L’archéologue, la truelle et l’identité

La question de l’identité doit-elle être posée dès lors que l’on travaille sur l’archéologie du Levant Sud à l’âge du Fer (1200‑539 av. J.‑C.) ? Période chérie de l’archéologie biblique, elle correspond traditionnellement à la mise en place des royaumes de Juda et d’Israël en Palestine et à ceux d’Ammon, Moab et Édom en Transjordanie. Mon sujet de thèse, qui porte sur l’occupation du Néguev et de la Jordanie méridionale à l’âge du Fer, s’articule autour de deux axes de recherche : les facteurs d’implantation et les stratégies de subsistances développées par les populations en milieu semi-aride d’une part, mobilités et dynamiques spatiales des ressources et des hommes dans la région de l’autre. Ma démarche, assez éloignée du texte biblique, entrait dans le cadre des études d’archéologie du paysage et des interactions Homme-Milieu menées au Proche-Orient ces 30 dernières années sous l’impulsion combinée de géographes tel Pierre Gentelle et d’archéologues comme en témoigne la dernière publication de la série Hauran. C’était cependant sous-estimer le poids des textes et précisément celui de la Bible dans les études de l’âge du Fer. En effet, la présentation de mon travail occasionnait régulièrement des questions autour de l’identité des populations vivant dans la région. Alors que mon intérêt premier allait vers un « comment » : comment vivaient ces populations ? comment s’adaptaient-elles aux conditions climatiques difficiles ? il me fallait répondre à cette interrogation de plus en plus pressante : qui étaient-ils ? Sa récurrence m’amena à penser qu’elle ne pouvait être ignorée et qu’elle faisait partie intégrante de mon sujet.

Terra sancta vita, miraculis et passione Christi consecrata. Berey (fin XVIIe s.)

Bien évidemment la réponse ne fut pas apportée, en tout cas, pas dans les termes souhaités par mes interlocuteurs. Leurs questions portaient sur l’attribution de vestiges à des groupes humains mentionnés dans les livres des Rois, des Juges ou de Samuel, et il est toujours impossible pour moi, au regard de mes connaissances, d’affirmer l’existence de frontières ethniques ou même culturelles à cette époque. Mais tant qu’à étudier l’identité et l’ethnicité, je me suis intéressée à leur apparition en archéologie puis, de fil en aiguille, à la construction identitaire en archéologie et à l’utilisation de la documentation archéologique dans la reconnaissance d’une histoire et d’un passé qu’un peuple, qu’une nation s’approprie. L’utilisation de l’archéologie dans la définition identitaire à l’échelle nationale n’est certes pas nouvelle. Elle puise ses racines dès la fin du XVIIIe siècle et accompagne les nationalismes européens naissants. Mais elle renvoie également à une autre épineuse question de l’archéologie, à savoir la définition d’une identité ou d’une culture et de ses marqueurs. La culture matérielle peut-elle suffire à démarquer une identité ? Gordon Childe, l’un des pères de l’archéologie britannique, définit le concept de culture archéologique comme la répétition d’un même assemblage de divers types de matériel : « […] certain types of remains – pots, implements, ornaments, burial rites, house forms – constantly recurring together ».1

Le problème est que, bien souvent, d’un assemblage récurent nous sommes passé à un seul type de vestige récurent. Childe lui-même, quelques années plus tard, utilisera des artefacts qualifiés de « diagnostiques » pour distinguer des frontières culturelles entre différents peuples.2 Un type de céramique, un modèle architectural comme ce fut le cas pour les maisons dites « à quatre-pièces » ont servi à identifier une population, en l’occurrence respectivement édomite et israélite.

Pour comprendre ce glissement progressif, j’ai entrepris d’étudier la filiation de ce type de raisonnement et son contexte d’apparition. Cette investigation donna naissance à un chapitre de ma thèse, décryptant les carcans de pensée tout autant hérités de l’archéologie proprement biblique que de l’archéologie nationaliste européenne du XIXe siècle, période de formalisation de l’archéologie moderne. Ces carcans agissent à la fois sur les repères spatio-temporels traditionnels (paléolithique, néolithique, chalcolithique…) fondés sur une vision progressiste et évolutionniste de l’acquisition des compétences techniques et sur les schémas socio-politiques de référence, décrivant le passage par paliers successifs d’une société tribale à une société étatique. Heureusement, ces visions sont désormais contestées mais la lecture attentive de la littérature archéologique montre qu’elles ont la vie dure. Cette démarche obligea l’archéologue que je suis à une lecture différente des rapports de fouille. Bien sûr, je continuais à en extraire le matériel brut d’étude que peuvent être les données de terrain. Toutefois, je devenais également plus  attentive au parcours du chercheur et à son inscription dans des écoles de pensée contemporaine (évolutionniste, bibliste, marxiste, matérialiste…). L’archéologie procédant comme d’autres sciences humaines par accumulation des savoirs, les travaux contemporains prennent leur place à la suite de précédents sans toujours remonter à la source de l’idée évoquée, laquelle est parfois bien surprenante. Et à l’issue de ce travail, j’en arrive désormais à me demander si, en travaillant sur l’identité, un archéologue ne renseigne pas davantage sur la sienne propre que sur celle des populations qu’il étudie… Mais cela reste une question d’exégète3!

  1. Childe 1929, The Danube in Prehistory, Clarendon Press, London. []
  2. Jones 1997, The archaeology of ethnicity : constructing identities in the past and present, Routledge, London : p. 18;Lucy, Sam. 2005. “Ethnic and cultural identities” dans The archaeology of identity : approaches to gender, age, status, ethnicity and religion,. Routledge, London: p. 88. []
  3. Le travail de l’exégèse biblique historico-critique, dont la naissance et le développement à la fin du XIXe siècle accompagnent l’épanouissement des études archéologiques au Levant Sud, procède par confrontation du texte et de son contexte de rédaction, en essayant, entre autre, d’en identifier le rédacteur. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Véronique dit :

    « la sienne propre… et celle des autres  » !

    Bravo habibti, c’est limpide et lumineux, et, on a hâte de lire ton travail !