Charbons ardents et grains à moudre. Approche archéobotanique du site de Dharih (Jordanie)

L’archéobotanique1, en tant que science archéologique, s’appuie sur l’étude de découvertes matérielles, les vestiges de plantes, afin d’améliorer notre connaissance du passé en développant un aspect précis, celui des relations entre l’homme et le monde végétal. Cette discipline, dont les balbutiements remontent au XIXe siècle, est le produit d’une rencontre entre deux géants scientifiques, les sciences humaines d’un côté, les sciences de la vie de l’autre. Ses perspectives de recherche, qui soulignent son statut hybride, s’orientent selon deux problématiques : la définition de l’économie végétale des sociétés passées (acquisition et utilisation des végétaux) et la reconstitution des paysages végétaux dans lesquels évoluent ces sociétés.

J’ai commencé la recherche archéologique motivée par une envie d’approcher le quotidien des populations passées ; assez vite, les plantes, pour une question d’affinité, me sont apparues comme un terrain d’étude approprié. Pour ma thèse, j’ai pu m’appuyer sur les apports d’archéologues qui ont travaillé depuis le milieu des années 1980 sur des sites des époques antiques et islamiques du sud du Proche-Orient, comme Dharih et Pétra en Jordanie ou Bosra en Syrie du Sud. Leurs collectes ont permis de rassembler un nombre important de graines et de bois découverts lors des fouilles. Ma participation aux dernières campagnes sur les sites de Dharih et de Bosra m’a donné l’occasion de vivre pleinement cette situation « hybride » de l’archéobotaniste, me conduisant à m’intéresser tant à l’objet végétal – vieux de 2000 ans, minuscule, carbonisé, déformé et pourtant chargé d’informations historiques – qu’au paysage végétal actuel, difficile à appréhender sans clés de compréhension de pure botanique. Une mission de prospection botanique effectuée en avril 2011 dans le but de découvrir la flore printanière m’a définitivement convaincue de la nécessité de développer une approche globale où la division entre sciences humaines et sciences de la vie n’a pas sa place.

Figure 1 : La vallée du ouadi Laaban. Vue en direction du nord. Le site de Dharih est visible en bas à droite de la photographie. Un jardin irrigué d’oliviers et de grenadiers s’étend en contrebas.

Les campagnes de fouille menées sur le site de Dharih, situé sur la « Route des Rois » au nord-est de Tafilah dans la vallée du ouadi Laaban, entre 1984 et 2008 sous la direction de François Villeneuve (Université Paris I-Sorbonne) et Zeidoun al-Muheisen (Université du Yarmouk-Irbid), ont mis au jour les vestiges d’un vaste sanctuaire d’époques nabatéenne et romaine entouré d’un village et d’une nécropole (fin Ier-milieu IVe siècle ap. J.-C.), réoccupés par la suite aux époques byzantine et omeyyade (VIeIXe s.) et probablement plus tardivement, à la fin de l’époque mamelouke (fin xve s.2). Afin de tenter de mieux comprendre le mode de vie des populations ayant vécu sur ce site rural et la façon dont elles géraient leurs ressources végétales, des prélèvements archéobotaniques ont été réalisés.

Figure 2 : grain carbonisé d’orge vêtue (Hordeum vulgare L.)

Dans les milieux semi-arides qui caractérisent le sud du Proche-Orient, le matériel végétal souffre des affres du temps et se décompose rapidement sous l’effet des micro-organismes. La très grande majorité des restes végétaux retrouvés sur les sites archéologiques est carbonisée – suite à une utilisation des plantes comme combustible, par accident lors d’une préparation alimentaire, parce qu’on a voulu les éliminer en les jetant au feu ou encore par incendie. De nombreuses couches archéologiques du site de Dharih contenaient des végétaux carbonisés, visibles à l’œil nu grâce à leur couleur noire : des charbons de bois et des graines épars dans des niveaux de circulation des maisons construites autour du sanctuaire aux époques nabatéenne et romaine ; des rejets de combustible dans des dépotoirs liés à la transformation d’un minerai de fer durant la période romaine tardive ; des fragments de bois brûlés d’un appentis construit juste devant le temple, à l’intérieur du sanctuaire, et détruit à l’époque byzantine ; les restes des derniers feux ayant permis de chauffer un petit bain durant la même période ; des rejets de foyer domestique des dernières occupations du site à l’époque mamelouke, etc. La majorité des contextes a livré des quantités importantes de végétaux carbonisés, semences et bois, dont on ne connaît pas l’utilisation précise mais qui, à l’échelle du site, fournissent des informations précieuses sur le paysage végétal des périodes étudiées.

Figure 3 : Coupe transversale d’un fragment de bois carbonisé de saule (Salix sp.) La disposition des vaisseaux et les rayons composés d’une seule rangée de cellules sont des éléments caractéristiques de la famille des Salicaceae.

Une fois ces vestiges extraits du sédiment qui les contient, les semences sont identifiées sous une loupe binoculaire, essentiellement par l’observation de leur forme et l’ornementation de leur surface. Les bois carbonisés sont examinés sous microscope dans le but de reconnaître des critères anatomiques distinctifs, comme par exemple la disposition et le nombre des vaisseaux permettant la circulation de la sève, la configuration des éléments de soutien… En comparant ces observations aux spécimens végétaux modernes, il est possible de proposer une identification de l’espèce. Ce travail conduit à un inventaire, avec les noms latins et leurs équivalents français des plantes trouvées dans chaque contexte, pour chaque période.

Dès lors, ces données permettent d’élaborer un premier jeu de questions-réponses :
— Sur quelles plantes se basait l’alimentation végétale des habitants de Dharih ? Différentes espèces de blés, des orges, des lentilles, des figues, des olives, des raisins, des grenades, qui accompagnent la découverte, sur le site, d’aires de battage, de broyeurs, de meules… La confrontation de ces éléments végétaux et des outils et structures permet de supposer que l’ensemble de ces plantes était cultivé sur place, durant toutes les périodes d’occupation du site.
— Qu’utilisait-on comme bois de construction pour l’appentis ? Du bois de cyprès, un peu de peuplier ou de saule.
— Comment sont chauffés les bains ? Avec des noyaux d’olives, probables déchets récupérés après le broyage et le pressurage des fruits pour la fabrication de l’huile d’olive, produite sur place comme l’indiquent plusieurs huileries antiques retrouvées sur le site, l’une d’elle étant édifiée dans le village d’époque byzantine et contemporaine des bains.

Figure 4 : Oliviers et grenadiers actuels, cultivés et irrigués en contrebas du site de Dharih.

Comme dans toute recherche, ces réponses sont sujettes à de nouvelles questions. Une première constatation s’impose : les blocs utilisés pour construire le temple du sanctuaire d’époque nabatéenne puis romaine sont richement décorés et présentent un vaste répertoire végétal où les représentations de vigne figurent au premier plan. Mes propres résultats indiquent, certes, la présence de la vigne, mais en proportion si faible qu’elle semble anecdotique, à côté des figuiers et oliviers. Que faut-il en penser ? Le décor végétal répondrait-t-il à un style normatif ou sociétal, sans lien avec le paysage de l’époque ? Les produits de la vigne se sont-ils mal conservés ? La vigne était-elle bien cultivée, mais uniquement par une catégorie de la population très restreinte ?

Figure 5 : Bloc appartenant à la façade du temple de Dharih, première moitié du IIe siècle ap. J.-C. On distingue un personnage tenant des rinceaux de vigne.

Par ailleurs, la découverte de bois de peuplier ou de saule − la distinction entre les deux espèces ne peut être faite à partir des restes étudiés − indique la présence d’une végétation se développant sur des terrains humides des bords de ouadi, ce que confirme également la découverte d’espèces hydrophiles dans divers contextes, des vestiges de roseaux, de frênes et de platanes. Où peut-on replacer cette végétation complètement absente du site aujourd’hui ? Sur les anciens bords du ouadi qui s’étend en contrebas du sanctuaire ? Un peu plus loin à environ huit kilomètres au nord-ouest, près de sources chaudes de Burbeita où se développe aujourd’hui une végétation humide foisonnante ? La variété des espèces boisées découvertes, typiques des bords de ouadi ou poussant à flanc de collines, pourrait a priori indiquer un couvert arboré plus important qu’aujourd’hui. Néanmoins, l’utilisation de noyaux d’olive comme combustible semble plutôt être le signe d’un manque de bois à moins que les populations de l’époque aient développé un sens aigu de la récupération des « déchets », indépendamment des ressources en bois, sachant bien utiliser ces galettes de noyaux et de résidus d’olive constituant un combustible durable et efficace.

En assurant le lien entre les sciences humaines et les sciences de la vie, l ‘archéobotanique contribue à développer une approche de plus en plus précise des populations passées. Au-delà de cette connexion, les nombreuses questions suscitées par l’étude de Dharih soulignent la nécessité d’un dialogue constant avec l’ensemble des sciences mises en œuvre sur le site. Les informations apportées par chacune d’entre elles se répondent, s’interrogent, se complètent, se contredisent… et nous donnent de multiples occasions de rebondir en formulant de nouvelles hypothèses, qui, encore plus que les réponses apportées, rendent l’archéologie bien vivante.

On le constate, les charbons autrefois ardents de Dharih n’ont pas fini de donner du grain à moudre aux chercheurs d’aujourd’hui !

 

Charlène Bouchaud,
Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 7041 – ArScAn, équipe APOHR
(Archéologie du Proche-Orient hellénistique et romain)
charlene.bouchaud@gmail.com
(Illustrations 1-4 © Ch. Bouchaud ; 5 : Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih )

 

  1. Terral J.-F., Bourquin-Mignot C., Brochier J.-E., Chabal L., Crozat S., Fabre L., Guibal F., Marinval P., Richard H., Théry-Parisot I. (éds.), La Botanique, collection Archéologiques, Errance, Paris, 1999. []
  2. Villeneuve F., Al-Muheisen Z., « Le sanctuaire nabatéo-romain de Dharih (Jordanie) : nouvelles découvertes 2001-2008 », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2008, p. 1498-1520. []

1 réponse

  1. 01/08/2011

    […] Article de Charlène Bouchaud (25 juillet 2011) à lire dans les Carnets de l’Ifpo  […]