Jordanie : solaire ou nucléaire, le choix des bailleurs de fonds ?

16 juillet 2011
Par

Actuellement, la Jordanie importe 96 % de son énergie, majoritairement sous la forme de pétrole (61 %) et de gaz naturel (36 %), depuis l’Irak et l’Égypte. Mais depuis février 2011, les actes de sabotage contre les pipelines qui partent d’Égypte pour alimenter Israël et la Jordanie se multiplient, créant un climat d’insécurité énergétique et, surtout, obligeant le gouvernement jordanien à des investissements énormes pour importer le pétrole en remplacement du gaz [1]. En outre, la demande en électricité devrait atteindre plus de 5000 MW en 2020[2], tandis que la demande en énergie primaire devrait doubler. Il paraît donc urgent pour la Jordanie de parvenir à limiter sa dépendance énergétique. Mais vers quelle énergie se tourner ? Le nucléaire, projet de longue date de plus en plus critiqué ? Le solaire, investissement lourd mais plus sensé ?

1. Quels choix pour l’énergie de demain ?

Le ministère de l’Énergie (Ministry of Energy and Mineral Ressources) n’a pas fait un choix radical en faveur de l’une ou de l’autre source d’énergie. Le « mix énergétique » devrait permettre, en 2020, de réduire à 61% l’énergie importée, grâce à des investissements dans le nucléaire, dans les énergies renouvelables, et dans le schiste bitumineux. Le graphe ci-dessous reprend les derniers chiffres avancés par le ministère[3].

   

Cependant, quelques correctifs sont à apporter. D’une part, le projet nucléaire est loin d’être mis en œuvre. Sa localisation initiale, près de la mer rouge, n’a plu ni à Israël ni à l’Arabie Saoudite, et cette idée a dû être abandonnée au profit (ou au détriment) de Mafraq, à l’est d’Amman. Il faut donc résoudre le problème de l’eau, absente à cet endroit. La stratégie énergétique jordanienne ne prévoit pas d’utiliser l’énergie nucléaire avant 2030. D’autre part, le schiste bitumineux (oil shale) pose plus d’un problème. En quantité insuffisante pour certains, trop dangereux pour d’autres, nécessitant des investissements lourds dans la protection de l’environnement lors de son extraction, les bailleurs de fonds ne se pressent pas vraiment aux portes de cette ressource minérale encore peu explorée.  L’énergie renouvelable, quant à elle, devrait provenir de trois sources : le solaire (300-600 MW), l’éolien (600-1000 MW) et l’énergie obtenue à partir des déchets[4] (30-50 MW). Les investissements nécessaires sont évalués comme suit (chiffres 2008), pour un total compris entre 14 et 18 milliards de dollars US :

Le programme d’efficacité énergétique, qui vise à faire diminuer la consommation d'énergie,  se décline pour les particuliers principalement autour de deux thématiques : le changement des ampoules classiques et des néons en lampes à basse consommation (projet que l’on retrouve pour l’éclairage public des rues d’Amman), et l’équipement en chauffe-eaux solaires.

2. Management des projets renouvelables. Le GEEREF.

La part des énergies renouvelables est actuellement infime (2 %). L’objectif affiché est d’atteindre 10 % d’ici 2020, mais aussi de réduire la consommation d’énergie de 20 % : c’est le programme Renewable Energy & Energy Efficiency encadré par une loi écrite en mars 2010. Pour l’efficacité énergétique, un arrêté devrait préciser les conditions relatives au management, aux campagnes de sensibilisation, aux règles imposées aux ministères et aux institutions gouvernementales qui se doivent de montrer l’exemple, à l’aide accordée aux entreprises qui s’engageront sur la voie de la réduction de la consommation, et enfin à la création d’un comité en charge de coordonner l’ensemble des mesures prises. Cependant, la loi a été écrite en absence du Parlement – qui ne siège que quatre mois par an et qui a de toute manière rejeté la loi lors de sa dernière session, occupé qu'il était par des « affaires politiques[5] ». Il faut donc attendre l’automne 2011, pour avoir une chance de voir la loi votée puis appliquée.

Cette loi apporte deux nouveautés majeures : la première est le passage de l’appel d’offres vers la négociation de gré à gré pour les entreprises souhaitant produire de l’énergie renouvelable (ce qui simplifiera et accélérera considérablement les procédures) et l’obligation pour la NEPCO (National Electric Power Compagny) d’acheter cette énergie ; le second est la création d’un fond consacré à l’efficacité énergétique et l’énergie renouvelable, le GEEREF, Global Energy Efficiency and Renewable Energy Fund. La structure du fond telle que présentée ci-dessous n’est pas encore validée par le Parlement, elle est donc donnée à titre indicatif.

 

 

Structure du GEEREF, fond pour l’énergie renouvelable (ER) et l’efficacité énergétique (EE). Schéma A. Pinel d’après le schéma construit par le Ministère de l’énergie disponible sur internet (consulté le 8 Juillet 2011) http://www.eib.org/attachments/general/events/8th_conference_femip_sabra.pdf

A l’heure actuelle, l’Agence française pour le développement a débloqué un million de dinars afin de participer au financement de ce fond pour l’énergie renouvelable.


3.
Industriels, bailleurs de fonds, ministère, gouvernement, population, qui aura le dernier mot ?

La stratégie énergétique jordanienne a été établie en 2007, approfondie en 2008. Depuis, rien n’a été mis en place. Cependant, on notera une avancée dans la réflexion autour du nucléaire.

