site de Tyr aux archéologues de la période. Le recours aux sites des cités phéniciennes dont Tyr fut la métropole est donc particulièrement bien venu et l’intervention de Lorenzo Nigro sur Motye doit ouvrir la voie à d’autres parallèles. De même, le poster de Valérie Porra-Kuténi et Tarek Kuténi, consacré aux figurines et statuettes de Tyr, va gagner d’être confronté à celui que propose Andréa Pedinelli sur la coroplastique de la Carthage punique.

Les périodes romaine, tardo-antique et byzantine étaient moins obscures, en raison de l’abondance des sources littéraires et épigraphiques, et parce que c’est sur celles-ci qu’avait porté surtout l’effort des archéologues libanais conduits par Maurice Chéhab. La mission de Pierre-Louis Gatier permet donc d’abord une relecture d’anciennes interprétations. Gérard Charpentier propose ainsi une solution nouvelle pour les bains de Tyr-ville, au bloc desquels il intègre notamment la grande colonnade, et Catherine Duvette analyse leur implantation dans le tissu urbain (voir également, sur ce dernier point, le poster de Maha el-Masri Hachem). Relecture également, sans fouille cette fois-ci, de la chronologie de l’hippodrome par Hany Kahwagi-Janho qui, se fondant sur des observations architectoniques et stylistiques, revisite l’agencement des différents monuments de ce secteur célèbre (mais dont les archives de fouilles ont disparu). L’examen du matériel, et d’abord la céramique, tient une grande place dans cet effort coordonné de réinterprétation, d’autant qu’il était moins étudié. Dominique Pieri est désormais en mesure de dresser un tableau convaincant de la production et de l’importation des poteries à Tyr entre le ive s. et l’époque médiévale (voir aussi le poster qu’il consacre au sujet avec Nairuz Haidar Vela).

Parallèlement aux travaux de la mission franco-libanaise, Hassan Badawi, fort de sa grande connaissance du site, avance une typologie des pavements tyriens, tandis qu’un poster de la mission italienne de restauration rappelle les origines des marbres de la ville. Ziad Sawaya fait porter son attention sur le monnayage moins connu de l’époque hellénistique. La découverte fortuite d’une grande basilique paléochrétienne par Ali Badawi conduit archéologues et épigraphistes à repenser la topographie religieuse de Tyr et de sa région à l’époque byzantine (Frédéric Alpi). L’étude des inscriptions grecques et latines porte aussi les chercheurs à dégager, sur la plus longue durée, les composantes sociales de la société tyrienne des époques classiques (Jean-Paul Rey-Coquais, Jean-Baptiste Yon).

Communication de F. Alpi, colloque de Tyr, 4 octobre 2011

Communication de F. Alpi sur les fragments inscrits et la localisation de la basilique paléo-chrétienne de Tyr

L’étude du Moyen Âge tyrien se fonde également sur les travaux conduits antérieurement sous l’impulsion de Maurice Chéhab, dont les analyses sont réexaminées par une collecte systématique des données disponibles. Patricia Antaki-Masson offre ainsi un tableau très précis de l’urbanisme de la ville des Croisades et de ses défenses, terrestres et maritimes (complété par le poster qu’elle propose sur le matériel archéologique médiéval). La vie religieuse de la Tyr d’époque franque est encore évoquée par la présentation de ses églises intra muros et de la chapelle Saint-Sauveur, sise à l’extérieur de l’enceinte, sur l’hippodrome antique, et qui fait l’objet d’un autre poster réalisé de concert avec Frédéric Alpi. L’économie médiévale de Tyr est enfin abordée par le biais de l’industrie du verre qu’étudie David Whitehouse.

Nous assistons donc à une consolidation érudite des connaissances historiques. Deux périodes nouvelles s’ouvrent aujourd’hui à l’investigation, aux deux extrémités chronologiques du passé tyrien. Corinne Yazbek a présenté le potentiel, encore très largement inexploré, des sites préhistoriques du pays de Tyr. La reconstruction de la ville, au milieu du xviiie s., constitue encore un domaine neuf d’investigations, inauguré par les observations et recherches de Ali Badawi.

Les actes du Séminaire international de Tyr, à paraître en supplément de la revue BAAL, constitueront un bilan des avancées de la science historique. Ce faisant, ils dessinent les objectifs qui restent à atteindre, au double plan de la connaissance scientifique et de la conservation du patrimoine.

Liens – bibliographie


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 07/12/2011

    […] L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie | Les carnets de l&rsquo… Sous les auspices de la Direction générale des Antiquités du Liban (DGAL), en partenariat scientifique avec l’Ifpo et l’UN… Source: ifpo.hypotheses.org […]

  2. 13/03/2012

    […] => pour en savoir plus […]