Le procès d’Abū Muḥammad al-Maqdisī et le délit d’opinion dans un État autoritaire

« Cette sentence ne changera pas notre voie (minhājinā), ni notre dogme (‘aqīdatinā) ! Nous resterons attachés au Livre [le Coran] et à la Sunna, nous ne cesserons pas de soutenir les combattants du Jihad (mujāhidīn) dans leur lutte contre les Américains ».

Le jeudi 28 juillet 2011, la  Cour de sûreté de l’État hachémite a condamné ‘Iṣām al-Barqāwī, plus connu sous le nom d’Abū Muḥammad al-Maqdisī, à une peine cinq ans de prison. Officiellement, Abū Muḥammad al-Maqdisī est accusé par les autorités d’avoir dirigé une filière organisant l’acheminement de combattants en Afghanistan. Outre le recrutement, il lui est également reproché, ainsi qu’à ses trois co-accusés, d’avoir collecté des fonds destinés à l’insurrection. Au premier abord, il peut sembler surprenant eu égard aux peines infligées (entre deux ans et demi et cinq ans de prison) et aux sommes collectées (500 dollars !!!) de voir l’un des principaux idéologues du courant jihadiste, se sachant sous la surveillance permanente des services de renseignements jordaniens, s’impliquer dans un réseau de faible envergure… Le report à deux reprises de l’énoncé de ce verdict, ainsi que la déclaration d’al-Maqdisī rapportée par les journalistes présents, nous laisse penser que les véritables motifs de sa condamnation sont sans doute à chercher ailleurs.

Né en 1959 à Barqa, un village près de Naplouse, Abū Muḥammad al-Maqdisī a grandi au Koweït où sa famille s’était installée au début des années soixante. En 1991, la libération du territoire koweïtien par les troupes américaines provoque l’expulsion des 300 000 Palestiniens de nationalité jordanienne,qui paient le prix du soutien du roi Hussein de Jordanie et de Yasser Arafat à l’Irak de Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe. Abū Muḥammad al-Maqdisī est donc contraint de s’installer en Jordanie en 1992, après avoir séjourné successivement en Irak, en Arabie saoudite puis au Pakistan et en Afghanistan. Ces multiples pérégrinations, auprès de nombreux oulémas, lui permirent d’acquérir une solide formation théologique. L’œuvre principale d’al-Maqdisī est un traité dogmatique, intitulé Millatu Ibrāhīm (La religion d’Abraham), dans lequel il compare les systèmes législatifs en vigueur dans les pays arabes aux idoles que refusa de servir Abraham1. Bien qu’il ait été formé en Arabie saoudite, cette dernière n’est nullement épargnée dans ses écrits, al-Maqdisī consacre d’ailleurs un livre entier au Royaume saoudien : al-Kawāshif al-jalliyya fī kufr ad-dawla as-sa‘ūdiyya (L’exposition limpide de la mécréance de l’Etat saoudien). Cette production livresque, pouvant être consultée en ligne, s’appuie notamment sur la pensée d’Ibn Taymiyya (1263-1328), d’Ibn al-Qayyim al-Jawziyya (1292-1350), de Muḥammad Ibn ‘Abd al-Wahhab (1703-1792), de ‘Abd Allāh Abā Buṭayn (1780-1866) et de Sulaymān Ibn Saḥmān (1850-1931).

Si la profession de foi d’al-Maqdisī, dont la dimension est surtout théorique, paraît inflexible, ses positions politiques concrètes, quant à elles, semblent beaucoup plus nuancées. En effet, à plusieurs reprises al-Maqdisī s’est opposé aux pratiques de plusieurs groupes jihadistes. À l’occasion d’une correspondance adressée à Abū Muṣ‘ab az-Zarqāwī (1966-2006), son ancien compagnon de route, il conseilla à ce dernier d’orienter ses attaques vers l’occupant américain plutôt que vers des cibles chiites, qu’il s’agisse de civils ou de lieux de culte. Dans d’autres ouvrages, al-Maqdisī condamne avec vigueur les assassinats d’humanitaires. En 2008, à l’issue d’une incarcération de trois années, il  ajouta à un ancien ouvrageWaqafāt ma‘a thamarāt al-Jihād (Sur les fruits du Jihad)  un chapitre consacré à la Croix Rouge intitulé  Hal jazā’u al-iḥsān illā-l-iḥsān ? (Y a-t-il d’autre récompense pour le bien, que le bien? : Coran, sourate LV, verset 60). Traduit en anglais (Is there any reward for good other than good?), ce document relate l’expérience d’Abū Muḥammad al-Maqdisī avec la délégation du CICR, qui lui rendit de nombreuses visites durant sa détention. Désavouant explicitement les attentats ayant été perpétrés dans les locaux du CICR à Bagdad, al-Maqdisī rappelle que l’empire Ottoman avait accepté sans réserve la première convention de Genève en 1864, reconnaissant la neutralité du personnel médical intervenant dans les zones de guerre.

