« Internet », l’adaptation saoudienne d’un livre pour enfants (Lire l’image, 1)

Lire l’image est une série consacrée à l’image en tant qu’élément narratif. Les dessins sur les murs des églises, les miniatures, les peintures recouvrant les maisons des pèlerins à La Mekke, les illustrations dans les livres pour enfants sont autant d’images narratives chargées de raconter l’histoire à ceux qui ne savent pas, ou pas encore lire. Cette série a pour objet de rechercher une filiation entre ces images narratives au fil du temps, et de déchiffrer les codes du langage de l’image arabe (symbolique des gestes, des couleurs et des formes, organisation de l’image ou « tyrannie des cadres », c’est-à-dire la façon dont le cadre influe sur la construction de l’image).

Internet est l’un des ouvrages de la collection « Mes premières découvertes scientifiques » chez Gallimard, dont les droits ont été achetés, les livres traduits puis publiés en 2000 par la maison d’édition saoudienne Dâr Al-Nabtah. La collection présente de façon simple et ludique, à l’intention des enfants, les sciences naturelles (création de la terre, apparition des hommes…) et les progrès technologiques. Sa traduction en Arabie saoudite donne lieu à des adaptations discrètes, mais savoureuses.

France Télécom  face au Coran

En page de garde du livre consacré à internet, la version française contient une publicité pour France Télécom, alors entreprise d’État : une ode au progrès national et au « développement d’internet afin de permettre aux jeunes d’entrer dans un monde qui communique mieux ». A cette même place, l’éditeur saoudien a choisi d’insérer une sourate du Coran[1] :

Lis au Nom de ton Seigneur qui a créé !
Il a créé l’homme d’un caillot de sang.
Lis !…
Car ton Seigneur est le Très-Généreux
Qui a construit l’homme au moyen du calame,
Et lui a enseigné ce qu’il ignorait.

 

Avec cette sourate du Coran, la relation à la lecture et à l’apprentissage d’un savoir sont présentés comme le résultat d’une volonté divine.

Le jeu des différences

On tourne la page : « De tout temps, les hommes ont cherché à communiquer … Internet te permet d’aller où tu veux, de choisir ce qui t’intéresse. » Le livre pose à la fois la question de la communication entre les hommes, de la modernité, et de leurs limites respectives. A bien observer le passage d’une édition à une autre, on se rend compte que cette grande « liberté » offerte par internet se frotte aux frontières générées par les cultures, intégrées par les hommes, transmises à leurs enfants. C’est un jeu qui s’apparente au « jeu des différences » : entre deux images et deux livres apparemment semblables s’immiscent des « erreurs » qui sont autant de signifiants culturels.

Première différence, le sens de lecture de l’image a été inversé. Les illustrations sont orientées de droite à gauche dans leur version arabe. Ensuite les pages défilent, identiques, l’ouvrage semble transposé d’une langue à l’autre, la langue utilisée est l’arabe standard, sans complication grammaticale, rien de notable d’un point de vue  linguistique, jusqu’à un échange de mails entre l’Occident et l’Asie, au centre de l’ouvrage…

Dans l’image ci-dessus (les originaux sont bien entendu en couleur), un jeune garçon américain assis devant son ordinateur envoie des messages par internet à deux enfants japonais, qui lui répondent à la page suivante. Le texte français dit : « Internet sert à envoyer des messages. Le courrier électronique est comme une lettre mais il va plus vite… Internet sert aussi à recevoir des messages de l’autre bout de la planète. »

Dans la version saoudienne, à première vue tout est normal pour un lecteur français. Sauf que dans le sens de lecture arabe, ce sont les enfants japonais qui écrivent au jeune américain. Cette inversion est particulièrement significative : l’ordre des pages invite à définir l’identité de « l’autre », celui auquel on envoie le message (l’autre côté, l’autre « bout de la planète»…), et partant, à déterminer le côté auquel on se sent appartenir. A priori, et par l’effet du sens de lecture, le lecteur s’identifie au premier enfant qu’il voit. Par ailleurs, le terme même d’« envoyer » implique un mouvement actif, tandis que « recevoir » est une action passive.

Donc, chez Gallimard, le petit garçon américain est actif lorsqu’il envoie le message à l’autre bout du monde, et passif lorsque les enfants japonais lui écrivent un message : l’enfant français est invité à se reconnaître dans l’enfant américain, la maison d’édition induit ainsi que nous appartenons à la même aire culturelle, que nous nous ressemblons, et que les Japonais en revanche, bien qu’étant nos amis, sont lointains et différents. Dâr al-Nabtah a modifié la succession de ces deux pages. Ce changement d’ordre provoque un effet d’appartenance inversé par rapport à l’original : lorsqu’on lit l’ouvrage en arabe, on se sent « du côté » des Japonais, et l’on perçoit le jeune garçon américain comme étant « l’autre », lointain, bien qu’étant un ami.

Vacances en bord de mer

En dernière page, quelques modifications ont été apportées par un graphiste saoudien, qui révèlent des dissonances culturelles et en particulier vestimentaires. Dans la version française (dessous, à gauche), la famille occidentale idéale est en vacances en bord de mer : bungalow, palmes, masques, bouée, jus d’orange frais, et ordinateur portable ! Papa, maman, leur fils et leur fille sont au bord de la plage de sable en maillots de bain ou tenue légère, tout le monde sourit.

L’édition saoudienne (à droite : cliquer sur l’image pour l’agrandir) conserve cette ambiance estivale et détendue, mais papa et le jeune garçon portent des caleçons plus longs, la petite fille, une tenue de bain qui lui couvre les jambes, maman, le voile et une robe à manches longues. Si l’on regarde l’ensemble de l’ouvrage et d’autres titres de la collection, on découvre qu’une telle intervention sur l’image n’est pas systématique, et que la représentation des femmes n’a subi en général aucune transformation. Sans doute l’intimité de la scène et la nudité des corps en bord de mer ont-elles exceptionnellement posé problème à Dâr Al-Nabtah.

On voit bien que tout n’est pas si (inter)net lorsqu’il s’agit de passer d’un monde à un autre, ni très neutre ! Quand on s’intéresse à la traduction du livre pour enfant, on s’intéresse parfois au rendu du texte, bien moins souvent à l’image. Pourtant, si on lit l’image, dans son articulation signifiante entre l’image et le texte, tout parle en elle : son sens de lecture, sa composition graphique, le dessin et l’interaction de chacun de ses éléments. C’est là que réside la faculté narrative de l’adaptation graphique.


[1] Il s’agit de la sourate n° 96, Al-‘Alaq (Le caillot de sang), versets 1 à 5.

[2] Le Coran, introduction, traduction et notes par D. MASSON, Gallimard, Paris, 1967, p.760-761.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Gilet Julien. Gilet Julien said: « Internet », l’adaptation saoudienne d’un livre pour enfants (série « lire l’image ») | Les carnets de l’Ifpo http://is.gd/h6KZF […]