De Bourj Hammoud aux fastes de la cour ottomane (Temporient 1)

Réparateur de montres à Bourj Hammoud (© S. Chiffoleau)

La rue d’Arménie, dans le quartier de Bourj Hammoud à Beyrouth, abrite près d’une centaine de boutiques de bijoutiers et joailliers, de vendeurs et de réparateurs de montres. Cette localisation massive à Bourj Hammoud est pourtant récente ; c’est au cours de la guerre civile, après la destruction des souks du centre ville, en 1982-83, que les joailliers et horlogers, professions qui comptent une très grande majorité d’Arméniens, se sont installés dans ce quartier investi par la communauté arménienne depuis les années 1930.

S’il est difficile de se l’imaginer aujourd’hui, Beyrouth possédait pourtant, comme toute autre ville du Moyen-Orient, des souks labyrinthiques, bruyants et colorés. Celui des joailliers, qui regroupait une centaine de boutiques dans un espace clôt perpendiculaire à la place des Martyrs, construit vers 1890, était le seul à fermer ses portes durant nuit. Au Caire, à Alep comme à Damas, les orfèvres et joailliers étaient installés en plein cœur de la cité, la plupart du temps dans des souk dédiés. Les minoritaires, Juifs, Grecs et surtout Arméniens, pratiquaient presqu’exclusivement les métiers liés à l’or et aux bijoux. Or c’est du sein de la profession de joailliers qu’est née celle des horlogers, vraisemblablement en raison des affinités de compétences nécessaires pour effectuer un travail méticuleux à partir de métaux précieux. Montres et horloges étaient autrefois des objets de luxe et d’ornement. Objets peu fiables et peu précis, également, qui nécessitaient de fréquents réglages et réparations.

Les horlogers étaient encore fort rares en Orient au XVIIIe siècle. Aussi certains horlogers européens s’y installèrent-ils, au service des souverains et des grands, mais aussi, plus rarement, en pratique de ville. En 1784, Volney remarquait qu’à « peine trouve-t-on au Kaire un horloger qui sache raccommoder une montre et il est européen ». La rareté de la profession témoigne de celle de l’objet. En 1831, on compte déjà six horlogers à Damas. D’aucuns se livrent désormais à l’art horloger en amateur, tel le maître d’école alépin Na‘ûm Bakhkhâch, lui-même fils d’orfèvre, qui, au milieu du XIXe siècle, rend service à ses parents et voisins en réparant montres et horloges. Durant toute la première moitié du XIXe siècle au moins, la possession privée d’une horloge, et plus encore d’une montre, demeure exceptionnelle et réservée sans doute aux élites urbaines, voire aux classes aisées. Nulle trace de montre, par exemple, parmi les biens d’un cheikh maronite de la Montagne libanaise en 1859 . Lors de son voyage en Orient, Lamartine prend soin de se munir d’une provision de montres qu’il offre, entre autres menus cadeaux, aux gens de rencontre. Il ne devait guère être aisé d’en trouver sur place, bien qu’il y ait sans doute eu des montres parmi les biens vendus par les joailliers itinérants.

Selon un rythme qui a également eu cours en Europe, les montres se font plus nombreuses dans la seconde moitié du siècle. La pression d’une nouvelle organisation sociale, qui touche des couches de la population de plus en plus larges, impose de connaître l’heure dans des circonstances de plus en plus nombreuses. L’établissement d’une administration moderne qui régule un nouveau temps de travail, de même que l’amorce d’une première industrialisation, l’extension de l’enseignement, et surtout l’apparition du chemin de fer modifient en profondeur le rapport au temps. A la fin du XIXe siècle, la possession privée d’une montre devient assez commune chez les individus intégrés dans ce monde en mouvement. En réaction, d’autres voient dans le port d’une montre à gousset l’un des signes navrants de l’occidentalisation (tafarnuj). Les orientalistes ne sont pas en reste ; Pierre Loti s’émeut, en 1894, de voir dans les demeures de la ville de Damas ces « importations atroces » que sont les « pendules en simili bronze ». Le pouvoir ottoman donne finalement un coup de pouce décisif à l’introduction du temps compté en établissant, au tournant du siècle, des tours d’horloge dans toutes les villes de l’empire. Ce n’est ensuite qu’au début du XXe siècle que l’horlogerie commence à devenir au Moyen-Orient un service réellement populaire et que les horlogers, demeurés massivement des minoritaires, s’installent de façon visible en ville, notamment dans les souks des joailliers. C’est également à cette même période qu’en Occident, la montre, désormais standardisée et fabriquée en machine, devient un objet courant.

