De la difficulté de traduire « ligne éditoriale »

© Arab Scientific Publishers

Commençons par « maison d’édition ». La traduction est facile, en arabe on dit « dâr » (دار), un terme particulièrement adéquat pour l’édition jeunesse arabe dont les éditeurs peuvent être classés en deux grandes catégories : d’un côté, les héritiers d’une grande structure éditoriale, le « fils ou la fille de la maison », qui la nourrissent, la rénovent ou la bousculent en développant une branche pour la jeunesse ; de l’autre, les créateurs d’une structure spécialisée pour la jeunesse, à la tête d’un projet éditorial très personnel, presque intime, parfois issu d’un engagement politique et culturel, dont le lieu de travail et d’ancrage est souvent la propre maison du fondateur. Chaque maison est à la fois un espace géographique et un espace identitaire où se développe un projet communément appelé en français « ligne éditoriale ».

La ligne éditoriale est un chemin, dessiné en toute conscience, qui guide le choix des livres publiés. Le terme implique un processus qui n’est pas forcément rectiligne, mais qui a une continuité. On ne dit pas d’un éditeur qu’il définit une « prairie éditoriale » ou une « boîte éditoriale », dans lesquelles tout pourrait entrer. Un éditeur choisit sa « ligne éditoriale ». Le terme implique aussi que le champ de l’édition peut se définir par plusieurs lignes. S’il faut en choisir une, c’est donc que plusieurs choix sont possibles. Les lignes peuvent se croiser, se rencontrer, se compléter, mais elles se distinguent parce qu’elles correspondent à des choix réfléchis.

En arabe, plusieurs traductions viennent à l’esprit : la ligne (khatt – خط : le mot existe mais il ne recouvre aucune réalité) ; le chemin (tarîq – طريق) ; le projet (machrû’ – مشروع) ; le contenu (madmûn – مضمون) ; la spécificité (takhassus – تخصص) ; l’identité (huwiyya – هوية)… Pour questionner des éditeurs jeunesse sur leurs choix éditoriaux faut-il par conséquent passer par ces formulations ou, tout simplement, par une phrase telle que : pourquoi publiez-vous des livres pour enfants ? Après réflexion, j’ai choisi dans mes entretiens de proposer la totalité des « traductions » possibles car il est en soi intéressant et signifiant de noter le mot dont s’empare l’éditeur.

Certains d’entre eux répondent que leur « projet » pour les enfants est avant tout éducatif et pédagogique. Ce sont les héritiers d’une structure lancée au lendemain des indépendances dans l’édition scolaire, puis ayant évolué ou complété les publications avec des albums jeunesse. Pour eux, le livre jeunesse reste un espace éducatif, un lieu d’apprentissage et de transmission de savoir. Un livre doit apprendre l’arabe littéraire, c’est un projet linguistique. Transmettre des valeurs communes et morales, c’est un projet social et collectif. Compléter de façon agréable et ludique ce que les enfants apprennent à l’école en sciences, en mathématiques, en langues étrangères, c’est donc aussi un projet pédagogique. Cette ligne éditoriale guidée par un « projet » éducatif conduit à une politique tournée vers la traduction et la coédition car, en matière éducative, le monde occidental est perçu comme plus « avancé » que le monde arabe. Leur catalogue est donc constitué à plus de 80 % de traduction d’albums édités en Europe ou aux États-Unis. Le projet éducatif évolue alors en projet économique qui a souvent donné naissance à d’importantes entreprises (à Beyrouth, La librairie du Liban, Antoine ou Dâr al-‘ilm lil malâyîn, et au Caire, Nahdat Misr). Ces maisons sont le plus souvent gérées et dirigées par les descendants de leurs fondateurs. L’entreprise reste familiale, jusqu’à ce que se produise le premier grand regroupement de l’histoire de l’édition arabe avec, en 2010, l’ouverture du capital d’Antoine devenu pour sa distribution Antoine-Hachette.

D’autres éditeurs préfèrent le terme d’« identité éditoriale » et  précisent ce qu’ils entendent par cette expression. Pour eux, le livre porte un message à l’enfant quant à sa place et à son rôle dans le corps social. Il doit être un vecteur de plaisir, de loisir, un espace de développement personnel, un espace artistique et poétique. Ceux qui choisissent cette  manière de rendre en arabe l’expression « ligne éditoriale » s’interrogent sur le « que transmettre à nos enfants ? », évoquent leurs questionnements politiques, idéologiques, psychologiques, artistiques, existentielles… Ces éditeurs ne traduisent pas ou très peu, ils créent des livres arabes pour enfants arabes. Ils ne constituent pas un groupe cohérent du fait de l’histoire ou de la taille de leur entreprise (laquelle peut-être très petite !), mais parce qu’ils participent d’un renouveau de la littérature jeunesse dans cette partie du monde depuis une dizaine d’année (voir par exemple à Beyrouth Dâr Assâla, Dâr al-Adâb lil-Sighâr, Dâr Onboz, Dâr al-Hadâ’iq, Al-Khayyât al-Saghîr, et au Caire, Dâr al-Churûq, Dâr Eliâs).

Enfin, quand on leur demande pourquoi ils font des livres, certains répondent tout simplement : « Pour le fun, ma chérie ! Pour le fun ! », ou même un simple « Et pourquoi pas ? ».  Il semble bien qu’une telle attitude soit apparue récemment, à partir du moment où le statut d’éditeur de livres pour enfants a pu sembler suffisamment gratifiant et reconnu pour être revendiqué comme tel. Un métier comme un autre, mais qui n’existait pas (ou presque) il n’y a guère plus d’une dizaine d’année, au tournant du siècle, quand différents facteurs économiques, politiques et culturels ont donné lieu à un véritable printemps de l’édition jeunesse dans le monde arabe.

(© Les images sont issues de l’ouvrage jeunesse  Al-baït al-qadîm البيت القديم publié par Arab Scientific Publishers الدار العربية للعلوم, Beyrouth, 2004)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/03/2011

    […] une thématique centrale de l’édition pour enfants (sur l’histoire éditoriale, lire ce billet paru sur le blog les Carnets de l’Ifpo). Depuis une dizaine d’année, les pionniers d’un […]