Photographs and memories* : à la recherche des archives scientifiques de l’Ifpo

Archéologue avec son chien (Jebel el Ala Berij nord, Syrie), Institut Français Du Proche-Orient Ifpo

Archéologue avec son chien (Jebel el Ala Berij nord, Syrie), date inconnue

Entre octobre 2008 et janvier 2009 se tenait au musée national de Damas une superbe exposition sur les pionniers et protagonistes de l’archéologie syrienne. Elle était constituée de panneaux illustrés reprenant la biographie des hommes qui avaient compté sur les terrains de fouilles syriens, du début du XIXe siècle aux années 19601. Parfois, entre deux panneaux, des photographies en noir et blanc ou des affichettes venaient en complément d’information. Ces documents d’archives apportaient une étonnante dimension de réalité à ces personnages, tout en laissant entrevoir le dispositif qui, à l’époque, avait permis à ces archéologues étrangers de circuler sur le territoire Syrien et d’y transporter l’outillage et les technologies nécessaires à leurs fouilles. Mais étrangement, impossible de savoir avec précision d’où venaient ces documents évocateurs.

Le curieux qui visitait l’Institut de Jisr al-Abyad pouvait constater que certains tirages photographiques provenaient certainement des archives de l’Institut français du Proche-Orient… Toutefois, questionnés sur la localisation précise de ces archives, leur accès, leur contenu, les membres de l’Institut n’apportaient que des réponses évasives, interrogatives même… Les « archives » invisibles ou presque de l’Ifpo suscitaient indéniablement l’intérêt, mais il paraissait clair qu’elles ne formaient pas un ensemble défini. Elles semblaient multiples, pas forcément rangées là où elles auraient dû se trouver, certainement éparpillées, et sans doute, pour partie encore, à constituer. Pourtant nombreux étaient ceux qui pensaient qu’elles avaient beaucoup à raconter…

C’est sur la base de ce constat et de discussions informelles avec son directeur qu’est né le projet « Archives scientifiques de l’Ifpo », à partir d’une expertise confiée dans un premier temps à Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence, spécialiste de la question des archives numériques de la recherche, de leur gestion et de leur valorisation. L’idée était de procéder à un premier repérage et à une organisation des archives scientifiques, mais aussi de réfléchir aux formes de restitution et de valorisation de ces sources.

Au-delà de ce premier objectif, il est rapidement apparu nécessaire d’élargir le projet de départ à des corpus complémentaires, en l’occurrence celui des témoignages oraux auprès des nombreux détenteurs de la mémoire de l’Institut (Syriens et Français, quel qu’ait été leur lien avec l’Ifpo), susceptibles d’éclairer les archives écrites, d’en combler les inévitables lacunes et, à terme, de préparer le terrain à une histoire de la plus ancienne institution de recherche française dans le monde arabe. C’est à ce deuxième volet que s’est associé François Siino, ancien boursier de l’Ifpo aujourd’hui membre de l’Iremam, travaillant sur les circulations et les trajectoires intellectuelles, notamment à partir d’enquêtes orales.

Une première mission exploratoire à Damas et Beyrouth a eu lieu en juin 2010 ; elle a donné lieu à un premier repérage : archives dites du « Mandat », archives de publications de l’Institut, archives des archéologues, archives photographiques archéologiques… À défaut d’être toutes précisément localisées, nombre d’entre elles ont pu être identifiées. Cette mission a également été l’occasion de lancer une première série d’entretiens enregistrés : un ancien directeur de l’Ifpo, la responsable actuelle du département des Études contemporaines, un professeur d’arabe, une chercheuse syrienne, des responsables successifs des publications et de l’édition et plusieurs archéologues ont bien voulu se prêter à l’exercice de l’entretien-récit de parcours, retraçant leur formation, leurs premiers contacts ainsi que leur plus ou moins longue collaboration avec l’institution. Ces récits de vie éclairent une période de l’histoire de l’Ifpo, un secteur d’activité, un champ de recherche, mais ils sont aussi l’occasion de réflexions plus globales sur les conditions de la coopération scientifique et sur le rôle d’une institution de recherche française à l’étranger.

Les entretiens ont révélé, non seulement l’indéniable intérêt de la part des personnes interrogées pour le projet lui-même, mais aussi leur « demande » en faveur de son déploiement. Leur contenu s’est révélé très riche et ils ont permis d’affiner ou de compléter les grilles d’entretiens établies au préalable. Même sur un échantillon réduit (10 personnes lors de la mission), le croisement des points de vue et des catégories de personnels a fait émerger des visions contrastées de la vie de l’Institut à différentes périodes. La poursuite de ce recueil de témoignages permettrait sans nul doute la constitution d’un corpus riche et original, susceptible d’être « travaillé » sous plusieurs angles.

En France, nous continuons d’interroger des « anciens » de l’Ifpo et d’engranger des paroles et des données. Toutefois, la poursuite et la pérennisation du projet dépendent avant tout de l’implication de tous ceux qui peuvent avoir un intérêt à la question des archives scientifiques à l’Ifpo, qu’ils soient documentalistes, chercheurs, chargés d’édition numérique, etc. Cette implication pourrait prendre la forme d’un comité de suivi du projet constitué de membres de l’Institut, mais aussi de partenaires extérieurs. N’hésitez pas à nous contacter par courriel si vous souhaitez soutenir le projet. Nous continuerons à vous informer sur le wiki de l’Ifpo et sur ce carnet de l’avancement de nos travaux et de leurs possibilités de valorisation, qu’il s’agisse de documents ou d’extraits d’entretiens.

À suivre !

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, USR 3125

François Siino, MMSH, IREMAM

* Emprunt au chanteur folk américain Jim Croce (1943-1973).

1 Pionniers et protagonistes de l’archéologie syrienne 1860-1960 : d’Ernest Renan à Sélim Abdulhak. Ouvrage publié dans le cadre de « Damas, Capitale arabe de la culture, 2008 », édité par Michel Al Maqdissi. Damas : Ministère de la Culture – Direction générale des antiquités et des musées, 2008. 488p. (Documents d’archéologie syrienne, 14).

Crédits photographiques :

1) Un archéologue et son chien, Jebel el Ala Berij nord (Syrie), archives photographiques de l’Ifpo, photographe inconnu, non daté.
2) Les archives d’un archéologue à l’Institut de Jisr al-Abyad, Véronique Ginouvès, mai 2010.