« La tache noire » ou le désarroi de l’artiste égyptien (série « Politique »)

La série « Politique » rassemble différents billets sur la façon dont l’engagement et la place de l’individu dans le collectif sont présentés aux enfants arabes de 1967 à  nos jours.

Dans le dernier livre de Walîd Tâhir (وليد طاهر) publié en Egypte par Dâr al-Churûq (2009),un  collectif d’enfants se résout à accepter l’existence d’une tache noire, énorme, au cœur de son aire de jeu, et dans un grand mouvement de ma‘alich égyptien commence une partie de cache-cache sur le mouchoir de poche qu’il lui reste pour vivre. Une tache noire transformée en poteau pour jouer… L’histoire pourrait être terminée. Mais là, il y a Marwan… Marwan, le dernier mousquetaire, « s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là… », Marwan continue la lutte.

Le résistant est seul devant la tache, il lui tourne le dos, il réfléchit et la bulle

de ses réflexions cache et recouvre la tache… La superposition des bulles provoque un  contraste graphique, le blanc contre le noir, l’esprit contre la tyrannie. Marwan a les mains sur les hanches, il est prêt à se battre, deux pointillés rouges invitent à continuer la lecture… « Il y a une solution, et ce n’est pas un jeu… »
Alors Marwan cherche la solution. « Il pense, il tente une réponse, il pense… », le texte tourne, telle une litanie de questions enchevêtrées dont n’émerge aucune réponse.Quoi, pourquoi et comment ? Marwan s’interroge en dialecte et en arabe littéraire, comme si la réflexion pouvait aboutir à des résultats divers selon qu’elle est menée dans l’une ou l’autre langue…
Puis, de colère, Marwan trouve la solution : il frappe violemment l’ennemie et la tache s’effrite. Le verbe tafattata (تفتت – s’effriter, s’émietter, se désintégrer) et le nom fatâfît (فتافيت – miettes, débris) chantent le bruit de la tache en train de se déliter. La solution est longue, laborieuse, certes. Mais elle est ! Et elle finit par convaincre et rassembler l’ensemble du collectif des enfants qui, page après page, miette par miette, viennent à bout de l’énorme et, a priori, immuable tache noire.

 

Walîd Tâhir, auteur et illustrateur de la jeune génération égyptienne, élève de Mohieddin Al-Labbâd (au sujet de ce grand illustrateur égyptien, lire l’hommage rendu par Yves Gonzalez-Quijano et par la Joie par les livres), est actuellement responsable éditorial « jeunesse » chez Dâr Al-Shurûq au Caire. Il renoue avec la tradition arabe de donner corps et image au questionnement et au discours politique dans la littérature de jeunesse. A lire Tâhir, on se rappelle de La menace du soleil, racontée en 1975 par Zakariyya Tâmir (auteur syrien).  L’histoire s’ouvre sur le même drame : le soleil a disparu et les hommes sont perdus. Le soleil est fâché car les hommes ne savent pas le remercier de son oeuvre pour la collectivité. Si l’on ne le remercie pas, il châtie, alors les hommes se soumettent et obéissent… On pense aussi à l’histoire des Criquets dans la ville, autre récit de Zakariyya Tâmir illustré par Higâzî (illustrateur égyptien, 1975, Dâr al-Fata al-‘arabî). Les criquets menacent une ville arabe, mais « nous allons les chasser » affirme la foule galvanisée. Chacun expose son idée, mais personne n’est d’accord sur l’action à mener. En fin d’histoire, les criquets sont toujours là, ils épuisent les réserves de la ville, tandis que ses habitants persistent dans leurs discours et leurs discordes. La métaphore Arabes/Isréaliens est directe et clairement signifiée par les codes graphiques. (Par exemple, turbans pour les Arabes, et la position de profil pour l’ennemi : la place manque pour développer…)
Au lendemain de 1967, les intellectuels arabes investissent le champ de la littérature pour enfants dans l’espoir de transmettre un message politique à la jeune génération arabe : il faut reconstruire  et repenser le projet panarabe  sur des fondations solides… Quarante ans plus tard, Walid Taher, moins idéologique, moins dogmatique, pose la question du positionnement de l’individu au sein du groupe, et celle du sens de l’engagement politique. Il valorise la pensée et l’oeuvre individuelle, ainsi que son poids sur l’action collective.
Dans le livre pour la jeunesse arabe, la question politique évolue mais n’est pas désuète. Pour preuve si besoin était, La tache noire a reçu fin octobre 2010 au salon du livre de Sharjah (Émirats Arabes Unis), le prix du meilleur album pour enfants dans le monde arabe.

« Peu importe que la solution soit facile ou non, l’important est que nous la trouvions »


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 23/11/2010

    […] This post was Twitted by culturesdorient […]

  2. 23/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Jean-Christophe, Cultures d'Orient. Cultures d'Orient said: Les carnets de l'IFPO: « La tache noire » ou le désarroi de l’artiste égyptien (série « Politique ». http://ifpo.hypotheses.org/242 […]

  3. 31/03/2011

    […] ses effets sur le collectif sont éloquents (pour découvrir la suite de cette histoire, lire ce billet publié en novembre 2010 sur le blog Les carnets de […]