Le Coran d’Asmā’

3 juillet 2011
Par

Mss. Arabe 328a, folio 56a – BnF, Paris. Source : http://www.islamic-awareness.org/Quran/Text/Mss/arabe328a.html

En plein renouveau, l’histoire de la constitution du corpus coranique s’est récemment enrichie des travaux de François Déroche. Ce dernier a édité et analysé ce qui est peut-être le plus ancien des manuscrits coraniques, le codex parisino-petropolitanus, dont les deux principaux fragments sont conservés à Paris et à Saint-Pétersbourg1. Découvert dans la mosquée de ʿAmr, au Caire, il daterait selon toute probabilité de la seconde moitié du VIIe siècle ou du tout début des années 700.

Malgré les études qui lui ont été consacrées2, ce codex reste encore entouré de mystère. Où fut-il couché par écrit ? Par qui ? Qui fut son commanditaire ? Combien de temps fut-il utilisé dans un cadre rituel ? François Déroche formule quelques hypothèses à ce sujet. Le format du codex laisse penser qu’il était destiné à un usage public (p. 151). S’il apparaît peu vraisemblable que « cette copie ait été réalisée dans un contexte officiel où des consignes précises auraient été imposées aux copistes » (p. 153), le coût de sa réalisation porte à croire qu’elle fut commandée par un personnage de premier plan disposant de ressources considérables (p. 155). Le recours à cinq copistes montre un souci de rapidité dans l’exécution du codex (p. 155). L’auteur souligne encore combien les remaniements du manuscrit – notamment par le travail de numérotation des versets – prouvent la longévité de son utilisation (p. 101). Yasin Dutton avait émis l’hypothèse d’une copie réalisée en Syrie ou en Jazīra, mais Déroche semble sceptique (p. 156).

Partant des conclusions de François Déroche, nous voudrions proposer ici une piste qui permettra, peut-être, d’identifier plus précisément le fameux codex. Se fondant sur Ibn Duqmāq (m. 809/1406 ?), Déroche suggère que le codex fut copié dans le contexte de la codification entreprise par al-Ḥajjāj b. Yūsuf (m. 95/714), laquelle se manifesta notamment par l’envoi à Fusṭāṭ d’un exemplaire officiel du Coran (p. 154). Or Ibn Duqmāq, mais aussi, bien avant lui, Ibn ʿAbd al-Ḥakam (m. 257/871) et, plus tard, al-Maqrīzī (m. 845/1442) et Ibn Ḥajar al-ʿAsqalānī (m. 852/1449), apportent des informations éclairantes sur les conséquences de l’envoi de ce codex à Fusṭāṭ. Voici la traduction de ce qu’Ibn ʿAbd al-Ḥakam écrit à ce propos :

Le codex (al-musḥaf) mentionné [i.e. le codex d’Asmā’ bint Abī Bakr b. ʿAbd al-ʿAzīz b. Marwān], nous racontèrent Yaḥyā b. Bukayr et d’autres personnes – nous fusionnons ici leurs récits – fut couché par écrit pour la raison suivante. Al-Ḥajjāj b. Yūsuf fit copier des codex et les envoya dans les cités-garnisons (amṣār). Il en envoya un exemplaire à Miṣr, provoquant la colère de ʿAbd al-ʿAzīz b. Marwān : “Tu oses envoyer un codex à un jund où je me trouve !” lui reprocha-t-il, et il ordonna que l’on écrive pour lui le codex qui se trouve aujourd’hui à Miṣr, dans la grande mosquée. Le travail terminé, il déclara : “Quiconque y trouvera une faute d’orthographe recevra un esclave blanc et trente dinars !” Les lecteurs (qurrā’) du Coran se succédèrent [en vain] jusqu’à l’arrivée d’un lecteur d’al-Ḥamrā’.  Il regarda [le codex] puis vint trouver ʿAbd al-ʿAzīz et lui dit : “J’y ai trouvé une faute d’orthographe ! – Dans mon codex ? demanda [ʿAbd al-ʿAzīz]. – Oui !” répondit l’homme. Ils examinèrent le verset : “Ceci est mon frère : il possède quatre-vingt-dix-neuf brebis” (38 : 23). Le mot naʿja (brebis) était écrit “najʿa”, le jīm placé avant le ʿayn. [ʿAbd al-ʿAzīz] ordonna de corriger (aṣlaḥa) ce qui était écrit, puis commanda de lui donner un esclave blanc et trente dinars.

À la mort de ʿAbd al-ʿAzīz [en 86/705]3, Abū Bakr b. ʿAbd al-ʿAzīz l’acquit sur son héritage pour 1000 dinars. Quand Abū Bakr mourut à son tour [en 96/714-5]4, le codex fut mis en vente et Asmā’ bint Abī Bakr b. ʿAbd al-ʿAzīz l’acheta pour 700 dinars. Elle permit aux gens de le consulter et le rendit public, et depuis lors le codex porte son nom. À la mort d’Asmā’, al-Ḥakam b. Abī Bakr5 l’acheta  et le déposa dans la mosquée, et assigna un salaire de trois dinars par mois à son lecteur6.

Al-Maqrīzī ajoute :

Quand on en eut fini avec ce codex,  il fut porté tous les vendredis matin du palais de ʿAbd al-ʿAzīz à la grande mosquée7. Il y était lu, on prêchait (yuqaṣṣ), puis on le ramenait à sa place. ʿAbd al-Raḥmān b. Ḥujayra al-Khawlānī fut le premier à le lire, en 76 (695-6), alors qu’il était en charge de la judicature et de la prédication8.

