Vous avez dit “fugitives” ? ou Pierres qui roulent n’amassent pas mousse

Cette anecdote remonte au 18 avril 2009, au cours d’une promenade archéologique que des amis de l’Ifpo et moi-même avons effectuée dans la région d’Antioche-de-Syrie, l’ancienne capitale séleucide et de l’Orient romain, le berceau du christianisme (Ac 11,26), le fief croisé des Normands de Sicile, aujourd’hui Antakya, sous-préfecture du Hatay. Le programme du Lexicon topographicum Antiochenum, dirigé par Catherine Saliou (Paris VIII) et les recherches de Grégoire Poccardi (Lille III) sur les aqueducs romains nous avaient conduits sur la route de Séleucie-de-Piérie, port voisin de la prestigieuse métropole antique, d’où s’embarqua Paul de Tarse pour sa première mission. On se souvient de l’émouvant tableau que ce départ inspire à Renan dans l’Histoire des origines du christianisme

Moins poétique, l’itinéraire actuel traverse le bourg moderne de Samandağ, sis au nord des bouches de l’Oronte et à quelque quatre kilomètres au sud de la nécropole et de la cité de Séleucie. Rien que de banal et passablement délabré dans cette bourgade sans grâce où seul paraît à relever le développement d’un urbanisme aussi rapide que médiocre, comme indice d’une démographie encore mal maîtrisée. Nous empruntons la voie principale, défoncée par endroits, mais sans dommage pour le véhicule à quatre roues motrices que notre conducteur pilote avec détermination. Passager arrière en position surplombante, entre deux chaos, je remarque un bloc, apparemment antique, taillé de forme hexagonale, probablement inscrit et négligemment posé sur un trottoir en cours de pavement, à même le parpaing, contre le mur d’un magasin de commerce indéterminé. Apparition fugace, car nous roulons vers Séleucie à bonne allure. Je n’en dis rien à mes compagnons de route.

Nous visitons le site de Séleucie : l’emplacement du port antique avec sa digue, les vestiges hellénistiques des fortifications et du temple dorique, l’impressionnant tunnel taillé dans le roc par Vespasien et Titus pour réguler le cours du torrent qui aura fini, malgré tout, par ensabler le port, la vaste nécropole. Au plan archéologique, tout reste à faire. Il semble que rien de notable n’ait été entrepris depuis la prospection de la mission américaine à l’époque mandataire1. Nous n’avons pas pu identifier l’emplacement du martyrion alors fouillé par Campbell2, en contrebas de la ville haute, et dont les pavements de mosaïques ont échoué au Musée d’Antioche dans de douteuses conditions de conservation3. Sans doute a-t-il disparu lui aussi dans le mitage d’un paysage naguère entièrement rural mais toujours grandiose, frappé à l’horizon méridional de la plaine littorale par la masse imposante et majestueuse du Kilçdarği (ancien Cassius, antique Safron) qui domine la baie d’embouchure du fleuve Oronte.

Il fait nuit quand nous repartons pour Antioche, où nous logeons, et traversons Samandağ en sens inverse de l’aller. Le faible éclairage urbain et les phares de l’automobile suffisent pourtant à me signaler la tache blanchâtre que fait le petit monument calcaire repéré dans la journée. Je laisse la voiture aller son train encore une centaine de mètres, puis je demande à descendre. Je saute à bas du véhicule et me dirige rapidement vers le bloc, entendant derrière moi courir notre conducteur qui se précipite sur mes talons.

Reconnaissance nocturne

Quand nous arrivons, nous reconnaissons immédiatement le piédestal d’une statue funéraire antique de volume hexagonal régulier (H. 111 cm), mouluré aux deux extrémités, en haut (H. 27 cm avec corniche) comme en bas (H. 24 cm avec base). La face supérieure (56×50 cm) montre en effet deux marques de mortaises où loger les goujons de fixation d’un socle et la face du dé qui regarde vers la rue (60×25 cm) porte une épitaphe inscrite en grec sur 8 lignes.

Τὴν Ζωΐλου
θυγατέρα
τοῦ Διογέ
νους ‖ ἔστη
σεν μήτηρ
Σωπάτρα
τὴν
Σωπάτραν.