En raison du printemps arabe, cette nouvelle condamnation d’Abū Muḥammad al-Maqdisī depuis 1994 ce dernier a été  incarcéré à sept reprises pour une durée totale de neuf années de détention  s’inscrit dans un contexte particulier. En effet, dès le début du mois de  mars 2011, les jihadistes jordaniens ont pris part au mouvement populaire de contestation, entamé quelques semaines plus tôt par l’extrême-gauche et les Frères musulmans. Cette dynamique fut interrompue le 15 avril, à la suite d’affrontements dans la ville de Zarqa, ayant entraîné l’hospitalisation d’une quarantaine de policiers blessés au courts des heurts. Auparavant, les manifestations menées par les jihadistes s’étaient déroulées dans le calme, sans violence, autour de slogans réclamant la libération des prisonniers politiques – dont Abū Muḥammad al-Maqdisī – et l’application de la charia. Les événements de Zarqa ont donc largement profité au régime jordanien, embastillant sur le champ plus d’une centaine de manifestants jihadistes avec la bénédiction d’une partie de l’opinion publique, choquée par la violence de ces  affrontements. Au-delà du spectre salafi jihadiste, les événements de Zarqa affaiblirent durablement le mouvement de contestation en Jordanie. A tel point que certains observateurs se mirent à avancer l’hypothèse d’une manipulation par les services de renseignements des éléments les plus radicaux du courant jihadiste.

D’après le journaliste Muḥammad Abū Rumān, chercheur au centre des études stratégiques d’Amman, il s’agit d’un verdict choquant et pitoyable rendu par des juges militaires non indépendants. Selon lui, Abū Muḥammad al-Maqdisī est certainement un idéologue radical, mais il n’appelle pas à la violence en Jordanie. Au contraire, il a joué un grand rôle dans l’orientation des jihadistes jordaniens vers des activités de prédication pacifique, plutôt que vers l’action terroriste. Au cours de nos recherches sur le terrain, nous avons pu constater que le courant jihadiste jordanien n’évoluait pas dans la clandestinité mais souhaitait, au contraire, apparaître dans l’espace public, malgré une marge de manœuvre fortement limitée. La nouvelle condamnation d’Abū Muḥammad al-Maqdisī semble démontrer les limites du régime hachémite à tolérer une opposition politique radicale, fut-elle non violente. Pour Marwan Shehadeh, l’un des principaux spécialistes de l’islamisme dans le monde arabe, si les discours des jihadistes jordaniens avaient sensiblement évolué, grâce à l’influence d’al-Maqdisī, au cours des dernières années, l’attitude répressive du régime à leur encontre reste inchangée. La sentence du 28 juillet est d’ailleurs encore plus sévère que les précédentes condamnations d’al-Maqdisī pour des accusations similaires. Il estime peu probable qu’al-Maqdisī bénéficie d’une grâce royale à l’occasion de la fête l’aïd al-Fitr, marquant la fin du ramadan. Toutefois, l’avocat d’Abū Muḥammad al-Maqdisī ayant fait appel, le prochain verdict devrait être plus clément tant il est évident pour tous les observateurs qu’il ne s’agit pas d’une affaire de terrorisme mais bel et bien d’un délit d’opinion.

Pour en savoir plus sur Abū Muḥammad al-Maqdisī et son influence sur le courant jihadiste :
• R. CAILLET, « A French Jihādī in Crisis: “Role Exit” and Repression », in The Muslim World, n° 101, 2011, p. 286-306.
• R. CAILLET, « Note sur l’espace public salafi en Jordanie », in M. ABABSA et R. DAHER (éd.), Cities, Urban Practices and Nation Building in Jordan, Villes, pratiques urbaines et construction nationale en Jordanie, Cahiers de l’IFPO n°6, Beyrouth, 2011, p. 307-327.
• Abū M. al-MAQDISĪ [‘I. al-BARQĀWĪ], Waqafāt ma‘a thamarāt al-Jihād , Site Minbār at-Tawḥīd wa-l-Jihād, 2008. (1e éd. 2004) [http://www.tawhed.ws/r?i=5yj8ssez].
• J. WAGEMAKERS, A Quietist Jihadi-Salafi: The Ideology and Influence of Abu Muhammad al-Maqdisi, Thèse de doctorat, Radboud Universiteit Nijmegen, 2010.
• J. WAGEMAKERS, « Reclaiming Scholarly Authority: Abu Muhammad al-Maqdisi’s Critique of Jihadi Practices», Studies in Conflict & Terrorism, n °34, 2011, p. 523-539.

  1. Bien qu’Abraham soit une figure commune aux religions musulmane, juive et chrétienne. Les trois traditions se distinguent quant à la signification première du message abrahamique. Dans la tradition musulmane, le récit de la prophétie d’Abraham insiste sur le concept de monothéisme (at-Tawḥīd) et le désaveu (al-barā’a) des idolâtres. Pour le judaïsme, l’essentiel de son message se résume en la promesse d’une terre et d’une descendance. Enfin, les chrétiens soulignent « la bénédiction universelle » annoncée par Dieu à Abraham.  []

Vous aimerez aussi...