La renaissance d’Oussama, l’enfant justicier (série « Palestine »)

La série « Palestine » est un ensemble de billets sur la cause palestinienne portée au regard et à la connaissance des enfants arabes de 1967 à  nos jours dans les albums et les revues qui leur sont destinés.

L’événement est passé tout à fait inaperçu… et pourtant ! Mai 2010 a vu renaître à Damas le jeune héros Oussama, personnage phare de la revue qui porte son nom mais dans laquelle il n’apparaissait plus depuis la fin des années 1970. Le mensuel pour  la jeunesse Oussama a été fondée en 1969 par le ministère de la Culture syrien dans un but éducatif et idéologique : au lendemain de 1967, l’enjeu était de se rapprocher de la jeune génération et d’exalter chez elle le projet panarabe, le socialisme et la lutte pour la cause palestinienne (sur l’histoire de la revue, lire en arabe).

Oussama, incarnation de la résistance arabe
Imaginé par Adel Abû Chanab (auteur syrien de théâtre et de nouvelles), le personnage d’Oussama a été dessiné par Mumtâz Al-Bahra, illustrateur pour la presse et la jeunesse afin d’incarner les valeurs morales et politiques de la Syrie des années 1970, et signifier aux enfants l’importance de la lutte pour la Palestine.

Dès le premier épisode et tout au long des six premières années de la revue, les aventures du jeune héros déclinent les différentes façons pour  un enfant de participer au combat. Sur les frontières israélo-palestiniennes, Oussama lutte aux côtés des feddayins (combattants palestiniens) qui lui donnent des missions adaptées à sa petite taille et à son jeune âge : il se glisse dans un trou creusé sous des fils barbelés pour aller déposer une bombe dans le camp ennemi, il apporte un panier piégé sur la place du marché chez l’ennemi… A chaque fois, il fait preuve de courage et de ruse pour duper le camp adverse. Dans un autre épisode encore, il offre tout son argent de poche à une fatâya (jeune fille du parti socialiste syrien) qui rassemble des fonds pour soutenir les combattants palestiniens.

La cause palestinienne est une thématique récurrente de la production éditoriale à destination de la jeunesse arabe. En 1975, le très célèbre livre Al-Baît (Dâr al-Fata al-Arabi, texte du Syrien Zakariyya Tâmir et illustrations de l’Egyptien Mohieddin Al-Labbâb : cf. également en arabe) revendique le droit des Palestiniens à avoir une maison comme tout un chacun. La même année, Zakariyya Tâmir, toujours lui, imagine une Ruse maligne, illustrée par Higâzî, récit d’un petit malin qui parvient à faire passer des aubergines pour des grenades et réussit à sauver sa famille en trompant l’ennemi.

On pourrait multiplier les exemples qui montrent que la production pour la jeunesse suit globalement l’évolution du contexte politique. Dans les années 1970, les livres invitent les enfants à participer au combat dans la mesure de leurs moyens ; dans les années 2000, les thématiques évoluent vers un rappel du droit international et une revendication d’un État palestinien. Tout récemment,  Si j’étais un oiseau (لو كنت طائرا , Dâr Kalimat, 2009) est le premier livre pour enfants à évoquer le mur édifié par les Israéliens pour couper la Palestine du monde extérieur.

Les formes contemporaines de la résistance
Après 1973, la guerre d’Octobre et l’honneur arabe « retrouvé », le jeune Oussama s’éclipse progressivement de la revue, pour disparaître tout à fait après 1975. Mais voilà qu’en mai dernier, une nouvelle équipe arrive à la direction de la revue et fait renaître le héros, symbole d’une résistance dont il incarne les formes actuelles.  Il est ainsi prévu que le jeune Oussama s’engage à nouveau dans la lutte pour la cause palestinienne. Dans certains récits, il pourra être aux côtés du Hezbollah, ou encore passager d’un bateau de la « flottille pour la paix ». Au cours de sa première aventure publiée entre mai et octobre 2010, Oussama et ses amis luttent contre la corruption, un thème très prisé par les responsables syriens. L’enfant vient ainsi en aide à un paysan dont les terres ont été spoliées par la construction d’une cimenterie illégale dirigée par un puissant patron sans vergogne, surnommé « monsieur-avale-tout » (بالع أجمعين).

Extrait de la revue Oussama (اسامة, n° 687, août 2010). Traduction du texte dans les bulles :  » Résumé des épisodes précédents : (Oussama et ses amis) découvrent que Abou Mahmoud, agent de nettoyage du quartier, (…) était paysan avant de quitter ses terres et son village à cause de la pollution. Sur les terres d’Abou Mahmoud se dresse l’usine de « monsieur-avale-tout », qui a transformé les champs du village en terres laissées en jachère. »

A la fin, tout est bien qui finit bien grâce au jeune héros syrien. Le richissime entrepreneur est piégé par les ruses d’Oussama et ses compagnons, condamné à déplacer sa cimenterie dans une zone désertique, tandis que le paysan retrouve la terre de ses ancêtres. La suite se fera attendre car l’équipe souhaite retravailler les scénarios des futures aventures de l’enfant justicier…

On les attend avec impatience.


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Bravo Mathilde, très très intéressant !
    Moi aussi j’attends la suite de tes billets avec impatience.

    • Mathilde Chèvre dit :

      Merci Pauline, je vous mijote pour l’heure une soupe en forme de spirale…

  2. Merci de ce billet. Je sors d’une matinée très riche sur la question de l’image du palestinien à partir des images de la TV et de celles de films d’ONG : http://imageson.hypotheses.org/46
    … je me dis que ce serait vraiment intéressant de recouper les différentes façons de fabriquer des images dans ce domaine.

    • Mathilde Chèvre dit :

      Merci pour ce lien ! (voilà bien une des façons de « recouper » les chemins…)

  3. Mathieu dit :

    Extra… Dis-moi, ce serait bien de mettre en place un coin lecture de ce type de bouquins, ou bd, quelque part à l’Ifpo. Histoire de pouvoir se détendre et de faire de petites pauses tout en s’instruisant et se cultivant. Non ?

    • Mathilde Chèvre dit :

      Tout à fait ! Alors qu’on se le dise, au deuxième étage de l’IFPO-Abou Roumané-Damas, une petite bibliothèque de livres pour enfants issus de la production éditoriale arabe est ouverte à vous tous… Il faut pousser la porte et derrière vous verrez, c’est une caverne d’Alibaba… Je veux bien être votre bibliothécaire à l’occasion ! Bien amicalement.

  1. 21/12/2010

    […] Chèvre à propos des thématiques développées par bien des ouvrages pour enfants (voir ce billet dans les Carnets de l’Ifpo). En 2007 et 2008 notamment, plusieurs feuilletons télévisés, […]