Marché du travail et droits sociaux au Liban et au Proche-Orient

Table ronde : « Marché du travail et droits sociaux au Liban et au Proche-Orient » (Beyrouth, USJ, 14 et 15 avril 2011)
L’Institut français du Proche-Orient (Département d’études contemporaines) a organisé une table-ronde sur ce thème à Beyrouth, les 14 et 15 avril dernier, en coopération avec la Fondation Friedrich Ebert.  À l’intention de ceux qui n’ont pu y assister, nous proposons ci-dessous un bref résumé des débats.

Dès lors qu’on s’intéresse au marché du travail et aux droits sociaux au Proche-Orient, la première difficulté tient à l’absence de données chiffrées sérieuses. Sans recensement, dans le cas du Liban, il est difficile de construire un échantillon représentatif, de sorte qu’aucune enquête par sondage, aussi sophistiquée soit-elle, n’est vraiment fiable, ainsi que l’a rappelé K. Hamdane. La Syrie et la Jordanie procèdent il est vrai à des recensements périodiques, et produisent des chiffres et bases de données dans différents domaines. Il n’en reste pas moins que dans les trois pays, les problèmes posés par la définition des catégories (comment mesurer le chômage, l’activité des femmes ? le travail à domicile ?), par les déclarations erronées ou incomplètes, et par la volatilité de nombre de situations individuelles, rendent tous les chiffres problématiques – du moins quant aux valeurs absolues. On peut en revanche dessiner des tendances.

La progression du nombre des diplômés dans la population active, l’effondrement de l’industrie et de l’agriculture dans l’emploi total, la progression du secteur des services, la stagnation du salariat, sont ainsi des caractéristiques très frappante du marché du travail libanais, où le taux d’activité apparaît particulièrement faible (inférieur à celui des Jordaniens et des Syriens). Mais dans quelle mesure les chiffres de la population active englobent-ils les étrangers ? Ceux-ci étant le plus souvent non déclarés (qu’ils soient réfugiés, comme en Syrie ou en Jordanie, ou saisonniers et « tournants », comme les Syriens au Liban). Dans le cas syrien, outre l’arrivée massive de nouvelles générations particulièrement nombreuses, le marché est confronté aux conséquences de l’aflux, dans les années 1990 et 2000, à la suite des deux guerres du Golfe, de dizaines, si ce n’est de centaines, de milliers d’Irakiens, tandis que la Jordanie a dû aussi absorber, aux côtés des Irakiens, un très grand nombre de Palestiniens « revenus » du Koweït et des pays du Golfe. Liban et Jordanie (la Syrie à un moindre degré) ont enfin en commun de souffrir d’une hémorragie régulière de main d’œuvre, essentiellement diplômée, tout en accueillant une masse au moins équivalente de travailleurs étrangers. Mais ces derniers se concentrent, selon leur nationalité, dans l’industrie, le BTP et l’agriculture d’un côté, dans l’emploi domestique de l’autre, tandis que la proportion des diplômés parmi ceux qui partent est particulièrement élevée.

Faut-il voir un lien entre le chômage et ce double phénomène d’émigration et d’immigration ? Est-ce le chômage qui fait partir les jeunes ? La croissance démographique ou l’exode rural qui expliquent le chômage ? Les soulèvements populaires, qui ont fini par atteindre non seulement la Jordanie (bien que plus faiblement qu’ailleurs) et surtout la Syrie, s’expliquent-ils par cette crise de l’emploi ? Contre cette analyse courante, mais réductrice, certains opposent la nécessité d’enquêtes plus fines, d’une vision plus nuancée, tenant compte de l’évolution des conditions de vie, des représentations, des aspirations. Déficientes ou pas, les statistiques ne suffisent pas pour comprendre une situation et ses enjeux ; les études économiques ne prennent sens que si elles sont complétées par des études de type anthropologique, qui doivent permettre d’observer les effets de l’urbanisation croissante, de l’éducation (en particulier des femmes), de l’ouverture au monde favorisée par le développement des nouveaux médias.