Activistes devant le Ministère de l’Energie, 29 Juin 2011 (photo GreenPeace, publiée dans le Jordan Times du 30 Juin 2011)

La catastrophe de Fukushima et le mouvement mondial en faveur d’une sortie rapide du nucléaire n’aident pas vraiment les défenseurs du projet jordanien de construction d'une centrale à Mafraq. Hostiles à ce projet, les résidents ont été rejoints par un certain nombre d’ingénieurs, chercheurs ou simples citoyens engagés en faveur de l’environnement. Tout faire pour empêcher la construction d'une telle centrale est en tout état de cause l'objectif que s'est donné la récente antenne jordanienne de Greenpeace. Un débat public a été organisé fin juin, les articles fleurissent sur les blogs et dans les journaux[6]. La sécurité et l’environnement mais aussi le coût important du projet sont invoqués par les opposants à l’énergie nucléaire, tandis que le gouvernement met l’accent sur la possibilité pour la Jordanie de devenir indépendante sur le plan énergétique, sur la stabilité des prix de l’électricité, et sur l'avantage d'un « zéro émissions de CO2 ».

Pour ce qui est du renouvelable, les investissements nécessaires demandent une réelle volonté de la part du gouvernement. Or, parmi les programmes proposés, les plus avancés,ni proposés ni suivis par le gouvernement, sont le fait de la municipalité du Grand Amman. C’est le cas pour l’éclairage public, qui entre dans la catégorie « efficacité énergétique ». Le but est de remplacer les ampoules classiques actuelles par des ampoules à basse consommation (CFL). La proposition fait partie du programme CDM, Clean Development Mechanism, dirigé par le Special Projects Departement de GAM[7] en lien, entre autres acteurs, avec le NERC (National Energy Research Center). C’est la municipalité qui a impulsé l’idée et l’a soufflée au gouvernement, afin qu’elle soit étendue à l’ensemble des municipalités jordaniennes, et dans la mesure du possible appliquée aux ménages du pays. Dans le plan de transport élaboré par la municipalité (voir ce billet), une des stratégies pour encourager les Jordaniens à abandonner leur voiture au profit du bus consiste à augmenter le prix du carburant (+1 % lors de la mise en service du bus). Le gouvernement, bien qu’il ait un temps soutenu le projet dont ne voulait pas une partie du Parlement, n’est pas du tout prêt à une telle augmentation, préférant actuellement limiter tout risque de contestation sociale[8]. A plus grande échelle, favoriser les énergies durables, telles le solaire ou l’éolien, et faire diminuer la consommation d’électricité ou d’essence exigent de s’atteler à des problématiques économiques et sociales, mais aussi politiques. Comment obliger la NEPCO à racheter l’énergie renouvelable, plus chère[9] ? Comment renoncer au nucléaire si les bailleurs de fonds et les investisseurs se proposent de suivre le projet ?

Les stratégies énergétiques ambitieuses ne manquent pas. En février 2011, lors de la première attaque du gazoduc entre l’Égypte et la Jordanie, la situation critique aurait pu déclencher une réflexion efficace sur les alternatives possibles au pétrole et au gaz, aboutissant sur un changement de « mix énergétique » définitif. Cependant, le gouvernement jordanien a préféré renégocier les prix et importer plus de pétrole depuis l’Irak. Après la troisième attaque du gazoduc début juillet 2011, le débat entre énergie nucléaire et énergie renouvelable semble lancé. Mais sans réelle volonté gouvernementale, les cartes semblent plutôt dans les mains des bailleurs de fonds, qui décideront de soutenir les initiatives, éolienne ou solaire, ou de financer un réacteur nucléaire à Mafraq. A moins que la contestation citoyenne ne gagne du terrain, et force parlementaires et gouvernement à se tourner définitivement vers des programmes plus durables.

 


[1] Environ 3 millions de dollars par jour. Depuis février, on compte près de 80 jours d’interruption. En outre, l’Égypte refuse de continuer de vendre le gaz à si bas prix (1/4 du prix du marché).

[2] Les chiffres sont accessibles en ligne (fichier PDF : http://www.eib.org/attachments/general/events/8th_conference_femip_sabra.pdf)

[3] Entretien avec M. Faydi, Head of Energy efficiency section, Ministry of Energy and Mineral Resources, 10 Juillet 2011.

[4] L’actuelle landfill gas power plant, projet financé par la banque mondiale près d’Amman, devrait à terme (2014) produire près de 20MW.

[5] Corruption et climat politique instable, entretien au Ministère de l’Énergie, 10 Juillet.

[6] Nombreux articles dans le Jordan Times (voir notamment 30 Juin Activists express rejection of Kingdom’s nuclear program  et 7 Juillet, Jordan’s renewable energy resources highlighted et Jordan set to add to nuclear plans), voir aussi www.360east.com ou encore Nuclear News : Jordan insists on right to nuclear power, sur le site de GreenPeace.

[7] Programme financé par la Banque Mondiale. Les crédits « carbone » économisés par le remplacement des ampoules devienne un fond monétaire. Entretien B. Haddaden (GAM, Head of Special Projects Department), 12 mai 2011  et A. Smadi (GAM, Head of Transportation Department), 29 Juin 2011

[8] Entretiens W. Shahin (NERC), 17 mai 2011 et Bilal Farhan (Amman Institute), 31 mai 2011

[9] Pour l’énergie solaire, l’écart est estimé à +18 centimes €/KWh


imprimer imprimer

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Période, Contemporain, Pays, Jordanie

Les commentaires sont fermés.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche