Le Coran, l’exégèse coranique et la femme : une approche sociosémiologique

Auteure de nombreux ouvrages en sciences de la communication, Ferial Mouhanna se définit aujourd’hui comme une « chercheuse en sciences islamiques ». Suscitant de nombreux commentaires dans divers publications du monde arabe, ses récents ouvrages témoignent d’une volonté de renouveler, de l’intérieur, l’exégèse coranique. En écho à la conférence donnée le 31 janvier dernier à l’Ifpo (texte en arabe disponible en cliquant sur ce lien), les Carnets de l’Ifpo proposent ci-dessous un rapide résumé de son intervention.

Prenant la parole pour rappeler qu’elle intervient certes en tant que femme, et non pas en tant que féministe, la conférencière a souligné la centralité de cette question, dans les sociétés musulmanes comme dans les autres. Et c’est bien à ce titre que doit être menée une réflexion contemporaine sur la place de la femme dans le Coran, ainsi que dans son interprétation (le fiqh de son point de vue) tout au long des siècles dans des sociétés où sévissait encore l’esclavage.

En effet, à l’heure des sociétés de la connaissance et de l’économie du savoir, il ne faut pas redouter de se livrer à une lecture en quelque sorte « hypertextuelle » de la Révélation pour questionner, réviser et prolonger, de ce point de vue, l’immense héritage accumulé au long des siècles par une jurisprudence islamique conceptualisée et produite dans des sociétés féodales.

Pour analyser la place de la femme dans le Coran, il faut donc, du point de vue de la conférencière, commencer par distinguer avant tout entre les « versets circonstanciels » (âyât al-siyâq) et l’« Universalité coranique » (kulliyât al-Qur’ân), c’est-à-dire les versets valides et applicables quels que soient le temps et l’espace.

Rappelant au passage que la première « martyre » de l’islam fut une femme, Summayya, Férial Mouhanna distingue, en s’appuyant sur le texte de la Révélation, entre une dimension universelle (shumûliyât) d’ordre ontologique et épistémologique, dont l’esprit, totalement égalitaire au regard des rapport entre les sexes, s’oppose totalement à une dimension préférentielle (tafdhiliyât), illustrée par certains versets, dont le très célèbre âyat al-dharb (IV-34) souvent interprété à tort comme une légitimation des châtiments corporels à l’encontre des femmes.

Pour Ferial Mouhanna, l’exégèse musulmane, considérée dans sa globalité, a choisi d’effacer, ou plutôt d’enfouir, la perspective égalitaire, aussi évidente que centrale dans la dimension générique du message coranique, et cela pour mettre l’accent sur la seule dimension préférentielle, pourtant marginale. Au fur et à mesure que se renforçait l’institution jurisprudentielle, différentes formes de tutelle furent ainsi progressivement imposées à la femme musulmane par des hommes de religion qui ne reculèrent pas devant une sorte de renversement de l’ordonnancement canonique des sources du droit pour donner, dans certains cas, la préséance à certains Dits du Prophète (ahâdîth) par rapport au texte même de la révélation divine telle qu’enregistrée par le Coran.

Au fil du temps, les contradictions entre les conceptions de la jurisprudence et les réalités historiques sont apparues de manière toujours plus éclatante. Maintenue dans une forme de servitude (‘ubûdiyya) héritée de formes sociales désormais disparues, la femme ne se voit toujours pas reconnaître par la jurisprudence islamique un statut en accord, non seulement avec les besoins et les exigences de l’époque, mais également avec l’essence et l’esprit du message coranique.

Pour briser avec le carcan des traditions exégétiques, il n’est d’autre recours que de rompre avec le caractère inégalitaire de la « dimension préférentielle » privilégiée par la jurisprudence traditionnelle, pour mieux retrouver l’égalitarisme de l’« Universalité coranique ». Et cela, en retournant dans certains cas aux sources mêmes de l’exégèse. Par exemple en retrouvant les sources vives de la pensée exégétique qui fut capable, en certaines occasions (notamment avec al-Juwayni, au Ve s. de l’Hégire), de donner la préférence au bien et à l’intérêt (maslaha) sur la littéralité du texte divin (al-nass) ; ou encore, en reconnaissant, en prenant exemple sur certains « modèles » éminents de l’islam tel le calife Omar, qu’il convient de supprimer ou de surseoir définitivement (‘îqâf) à la portée et à la validité juridique de certains versets.

C’est au prix de cette audace et de ce courage que l’islam contemporain peut renouer, à travers la question féminine, avec l’authenticité profonde (hanîfiyya) et les réels objectives stratégiques et globaux (maqassed) du message divin.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sabrina Sohbi dit :

    Oui! quelle bonne idée!
    Je suis l’actualité de l’Ifpo depuis l’Europe et je me morfonds de ne pas pouvoir assister à certaines conférences… Celle-ci m’intéressait beaucoup. J’espère que vous allez prolonger cette brillante initiative.
    Merci Yves!

  2. Cher Yves,
    Merci ! Quelle bonne idée de faire des comptes rendus (en français) des conférences (en arabe), pour ceux qui n’ont pas pu y assister.

    Longue vie aux carnets de l’Ifpo.

  3. Zahra ALI dit :

    Merci beaucoup Yves d’avoir fait ce petit compte-rendu, je n’avais pas pu y assister car j’étais en France à ce moment-là…