Toujours selon al-Maqrīzī, c’est le cadi Tawba b. Namir qui, en 118/736, l’aurait fait transférer définitivement à la grande mosquée et aurait assigné un salaire de trois dinars à son lecteur. Le codex d’Asmā’ continua d’y être lu jusqu’à l’époque fatimide.

Il est frappant de constater combien ces informations relatives au « codex d’Asmā’ » font écho aux remarques de François Déroche sur le codex parisino-petropolitanus. On retrouve un personnage de premier plan, le gouverneur de Fusṭāṭ, ʿAbd al-ʿAzīz b. Marwān (en poste de 65/685 à 86/705), qui commande la copie ; un codex d’apparat, dont la fixation du squelette consonantique (rasm) pose question, qui est copié à la fin du VIIe siècle et dont l’utilisation publique, dans la grande mosquée de ʿAmr à Fusṭāṭ, se prolonge au moins jusqu’à la fin du Xe siècle… On remarquera aussi que les problèmes de rasm amenèrent à une « correction » du codex, correction que l’on peut supposer avoir été effectuée par grattage – des siècles après Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Ibn Ḥajar, manifestement peu satisfait par le verbe « aṣlaḥa », préfère penser que le feuillet entier fut changé (amara bi-l-waraqa fa-ubdilat)9.

François Déroche, qui relève que le découpage du codex en versets ne correspond à aucun système connu ou sanctionné par la tradition, insiste sur la rapidité avec laquelle la copie dut être exécutée, justifiant le recours à plusieurs mains. Le texte d’Ibn ʿAbd al-Ḥakam ne permettrait-il pas d’expliquer la raison d’une telle célérité ? Le « Maṣāḥif-Projekt » d’al-Ḥajjāj mettait en péril la préservation des traditions locales, et ʿAbd al-ʿAzīz b. Marwān devait faire réaliser son codex dans les plus brefs délais. Cela expliquerait également pourquoi le codex parisino-petropolitanus, malgré son écriture archaïque et devenue rapidement difficile à lire, continua d’être utilisé pendant des siècles (ce que Déroche souligne avec un certain étonnement, p. 158) : s’il ne fait qu’un avec le codex d’Asmā’, il avait une valeur incomparable aux yeux des Égyptiens, fiers d’avoir pu sauver, malgré l’unification entreprise par le pouvoir central, leur propre tradition coranique. Bien qu’il ait plus tard été remanié, l’utilisation ininterrompue du codex attestait aussi, au quotidien, l’antiquité de la transmission dans la province égyptienne.

Le codex parisino-petropolitanus est-il le Coran d’Asmā’ ? Si tel était le cas, le manuscrit pourrait être daté de 76/695-6 environ. L’hypothèse est d’autant plus invérifiable que le verset mentionné par Ibn ʿAbd al-Ḥakam (38 : 23) ne nous est pas parvenu dans le manuscrit. Mais si ce n’est pas lui, ce ne peut être que son frère !

  1. François Déroche, La transmission écrite du Coran dans les débuts de l’islam. Le codex Parisino-pétropolitanus, Brill, Leiden-Boston, 2009, 208 + 383 p. []
  2. Voir également Yasin Dutton, « An Early Muṣḥaf According to the Reading of Ibn ʿĀmir », Journal of Qur’anic Studies, 3 (2001), p. 71-89. []
  3. Al-Kindī, Akhbār quḍāt Miṣr, in The Governors and Judges of Egypt, éd. Rhuvon Guest, Brill, Leiden, 1912, p. 55. []
  4. Al-Kindī, Akhbār quḍāt Miṣr, p. 66. []
  5. C’est-à-dire le frère d’Asmā’. []
  6. Ibn ʿAbd al-Hakam, Futū Mir wa-akhbāru-hā, éd. Ch.C. Torrey, Yale University Press, New Haven, 1922, p. 117-8. Cf. Ibn Duqmāq, al-Juz’ al-rābiʿ min Kitāb al-intiṣār, al-Maṭbaʿa al-kubrā al-amīriyya, Le Caire, 1309 H., p. 72-3 ; al-Maqrīzī, al-Mawāʿiẓ wa-l-iʿtibār bi-dhikr al-khiṭaṭ wa-l-āthār, éd. Ayman Fu’ād Sayyid, Mu’assasat al-furqān li-l-turāth al-islāmī, Londres, 2002, IV, part. 1, p. 30-1 ; Ibn Ḥajar, Rafʿ al-iṣr ʿan quḍāt Miṣr, éd. ʿAlī Muḥammad ʿUmar, Maktabat al-Khānjī, Le Caire, 1998, p. 215. []
  7. C’est-à-dire la mosquée de ʿAmr, à Fusṭāṭ. []
  8. Al-Maqrīzī, al-Khiṭaṭ, IV, part. 1, p. 31. []
  9. Ibn Ḥajar, Rafʿ al-iṣr, p. 215. Al-Maqrīzī cumule les deux : « il ordonna de corriger ce qui était écrit et de changer le feuillet » (ce qui ne semble pas cohérent : pourquoi changer le feuillet s’il a été corrigé ?). []

imprimer imprimer

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Pays, Egypte, Sujet, Histoire, Sujet, Islamologie, Période, Médiéval

Un commentaire pour “ Le Coran d’Asmā’ ”

  1. light le 29/08/2011 à 11:38

    Décidément ce Coran n’aura pas finis de nous surprendre, vraiment intéressant.

Présentation

Les "carnets de l'Ifpo" se proposent de donner à lire la "recherche en train de se faire" au sein de l'Institut français du Proche-Orient, dans l'ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours. En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d'atteindre un public), les "carnets de l'Ifpo" se donnent pour ambition de créer une "communauté d'intérêt" qui prolonge, dans l'univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

S’abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez « Les carnets de l’Ifpo » dans la liste (à la lettre L).

Liens


Carnets de recherche