Bien des siècles auparavant, les garde-temps avaient fait partie de ces objets prestigieux qui assuraient la gloire de l’Orient. Les horlogers musulmans du Moyen Âge, héritiers de la mécanique byzantine, étaient versés dans la fabrication de précieuses horloges à eau (clepsydres), d’une grande complexité, animées de figurines automates et de carillons. De tels objets n’étaient accessibles qu’aux riches. C’est cependant en Europe qu’a été inventée, à la fin du XIIIe siècle, l’horloge à échappement mécanique qui va révolutionner, dans les siècles suivants, le comptage du temps. La nouvelle technique permet la miniaturisation des horloges, et bientôt l’apparition de la montre. Si la beauté et la sophistication des horloges hydrauliques musulmanes avaient fasciné l’Europe, à partir du XIVe siècle, c’est le marché oriental qui se montre friand de ces nouveaux objets mécaniques.

Montre destinée au marché ottoman (source : http://www.sothebys.com)

Les souverains ottomans, qui entament l’expansion de l’empire au moment où l’Europe commence à bien maîtriser les progrès techniques réalisés sur les garde-temps, manifestent un engouement particulier pour ces objets. Le traité de cessez-le feu passé entre la Porte et le Saint Empire romain germanique, en 1577, stipulait que ce dernier devait fournir à Istanbul de précieuses horloges, ainsi que des horlogers compétents pour les entretenir. Avec la suppression de ce tribut, en 1606, c’est vers la Suisse que se tourne le marché ottoman. Genève et Neuchâtel rivalisent alors dans la fabrication de montres et horloges de luxe, spécialement destinées au marché des dignitaires ottomans. Outre les horloges en métal précieux, utilisant souvent les chiffres indiens en usage dans le monde musulman, l’industrie suisse fabrique des montres à mouvement lunaire (montre astronomique) qui donnent accès à un calendrier lunaire très prisé des musulmans. La Suisse exporte aussi certains de ses horlogers, tel Isaac Rousseau, père de Jean-Jacques, lesquels pouvaient vivre à Istanbul plusieurs années, voire toute une vie. Il reste à étudier les filières de la transmission du métier entre ceux-ci et les horlogers locaux, notamment arméniens. Quant aux objets issus de cette industrie et de ce commerce, on peut en mesurer la beauté et la qualité dans la collection de Topkapi. Ce type d’objet de luxe rencontre d’ailleurs aujourd’hui un nouvel engouement de la part de riches orientaux, comme en témoigne le succès d’une vente récente de haute horlogerie, comptant des pièces destinées au marché ottoman, chez Sotheby’s.

À l’époque ottomane, trop beaux, trop précieux, ces garde-temps ne se trouvaient guère en dehors des murs du sérail. Ils avaient bien plus une fonction de prestige et d’ornementation qu’un usage pratique. D’ailleurs, l’intérêt des grands de l’Empire ottoman pour ces objets s’accompagne d’une nette disqualification de leur vocation publique. Longtemps perçues comme une menace pour l’autorité du muezzin, les horloges publiques ne se sont imposées qu’à l’extrême fin du XIXe siècle, à l’initiative d’un autoritarisme modernisateur et unificateur, alors qu’elles étaient devenues un attribut de la ville européenne dès le XVe siècle. L’usage public et la possession privée des garde-temps ne s’imposent pas au même rythme au Moyen-Orient, ni selon la même temporalité qu’en Occident. La seconde, qui relève de choix individuels, s’est diffusée antérieurement au premier, qui repose d’abord sur une volonté de l’Etat.


Vous aimerez aussi...