Sôpatra fille de Diogène, sa mère, a fait dresser
(cette statue de) Sôpatra
fille de Zôïle

Hl. : entre 3 cm (plus généralement) et 4 cm (l. 7).
L. 1 : petit omicron pénultième.
L. 4 : petit êta final.
Hedera
en bas du texte.

Banal en lui-même, le formulaire prend ici la forme poétique de deux sénaires iambiques irréguliers, construits en chiasme grammatical autour du verbe. Distinguées par la mention de leurs pères respectifs, la mère et sa fille défunte sont homonymes et l’écho que produit la répétition de leur nom à la fin du dernier vers suscite un effet pathétique. Le verbe ἴστημι doit être pris au sens propre (dresser, mettre debout, ériger), l’accusatif final τὴν Σωπάτραν ayant valeur métonymique (Sôpatra = la statue de Sôpatra).

Tandis que je prends photos et mesures, un petit attroupement se forme. Mon ami Lévon Nordiguian, indispensable et savant compagnon de voyage, engage la conversation en turc et se met en quête de l’origine du monument. On lui répond qu’il vient d’Iskanderun (Alexandrette), l’antique Alexandria-ad-Issum, le moderne chef-lieu du Hatay, situé à plus de 55 km à vol d’oiseau et à beaucoup plus par la route, que l’on emprunte le difficile itinéraire côtier par Ulçinar (Arsus), l’antique Rhosos, ou que l’on fasse le détour de la route principale par Antioche. Je n’ajoute pas foi à cette réponse, puisque nous sommes à moins de quatre kilomètres de la nécropole de Séleucie, que nous venons de visiter et dont nous avons pu constater le pillage assez général.

J’avais tort et l’information donnée était véridique. De retour à Beyrouth, je n’eus aucun mal à constater que ce texte avait connu déjà plusieurs publications :

  • Rudolf Heberdey, Adolf Wilhelm, Reisen in Kilikien, Vienne 1896, p. 20, n° 50 ;
  • Victor Chapot, « Antiquités de la Syrie du Nord. 1, Pierie et Séleucide », Bulletin de correspondance hellénique 26, 1902, p. 11, n° 1.
  • Louis Jalabert, René Mouterde, IGLS 3/1, n° 723.

Les premiers auteurs signalent bien qu’ils ont lu le texte à Alexandrette (Iskanderun) et que le monument se trouvait alors chez un certain Georges Sekkas mais ils le donnent en provenance de Rhosos, sans doute sur le témoignage de son propriétaire. Celui-ci devait tenir un café, puisque V. Chapot écrivit, six ans plus tard, que le « cippe hexagonal » était « dans le jardin d’un café, au croisement de la route de Beïlan et d’une rue de la ville. » Il n’en précisait pas l’origine mais les IGLS classeront bien l’inscription sous la rubrique Rhosos.

Depuis Rhosos, le monument aura donc parcouru, vers la fin du XIXe s., une distance de plus de trente kilomètres jusqu’à Alexandrette où il se trouvait encore en 1902. Il ne semble pas que Jalabert-Mouterde l’aient vu par eux-mêmes, puisque leur publication de 1950, dans le volume IGLS 3/1, n’apporte rien de nouveau par rapport aux deux précédentes. La réponse de notre informateur, qui se souvient d’Iskanderun (Alexandrette) en 2009, laisse cependant à penser que le transfert de cette ville à Samandağ (donc à plus de 55 km) a dû s’effectuer assez récemment. De toute façon, le voisinage de Séleucie demeure un hasard. Nous avons donc affaire à l’une de ces « pierres errantes », selon l’expression affectionnée de Louis Robert – on a pu formuler récemment celle d’« inscriptions fugitives » –, vrais casse-têtes pour les épigraphistes, si soucieux de placer les documents en contexte archéologique et d’établir des séries onomastiques locales.

  1. Antioch-on-the-Orontes. 3, The excavations 1937-1939, éd. R. Stillwel et al., Princeton 1941, notamment : R. Stillwell, « Outline of the campaings », p. 2-7 et 31-34 ; « Plan I. Seleucia. Preliminary survey », p. 255. []
  2. Ibidem, « The martyrion at Seleucia Pieria », W. A. C. Campbell, p. 35-54. []
  3. cf. P. Donceel-Voûte, Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban, Louvain-la-Neuve 1988, p. 290-299. []