Le chômage, comme la question de l’immigration et de l’émigration, sont parfois abordés en termes de choix : celui de rester chômeur plutôt que d’accepter les conditions, ou le type d’emploi, proposé.  Les étrangers ne feraient donc que prendre les emplois refusés par les Libanais (respectivement : les Jordaniens ou même les Syriens). Peut-on dire cela des jeunes diplômés libanais, qui émigrent en masse  ? Parmi les nouveaux diplômés depuis 1997, 32 % sont aujourd’hui à l’étranger, et le taux d’émigration chez les diplômés est double de celui de la population libanaise toutes catégories confondues… Partent-ils parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi, ou parce que les emplois qui leur sont offerts ne leur conviennent pas ? De fait, note Ch. Kasparian, la croissance du secteur des services est source de création d’emplois pour les diplômés, et ceux qui émigrent n’étaient pas toujours chômeurs avant de partir. De même, peut-on dire que les ouvriers syriens ou les employées de maison éthiopiennes ou sri lankaises n’occupent que des emplois refusés par les Libanais ? La question est évidemment plus complexe. Et on admettra que le vrai problème est bien celui des conditions d’emploi, et du statut dans l’emploi. Les travailleurs étrangers (les Syriens au Liban, les réfugiés partout, sans compter les nombreux clandestins), sont rarement déclarés, les employées de maison font l’objet d’un véritable trafic, qui les transforme en simple marchandise.  Mais ce sont aussi les femmes qui, en Jordanie dans les Qualified Industrial Zones (A. Garabedian), en Syrie, dans les entreprises familiales (S. Zakzak), ou encore de plus en plus souvent les jeunes, partout, qui sont employés sans contrat et sans protection (H. Hamdan). La pression sur le marché de l’emploi pèse sur tous, étrangers et nationaux, et les bas salaires et l’absence de protection sont loin d’être réservés aux premiers (d’autant que l’Etat ne s’en préoccupe guère, et que l’inspection du travail semble ne plus exister : la mission de contrôle du respect de la réglementation étant laissée … aux ONG étrangères). Le faible taux de population active en est de toute évidence une des conséquences, et la non activité est pour une large part du chômage non déclaré.

Sont donc en question autant la législation du travail et de la protection sociale, que son application, les efforts pour l’améliorer, et les organisations qui s’en préoccupent.

Au Liban, l’organisme de la sécurité sociale est une institution à la fois puissante et fragile. Elle couvre théoriquement  près de la moitié de la population active (du moins, celle que l’on recense, qui exclue une grande partie des travailleurs non déclarés, en particulier étrangers), et plus du double d’ayant-droits (M. Karaki). Mais en pratique, les conditions de prise en charge et de remboursement sont si défaillantes, que nombre de bénéficiaires potentiels renoncent à les faire valoir. En outre, les coûts réels des soins sont bien supérieurs aux taux de remboursement. Sans compter que l’Etat ne verse pas sa quote-part. Enfin et surtout, il n’existe ni indemnité de chômage, ni pension de retraite pour les salariés du privé. Seuls les employés de l’Etat en bénéficient. Tandis qu’il existe un grand nombre de caisses spécifiques pour telle ou telle profession (les professions dotées d’un ordre, lequel gère assurance maladie et caisse de retraite), les enseignants de l’université, les juges…). Un projet de loi est à l’étude au Liban, pour instaurer un régime de retraite, qui intégrerait dans une caisse unique les caisses des fonctionnaires et des militaires.

Le point le plus problématique est l’exclusion des travailleurs non libanais de toute protection : celle des Palestiniens, « étrangers de l’intérieur », souvent encore moins bien traités que les autres étrangers (n’ayant pas le recours d’une ambassade, d’un Etat qui interviendrait pour négocier leurs droits), interdits de nombreuses professions et secteurs d’activités, exerçant souvent au noir (J. Chaabane, S. Hanafi). La loi promulguée au printemps 2010, censée leur ouvrir un grand nombre d’entre elles, n’a guère eu d’effet. Une loi est en débat au Liban sur les conditions d’emploi des travailleurs domestiques : mais elle ne concerne que les étrangères ! La question reste donc entière d’inclure l’ensemble des travailleurs, étrangers et libanais, employés dans des établissements publics ou privés, dans l’industrie, les services et l’agriculture, et employés de maison. Ainsi que celle des conditions de recrutement, qui font disparaître la relation d’emploi par un jeu de mot subtil (les agences de recrutement s’appellent désormais agences de prestation – istiqdâm – ce qui leur permet d’échapper à toute réglementation sur l’emploi).

En conclusion, Adib Neemeh suggère que si les Libanais aiment dire que la guerre n’a fait ni gagnants ni perdants, ils oublient que les grands perdants ont été les Palestiniens, et que les Libanais ont gagné contre l’ « implantation » rejetée par tous. La protection sociale devrait-elle être fondée sur le travail ou sur la citoyenneté ? Une citoyenneté réservée aux seuls détenteurs de la nationalité, ou plus large ? Peut-on séparer la question du développement de celle de la répartition ? Peut-on penser le marché du travail en se limitant aux frontières nationales, alors qu’il est de plus en plus régional ? Il y a là clairement un enjeu d’économie politique au sens fort, renvoyant autant aux orientations fondamentales des politiques étatiques, qu’aux modalités de la coopération régionale.


Vous aimerez aussi...